Sympa
Sympa

10 Questions d’entretien d’embauche qui déconcertent souvent même les personnes intelligentes

De nombreuses personnes ont des sueurs froides à la seule évocation des entretiens d’embauche. Il est parfois difficile de trouver un emploi avec un bon salaire, surtout si l’on sait que les employeurs peuvent être trop pointilleux lorsqu’ils recrutent du personnel et qu’ils utilisent toutes sortes d’astuces pour cerner l’employé potentiel.

Chez Sympa, nous avons décidé de partager avec toi des conseils et astuces pour t’aider à interpréter correctement les questions de l’intervieweur et à éviter tout piège avec facilité.

10. Quel est votre travail de rêve ?

Souvent, les gens n’hésitent pas à répondre à cette question en se basant sur leurs loisirs préférés ou leurs fantasmes d’enfance, mais... Ne fais pas cela lors d’un entretien d’embauche. En la posant, le recruteur ne veut savoir qu’une chose : dans quelle mesure le poste que tu envisages d’occuper correspond à tes objectifs de carrière ultimes.

Peut-être il est vrai que tu rêves de devenir une star du rock and roll ou footballeur professionnel. En revanche, si l’emploi auquel tu postules n’est pas du tout proche de tes rêves, ton interlocuteur comprendra tout de suite que tu dois accepter cet emploi pour subvenir à tes besoins et à ceux de ta famille, et qu’il est donc peu probable que tu t’investisses pleinement dans le développement de l’entreprise.

9. Avez-vous déjà volé un stylo au travail ?

Certes, cela est probablement arrivé à tout le monde au moins une fois. Et si l’on prend ce fait pour acquis, il devient clair que l’on te pose cette question juste pour te tester. Si tu dis que tu n’as jamais emporté par accident un stylo de travail chez toi, ton interlocuteur tirera certaines conclusions très désagréables sur ton honnêteté.

Donner une réponse négative catégorique n’est donc pas la meilleure solution, pas plus que de se vanter qu’il ne te coûte rien de t’approprier les biens de l’entreprise et que tu peux le faire. Réponds simplement et franchement : “Je suppose que, comme tout le monde, il m’est arrivé une ou deux fois d’emporter accidentellement un stylo, mais je reviens alors le plus souvent travailler avec au lieu de le stocker chez moi”.

8. Pourquoi les plaques d’égout sont-elles rondes ?

Cette question va probablement te paraître étrange. La première chose à comprendre est que cette question ne t’est pas posée pour obtenir la bonne réponse. De cette façon, l’interviewer teste ta réaction à des questions logiques étranges et inhabituelles — c’est une sorte de simulation d’une situation stressante. Si tu es capable de réfléchir objectivement au sujet, tu passeras le test avec succès.

Si une telle question te laisse perplexe, il est logique de penser que l’imprévisibilité au travail ou avec les collègues peut tout aussi bien te déstabiliser. Bien entendu, le recruteur peut également poser toute autre question similaire, et tu dois t’y préparer psychologiquement. N’oublie pas : il vaut mieux essayer de donner une réponse que de plaider l’ignorance.

7. Comment définissez-vous le succès ?

Dans son essence, cette question rejoint un peu la question sur les emplois de rêve. La notion de réussite est trop subjective, et les recruteurs posent des questions à ce sujet pour une bonne raison. Lorsque les candidats admettent honnêtement que, pour eux, la réussite personnelle consiste à gagner un million de dollars ou à courir un marathon, ils obtiennent rarement le poste qu’ils souhaitent.

Un employeur potentiel n’est pas intéressé par tes réussites individuelles, qui n’ont absolument rien à voir avec l’entreprise. Si tu veux obtenir le poste, tu dois te concentrer sur ce qui t’apportera le succès, non seulement à toi, mais aussi à l’entreprise dans son ensemble. Par exemple, tu pourrais dire que pour toi, en tant que directeur général, la réussite consiste à organiser une équipe soudée, à la former parfaitement et à battre des records de vente chaque mois.

6. Comment vous êtes-vous préparé à cet entretien ?

“Je ne me suis pas préparé pour l’entretien !” - est une réponse audacieuse et présomptueuse qui peut te coûter ton emploi, tout comme les arguments irréfléchis et longs qui ne te montrent pas comme un professionnel. Cette question est posée pour que l’interviewer puisse se faire une idée de l’intérêt que tu portes à un poste particulier.

Si tu veux vraiment travailler ici, renseigne-toi sur l’organisation et étudie le site web de fond en comble, et c’est exactement de ça qu’il faut parler. Tu peux également essayer d’impressionner davantage ton interlocuteur en démontrant ta connaissance du secteur dans son ensemble, en commentant les évolutions récentes et en posant des questions avisées.

5. Comment est le temps ?

On t’a posé une simple question piège ! De nombreux demandeurs d’emploi ne se rendent pas compte que, dans ce cas, leurs réponses sont également très importantes, et passent involontairement au mode de communication “amical” sans prêter attention à ce qu’ils disent.

Ainsi, par exemple, si tu te plains du temps qu’il fait et des difficultés que tu rencontres pour te rendre au bureau, tu risques d’oublier le poste pour toujours. Si tu réponds brièvement “ça va” ou “pas mal”, tu peux donner la mauvaise impression d’être trop renfermé. Il est préférable de donner une réponse détendue, ouverte et positive, comme si tu répondais à la même question “travail” que tout le monde.

4. Avez-vous déjà pensé à devenir un entrepreneur ?

Si tu postules pour un emploi, ne t’attends pas à ce que la boîte apprécie ton esprit d’entreprise. Il n’y a aucune honte à vouloir diriger sa propre société, mais il est peu probable que les employeurs l’encouragent, car même si tu aspires à un rôle de direction, ils recherchent un membre de l’équipe, et non une personne ayant des ambitions d’entrepreneur.

Après tout, de l’argent et du temps auront été consacrés à ta formation, et l’employeur ne veut pas s’inquiéter de te voir démissionner une fois que tu auras acquis des connaissances. Même si tu as rejoint l’entreprise pour profiter de l’expérience, il est préférable de ne pas en parler.

3. Que feriez-vous si vous gagniez à la loterie demain ?

L’une des tâches les plus importantes d’un intervieweur lors d’un entretien d’embauche est de comprendre la motivation du demandeur d’emploi à postuler. Dans ce cas précis, l’employeur veut savoir si tu continuerais à travailler si tu n’avais pas besoin de l’argent. Si ce n’est pas le cas, il est évident que tu n’entres pas dans l’entreprise pour te consacrer entièrement au “travail de ton rêve” et que tu peux très facilement disparaître du jour au lendemain.

En outre, l’intervieweur peut te demander comment tu dépenserais l’argent que tu gagnes. La réponse à cette question montrera ton niveau de maturité personnelle et ton degré de responsabilité vis-à-vis de tes finances. Alors ne parle pas de Maldives et de Lamborghinis, même si ce sont tes rêves. Réfléchis plutôt à une histoire d’investissement ou de maison pour la famille.

2. En quoi ce poste est-il différent des autres pour lesquels vous postulez ?

Cette question a été beaucoup posée ces derniers temps lors d’entretiens d’embauche dans diverses entreprises. C’est une question qu’un employeur potentiel utilise pour tester le candidat. Lors de la recherche d’un emploi, très peu de personnes soumettent leur CV à une seule entreprise ; en général, il est envoyé à plusieurs.

Dans ce cas, il est préférable d’être honnête et d’admettre que tu t’es proposé à plusieurs organisations, puis de parler brièvement de leurs similitudes ou de leurs différences, sans aller jusqu’à faire des remarques négatives sur d’autres entreprises pour tenter de marquer des points par une flatterie pure et simple. Rassure-toi, cela ne peut être que préjudiciable. Il est préférable de se concentrer sur les points forts du lieu sans faire de comparaisons désagréables.

1. Êtes-vous prêt à commencer demain ?

C’est aussi une question avec un très gros piège. Il s’adresse aux demandeurs d’emploi salariés. En fonction de la réponse donnée, l’examinateur comprendra à quel point tu es responsable de ton ancien poste et de ton presque ex-employeur.

Si un demandeur d’emploi est prêt à commencer un nouvel poste dès aujourd’hui, il est peu probable qu’il apparaisse au recruteur comme l’incarnation de la fiabilité. On suppose également que la personne a un besoin urgent d’argent. L’employeur peut en profiter et approuver un salaire beaucoup plus bas qu’il n’aurait pu le faire.

Raconte-nous les questions les plus inhabituelles et les plus mémorables qui t’ont été posées lors d’entretiens d’embauche. As-tu pu t’en sortir et donner une réponse qui a satisfait le recruteur ?

Partager cet article