Les lecteurs de Sympa nous racontent les pires fêtes de fin d’année de leur vie

Les fêtes de fin d’année sont une période magique. Du moins, c’est ce que l’on croit et ce que l’on attend. Mais si les uns ont la chance de les passer entourés de leurs proches dans une ambiance chaleureuse, les autres se retrouvent dans des situations où seul un miracle pourrait les aider.

Chez Sympa, nous avons compilé pour toi les histoires d’internautes qui ont partagé avec nous les souvenirs du pire réveillon de leur vie.

  • Je n’oublierai jamais le jour de l’An 1999. C’était la première fois que mes parents me laissaient faire la fête ailleurs. Mon amie et moi sommes allées chez des gars que nous ne connaissions pas très bien. Nous nous sommes vite ennuyées chez eux et ma copine a dit à tout le monde qu’elle connaissait quelqu’un qui travaillait dans une boîte de nuit et qui ne pourrait laisser entrer que nous deux. Nous avons donc annoncé aux garçons que nous allions aller danser quelques heures. Ils étaient choqués et n’ont pas eu le temps de réagir car nous étions déjà parties. Arrivées à la boîte, personne ne nous a laissé entrer et nous avons passé deux heures dans le froid car mon amie ne désespérait pas et essayait de trouver un moyen de pénétrer dans la salle. C’était inoubliable ! Puis, comme deux jeunes idiotes, nous sommes revenues chez ces gars mais les pauvres étaient tellement vexés qu’ils ne nous ont pas ouvert. Nous avons attendu quelques heures au rez-de-chaussée de l’immeuble jusqu’à l’ouverture du métro et puis, nous sommes rentrées chacune chez soi. © Emily Belkina / Facebook
  • Mon Noël le plus triste est celui où nous avons tous eu une intoxication alimentaire le 24 décembre au matin. Et je me souviens aussi de l’année où mes frères se sont disputés, ma mère s’est fâchée et a envoyé tout le monde se coucher à 22 heures. D’ailleurs, elle dit que c’était son meilleur Noël car elle n’a pas dû s’inquiéter de la cuisine et du ménage, personne n’a été malade d’avoir trop mangé et tout le monde a bien dormi. © Нарелин Эльве / AdMe
  • Je me souviens d’un réveillon de la Saint-Sylvestre vraiment pourri. Quand j’étais en terminale, mon amie m’a invitée à célébrer le nouvel an chez elle. Je m’attendais à danser et à faire la fête toute la nuit mais en réalité, nous avons dîné, regardé le feu d’artifice en direct de Versailles à la télé et à 00h30 je suis rentrée chez moi car les parents de ma copine sont allés se coucher. J’ai pleuré le reste de la nuit. © Наталия Алексеева / Facebook
  • J’ai attrapé la varicelle la veille du Nouvel An et au lieu de faire la fête avec mes amis, j’ai passé la nuit dans mon lit. C’était en 2007. © Ekaterina Kazmina / Facebook
  • Une fois, j’ai fêté le Nouvel An avec mes deux amies. J’avais tellement mal au dos ce soir-là que je pouvais à peine marcher. L’une de mes copines avait, comme par hasard, le même problème mais un peu moins grave. Un peu avant minuit, elle m’a proposé d’aller tirer un feu d’artifice qu’elle avait acheté pour la fête. Nous sommes arrivées sur un terrain vague, avons installé les fusées et nous sommes mises à distance. Les feux d’artifice étaient super jolis et puissants mais au bout d’un moment, les fusées sont tombées et elles se sont toutes dirigées vers un magasin se trouvant à 200 mètres du terrain. Je crois que je n’avais jamais couru aussi vite ! Nous nous sommes enfuies car nous avions eu peur d’avoir brûlé le magasin et de partir en prison pour le reste de notre vie. Une heure plus tard, nous y sommes allées voir les dégâts : il n’y avait rien du tout ! Le magasin était intact ! © Лилия Вахидова / Facebook
  • C’était en 96 ou 98. J’étais à une soirée avec mon petit ami et 20 minutes avant minuit, je l’ai vu dans les bras de ma copine. Blessée, je suis rentrée chez moi en courant (j’habitais juste à côté). Quand mes parents ont appris pourquoi je pleurais, ils m’ont servi un verre de vin : c’était la toute première fois que je buvais de l’alcool. Le pire c’est que la même situation s’est reproduite encore une fois mais pas le jour de l’an cette fois-ci et pas avec la même " copine ". Il s’est avéré que dans les deux cas, ces filles l’avaient fait exprès car elles étaient jalouses du fait que j’avais un si beau petit ami. © Марина Мась / Facebook
  • J’ai connu deux Nouvel An horribles : le premier c’était quand je suis tombée malade le 30 décembre et que j’ai passé le réveillon au lit avec 40 de fièvre. Et le deuxième c’était le Nouvel An 2006 alors que j’étais enceinte de 8 mois et que le père de mon futur enfant était parti chez ses amis tandis que moi, j’étais restée avec ses parents. Ce n’était pas cool. © Elena Bazanova / Facebook
  • Dans les années 90, pour le jour de l’An, j’ai lancé des fusées éclairantes. L’une d’elles s’est avérée être une grenade fumigène qui est tombée dans une grange abritant les vaches des voisins. Il y avait de la fumée partout et les vaches meuglaient comme des folles. J’ai pensé que j’avais mis le feu et j’ai eu vraiment trop peur. Heureusement, ce n’était que de la fumée. © Ирина Попандопуло / Facebook
  • Mon Nouvel An épique : je passais le réveillon avec la famille de mon petit copain. Quelques minutes avant minuit, son père a perdu l’équilibre et en essayant de se retenir à la table, il l’a faite tomber avec toute la vaisselle qui était dessus. Je crois que nous n’avions jamais fait le ménage aussi vite ! Nous avons réussi à tout ranger avant le compte à rebours et à trinquer avec une flûte de champagne à la main. © Асхаэль / AdMe
  • Pour le Jour de l’An 2000, j’étais malade et je suis restée à la maison alors que tout le monde est parti en ville pour voir le feu d’artifice. Pour une raison quelconque j’ai décidé que pour baisser la fièvre, il fallait manger des chocolats et de l’oignon et c’est ce que j’ai fait. La fièvre a disparu et je me suis endormie. © Яна Фрлог / Facebook
  • Une fois, quand j’avais 20 ans, je devais travailler de nuit pour la Saint-Sylvestre mais mon chef m’a fait une surprise et m’a appelé un taxi 20 minutes avant minuit pour que je puisse le célébrer avec ma famille comme nous l’avions fait toutes les autres années. Je suis montée chez moi en courant trois minutes avant le compte à rebours mais l’appartement était vide. Sans enlever mes chaussures, j’ai couru dans la cuisine, j’ai pris une bouteille de champagne et j’ai couru allumer la télé mais j’ai trébuché et fait tomber la bouteille. Je l’ai ramassée et en l’ouvrant, je me suis fait péter le bouchon sur le front. J’ai quand même eu le temps de remplir mon verre et de faire un vœu : j’ai souhaité que toute ma famille soit avec moi. Puis, je me suis mise à pleurer et j’ai décidé d’appeler mon frère qui était chez sa petite amie. Je ne savais pas où étaient partis mes parents car il n’y avait pas de portables à l’époque. Il s’est avéré qu’ils étaient tous ensemble et dix minutes plus tard, ils sont tous arrivés chez nous pour m’y retrouver en larmes dans le désordre total. Nous nous rappelons souvent cette nuit-là et ma mère culpabilise d’être partie. Mais il y a une chose positive : mon vœu s’est réalisé ! © Оксана Хаммуд / Facebook
  • J’ai eu un Nouvel An étrange, une fois. J’étais à l’hôpital, enceinte de six mois, et j’étais sûre que je devrais passer le réveillon là-bas. Mais le 31 décembre, à 14 heures, mon médecin m’a autorisée à sortir. Le temps de remplir tous les papiers nécessaires, je suis rentrée à la maison en début de soirée. Évidemment, nous n’avions pas d’invités prévus et personne n’avait rien cuisiné. Nous avons mangé des pizzas surgelées et passé le réveillon à deux devant la télé. C’était marrant. © Анна Некрашевич / AdMe
  • Une fois, quand nous étions enfants, nous jouions à cache-cache pendant que les adultes faisaient la fête. Je me suis cachée dans un placard. Tout le monde m’a cherchée pendant très longtemps et c’est seulement quand j’ai entendu ma mère dire qu’il fallait appeler la police que je suis sortie de ma cachette. Je me suis fait gronder. Cela semblait très injuste. © Нина Петрухина / Facebook
  • J’ai invité mon petit copain à fêter la nouvelle année chez nous. Ma famille était assez pauvre et j’ai essayé de faire mon mieux pour préparer un bon dîner. J’ai même fait un gâteau que j’ai décoré avec des fruits achetés avec mon argent de poche.
    Mais tout n’est pas allé comme prévu dès le début. D’abord, mes parents n’ont pas voulu attendre mon copain et quand il est enfin arrivé vers 23 heures, ils étaient déjà assez " fatigués ". Puis, quand j’ai voulu sortir mon gâteau du frigo, je n’ai trouvé qu’une seule part sur le plat ! Il s’est avéré que ma mère l’avait trouvé tellement joli qu’elle avait décidé d’en distribuer à tous nos voisins !
    Cela doit sembler peu important, surtout que je ne suis pas restée avec ce copain, mais je n’arrive pas à oublier ce désastre. Je crois que je vais même en parler à mes petits-enfants pour leur expliquer qu’il ne faut pas faire pareil. © Евга / AdMe

Et toi, quelle était ta meilleure et ta pire soirée de Noël ou de Nouvel An ? N’hésite pas à partager tes souvenirs avec nous dans les commentaires !

Partager cet article