Sympa

Des étudiants canadiens ont conçu une machine qui absorbe le microplastique dans le sable, et leur action mérite d’être applaudie

2-15
639

Il y a des jeunes capables d’innover et d’entreprendre pour transformer le monde. Par exemple, un groupe d’étudiants canadiens a décidé de mettre au point Hoola One, un aspirateur de microplastique. Tout a commencé quand ils ont pris conscience des dommages causés par le plastique sur la plage de Kamilo à Hawaï. L’équipe a testé les capacités de l’appareil sur place, en vérifiant qu’il puisse éliminer toutes sortes de déchets sans pour autant retirer le sable des côtes touchées par la pollution.

Sympa, conscient des problèmes qui affectent la planète, a décidé de partager avec toi cette initiative intéressante et capable d’éliminer les déchets qui menacent la vie des personnes et de la faune du lieu.

Le contexte décourageant de Kamilo Point Beach à Hawaï

Une partie de la côte sud-est d’Hawaï est située très près du célèbre “Vortex de déchets du Pacifique nord”, une zone criblée de déchets au milieu de l’océan Pacifique. Ces plaques de débris sont le résultat de la pression océanique et atmosphérique qui pousse les objets flottants dans la mer à un certain endroit. Par exemple, à Kamilo Point Beach.

Parmi les résidus les plus courants, on trouve des brosses à dents, des mégots de cigarettes, des briquets et d’autres micro-objets difficiles à nettoyer. “C’est comme des toilettes géantes sans chasse d’eau”, dit Charles Moore, fondateur de la Fondation Algalita, qui fait des recherches sur cette plage depuis des années.

Premiers résultats grâce à un effort commun

C’est dans ce contexte qu’un groupe de 12 étudiants en génie mécanique a entrepris de mettre au point, au cours des deux dernières années d’université, une machine capable d’absorber les microplastiques de la plage. L’équipe savait que c’était urgent, qu’il fallait la fabriquer avant que les déchets ne deviennent trop fins et difficiles à ramasser ou que les animaux ne les confondent avec de la nourriture, ce qui causerait de sérieux problèmes à leur système digestif.

Les jeunes ont également contacté l’organisation Wild Hawaii, qui est responsable du nettoyage des plages de l’archipel. La même fondation leur a permis d’amasser environ 16 000 $ pour envoyer le prototype de la machine Hoola One sur une plage hawaïenne pour la tester.

Comment résoudre le problème :

L’aspirateur dépose le sable et le plastique dans un réservoir d’eau divisé en deux parties ; la première, où le plastique flotte à la surface et la seconde, où le sable coule. Cela signifie que le sable retourne à la plage sans plastique. De plus, il est capable de traiter 12 litres de sable par minute.

Selon Wild Hawaii, des bénévoles de l’organisation ont essayé d’éliminer les micro-déchets pendant 15 ans mais sans succès. Cependant, les créateurs de Hoola One, accompagnés de leur mentor Bill Gilmartin, ont voyagé au cours du premier trimestre de l’année avec la machine pour solutionner ce problème et donner des formations.

Un défi sans précédent

Le Forum économique mondial, abrégé WEF pour World Economic Forum, a rapporté que plus d’un demi-million de tonnes de plastique a tué près de 380 000 mammifères marins. Lors de son dernier voyage dans le Pacifique Nord, Ocean Voyages Institute a dû utiliser l’imagerie satellite pour trouver les débris spécifiques dans la mer, ce qui lui a permis d’éliminer 40 tonnes de plastique.

Ainsi, les jeunes qui ont développé le concept savent qu’Hawaï est l’endroit idéal pour tester et valider leur prototype avec lequel ils ont déjà remporté plusieurs prix dans leur pays, le Canada. En fait, ils travaillent déjà sur une version portable qui pourrait être fabriquée plus rapidement et en grande quantité pour qu’un plus grand nombre de personnes puissent nettoyer leurs plages, “Nous voulons que notre solution soit disponible pour toutes les communautés dans le besoin”, a déclaré l’un des fondateurs d’Hoola One, Samuel Duval.

Quelles autres solutions peux-tu imaginer pour assainir nos océans ? Partage ton opinion dans les commentaires ci-dessous !

Photo de couverture wildhawaii.org, wildhawaii.org
2-15
639