Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Des internautes racontent comment ils ont réalisé qu’ils étaient face à l’amour de leur vie

Les luxueux bouquets de fleurs, les baisers au clair de lune et les propositions de mariage spectaculaires sont de beaux clichés typiques des films du dimanche souvent associés au mot “romance”. Heureusement, ou malheureusement, une romance réelle est souvent dépourvue de tant d’esthétique et se manifeste dans des circonstances bien éloignées de celles que l’on aimerait imaginer.

Sympa est convaincu que le véritable amour est capable, non seulement, de nous rendre la vie plus belle, mais aussi de nous rendre plus sages. Pour preuve, nous avons cherché 15 histoires d’inconnus qui ont eu la chance de comprendre toute l’essence de l’amour grâce aux moments les moins romantiques de leur vie de couple.

  • Nous étions mariés depuis une dizaine d’années, nous avions deux jeunes enfants et des salaires qui, manifestement, ne nous permettaient pas de vivre. Un jour, nous avons eu une dispute importante à cause de tout ce stress. Nous nous accusions mutuellement d’un tas de choses désagréables lorsque le téléphone a sonné. Mon père était à l’hôpital à la suite d’un accident vasculaire cérébral et les médecins n’étaient pas sûrs de ses chances de survie.

    La dispute a pris fin immédiatement. Ma femme a acheté des billets d’avion, a organisé le transfert à l’aéroport et a contacté mon patron. Elle m’a dit de ne m’inquiéter de rien, et en mon absence, elle s’est occupée entièrement de la maison et des enfants.
    Plus tard, j’ai réalisé que peu importe les disputes, cette femme ne fait pas seulement partie de mon équipe, c’est elle mon équipe. Cette année, nous fêtons nos 30 ans de mariage.
  • J’ai grandi avec mon grand-père, car mes parents travaillaient dur toute la journée. Il est donc tout pour moi. Au fil des années, les rôles se sont inversés et c’est moi qui me suis mis à m’occuper de lui. Quand il restait au lit, j’allais le voir et je lui tenais compagnie. Je l’aidais à prendre son bain, je changeais ses couches... Ma petite amie m’a accompagné plusieurs fois. Un jour que je lui rendais visite, j’ai trouvé le réfrigérateur plein et mon grand-père devant la télévision en train de manger de la glace. Il s’est avéré que ma petite amie y était passée quelques heures auparavant, sans même me le dire. Six mois plus tard, je l’ai demandée en mariage.

  • La famille de mon mari vivait à l’autre bout du pays et nous envoyait régulièrement des vêtements de bonne qualité, presque neufs, dont ils n’avaient plus besoin. Les vêtements masculins étaient parfaits pour mon mari et mes enfants, mais les vêtements féminins étaient toujours trop petits pour moi : en effet, j’ai pris beaucoup de poids depuis la dernière fois que j’ai vu ma famille. Mon mari était triste à l’idée que je ne reçoive pas de jolis vêtements comme le reste de la famille.

    Un jour, il sortit un pantalon de la boîte et s’exclama joyeusement : “Voilà, celui-ci t’ira parfaitement, il est ÉNORME !”. Je me souviens encore de l’expression d’horreur sur son visage quand il réalisa ce qu’il venait de dire. Mais ce qui me fit littéralement craquer, fut de voir son bonheur à la simple idée de pouvoir me faire plaisir.

  • Je suis mariée mais j’ai une fille d’un autre homme. Elle appelle mon mari “papa” et il la considère comme sa fille. Il y a quelques années, alors que j’étais au travail et qu’ils étaient tous les deux à la maison, ma fille a eu ses premières règles. Elle avait une idée de ce que c’était, mais ne savait pas du tout quoi faire.
    C’est mon mari qui l’a alors rassurée. Il l’a emmenée au magasin, il l’a aidée à choisir les bonnes serviettes hygiéniques, il lui a acheté un tas de bonbons, lui a expliqué le sujet à l’aide d’Internet et lui a lavé ses vêtements tachés. Quand je suis rentrée à la maison, les deux étaient à moitié assoupis et l’atmosphère ressemblait à celle d’une soirée pyjama entre filles. Ma fille était très calme et heureuse. Ce fut l’un de ces moments où j’ai senti que j’aimais mon mari d’une force bien particulière.

  • Mon épouse et moi avons réalisé que nous devrions dormir séparément pour des questions de confort et de qualité de sommeil. Cependant, cette décision ne nous a pas éloignés l’un de l’autre, bien au contraire.

  • Lors de sa première grossesse, ma femme souffrait de nausées terribles, littéralement, tous les soirs. Un jour, elle se sentait mieux et s’est même couchée plus tôt. Mais au milieu de la nuit, elle a sauté du lit, m’a réveillé, et je l’ai suivie aux toilettes en courant. Malheureusement, dans le couloir, elle a trébuché et est tombée (sans se faire mal au ventre), et a immédiatement vomi. Je l’ai trouvée allongée par terre, sanglotant et dans une mare de vomi. La pauvre femme traversait des moments si durs ! Quoi qu’il en soit, je l’ai prise dans mes bras, je l’ai portée jusqu’à la salle de bains, je l’ai lavée, je l’ai couchée et j’ai nettoyé la moquette avant d’aller travailler.
    À cette époque, nous étions des enfants, nous allions encore à l’université, mais cette étape a renforcé notre relation, et depuis, nous ne nous sommes jamais gravement disputés.

  • Je souffre de trouble bipolaire et j’ai eu deux crises de folie accompagnées de symptômes psychotiques. Mon partenaire y a fait face comme un héros, en m’aidant à me rendre à l’hôpital en toute sécurité, et en restant toujours gentil et compréhensif. Je pense que cette scène ferait peur à beaucoup de gens, et les ferait fuir sans regarder en arrière. Le plus important pour moi, c’est qu’en plein état de paranoïa accompagné de troubles de conscience, je l’ai entendu dire “Nous devons aller à l’hôpital. ” C’est à ce moment-là que je lui ai fait pleinement confiance.

  • Un jour, ma petite amie m’a appelé et m’a dit qu’elle voulait me voir, mais qu’elle n’avait envie de parler à personne après sa dure journée au travail. Elle est venue chez moi et s’est assise à mes côtés dans le lit pendant que je jouais. Puis, nous sommes allés nous coucher. Je ne lui ai pas dit un mot, à part “Bonjour” et “Ok, allons dormir. Je t’aime”.

  • Ma copine a retiré un insecte coincé sous ma peau pendant un voyage en Afrique. Elle l’a fait malgré sa phobie pour les insectes.

  • J’ai subi une intervention chirurgicale, et pendant la période de récupération, je ne pouvais pas manger tout seul. Je n’ai que 32 ans et je n’ai jamais été dans une telle situation d’impuissance auparavant. Ma femme, avec qui j’étais marié depuis 10 ans, écrasait ma nourriture, me nourrissait avec une cuillère, ne succombait pas aux plaisanteries, et en général, était très délicate avec moi. Elle ne considérait pas mon alimentation comme un fardeau ou une corvée de routine : elle semblait simplement heureuse de pouvoir m’aider. Pendant cette période de peur et de faiblesse, elle était toujours à mes côtés, même si elle se sentait parfois inutile. J’aime ma femme et je me demande toujours ce que j’ai fait pour la mériter.

  • Les deux dernières semaines ont été très difficiles pour moi : mon niveau d’anxiété est monté en flèche et je suis tombée en dépression. Mon mari, sachant que tout cela constitue un risque de dépression nerveuse, m’a laissée seule avec moi-même, a pris soin de nos enfants et a fait en sorte qu’ils ne me dérangent pas.
    Quand mon état de santé s’est plus ou moins amélioré et que la menace de la crise s’est dissipée, j’ai serré mon mari fort contre moi et je l’ai remercié de m’avoir donné de l’espace au moment où j’en avais le plus besoin.

  • Mon premier accouchement a été très compliqué : j’ai subi une grosse opération et j’étais gavée de médicaments. Quand j’ai enfin pu sortir du lit, perdue et sanglotante, mon mari m’a emmenée à la douche, m’a lavée, m’a séchée, m’a enfilé un pyjama propre, et m’a mise dans un fauteuil roulant pour me ramener à la chambre. Au moment où je me suis assise dans le fauteuil, j’ai immédiatement vomi tous mes médicaments. Mon mari a silencieusement retourné la chaise, fait demi-tour, m’a ramenée à la douche et a recommencé tout le processus depuis le début sans pousser un soupir.
    P. S : Il adore cette histoire et se sent terriblement fier quand je la raconte.

  • Nous passons la plupart de notre temps à la maison de manière séparée. Nous avons deux télévisions : je joue et elle regarde des séries. On s’isole dans des coins différents quand je me consacre à la musique, et elle, à son travail. Je pense que la principale raison pour laquelle notre relation dure depuis si longtemps est le respect de l’espace et des besoins de chacun. Nous venons de célébrer notre 13e anniversaire de mariage.

  • Le mois de juin 2017 n’a pas été facile pour moi et ma copine : J’avais beaucoup de mal à bouger mon bras gauche après un incident désagréable, et je suis resté quatre mois sans pouvoir trouver de travail. Je venais d’acheter une nouvelle voiture et nous venions d’accueillir un chaton à la maison. Bien qu’elle luttait à l’époque contre ses problèmes d’anxiété et de dépression, elle m’a été d’un grand soutien. Il est peu probable que je puisse un jour lui exprimer à quel point je lui en suis reconnaissant, même si elle semble ne pas vraiment comprendre tout ce qu’elle a fait pour moi.

  • Ma femme perd souvent connaissance et peut s’évanouir à tout moment. Elle a des problèmes de santé et cela peut arriver n’importe quand et n’importe où. J’ai tellement appris à reconnaître son comportement que j’arrive à deviner quand une crise est sur le point de se produire, avant même qu’elle ne s’en rende compte elle-même. Je peux donc la soutenir à temps. Ce n’est peut-être pas la chose la plus romantique au monde, mais le fait qu’elle comprenne que je suis toujours à ses côtés, et ma capacité à analyser ses symptômes, signifie beaucoup pour nous deux.

Conclusion

Un internaute a laissé un commentaire à la suite de ces histoires :

“Merci à tous ceux qui ont partagé leurs histoires. Je m’attendais à des histoires drôles, mais j’ai en fait trouvé des exemples incroyablement émouvants de véritable amour. Encore une fois : Merci !”