Une maman crée des poupées inclusives pour que les enfants handicapés se sentent acceptés

Clare Tawell est une mère qui vit au Royaume-Uni. En 2017, elle a décidé de créer des poupées uniques avec des appareils auditifs internes pour sa fille qui est née sourde. À cette époque, il n’y avait pas de jouets auxquels sa petite pouvait s’identifier. Elle a donc décidé de se mettre au travail et a ouvert une boutique en ligne appelée “BrightEars”, où elle propose des accessoires et des collections pour des filles et des garçons atteints notamment de problèmes d’ouïe et de vue.

Sympa a interviewé Clare afin d’en savoir plus sur l’importance de créer ces poupées et de parler de l’inclusion à travers les jeux.

Clare a commencé à chercher une poupée qui ressemble à sa fille

Aucun magasin ne vendait ni ne fabriquait des poupées ressemblant à Tilly, et Clare a trouvé que le manque d’intérêt pour créer des jouets pour des enfants handicapés était une façon inacceptable de les ignorer. “C’était clair que ces enfants ne les intéressaient pas, étant donné qu’ils ne font pas partie d’une société dite ’normale’, ce n’était pas la peine de les représenter”, expose-t-elle.

Clare ne pouvait pas attendre que quelqu’un invente un jouet adapté pour sa fille. C’est ainsi qu’elle a créé sa première poupée. “Elle n’était pas parfaite, les bords étaient irréguliers !” Mais la poupée avait le même appareil auditif que Tilly. “Quand elle l’a vue, ce fut le coup de foudre pour ma fille”, dit-elle.

D’autres parents ont commencé à lui commander des poupées pour leurs enfants

Peu après sa première création, les mamans d’autres enfants lui ont demandé si elle pouvait créer des poupées pour eux aussi. Clare, qui travaille en tant que radiologue, a accepté, et a commencé à profiter de son temps libre pour modifier des poupées et les vendre aux familles qui vivaient la même situation.

Le nom de sa boutique en ligne, “BrightEars” (Oreilles brillantes) vient du fait que Tilly et sa mère décorent les appareils auditifs de l’enfant avec des autocollants comme des licornes et même des dinosaures. “Ses appareils sont faits pour attirer l’attention notamment grâce aux couleurs. Elle les porte tous les jours, cela fait partie de sa vie, et je ne veux pas qu’elle en ait honte ou qu’elle les cache. Elle est fière d’être sourde”, a-t-elle ajouté.

“Nous n’allons pas cacher nos ‘différences’, nous avons le droit d’être reconnus et d’être fiers de notre condition !”

Avec le temps, la boutique et le projet de Clare ont évolué vers la création de jouets adaptés aux enfants et qui encouragent l’inclusion à travers les jeux. Elle explique que le harcèlement provient souvent de l’ignorance, et qu’il est absolument nécessaire de sensibiliser les gens pour éviter ce fléau.

Clare travaille toujours chez elle, dans sa salle à manger, qui est désormais son entreprise, ni plus ni moins. Elle a déjà fabriqué plus de 3 000 poupées.

Ses affaires vont bien, mais cela ne suffit pas. Son objectif principal est le même que lorsqu’elle a commencé son activité : “Crier au monde entier qu’il ne faut pas cacher nos ’différences’, que nous sommes là, que nous existons, que nous avons le droit d’être reconnus, et que nous sommes fiers !”.

À ton avis, l’industrie des jouets est-elle suffisamment inclusive ? Connais-tu d’autres idées ou d’autres projets comme celui-ci ? Lesquels ? N’hésite pas à nous en parler, nous serons ravis de te lire dans les commentaires !

Partager cet article