Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Comment sont apparues les règles de l’étiquette que nous suivons sans même nous en rendre compte ?

Certaines anciennes règles d’étiquette sont peu à peu devenues de simples habitudes quotidiennes, aussi naturelles que se brosser les dents le matin et le soir. On se serre par exemple la main pour se dire bonjour, ou on trinque pour porter un toast. Mais sais-tu pourquoi nous agissons de telle ou telle autre manière ?

Aujourd’hui, Sympa va te raconter l’histoire à l’origine des règles qui sont devenues communes dans notre comportement en société, et que la majorité d’entre nous suit. Peut-être que certains des points suivants vont te surprendre.

1. Pourquoi nous serrons-nous la main pour nous saluer ?

Ce rituel de la “poignée de main” est bien plus vieux qu’on ne pourrait l’imaginer. Dans le musée de l’Acropole d’Athènes se trouve une statue représentant la “Salutation entre Athéna et Gera” datant du Vème siècle av.J.C.

S’il n’est pas possible d’établir le moment exact de l’apparition de ce rituel, les historiens s’accordent à dire que ce geste était destiné à montrer les bonnes intentions des gens. Tout d’abord, pour échanger de telles salutations, il faut s’approcher très près de la personne. Enfin, la main droite étant souvent utilisée pour se serrer la main, l’interlocuteur confirmait ainsi qu’il n’avait pas d’arme.

2. Pourquoi se découvre-t-on la tête à l’intérieur des édifices ?

À l’époque, les hommes portaient souvent des chapeaux, et cette règle était plus courante qu’elle ne l’est maintenant. Mais malgré tout, la tradition d’enlever son chapeau à l’intérieur d’une maison ou de n’importe quel édifice est restée, et s’explique d’une manière un peu niaiseuse : la poussière, les gouttes de pluie ou les flocons de neige ne pourront donc pas se répandre partout dans la pièce.

Mais il y a aussi une explication liée à l’Histoire. Autrefois, ce geste montrait qu’en tenant son couvre-chef à la main, un gentilhomme n’avait pas d’armes dans celle-ci.

3. Pourquoi ne doit-on pas mettre les coudes sur la table ?

Dans l’ancien temps, les tables étaient souvent faites à partir d’une souche ou d’un tronc. Il est peu probable d’imaginer que des meubles aussi stables que nos tables modernes existaient, donc si quelqu’un essayait de poser ses coudes sur une telle table, les aliments tomberaient très probablement sur le sol.

Il y a aussi une autre explication. Durant les fêtes du Moyen Âge, il y avait souvent tellement de monde qu’il était impossible de s’asseoir confortablement. Si l’un des invités essayait de poser ses coudes sur la table, il occupait ainsi plus d’espace, ce qui causait le mécontentement de ses voisins.

4. Pourquoi entrechoquons-nous nos verres lorsque nous portons un toast ?

Aujourd’hui, nous le faisons sans même y réfléchir, mais à l’origine de cette tradition, il y a deux explications. Selon la première théorie, lorsque les gens portaient un toast, ils essayaient de le faire de manière à ce que les verres s’entrechoquent aussi fort que possible. Dans ce cas, au moins une goutte de chaque verre tombait dans le verre voisin. Ce rituel servait à démontrer à son interlocuteur qu’il n’y avait de poison dans aucun des verres.

La seconde théorie est liée aux croyances mystiques. Au Moyen-Âge, les gens pensaient que les mauvais esprits vivaient dans l’alcool, et qu’ils pouvaient avoir peur si on frappait les verres, car le son du métal et du verre possédait une certaine force mystique, tout comme celui des cloches.

5. Pourquoi doit-on tirer la chaise à une dame ?

Dans l’Antiquité, ce geste était vraiment très important. Les dames portaient des robes volumineuses, et il était donc très difficile pour elles de s’asseoir à table. C’est pour ça que les chevaliers les aidaient.

Aujourd’hui, même si les vêtements sont plus simples à porter et que beaucoup de femmes portent des pantalons, cette coutume semble démodée du point de vue pratique. Mais les gentlemen continuent de pratiquer ce geste d’attention qui plaît aux femmes.

6. Pourquoi mettons-nous la main devant la bouche lorsqu’on bâille ?

Cela peut sembler très naturel à toute personne bien éduquée, mais il est peu probable que nous sachions réellement pour quelle raison nous le faisons. Il s’avère que l’origine de ce geste remonte à nos plus lointains ancêtres. Ils pensaient qu’en ayant la bouche ouverte, l’âme pouvait quitter le corps, et bien sûr, personne ne le souhaitait.

Plus tard, lors des épidémies de peste, les gens pensaient qu’on pouvait attraper cette maladie si on bâillait sans se couvrir la bouche. Et encore plus tard, le bâillement a commencé à être vu comme une manifestation de l’ennui, et c’était donc impoli de le montrer à son interlocuteur.

7. Pourquoi dit-on habituellement “à tes souhaits” à une personne qui éternue ?

Initialement une bénédiction synonyme de “Dieu vous bénisse” (“God bless you” en anglais, “salud” ou “Jesús” en espagnol, etc...) était adressée à toute personne potentiellement malade.

Selon les peuples de l’Antiquité méditerranéenne, la vie se manifeste sous la forme d’un souffle. Selon la tradition grecque ancienne, le souffle (ou éternuement) est le signe d’un esprit divin qui vient de passer, auquel il faut adresser ses vœux avant qu’il ne disparaisse. D’où l’expression bienveillante “À tes souhaits !” des témoins de la personne ayant éternué, qui vient juste d’être délicatement touchée par un esprit divin.

8. Pourquoi ne doit-on pas montrer une personne du doigt ?

Nous savons tous depuis notre enfance qu’il est impoli de le faire. Mais il s’avère que cette interdiction est liée à une explication mystique.

Nos lointains ancêtres pensaient que pointer quelque chose ou quelqu’un du doigt pouvait attirer le mauvais œil, même si on le faisait par hasard, car un tel geste attire l’attention de toutes les personnes (et autres entités) se trouvant proche de nous, pouvant ainsi attirer le malheur ou les mauvaises intentions sur ce que nous pointons du doigt.

9. Pourquoi ne doit-on pas cracher par terre ?

Nous tenons à faire remarquer à l’avance que selon certaines cultures, il n’y a absolument rien de mal à cela. Par exemple, en Chine, on considère que l’on ne doit pas avoir à supporter l’inconfort lié à un excès de salive dans la bouche, ou à un goût désagréable perçu dans la bouche. Il vaut mieux éviter tout ce qui nous empêche de nous sentir bien, donc si cracher est nécessaire à ce bien-être, alors soit.

Mais pour les Européens et les Américains, cracher par terre est quelque chose de très mal vu. Pourquoi ? Eh bien tout simplement car nos ancêtres, qui ont fait face à des épidémies de peste, pensaient que c’était l’une des principales méthodes de transmission de la maladie d’une personne à une autre. Et même si la peste ne sévit plus depuis longtemps, d’autres maladies se propagent effectivement par le simple fait de cracher sur le sol.

10. Pourquoi laisse-t-on habituellement un pourboire dans les restaurants ou dans les bars ?

Souvent, par rapport à cette tradition, ce qui nous inquiète le plus, c’est de savoir quelle somme d’argent laisser en plus, afin de ne pas passer pour un radin.

La coutume du pourboire est apparue en Europe au Moyen Âge. On avait pour habitude de donner un peu plus d’argent au personnel qui servait dans les tavernes et auberges pour obtenir le service demandé plus rapidement, et ce sans se soucier de sa qualité. Cette tradition n’a été conservée que sous une forme légèrement modifiée. Aujourd’hui, nous laissons un pourboire non pas avant de manger, mais après l’avoir fait, et il est généralement à la hauteur de la satisfaction du client.

Que penses-tu de ces traditions ? Quelle origine de nos rituels comportementaux t’a le plus surpris ? Laisse un message dans les commentaires, et pense bien sûr à partager cet article avec tes amis et ta famille !

Illustrations Natalia Tylosova pour Sympa