Sympa
Sympa

10 Conseils pour apprendre à tes enfants à ne pas être influencés négativement par leur groupe d’amis

La pression sociale peut englober le fait de se sentir contraint de faire les mêmes choses que ses pairs afin d’être accepté et apprécié par un groupe. Bien qu’il soit possible d’être sous l’influence négative des autres dès le plus jeune âge, c’est plus fréquent à l’adolescence, car les jeunes veulent s’intégrer et ont peur d’être rejetés ou critiqués. Cela peut les rendre plus vulnérables et les pousser à réaliser des choses qu’ils n’ont pas envie de faire, juste parce ce que les autres le font, même si c’est mal ou risqué.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui compilé 10 conseils qui peuvent aider les parents à guider leurs enfants pour faire face à la pression sociale. Avant de continuer, nous te rappelons que cet article est purement informatif et que tu dois consulter des spécialistes, tels que des éducateurs et des psychologues, pour un soutien plus adapté.

1. Essaie de maintenir une bonne communication avec ton enfant

Maintenir une bonne communication et renforcer la relation avec tes enfants est essentiel pour traverser les périodes difficiles ensemble et soudés. Il est recommandé aux parents de faire savoir à leurs enfants qu’ils seront toujours là pour eux, prêts à les écouter et à aborder n’importe quel sujet avec eux. En agissant ainsi, tu créeras une base pour qu’ils se sentent en confiance pour te raconter des situations inconfortables qu’ils peuvent traverser, comme la pression sociale par exemple.

Pour une bonne communication, écoutez à tour de rôle ce que l’autre a à dire. Évite d’être agressif, dur, de faire des reproches ou de n’écouter qu’à moitié. C’est mieux que tu poses des questions et que tu partages tes préoccupations, au lieu de supposer et de critiquer.

2. Rencontre ses amis

Il est important de connaître les amis de tes enfants. Tu peux les inviter chez toi, en leur offrant un espace sûr et agréable où ils peuvent se retrouver, avec de la nourriture savoureuse et de bonnes vibes. Cela permet aux parents qui reçoivent d’établir des règles de conduite et, à leur tour, de mieux comprendre ce dont parlent les enfants, ce qui les intéresse et ce qui peut les préoccuper.

Un autre conseil est d’entrer en contact avec les parents du groupe d’amis pour avoir une idée des valeurs familiales et des pratiques parentales que vous partagez. En plus, le fait d’avoir de bonnes relations avec eux peut t’aider à obtenir des informations pertinentes lorsque les enfants passent du temps dans d’autres maisons ou sont surveillés par d’autres adultes lors de différents événements : avec qui ils seront, qui s’occupera d’eux, à quelle heure ils rentreront, etc.

3. Encourage-le à rencontrer de nouvelles personnes

L’une des raisons pour lesquelles ils peuvent céder à la pression sociale est leur désir d’avoir des amis, d’être acceptés et d’appartenir à un groupe. Si les parents encouragent leurs enfants à participer à diverses activités où ils peuvent rencontrer de nouveaux camarades, ils auront l’occasion de se faire des copains dans différents environnements et éviteront de vouloir “s’enfermer” dans un seul.

4. Apprends-leur à réfléchir aux conséquences d’un comportement risqué

Pour les aider à prendre des décisions plus sûres, en plus de leur apprendre quels comportements sont mauvais ou risqués, il est conseillé de les encourager à réfléchir aux conséquences de leurs actes. Ces idées peuvent t’aider :

  • S’il participe à un plan visant à faire du mal à un autre enfant, ce dernier pourrait être blessé et se sentir triste. Tu pourrais lui demander quelque chose comme : “Que ressentirais-tu si tu étais à sa place ?”
  • S’il enfreint les règles ou se comporte mal à l’école, dis-lui qu’il risque d’être expulsé, de perdre des privilèges à la maison (comme les sorties ou les heures de jeux), et que cela peut affecter ses notes.
  • S’il pense que c’est rigolo de voler quelque chose dans un magasin pour avoir l’air cool auprès de ses potes, il est important de lui faire comprendre que cela peut avoir des conséquences juridiques, que ce n’est pas un jeu.
  • Avant de faire quelque chose dont il n’est pas sûr, il peut se demander : “Est-ce que je serai fier de moi après l’avoir réalisé ?”

5. Mettez-vous d’accord sur une phrase “secrète” qui t’indique qu’ils ont besoin de ton aide

C’est une pratique qui peut permettre de sortir les jeunes du pétrin quand ils se sentent mal à l’aise ou ont peur dans une situation donnée. Des mots ou les phrases avec des codes spéciaux leur permettront de passer un appel ou d’envoyer un message pour dire à leurs parents de venir les chercher, sans avoir à expliquer la vraie raison devant leurs amis, évitant ainsi un sentiment de honte ou de gêne.

Par exemple, si un ado est à une soirée et qu’il s’y sent mal, il peut appeler ou envoyer un message à ses parents avec la phrase qu’ils ont convenue auparavant pour ce genre de situation, comme : “Maman, j’ai une sale migraine, tu peux passer me prendre ?” Du coup, sans poser d’autres questions, la mère saura qu’il a besoin de son aide.

6. Fais-lui savoir que c’est normal de dire “non”

Il peut être difficile de répondre “non”, même pour des adultes. C’est pourquoi il est important que les parents fassent attention à la façon dont ils fixent des limites ou refusent de faire certaines choses. Utiliser un exemple est essentiel — en plus de les rassurer sur le fait qu’il est normal de dire “non”, c’est génial pour eux de voir comment les membres de la famille fixent des limites de manière respectueuse et claire en disant “Non, ça ne me convient pas” ou “Je ne peux pas en ce moment”.

Se retrouver seul face à un groupe et devoir dire non peut parfois être très difficile ; s’ils ont des amis qui ont des valeurs similaires, ils peuvent trouver du soutien auprès de l’un d’eux pour refuser ensemble de faire les mauvais choix, sans avoir peur du ridicule.

7. Apprends-leur d’autres stratégies pour répondre s’ils n’osent pas dire non directement

Il peut arriver que tes enfants ne veuillent pas dire non de manière directe, alors tu peux leur conseiller d’autres stratégies comme par exemple te “blâmer” pour avoir refusé de faire quelque chose qu’ils pensent être mal ou dangereux. Un argument qu’ils pourraient par exemple utiliser : “Tu plaisantes ? Mes parents me puniront pendant un mois si je fais ça”.

Une autre alternative est de proposer à leurs camarades de faire une autre activité plus amusante ou intéressante que le comportement incorrect que leurs amis proposent à ce moment-là.

8. Faites un jeu de rôle sur la façon de répondre à une proposition que tu veux refuser

En plus de leur donner des idées sur la façon dont ils peuvent réagir à une situation où ils sont sous pression, les parents peuvent suggérer des jeux de rôle (comme s’il s’agissait d’une répétition d’une pièce de théâtre ou d’une scène de leur série préférée). Cette pratique peut aider les parents à apprendre aux enfants à être respectueux et à s’affirmer lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec quelque chose.

Si, par exemple, un enfant a été exposé à des moqueries à l’école, les parents peuvent demander à l’enfant d’interpréter le rôle de l’ami qui le taquine. L’enfant exposera alors une situation similaire à celle qu’il vit. L’adulte a ensuite la possibilité de dire une phrase appropriée, respectueuse et pleine d’esprit pour répondre, en jouant le rôle de l’enfant.

9. Limite et surveille son temps de connexion à Internet

De nos jours, l’environnement numérique est un milieu où les enfants et les adolescents peuvent être exposés à la pression sociale, alors il est conseillé aux parents et aux responsables de fixer des limites en tenant compte de l’âge de leurs enfants. Voici quelques conseils qui pourraient t’être utiles :

  • Limite le temps qu’ils passent sur internet, réparti à part égale avec d’autres activités comme les devoirs, le temps passé en famille et les activités extrascolaires.
  • Surveille ce qu’ils font en ligne et vérifie les classifications de leurs jeux vidéo, et des émissions et films qu’ils regardent. Tu peux aussi consulter l’historique de leurs recherches sur internet et voir les applications qu’ils ont sur leur téléphone.
  • Les parents peuvent prendre l’habitude de regarder des films et des séries en famille et de surfer ensemble sur internet. Ils peuvent ainsi analyser ce qu’ils regardent et en discuter pour renforcer les valeurs familiales.
  • Demande-leur quelles sont les célébrités ou les influenceurs qu’ils admirent et ce qu’ils aiment le plus chez eux, pour voir s’il y a quelque chose de spécifique à leur expliquer sur la différence entre ce que la personne montre sur ses réseaux et la réalité, la partie non publiée.
  • Renseigne-toi sur des questions telles que la cyber-intimidation et explique aux adolescents les pratiques qui peuvent leur nuire lorsqu’ils sont en ligne.

10. Aide-le à avoir confiance en lui

Il est essentiel que les parents aident leurs enfants à avoir confiance en soi et une bonne estime de soi, car cela les rend moins susceptibles de céder à la pression des autres. Respecter leurs préférences, féliciter leurs réussites et leur bon comportement, ainsi que leur montrer que tu leur fais confiance et qu’ils peuvent prendre de bonnes décisions, peut les aider à cet égard.

Alors, lesquels de ces conseils aimerais-tu commencer à mettre en œuvre dans ta famille ? As-tu d’autres conseils à partager avec nous pour aider les enfants à gérer la pression sociale ?

Sympa/Psychologie/10 Conseils pour apprendre à tes enfants à ne pas être influencés négativement par leur groupe d’amis
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire