Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

17 Types de collaborateurs que personne n’apprécie au bureau

3-1-
709

Travailler au bureau implique le fait de devoir côtoyer beaucoup de personnes différentes au quotidien. Avec certains, nous pouvons devenir extrêmement complices, avec d’autres, les relations ne seront jamais cordiales. Ceci est tout-à-fait normal, car nous avons tous nos personnalités, nos expériences et nos opinions. Il est impossible de s’entendre avec tout le monde, mais le fait de ne pas rentrer en conflit avec les collègues qui sont un peu “spéciaux”, ne fera que mettre en avant ton professionnalisme et ton aptitude à gérer le stress.

Chez Sypma, nous avons listé les principaux types de collaborateurs dit “toxiques” que l’on peut trouver dans n’importe quel bureau. Notre liste est basée sur des classifications établies par des psychologues et des cabinets de recrutement. Regarde bien, tu pourras peut-être y reconnaître certains de tes collègues ?

L’accro aux ragots

Ce type de collaborateur est souvent quelqu’un de serviable et très sympathique au premier abord. Il a pour but de gagner la confiance des autres afin de les manipuler ensuite. Il utilise l’information qu’il obtient pour arriver à ses propres fins. Il est toujours au courant de toutes les rumeurs et parle souvent dans le dos de ses collègues.

Le conservateur

Ce type de collaborateur est toujours contre toute innovation, que ce soit dans son service, ou dans l’entreprise en général. Et si on essaie de changer ses missions au quotidien, le mécontentement et le râlement ne tarderont pas à suivre. Le conservateur a du mal à absorber une nouvelle information ou à assimiler de nouvelles règles, voici pourquoi il ne sera jamais motivé pour faire une formation, ou acquérir une nouvelle compétence.

Le blasé

Voici quelques phrases typiques que l’on peut entendre de la part d’un tel collaborateur : “Ce n’est pas mon boulot” ; “Pourquoi c’est à moi de le faire ? ” ; “Je ne suis pas payé pour faire ça”. Cette approche peut avoir un impact très négatif sur l’ambiance générale, car elle tue l’esprit d’équipe et démotive tout le monde. Ce genre de personne ne fera jamais rien de plus que la “norme syndicale”. De surcroît, le fait qu’il ne soit jamais content et qu’il essaie d’embarquer les autres avec lui, peut saboter le travail du service entier ou même de toute l’entreprise.

Le prétentieux

Il est souvent très fier d’annoncer à tout le monde que “c’est lui le plus ancien ici”. La prétention de ce collaborateur dépasse toutes les limites, car selon lui, même les dirigeants le consultent pour la prise de décisions stratégiques. Il est sérieusement persuadé d’être le plus compétent et le plus intelligent. À l’écouter, tout le monde se doit de lui demander conseil, car lui, et lui seul, sait comment il faut diriger cette entreprise.

La victime

La journée de travail vient à peine de commencer, mais rien ne va déjà chez ce collaborateur. Ne t’attends pas à ce qu’il t’annonce une bonne nouvelle, sa seule occupation est de se plaindre tout au long de la journée. Généralement, il n’apporte rien à l’entreprise à part du négatif quotidien et permanent. Si après avoir parlé avec ce collègue tu as envie de te cacher dans un coin et de chialer, c’est qu’il a bien réussi son objectif.

Le manipulateur

Si après chaque compliment que tu reçois de la part de ce collègue, il te demande forcément de lui rendre service, n’aies pas de doute, tu fais face à un Manipulateur. Ce type de collaborateur passe son temps à essayer de manipuler les gens pour arriver à ses propres fins. Si tu ressens de la pression émotionnelle, ou si tu as l’impression d’effectuer des tâches qui ne sont pas les tiennes, il est très probable que tu sois en train de te faire manipuler. La présence de ce “marionnettiste” au bureau peut rendre les collaborateurs nerveux et provoquer des conflits, ce qui diminuera, évidemment, la productivité de l’ensemble des équipes.

Le frileux/Le thermophobe

Dans n’importe quel bureau, il y a un collaborateur qui a toujours froid, et un autre qui a toujours chaud. Le premier ne quitte jamais son gros pull, mais se gèle quand-même, prend tout le temps des boissons chaudes, et ne laisse personne ouvrir les fenêtres ou allumer la clim. Le deuxième, au contraire, crève constamment de chaleur et veut toujours tout ouvrir, même s’il fait un froid de canard dehors. Cette situation est tout à fait normale, car nous n’avons pas tous la même température corporelle. Malheureusement, souvent les collègues ne font pas preuve de patience vis-à-vis les uns des autres, ce qui peut également provoquer des conflits.

Le blagueur

Le blagueur est typiquement quelqu’un de très marrant et pétillant. Il a toujours en stock une nouvelle blague et peut égayer n’importe quelle conversation avec une histoire drôle. Il peut paraître très amical au premier abord, car il n’a pas de difficulté à parler aux gens. Cependant, en l’observant de plus près, il n’est pas difficile de comprendre que son efficacité au travail est proche de zéro. Il passe son temps à discuter, à se marrer et à faire des pauses café à longueur de journée.

Le profiteur

Ce genre de personne essaie toujours de se servir de ses collègues afin de satisfaire ses propres besoins. Cependant, contrairement au Manipulateur, il le fait juste pour économiser du temps, de l’argent, etc. Par exemple, il demande souvent qu’on vienne le chercher ou le ramener, évoquant sa relation amicale avec la personne à qui il s’adresse. Avec le temps, ce genre de comportement devient une habitude, et il commence à percevoir les services que l’on peut lui rendre comme quelque chose qui va de soi.

Le sans gêne

Ce type de collaborateur est connu pour son indiscrétion et son non-respect de l’espace vital des collègues. Il rentre dans la pièce sans frapper, ouvre les tiroirs des autres, fouille sur tous les bureaux, se met à côté de quelqu’un qui est au téléphone pendant la pause déjeuner. Et pourtant, tout le monde a le droit d’avoir son espace privé au bureau.

Ce principe doit être respecté par tout le monde : les collègues et la direction. Il est important d’avoir une certaine distance entre les personnes en milieu professionnel, notre santé physique et psychologique en dépend. Cela permet d’augmenter l’efficacité et d’assurer la satisfaction personnelle des collaborateurs.

Le fainéant

Le but ultime de ce genre de collaborateur c’est de trouver le maximum d’excuses pour ne pas travailler, pendant que les autres se donnent à fond. Le fainéant est passif, il fait le mort pendant les réunions, n’apporte rien à l’équipe et essaie d’éviter le travail par tous les moyens possibles et imaginables. Très souvent, ses collègues ont du mal à comprendre comment il peut se permettre de ne rien faire, et pour quelle raison il n’a toujours pas été viré.

Le loup solitaire

Ce type de collaborateur préfère travailler tout seul ; il se croit souvent supérieur aux autres et a tendance à sous-estimer ses collègues. Il ne doute jamais de son efficacité, pense que la seule façon de faire les choses est la sienne, et considère que ses propres besoins sont plus importants que ceux de l’équipe ou de l’entreprise. Il peut être dangereux pour l’employeur par son manque d’esprit d’équipe qui met en péril la productivité générale.

Le râleur

Le râleur critique le monde entier et tout ce que font ses collègues. Il est impossible de satisfaire ce genre de personne, il trouvera toujours des défauts à tes idées, tes propositions, ainsi qu’à ta façon de manger, de t’habiller, etc. Cependant, ce type de collaborateur n’accepte jamais la critique à son égard, car il est persuadé de toujours avoir raison.

La pipelette

Il est impossible de travailler avec un tel collègue : non seulement il est inefficace dans son travail, il n’arrête pas de distraire les autres avec ses histoires interminables, ses conversations dénuées de sens, ses demandes un peu stupides, etc. Ce n’est pas étonnant qu’en passant du temps avec cette personne, tu n’arrives jamais à faire correctement ton travail.

Le contrôleur

Il a tendance à vouloir tout contrôler : chaque action, chaque petit détail, chaque document. Le problème vient du fait que ce collaborateur n’a jamais suffisamment confiance en ses collègues, par conséquent, il a beaucoup de mal à déléguer et à travailler en équipe.

Le procrastinateur

Le procrastinateur ne fait que tout remettre au lendemain. Le fait que son rapport ne soit pas prêt, alors que c’était le dernier jour pour le rendre, ne le dérange absolument pas. Malheureusement, son attitude a des conséquences néfastes non seulement sur son travail, mais sur celui de tout le service : le planning n’est pas à jour, les deadlines ne sont pas respectés, etc.

Le mytho

Ce genre de collaborateur cherche à refiler une partie de son travail aux collègues et à convaincre son patron de le laisser partir plus tôt. Bien évidemment, il a toujours une bonne excuse en stock (souvent une histoire totalement incroyable). Voici quelques exemples : il vient tout juste d’apprendre que son enfant a un spectacle à l’école, il a un rendez-vous urgent chez le dentiste, il doit emmener son hamster malade chez le vétérinaire, etc, etc.

Et toi, quel type de collègues as-tu dans ton bureau ?

3-1-
709
Partager cet article