Sympa

17 Règles d’étiquette des milléniaux qui ont remplacé les coutumes d’autrefois

Les milléniaux, ces individus nés entre 1981 et 2000, ont grandi et sont devenus adultes. Aujourd’hui, ils dictent les règles au monde entier. Et les études montrent que leurs normes morales et leur conception du “bien” et du “mal” diffèrent de celles de leurs parents, les représentants de la génération des (baby) boomers.

Chez Sympa, nous avons étudié les résultats des sondages de la génération Y. Et on voudrait partager avec toi les choses qui sont socialement acceptables et celles qui ne le sont pas selon ces jeunes adultes.

1. Les milléniaux ne jugent pas nécessaire de tenir la porte ni de laisser sa place à quelqu’un dans les transports en commun

17 Règles d’étiquette des milléniaux qui ont remplacé les coutumes d’autrefois

La plupart des représentants de la génération Y pensent que les bonnes manières au sens propre (du type “excusez-moi — merci — je vous en prie”) sont passées de mode. La plupart des milléniaux considèrent qu’il est acceptable de poser ses coudes sur la table et de ne pas dire “à tes souhaits” à quelqu’un qui vient d’éternuer. En revanche, le fait de tenir la porte à une personne ou de laisser sa place dans les transports en commun est superflu voire déplacé. En effet, ces actes peuvent être interprétés comme de l’âgisme ou du sexisme, des discriminations liées à l’âge ou au sexe. Ainsi, ton geste peut froisser la personne que tu as en face.

2. Mais il est strictement interdit de jeter ses déchets par terre

17 Règles d’étiquette des milléniaux qui ont remplacé les coutumes d’autrefois

En 2015, l’Américain Steven Reinhold et son ami ont décidé de faire un road-trip depuis la Californie jusqu’au Wyoming pour observer de magnifiques paysages. À un moment, un ticket de caisse s’est envolé par la fenêtre de la voiture mais Steven ne s’est pas arrêté pour le ramasser. Il a eu honte de son comportement et il s’est promis de ramasser 100 bouts de papier au cours de son voyage. Et en rentrant, il a lancé le projet #trashtag.
Quatre ans plus tard, le challenge a gagné en popularité dans le monde entier suite à la publication d’un autre utilisateur de Facebook. Byron A Román a posté deux photos d’un même lieu, avant et après le grand nettoyage qu’il a organisé. Ce geste a poussé de nombreux jeunes à agir. La grande majorité des milléniaux considère qu’il ne faut pas jeter ses déchets par terre. Et ils vont même plus loin en ramassant les détritus abandonnés par d’autres personnes. Par ailleurs, parmi les nouveaux “péchés mortels”, on trouve les éléments suivants :

  • écouter de la musique à un volume sonore trop élevé ;
  • parler trop fort en public ;
  • utiliser son téléphone à table pendant le repas ;
  • lire les messages des autres ;
  • prendre trop de place dans les transports en commun lorsqu’ils sont surchargés ;
  • parler avec une personne sans jamais la regarder et avoir les yeux rivés sur l’écran de son smartphone ;
  • ne pas retirer ses écouteurs lors d’une discussion ;
  • utiliser le haut-parleur dans les lieux publics et ne pas mettre son téléphone en silencieux là où doit régner le calme, comme par exemple, au cinéma ;
  • faire défiler les photos sur le portable d’une autre personne, sans en avoir demandé l’autorisation ;
  • pratiquer le ghosting, c’est-à-dire, interrompre brutalement toute communication avec un individu sans aucune explication.

3. Les bonnes manières numériques sont tout aussi importantes que les règles de politesse dans la vraie vie

17 Règles d’étiquette des milléniaux qui ont remplacé les coutumes d’autrefois

D’ici 2025, les milléniaux occuperont 75 % des emplois. Au travail, comme dans la vie privée, ils préfèrent la correspondance aux échanges téléphoniques ou physiques. Certains considèrent même que passer un coup de fil à quelqu’un est un acte déplacé. Cela peut signifier qu’on place nos propres besoins au-dessus des activités de notre interlocuteur et qu’on l’oblige à s’interrompre pour nous répondre. Ne serait-il pas mieux d’envoyer un message ?
Pas étonnant que les milléniaux, complètement immergés dans la réalité virtuelle, aient développé de bonnes manières numériques. En voici quelques-unes :

  • ne jamais annoncer les changements importants dans la vie d’un ami sur les réseaux sociaux, avant qu’il n’ait pu le faire lui-même ;
  • ignorer quelqu’un sur les réseaux sociaux est un geste grossier ;
  • il est interdit de spoiler le nouvel épisode d’une série ou la fin d’un film ;
  • le concept de TMI — too much information (trop d’information, en français) — signifie qu’il n’est pas nécessaire de publier d’innombrables photos de ses enfants et de ses animaux de compagnie. Il faut se limiter aux meilleurs clichés.
  • le fait de se vanter de ses réalisations tout en faisant preuve de fausse modestie (cette pratique porte le nom de humblebrag). Donc au lieu d’écrire “Je ne sais pas du tout gérer mon argent, j’ai encore claqué 700 euros dans un sac à main”, il vaudrait mieux partager directement la bonne nouvelle ;
  • ne te vexe pas si quelqu’un te tutoie dans les commentaires d’une publication visible à tous. Internet renie la hiérarchie. Les experts estiment que le “vous” de politesse est voué à disparaître à tout jamais.

Bonus : un gars proteste contre “les problèmes mondiaux les plus graves”. Son compte Instagram — “Le mec avec une pancarte” — est suivi par un million de personnes.

“Arrêtez d’utiliser des photos de groupe dans votre profil sur les sites de rencontre”

Et toi, quels comportements t’agacent le plus sur internet ?
N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience
dans les commentaires !

Illustré par Natalia Okuneva-Rarakina pour Sympa