Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Ces attitudes toxiques des parents détruisent la vie de leurs enfants sans même s’en rendre compte

Les spécialistes peuvent identifier quels sont les enfants ingrats de ceux victimes d'une éducation dite "toxique". Par exemple, le psychologue clinique Seth Meyers et le professeur Preston Ni expliquent dans leurs articles comment les parents, par leur comportement, ruinent la vie de leurs enfants. Mais éduquer est un travail difficile et cela n'a aucun sens de faire culpabiliser les parents du fait de ne "pas être idéal". En se basant sur ce critère, on pourrait dire que les super-héros "sauvent le monde de manière peu philosophique". La frontière entre les erreurs paternelles et le préjudice direct peut être très mince. Cet article se concentre sur les personnes qui affectent moralement leurs enfants. En le lisant, tu sauras comment les reconnaître et t'en protéger.

Un parent toxique met l'enfant face à des ordres contradictoires. Ceux-ci constituent un problème plus sérieux pour la logique que l'ordre de fermer la bouche et manger sa soupe. Sympa te propose de découvrir quelles obligations peuvent être demandées et porter préjudice au psychisme de l'enfant.

1. Crains-moi - Aime-moi

Très souvent, les parents toxiques donnent à leurs attaques émotionnelles des aspects inattendus : par le soin, la rigueur, la lutte contre les caprices. Dans ces familles, au seul son des clefs et à la micro-vibration des pas, les enfants peuvent identifier dans quel état d'humeur le parent rentre à la maison. Leurs vies se déroulent ainsi entre plusieurs sessions de lavage de cerveau.

Les parents toxiques s'offensent quand leurs "bonnes" intentions sont reçues avec méfiance. Dans ces cas-là, ils ont recourt à leur monologue favori : " Tous les enfants du monde agissent normalement, mais de toi, inutile d'espérer une amabilité ou de l'affection".

2. Il comprend les problèmes des adultes - Il reste un gamin.

Dans les familles toxiques, les parents responsabilisent les enfants dans la prise de décision concernant les adultes. Par exemple, l'enfant peut penser que c'est à cause de son mauvais comportement que le parent doit se calmer les nerfs en buvant " un petit remontant".

Plus tard, l'enfant se convertit en complice involontaire des drames des adultes. L'adolescent reçoit les plaintes des parents, parfois accompagnées de détails qu'il n'est pas sensé savoir. Il doit alors s'adapter à la "difficile situation familiale", se mettre à la place de ses parents, aider, consoler. Mais malheureusement, le cumul de ces obligations n'inclut pas le droit de donner son opinion personnelles.

3. Sois le meilleur - N'oublie pas que tu es un échec.

Les parents narcissiques n'espèrent de l'enfant que les meilleurs résultats. Néanmoins, ils considèrent que les victoires vont de soi. Si tu as réussi, c'était ce que tu étais supposé faire. Si tu as échoué, tu reçois ta dose d'humiliation. Les commentaires des parents pendant l'enfance ruinent la vie. La personne grandit avec la sensation qu'elle ne sera jamais assez bien pour ses parents.

4. Confie-toi à moi - Ne sois pas surprise si je te plante un couteau dans le dos.

Les parents toxiques utilisent toujours les confessions de leurs enfants par tous les moyens possibles, le plus souvent en générant chez eux un sentiment de culpabilité. Par la suite, l'information obtenue est retournée contre l'interlocuteur. Il y a plusieurs scénarios possibles:

  • Les détails de la vie personnelle de l'enfant seront connus de tous : famille, voisins et parfois même, commerçants du marché local. Un simple "Et alors ?" coupera court aux amères réclamations de l'enfant.
  • Le parent obtiendra une excuse pour faire des reproches ou des commentaires sarcastiques: "si tu es donc si bien, alors pourquoi (insérer les confessions faites) ?

5. Tu es nul - Ne tente pas d'être meilleur.

Plus l'estime de soi de l'enfant est faible, plus il est facile de le maintenir sous la coupe familiale. Les parents toxiques parleront avec enthousiasme des erreurs et fautes de leur fils ou de leur fille. Souvent, ils se focalisent sur l'apparence, car c'est un point faible qui est facile d'accès. S'il n'y a pas de "défauts" évidents, ils en inventeront.

Les tentatives de l'enfant pour se défaire de ses complexes seront sabotées, car les bons résultats renforcent l'estime de soi. Les parents toxiques n'ont pas besoin d'un enfant "améliorable" qui fait preuve de bonne volonté, mais d'un "sac de boxe", afin qu'ils puissent frapper sans que celui-ci réagisse.

6. Grandis - Oublie tes plans pour le futur.

Les parents toxiques exigent que l'enfant leurs fasse souvent le bilan de ses progrès. Dans le même temps, ils décident d'ignorer les moyens nécessaires à la réussite des objectifs. Par exemple, l'enfant doit avancer dans sa carrière professionnelle mais rester l'assistant de maman, ou bien établir des contacts utiles et son réseau sans sortir de la cuisine.

Un parent narcissique se réjouit du bien-être de son enfant pour deux raisons :

  • Les succès des enfants peuvent être utilisés pour générer de la jalousie chez les autres.
  • Les enfants ayant réussi permettront de donner l'accès à une meilleure qualité de vie.

Il y a aussi d'autres motifs. Lorsque l'on parle à l'enfant des scénarios idéaux, pour lui rappeler en permanence la distance entre lui et l'objectif tant désiré, le qualificatif "d'insuffisant " restera dans l'inconscience de l'enfant pour toujours.

Souvent, la vie met les parents toxiques face à un choix. Que vaut-il mieux, perdre le contrôle sur l'enfant en recevant plus de bénéfices pour la famille, ou l'inverse ? Le plus probable est qu'ils ne cèdent pas le contrôle.

7. Fais ce que je te dis - C'est de ta faute si rien ne fonctionne.

Les parents narcissiques se comportent avec l'enfant comme si celui-ci leur appartenait. Ils participent activement à la planification de sa vie, en réagissant de manière négative quand celui-ci émet une quelconque objection. Les conséquences de ce contrôle étouffant ne sont pas prises en compte. Si cela se termine mal, c'est la faute du seul "exécutant".

"Peu importe de savoir quelle est la décision correcte, la tienne ou la mienne. Le plus important, c'est de ne pas appliquer la tienne.", voilà ce que serait le slogan principal d'un parent toxique.

8. Va-t-en - Ne m'abandonne pas.

Dans les familles normales, le désir de l'enfant adulte de quitter le nid familial est perçu comme quelque chose de naturel. Pour les parents toxiques, la séparation avec les enfants est vue comme le lancement d'un robot Rover sur Mars: un événement réel, mais qui ne se produit que très rarement et dans un lieu lointain.

L'enfant se maintient à l'intérieur du champ d'action sous n'importe quel prétexte, mais régulièrement, les interdictions et les limites paternelles augmentent. La participation entière de l'enfant dans le "conseil de famille" est tout autant interdite.

Que veut réellement le parent toxique ? Que son enfant, une fois adulte, reste à ses côtés, mais qu'il soit tranquille et obéissant.

9. Accepte mon aide - Cesse d'abuser de ma gentillesse.

Les parents offrent toute sorte d'aide, dont parfois on peut tranquillement se passer. Un refus de celle-ci est vu comme une offense. L'enfant pense donc "Mes parents veulent probablement se sentir utiles." Il accepte donc l'aide et remercie, offre un peu d'aide en échange (nous ne sommes pas en train de parler des enfants toxiques dans cet article). Heureux au final ? Cela n'arrivera pas car les parents toxiques vont nuire à l'histoire. Selon eux, l'esclavage à vie sera le prix adéquat pour un pot de confiture fait maison.

Les enfants se retrouvent dans un double kidnapping moral :

  • En tentant de rejeter l'aide des parents. C'est mal de tourner le dos quand tes proches tentent de t'aider.
  • En recevant la qualification de "endetté perpétuel". Les parents ont travaillé très durs aux champs, est-ce si difficile de les aider ? Même si l'aide signifie "Viens en urgence samedi à 9h du matin pour emporter cette caisse de pommes, qui vont pourrir".

10. Aie confiance en moi - Sois toujours méfiante.

Vie privée ? Espace personnel ? Pff... Selon les parents toxiques, tu prononces mal les mots "révision" et "contrôle".

Il est moralement difficile de limiter l'accès à son espace personnel : les parents t'accuseront de ne pas avoir confiance en eux. Vivre à part ne te sauvera pas: le jeu de clefs, confié "au cas où", sera utilisé bien plus que tu ne le penses. Et après chaque inspection, tu devras te justifier : que fait par exemple cette tasse sale sur la table ? Pourquoi avoir gâché autant d'argent en achetant cette bêtise ?

Comment se comporter avec les parents toxiques ?

Échapper aux relations toxiques est difficile, y compris pour les enfants adultes qui vivent seuls. Néanmoins, les experts donnent une séries de conseils généraux qui permettent de protéger notre espace personnel sans arriver au point de couper les ponts. Pour commencer, il faut accepter quelques points importants :

  • On ne peut changer le passé.
  • Les relations toxiques sont semblables aux maladies chroniques : il est peu probable que l'on puisse soigner le patient, aussi l'objectif principal est d'éviter d'exacerber la maladie.

Les recommandations des psychologues se basent sur le fait que l'on comprenne qu'une personne ait des droits et des désirs dont les autres ne peuvent lui faire honte:

  • Vivre de manière séparée et selon ses règles personnelles.
  • Ne pas s'impliquer dans la résolution des petits problèmes quotidiens de la famille.
  • Restreindre l'accès à notre espace personnel.
  • Accumuler de l'expérience, en ignorant le "moi je sais mieux le faire" des parents.
  • S'occuper seul(e) de ses ressources personnelle : temps, énergie, salaire.
  • Ne pas sacrifier ses intérêts personnels pour le 'Il faut que" momentané des parents.

Il est important de se rappeler que ces droits sont valides pour les deux parties. On ne peut s'éloigner de ses parents, ni considérer leur aide comme acquise. Il faut rappeler le droit au respect est valable pour tous. Malgré l'attitude toxique de tes parents, tu ne peux complètement t'en séparer , ni considérer qu'ils doivent te venir en aide si besoin, en guise de dédommagement.

Nous serons ravis si tu qualifies les situations énoncées "d'idioties". Dans ce cas, tu peux remercier tes parents d'être normaux et bons avec toi. Mais si ces histoires t'ont touché, partage ton expérience. As-tu réussi à résister à la pression de parents toxiques ?

Illustrateur Marat Nugumanov pour Sympa