Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Voici l’histoire de Michael Oher, l’homme qui a inspiré le film “The Blind Side”

En découvrant cet adolescent corpulent et timide, certaines personnes ont pensé qu’il n’était rien de plus. Néamoins, il faut simplement l’admirer sur le terrain pour se rendre compte que son talent réside dans le sport, mais son chemin vers le succès n’a pas été facile. Le destin lui a permis de croiser des individus qui ont eu confiance en lui et qui ont su aller plus loin que sa taille ou sa couleur de peau.

Cet article fait référence à Michael Oher, dont l’histoire a inspiré le film The Blind Side. Sa vie avait mal commencé, mais elle s’est transformée en une véritable leçon grâce aux efforts, à l’empathie et à la solidarité. Chez Sympa, nous souhaitons partager plus d’informations au sujet de son parcours de vie.

Qui est ce grand jeune homme ?

En 2002, à Memphis, il n’y avait que peu d’informations sur ce jeune homme de 16 ans, qui n’avait pas de domicile fixe et qui dormait sur le sol que quelqu’un lui offrait pour quelques jours. L’une de ces généreuses personnes a été Tony Henderson, connu sous le nom de “Big Tony”, qui a fait le nécessaire pour que Michael soit accepté à la Briarcrest Christian School, pensant qu’il serait un bon élément pour l’équipe de basket.

Toutefois, le dossier scolaire de “Big Mike” (le surnom donné à Michael) n’était pas des plus glorieux : il avait un quotient intellectuel de 80 et avait déjà étudié dans 11 écoles publiques. De plus, il avait été déscolarisé pendant plus d’un an, contraint de redoubler deux classes et il avait beaucoup de retard. La seule explication de son passage en classe supérieure était que ses professeurs cherchaient à se débarrasser de lui et à ce qu’il soit pris en charge par un autre établissement scolaire.

Par la suite, l’équipe éducative de la Briarcrest Christian School a appris que Big Mike avait 11 frères et sœurs, que son père avait été assassiné et que sa mère souffrait d’une addiction aux drogues, raison pour laquelle Michael avait passé du temps en foyer. Au départ, le directeur a refusé son inscription dans l’établissement, mais grâce à la pression de l’entraîneur de football et après s’être rendu compte que c’était la seule chance pour Michael de poursuivre ses études, il a accepté à condition qu’il ne participe à aucune activité extra-scolaire, ni à la chorale, jusqu’à ce qu’il prouve ses capacités en améliorant ses notes.

Le problème était que Michael avait eu une expérience de vie et scolaire particulièrement difficile, et qu’il semblait s’être métamorphosé rapidement en jeune homme de 16 ans. Il n’avait jamais entendu parler d’un verbe ou d’un substantif, il ne parlait pas beaucoup et serrait tout juste la main du directeur. Quelques semaines après son arrivée, plusieurs professeurs ont suggéré son départ.

Une main tendue

Collins Tuohy, une étudiante en deuxième année de la Briarcrest Christian School, a raconté à ses parents qu’elle avait croisé un jeune homme noir, particulièrement grand et qui portait toujours les mêmes vêtements. Un jour, son père, Sean, a rencontré Michael lors d’un match de basket. Par la suite, il a demandé à ce qu’on lui ouvre un compte permanent à la cafétéria de l’école, ce qu’il avait l’habitude de faire pour les enfants les plus modestes qui étudiaient dans l’établissement.

Sean Tuohy était le stéréotype du succès américain, un homme blanc et ambitieux qui possédait 60 restaurants et son propre jet privé. Parmi ses passe-temps, il avait pour habitude de se rendre dans cette école et d’avoir un rôle de consultant pour les entraîneurs des équipes sportives. Il faisait même des dons pour financer les études de certains étudiants.

Ses premiers pas dans le football américain

À l’école, Michael est parvenu à améliorer ses notes lorsque ses professeurs se sont aperçus que pour lui, il était plus facile de réaliser les examens à l’oral, plutôt qu’à l’écrit. À la fin de sa deuxième année, il a intégré l’équipe de basket, puis celle d’athlétisme et lors de sa troisième année, il est finalement rentré sur le terrain de football.

Lors de ses premiers entraînements, Michael a prouvé qu’il était plus qu’un grand gaillard qui pouvait intimider l’équipe adverse avec sa taille. Big Mike a pris un mannequin en plastique d’au moins 22 kilos et a couru avec lui à grande vitesse, comme s’il était aussi léger qu’une plume, surprenant alors tout le monde. Le jeune homme pesait 156 kilos pour 1m93. Les autres s’imaginaient qu’il aurait du mal à courir, mais ils s’étaient trompés.

Tandis que Michael travaillait dur pour améliorer ses performances au football, il passait ses nuits parmi cinq familles différentes, dont celle de Sean Tuohy. Un jour, après un entraînement, Leigh Anne s’est proposée pour l’accompagner où il souhaitait, mais après avoir vu les conditions dans lesquelles il vivait, elle a décidé de l’héberger de façon définitive. Un changement considérable dans la vie de Michael : c’était la première fois qu’il avait son propre lit. Il est devenu le troisième enfant d’une famille riche et il entretenait une bonne relation avec la fratrie.

Big Mike a commencé à jouer en tant qu’offensive tackle, mais son principal problème sur le terrain est qu’il ne semblait pas comprendre ce qu’il se passait autour de lui. Il se montrait passif et n’avait aucune intention d’attaquer qui que ce soit. Cependant, tout le monde affirmait qu’il était un mur infranchissable, c’est pourquoi plusieurs entraîneurs de football américain universitaire voulaient l’avoir dans leur équipe. Par la suite, il est devenu left tackle, l’un des postes les plus prestigieux de ce sport.

Beaucoup de talent, peu de qualifications

Quel que soit son niveau dans le sport, Michael ne pourrait jamais jouer en NFL s’il n’obtenait pas une meilleure moyenne, lui permettant alors d’être admis dans une université. Leigh Anne a décidé de prendre les choses en main et de parler avec les professeurs de Michael pour leur demander ce qu’il devait faire pour augmenter ses notes. Malgré la difficulté, il mettrait tout en œuvre pour y parvenir.

Avec le soutien de Leigh Anne et une tutrice qui lui donnait des cours cinq jours par semaine, Michael est passé de moyenne la plus basse à l’une des plus hautes, atteignant alors le tableau d’honneur. En dépit de ses efforts, ses notes des premières années étaient tellement faibles qu’il n’a pas réussi à atteindre la moyenne nécessaire.

Par conséquent, il était temps de passer au plan B. Sean a suggéré des cours proposés sur internet par une université. Ils permettaient de substituer les notes d’un semestre complet pour préparer un nouvel examen qui prendrait plusieurs semaines. De cette façon, Michael est parvenu à éliminer les F de ses bulletins et à les remplacer par des A.

Michael était prêt à avoir son diplôme, il ne manquait qu’un petit détail : une photo de lui enfant, une tradition de l’annuaire scolaire de la Briarcrest Christian School, où chaque élève est présenté avec une photo récente et une photo d’enfance. Mais Michael ne possédait aucune photo de lui, alors Leigh Anne s’est rendue dans plusieurs familles d’accueil où il avait résidé, même chez sa mère biologique. Cependant, elle n’a trouvé qu’une photo de Michael à l’âge de 10 ans.

Mais Leigh Anne ne souhaitait pas qu’il y ait une case vide dans l’annuaire, alors elle a allumé son ordinateur, a téléchargé “la plus belle photo d’un bébé noir qu’elle ait pu trouver” et l’a fournie à l’établissement scolaire.

Le début d’un avenir prometteur

En mai 2005, Big Mike a eu une émouvante remise de diplôme aux côtés des personnes qui l’avaient aidé à l’obtenir : sa nouvelle famille, sa tutrice, son entraîneur, le directeur de l’école et l’homme qui l’avait accompagné à Briarcrest pour la première fois, Big Tony.

Malgré les difficultés rencontrées par Michael pour intégrer l’université, il a été accepté à l’Université du Mississippi (Ole Miss), où son quotient intellectuel a été réévalué et où il a découvert qu’il avait augmenté entre 20 et 30 points. Il a également été au tableau d’honneur à plusieurs reprises, et en 2009, il a décroché une licence en Justice Criminelle.

Après sa carrière dans l’équipe de football universitaire, il a signé un contrat de 5 ans et de 13,8 millions de dollars avec les Ravens de Baltimore, équipe avec laquelle il est devenu champion en 2013 en remportant le Super Bowl XLVII. Bien qu’il n’ait pas officialisé sa retraite sportive, depuis 2017, il ne joue plus à la NFL. Désormais, il mène une vie paisible dans le Tennessee et continue à cohabiter avec la famille Tuohy.

L’histoire de Michael Oher est le parfait exemple qu’avec de la persévérance et du soutien,
les rêves peuvent devenir réalité.

Alors, qu’as-tu préféré dans ce récit ?
Et toi, connais-tu d’autres exemples d’histoires comme celle de Michael
qui mériteraient d’être diffusées et partagées ?
N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !