Sympa
Sympa

9 Astuces psychologiques pour apprendre aux enfants à écouter

Une fois qu’on a dit à son ami, en toute confiance, que l’arrivée de sa belle-mère ne nous réjouit pas, les oreilles sensibles de l’enfant vont immédiatement tout entendre, et ses lèvres innocentes vont rapporter cette information importante à la grand-mère bien-aimée. Mais tous les conseils et instructions qu’on a donnés à maintes reprises à son fils ou à sa fille sont étonnamment faciles à oublier pour eux.

Chez Sympa, nous avons décidé de découvrir comment faire pour que les enfants commencent enfin à écouter ce que disent leurs parents. Les psychologues donnent leurs recommandations.

Attirer l’attention de l’enfant

Les enfants qui sont absorbés par un jeu ou une activité peuvent ne pas remarquer que tu leur parles et peuvent ignorer tes paroles ou même tes cris. Pour inciter ton enfant à t’écouter et l’aider à se concentrer sur ce que tu dis, accroupis-toi ou penche-toi et pose doucement ta main sur son épaule. Ainsi, il y a beaucoup plus de chances que tu sois écouté.

Passer au chuchotement

Même si nous pensons que les cris ont un effet rapide, les enfants s’habituent rapidement à un tel comportement de leurs parents et cessent de réagir. Ainsi, si les enfants font du bruit dans la pièce et deviennent vraiment agités, essaie de passer au chuchotement. Cela fonctionne particulièrement bien avec les jeunes enfants, mais aussi avec les adolescents et les adultes.

Il s’avère qu’il faut un plus grand effort mental pour comprendre un discours chuchoté, et cela oblige une personne à se détourner de ses autres préoccupations et à écouter plus attentivement ce que son interlocuteur dit. De plus, nous sentons instinctivement que les phrases importantes, dont notre bien-être peut dépendre, sont prononcées en chuchotant. D’autre part, une voix calme a souvent un effet apaisant sur les enfants, de sorte que passer à un chuchotement peut aussi être un moyen simple de réduire l’anxiété d’un enfant.

Permettre à l’enfant d’avoir le contrôle

Utilise plus souvent la phrase “quand — après” lorsque tu parles aux enfants. Les enfants se rendront ainsi compte qu’ils ont le contrôle et que la rapidité avec laquelle ils obtiennent ce qu’ils veulent dépend d’eux. Utilise des constructions de ce type si tu veux que ton enfant fasse quelque chose : “Quand tu finiras de regarder les dessins animés, fais la vaisselle”.

Doser la quantité d’information

Le cerveau des enfants de moins de sept ans ne peut stocker plus d’un ou deux éléments d’information, tandis que celui des enfants plus âgés et des adultes peut en stocker jusqu’à trois ou cinq. Il est donc inutile d’essayer de faire comprendre à un enfant plusieurs phrases à la fois : il vaut mieux mettre toutes les choses importantes que tu veux dire en une ou deux phrases courtes. Il est préférable d’enseigner les règles de sécurité progressivement, plutôt que de les faire entrer dans le cerveau d’un enfant avec un tas de conseils et d’astuces.

Faire attention à ses paroles : a-t-on tendance à râler trop ?

Si les enfants t’ignorent régulièrement, il se pourrait que tu hausses trop souvent la voix ou que tu râles tout simplement. Cela est à éviter pour les raisons suivantes :

  • cela pousse l’enfant à se sentir incapable de faire quoi que ce soit ;
  • les enfants se rendent compte qu’ils sont manipulés et s’éloignent de leurs parents ;
  • ils t’écoutent encore moins ;
  • tes discours les énervent, tout simplement ;
  • les enfants apprennent rapidement que tout ce qu’ils ont à faire est d’attendre la fin de la tempête verbale et que le problème sera résolu pour eux ;
  • tous les deux, l’enfant et toi, vous vous concentrez uniquement sur l’aspect négatif du problème, et non sur sa résolution.

Au lieu de te plaindre pour la centième fois des chaussettes sales jetées par terre ou de la vaisselle laissée sur la table, essaie de féliciter ton fils ou ta fille pour chaque action correcte. Si tu exiges quelque chose de ton enfant, donne-lui des instructions claires et préviens-le une seule fois des conséquences.

Expliquer à ses enfants ce que leur comportement signifie pour les autres

Il est important que les enfants comprennent comment leurs actions affectent les personnes et les animaux qui les entourent. Il ne faut pas leur apprendre à se sentir coupables, mais expliquer que leurs actions peuvent causer de la douleur, de la tristesse ou faire du mal aux autres. De cette façon, ton enfant a plus de chances d’apprendre à être empathique. Dis à ton enfant ce que tu penses de ce qu’il dit ou de ce que son comportement signifie pour toi, par exemple : “Tes pleurnicheries me disent que tu es fatigué et qu’il est temps pour nous de quitter le parc”.

Ecouter les enfants

Il faut apprendre à bien écouter son fils ou sa fille, sans l’interrompre ni se laisser distraire par des éléments extérieurs, comme regarder un film ou envoyer des textos. C’est la preuve de confiance entre vous. De cette façon, ton enfant se sentira écouté et sera plus enclin à t’écouter en retour. Même si tu le surprends à faire quelque chose d’indésirable, laisse-le s’exprimer. Demande-lui comment il se sent et ce qui l’a poussé à agir ainsi et seulement ensuite, donne lui des conseils.

Laisser les enfants réfléchir par eux-mêmes

Au lieu de répéter pour la centième fois, par exemple, des règles de sécurité que les enfants n’écouteront pas, pousse-les à faire appel à leur propre raison. Demande-leur ce qu’ils doivent faire dans une situation particulière ou comment ils voient un problème. De cette façon, les règles sont mieux mémorisées dans leur tête et tu n’as pas l’air d’un perroquet lorsque tu leur rappelles des conseils utiles au passage.

Aimer l’enfant tel qu’il est

Un parent qui s’en prend à son enfant parce qu’il se gratte le nez ou fait une scène dans un magasin a peut-être un problème, non pas avec l’enfant, mais avec l’acceptation de soi. Il a honte que quelqu’un puisse penser qu’il (ou elle) ait un mauvais père (ou une mauvaise mère). Pour apprendre à accepter son enfant avec tous ses défauts (ce qui est la base de la confiance), il doit d’abord s’assumer.

Même si le comportement de ton enfant est loin d’être idéal aujourd’hui, tu ne dois pas douter qu’il deviendra une bonne personne en grandissant. Aime-le avec toutes ses imperfections. Ce n’est que s’il sent ton soutien à tout moment qu’il écoutera ce que tu as à dire.

Et toi, que fais-tu lorsque ton fils ou ta fille ignore ce que tu lui dis ou te claque la porte au nez ? Comment tes parents se sortaient-ils de tels conflits ? N’hésite pas à partager tes histoires dans les commentaires !

Partager cet article