Sympa
Sympa

Les lecteurs de Sympa nous font part des incidents qui les ont poussés à ne plus inviter qui que ce soit chez eux

La célèbre phrase “faites comme chez vous” a une suite dont presque personne ne se souvient : “...mais n’oubliez pas que vous êtes un invité”. C’est pourquoi de nombreuses personnes, lorsqu’elles rendent visite à quelqu’un, se comportent comme si elles étaient chez elles. Certaines regardent dans le réfrigérateur et mangent les aliments qu’elles aiment, d’autres réaménagent l’intérieur à leur goût, et certaines repeignent même les sols des autres.

Ce sont les cas dont les lecteurs de Sympa nous ont fait part, et nous voulons partager avec toi les histoires les plus scandaleuses.

Je suis partie en vacances pendant deux mois. J’ai permis à un ami de rester avec son chien pendant mon absence, le temps qu’il rénove son appartement (il voulait avoir une place décente pour l’arrivée de sa femme, mon amie). Je l’ai hébergé gratuitement : j’ai payé le loyer d’un an à l’avance, et il ne m’est jamais venu à l’esprit de demander de l’argent à mes amis.
Une semaine avant mon arrivée, il a déménagé. Je suis arrivée et j’ai été choquée. La saleté dans l’appartement n’était rien... Dans le micro-ondes, il y avait de la moisissure. Dans la machine à laver, les affaires avaient pourri (il avait dû faire la lessive mais avait oublié de l’enlever) ! Les poils du chien s’étaient incrustés dans les tapis et le chien, quant à lui, avait dormi sur ma couverture préférée — cet ami l’avait jetée du lit sur le sol pour son toutou. Elle était couverte de bave et de poils.
Ils sont loin d’être pauvres : ces gens-là ont leur propre chaîne de restaurants. Ils auraient pu envoyer quelqu’un pour nettoyer mon appartement avant mon arrivée. Bref, je me suis mise à faire le ménage juste après le vol, un nettoyage de fond en comble. Et je ne suis plus allée chez eux pour me réjouir de leur belle, propre et riche rénovation... Ils n’étaient plus mes amis, voilà tout. © Elena Tchakoubach / Facebook

***

Une voisine est venue me rendre visite avec l’une de ses proches. Nous étions sur la terrasse en train de discuter. La soupe aux champignons cuisait dans la cuisine. La parente est sortie aux toilettes. Au bout d’un moment, je me suis souvenue de la soupe, j’ai couru à la cuisine et j’ai eu une image saisissante : cette dame était en train de dévorer la soupe bouillante directement de la casserole avec une louche. L’excuse : “Je passais par là, je n’ai pas pu résister”. © Ekaterina Ossipova / Facebook

***

À l’occasion de l’anniversaire de ma mère, mon oncle maternel et sa femme sont venus nous rendre visite. Ils ont passé la nuit et sont repartis le lendemain matin. Après leur départ, six cuillères à café ont disparu ainsi que des bonbons dans le vase. Comme un “bonus”, dans la nuit, ils ont pissé dans un grand vase de sol. Et nous ne l’avons découvert que trois jours plus tard à cause de l’odeur. Tous deux sont des scientifiques, d’ailleurs. © Marina Kouznetsova / Facebook

Après la visite des membres de la famille que je n’avais jamais vus auparavant, nous avons perdu quelques vêtements et un parfum. Et ce, malgré le fait que nous leur ayons fait des cadeaux (vaisselle, linge de lit, etc.). Ils ont vécu avec nous pendant une semaine, défrayés de tout. © Natalia Tolkachova / Facebook

***

Un jour, nous avons eu des invités. Je les ai installés dans une pièce adjacente à mon bureau. Une fois, je suis entré dans la chambre et j’ai vu que mon invitée a posé son pied sur le bureau de l’ordinateur et se coupait les ongles des orteils avec mes ciseaux à broder qui valent 100 $ ! Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de ciseaux courbes très pointus, délicats, pour des professionnels. Il fallait fouiller dans mes outils pour trouver les ciseaux les plus chers et les plus inadaptés pour couper les ongles ! Je ne parle même pas des pieds sur le bureau et du vernis à ongles qui a été pris sans permission. © Tasha Embroidery / Facebook

Une fois, mon frère est venu pour trois jours ; il est resté deux ans. Puis ma meilleure amie m’a demandé de rester deux semaines. Je l’ai à peine fait sortir après deux mois ! C’est le karma des personnes vivant dans la capitale. Tout le monde veut en profiter ! Et le plus intéressant, c’est leur excuse : “Je ne vis donc pas chez toi, j’y dors seulement !”. © Oksana Skripnik / Facebook

***

Mon ancienne amie est venue me rendre visite une fois pendant une semaine. Elle a bu tout le café en deux jours. Je n’avais aucune possibilité de me rendre au magasin avec mes horaires de travail et d’étude, et elle ne s’achetait de la nourriture et du Coca-Cola que pour elle-même. Et le matin, elle se plaignait qu’il n’y avait pas de café à la maison. Elle a ensuite lavé l’énorme valise de vêtements qu’elle avait apportée avec elle, car il n’y avait pas de laveuse dans l’appartement qu’elle louait. Après son départ, j’ai trouvé une quantité de mugs avec de la nourriture desséchée derrière le lit, et d’autres morceaux de nourriture dans divers endroits inattendus. © Nadejda Kalinina / Facebook

***

J’ai emménagé dans un nouvel appartement et j’ai tout acheté neuf : appareils électroménagers, meubles, etc. J’ai invité mes amis pour une crémaillère. Je n’avais pas envie de cuisiner, j’ai commandé des plats à domicile. Il y avait du poulet grillé. L’une des amies a essuyé ses mains grasses sur le canapé. Après le départ des invités, il y a eu un grand nettoyage. Bien sûr, il y avait des lingettes humides et des serviettes de table. Mais elle aimait le canapé. © Anna Zavolokina / Facebook

À l’occasion de notre mariage, nous avons invité ma belle-mère, qui vit dans une autre ville, à dormir chez nous. À son arrivée, elle a tout de suite commencé à nous indiquer où, selon elle, les choses devraient être :

— Mettez le panier à linge dans le couloir, il prend beaucoup de place dans la salle de bain !
— Mais nous l’aimons comme ça...
Nous nous sommes couchés. Le matin, nous nous sommes levés, et le panier était dans le couloir ! Mon mari l’a fait déplacer.
Et ce genre de chose arrivait à chaque fois qu’elle venait. En neuf ans, j’en ai eu pour trois volumes de ces histoires. Nous ne l’invitons plus... © Yulia Dmitrieva / Facebook

***

La famille de mon mari nous rendait visite... Le plateau en verre de la table basse était brisé. Ils cassaient des noix dessus ! © Alena Korneva / Facebook

***

J’avais une copine qui aimait venir avec des friandises et prendre ce qui restait avec elle. Genre, on a mangé un peu et ça suffit. Je ne l’invite plus. © Kristina Kupavskaya / Facebook

***

Ma belle-famille est venue nous rendre visite pour notre mariage. Nous les avons installés dans notre appartement et sommes allés chez ma mère. En arrivant le matin, nous avons constaté qu’ils avaient repeint les sols ! Ils n’aimaient pas la couleur de nos sols ! J’étais choqué. © Ekaterina Pepelyaeva / Facebook

Un jour, nous sommes tous partis en famille pour un mois. Le cousin de ma mère et sa famille voulaient venir dans notre ville. Pour qu’ils n’aient pas à dépenser de l’argent pour un hôtel, mes parents ont proposé de les héberger chez nous.
Résultat, à notre retour, nous avons trouvé des clous plantés sur les meubles de la cuisine (au bout du buffet et sur le vaisselier). “Sinon, il n’y avait pas d’endroit pour accrocher les serviettes”, ont dit les proches. Nos magazines Vogue, que ma sœur et moi collectionnions et révisions périodiquement, gisaient négligemment empilés dans la salle de bains, humides et avec des pages arrachées. Un des lits de la chambre était cassé.
Nos parents n’ont rien dit, mais ma sœur et moi avons fait part à mon cousin germain de ce que nous pensions de sa capacité mentale pour avoir gâché nos magazines ! © Bisquit / AdMe

***

Un couple avec un nourrisson est venu à notre fête du Nouvel An. La mère a pris un verre et s’est couchée. Quant à moi, j’ai passé toute la nuit à nourrir et à langer le bébé. J’ai utilisé tous les draps et les housses de couette (il n’y avait pas de couches à l’époque). Les parents ont eu une bonne nuit de sommeil et sont rentrés chez eux. Je ne les ai plus réinvités. © Olga Veriguina / Facebook

***

J’ai un jour observé la scène suivante : à la fête d’anniversaire de mon amie, assistait une de ses proches dont l’anniversaire était le lendemain. Pour gagner du temps, elle a commencé à préparer des friandises dans la cuisine de mon amie, en faisant appel à l’aide de la maîtresse de maison. C’est-à-dire qu’elle est venue à la fête, a mangé, a bu et en plus, on l’a aidée à cuisiner. Même pas de vaisselle à faire. D’ailleurs, pour son anniversaire, elle n’a invité personne de cette fête. © Svetlana Bogdan / Facebook

Ma mère a une connaissance qui vient régulièrement lui rendre visite à toutes les fêtes sans invitation. Elles ne sont pas vraiment amies, mais ma mère est une personne gentille, et donc l’accueille toujours et lui sert des plats délicieux. Cette connaissance invite constamment ma mère aussi. Mais ma mère n’aime pas rendre visite à des personnes qui ne lui sont pas proches. Un jour, elle a cédé et y est allée.
Cette dame lui a proposé du bortsch. Maman a essayé de refuser, en disant : “J’ai déjà déjeuné, merci”. Mais la femme lui a dit : “Tu peux le manger, ça fait trois jours que personne ne le mange ! Je n’ai pas de porcs pour terminer les restes”. Rideau ! © Olga Broughman / Facebook

***

Nous avons eu des visiteurs comme ça aussi. J’ai proposé à une amie de rester avec sa mère et ses deux filles jusqu’à ce qu’elles trouvent un appartement. Elles ont vécu pendant sept mois et n’ont même pas pensé à en chercher un. Sa fille aînée rentrait souvent tard le soir, saoule, et provoquait des scandales avec sa mère et sa grand-mère, ce qui nous faisait vraiment peur. Quand je leur ai trouvé une solution décente et bon marché, elle s’est vexée et a piqué beaucoup de nos affaires en partant. J’ai découvert plus tard qu’elle disait en plus des choses méchantes sur notre famille. L’amitié était terminée. © Oksana Saint-Etienne / Facebook

***

Une amie et son bébé sont venus nous rendre visite. L’enfant courait partout dans l’appartement avec le gâteau, le tamponnant sur la télé. L’amie, qui portait un nouveau costume, a ri et a dit : “Mais ne touche pas maman avec tes mains !”. Il a finalement commencé à grimper sur le dos du canapé et à sauter sur le sol. À cela, l’amie a répondu “l’enfant se développe”. © Tatjana Nielsen / Facebook

Bonus : compétence utile

J’ai acquis la compétence très utile de dire non aux personnes qui veulent me rendre visite à l’improviste, rester avec moi pendant quelques jours/semaines et ainsi de suite, lorsque ce n’est pas dans mes plans ou lorsque je ne suis pas prête à annuler mes plans... Il existe des territoires neutres pour les rassemblements et des hôtels où séjourner. Ma maison, mes règles. © Julia Romanova / Facebook

As-tu déjà eu des visiteurs dont tu ne veux plus chez toi ? Qu’ont-ils fait ?

Photo de couverture Tasha Embroidery / Facebook
Partager cet article