Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

15 Tactiques qui feront que tes enfants participent aux tâches ménagères sans faire de caprices

4-47
419

Éduquer à la responsabilité et élever les enfants pour qu’ils deviennent des adultes indépendants à l’avenir est une tâche qui commence à la maison. Mais comment leur inculquer cela dès leur plus jeune âge sans se fatiguer ? Nous nous battons la plupart du temps pour qu’ils ramassent leurs affaires, qu’ils rangent leur chambre, qu’ils lavent la vaisselle ou qu’ils fassent leur lit. Et pourtant, il existe différentes façons de les faire participer aux tâches ménagères en les motivant et en les aidant à s’intégrer naturellement à la vie du foyer.

Sympa a réalisé une liste de conseils pratiques qui faciliteront à coup sûr le travail des parents pour que leurs enfants s’investissent davantage dans les tâches domestiques.

1. Donne-leur des consignes conformes à leur âge

L’habilité psychomotrice d’un petit enfant de trois ans n’est pas la même que celle d’un jeune de 13 ans. Chaque âge a donc un niveau de responsabilité et d’apprentissage correspondant, et il faut respecter cela car lui assigner des activités auxquelles il n’est pas préparé pourrait générer de la frustration. Les enfants âgés de deux à trois ans peuvent mettre le linge sale dans le panier et ramasser leurs jouets. De quatre à cinq ans, ils peuvent arroser les plantes, ranger le linge propre dans les tiroirs et placer leurs chaussures. Les enfants de six — huit ans peuvent mettre le linge dans la machine à laver, laver leurs assiettes et préparer le goûter pour le lendemain.

2. Exposer la situation, parler des sentiments propres et des besoins

Le psychologue américain Marshall Rosenberg a créé un modèle appelé communication non violente, un concept qu’il a décrit comme une façon d’aborder les besoins de chaque personne sans attaquer ou offenser les autres. Grâce à cette communication, les parents peuvent exposer la situation (" Chéri, dans ta chambre il y a trop de jouets par terre “) et parler de leurs propres sentiments et désirs (“J’aimerais que tu les ramasses pour que personne ne tombe”). On identifie les besoins des personnes impliquées et les sentiments évoqués permettent de créer une sorte d’empathie avec les autres.

3. Leur permettre de choisir les tâches

Il y a des tâches ménagères que nous réalisons même avec plaisir, tandis que d’autres nous posent pas mal de problèmes. Dans la mesure du possible, il faut demander aux enfants ce qu’ils préfèrent faire. Certains préféreront arroser les plantes, d’autres, ranger les courses. Chacun pourra donc réaliser une tâche différente et la finir.

4. Leur dire qu’ils sont devenus spécialistes pour réaliser certains travaux

Chaque personne a des talents différents : faire des activités manuelles, du bricolage, des réparations, ou organiser des objets. Les parents savent ce qui rend leur enfant unique. En nous basant sur cela, nous pouvons parler avec eux et leur attribuer une “spécialité”. Ceux qui ont une bonne motricité fine peuvent emballer des cadeaux ou créer des décorations pour une fête, et ceux qui aiment l’ordre peuvent organiser un tiroir par mois. Ils se sentiront spéciaux et valorisés pour ce qu’ils sont.

5. Mettre en place la technique du mot “quand”

Il est important d’apprendre aux enfants qu’ils doivent finir leurs devoirs pour pouvoir jouer ou regarder la télé. Pour ce faire, il est conseillé d’utiliser des phrases commençant par “quand” : quand tu auras fini de faire tes devoirs, tu pourras jouer avec ta balle". Ils trouveront une motivation qui les fera travailler un peu plus vite et toi, tu seras en train de renforcer chez eux la responsabilité et l’engagement.

6. Utiliser un système de renforcement positif

Le renforcement positif pourrait être basé sur un système de points. Par exemple, les enfants doivent accomplir 10 tâches par semaine : laver leur assiette tous les jours, ramasser leurs jouets, plier leur linge, et tant d’autres. Chaque activité vaut un certain nombre de points, donc à la fin du mois, la somme est faite. Il est recommandé de mettre une valeur de points aux prix qu’ils veulent obtenir, par exemple : une poupée vaut 30 points, un livre de coloriage en vaut 15, et ainsi de suite. Ils se sentiront motivés à l’idée de finir leurs activités.

7. Écrire des mots sur les objets afin de les faire " parler "

Les enfants ont beaucoup d’imagination, et le fait d’interagir avec eux en éveillant leur curiosité est une excellente façon de leur communiquer les tâches à réaliser. Tu peux leur laisser des mots sur les objets afin qu’ils aient l’impression que ces derniers leur “parlent”, par exemple : “Coucou Quentin, j’aimerais que mes draps soient bien lisses le matin, pourrais-tu m’aider à les étirer ? Amicalement, ton lit”.

8. Faire un planning mensuel

L’apprentissage a lieu plus facilement lorsque tu emploies des techniques visuelles pour renforcer les acquis. Un planning peut donc aider les enfants à organiser leur processus cognitif et à savoir où ils en sont quant à leurs responsabilités et leurs tâches pour les accomplir dans un délai déterminé.

9. Respecter leurs moments sans oublier la discipline

Comme les adultes, les enfants ont aussi des moments de colère ou de tristesse, et ils expriment leurs sentiments de différentes façons. Sans ignorer la discipline et l’exécution des tâches, en tant que parents, nous devons respecter leurs petits moments car ce sont des opportunités pour les écouter et faire preuve d’empathie à leur égard.

10. Les féliciter

Les enfants font pas mal d’efforts pour terminer leurs obligations. Et ils se sentent très fiers et satisfaits lorsque leurs parents les félicitent pour le travail bien fait. Inutile d’être trop strict et de les punir, cela n’apporte rien de positif, bien au contraire, ton enfant se sentira obligé de mentir et de dire qu’il a fait ce que tu lui as demandé, juste pour te faire plaisir.

11. Leur permettre de se tromper et d’être libres

Il est fort possible qu’au début ils aient du mal à réaliser une activité correctement. Cependant, il est important de les laisser libres et de leur permettre de se tromper. Cela leur apprendra à être patients, innovateurs et résilients. Aussi, ils apprendront à faire face à la frustration et à surmonter leurs erreurs.

12. Transformer ces moments en des opportunités de partage

Il y a des besoins qui sont couverts tous les jours, tels que manger. La préparation du repas peut donc devenir un moment privilégié pour partager. Tout le monde peut jouer un rôle, et cela encouragera le travail d’équipe. C’est aussi une occasion de créer des liens, d’encourager l’attachement, de parler avec les autres et de passer des moments précieux en famille.

13. Évite de faire le travail pour lui

Dès que tu lui attribues une tâche, évite d’aider ton enfant à la compléter. Il faut lui permettre de développer son autonomie et d’être responsable de ses devoirs. De plus, il saura que ses parents lui font confiance et qu’ils savent qu’il réalisera la tâche demandée correctement.

14. Établir un délai

Jamie Howard, directrice du Child Mind Institut, recommande d’établir des délais pour que les enfants réalisent leurs devoirs. Elle suggère de respecter les temps de concentration. Par exemple, les enfants de quatre à cinq ans peuvent réaliser des activités dans une période de cinq à 20 minutes, selon le cas. Pendant ce temps, ils doivent se concentrer sur une seule responsabilité acquise.

15. Les mots peuvent être convaincants, mais l’exemple est bien plus efficace

Les enfants apprennent avec des exemples. Ainsi, s’ils voient que les deux parents s’impliquent dans les tâches ménagères, eux aussi, ils le feront. Idéalement, ils ne doivent pas voir cela comme un fardeau, mais plutôt comme un moyen de maintenir l’ordre, d’être disciplinés et de savoir que, pour obtenir quoi que ce soit, il faut travailler fort.

Quelles autres techniques utilises-tu pour faire participer tes enfants dans les activités du foyer ? S’il te plaît, partage tes idées dans la section des commentaires !

4-47
419