Sympa

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

La société a ses propres attentes à l’égard des garçons et des filles. Des traditions séculaires dépassées depuis bien longtemps dictent de quelle manière les enfants de différents sexes doivent se comporter, ce qu’ils doivent aimer, et même ce qu’ils doivent ressentir. Il faut reconnaître que certaines de ces traditions n’ont tout simplement plus leur place dans notre monde moderne.

Par exemple, certains garçons sont élevés de façon à devenir d’exceptionnels gentlemen, mais les parents oublient souvent que leurs enfants ont leurs propres besoins et désirs. D’autres, se sont vus inculquer par leurs parents que la vie n’est qu’une lutte sans fin et qu’il faut toujours être prêt à montrer ses crocs. Certains employés de la rédaction de Sympa sont aussi parents de garçons, et ils admettent que certaines règles d’éducation qui sont aujourd’hui répandues dans le monde entier les rendent complètement fous. D’ailleurs, les psychologues sont d’accord avec nous. Et voici les erreurs dont nous voulons te faire part :

Quand on explique aux garçons que tous les problèmes ne doivent être réglés qu’avec des mots

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Les psychologues affirment que même dans notre monde moderne, certaines personnes ne sont pas encore prêtes à abandonner leur comportement agressif : il s’agit d’un mécanisme de défense qui, dans certaines situations, peut devenir la seule issue possible. Par exemple, dans le cas où un enfant se montre agressif envers son pair et qu’il est tout simplement impossible d’éviter la bagarre. Dans une situation pareille, un garçon qui essaye de régler le conflit avec des mots se fera humilier, et il est donc extrêmement important de savoir se défendre.

Il est en effet nécessaire d’apprendre à l’enfant à montrer qu’il est prêt à riposter en cas de bagarre et qu’il n’a pas peur de son adversaire, bien qu’il n’ait pas l’intention de commencer le premier.

Quand on encourage les garçons à être agressifs

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Mais cela ne signifie pas non plus qu’il faudrait lui apprendre à régler tous les problèmes par la force. Néanmoins, certains parents pensent le contraire et encouragent leurs fils à attaquer quiconque se comporte mal envers eux : comme déformer le nom de l’enfant, lui prendre son jouet sans demander ou refuser de devenir ami avec lui. “Se défendre” ne veut pas toujours dire “attaquer sans hésiter”.

Quand on nomme toutes les filles avec qui le garçon entre en contact “fiancée”, même si c’est pour plaisanter

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Les mères et les grands-mères pensent en effet qu’il est mignon de le dire à l’égard de toutes les filles qui se sont retrouvées à côté de leur enfant. Bien sûr, cela est sans doute déclaré sans aucune mauvaise intention et les adultes ne pensent bien évidemment pas qu’un jour, cette fillette deviendra réellement l’épouse de leur garçon.

Mais les enfants peuvent ne pas apprécier un tel humour, et si une telle importance est constamment accordée à tout contact avec les filles, le futur jeune homme pourrait développer une attitude méfiante concernant la communication avec les femmes. Il pensera sûrement qu’il est impossible d’être de simples amis et de passer du bon temps avec elles.

Quand on dit que les garçons ne pleurent pas et qu’on les compare aux filles

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Ce comportement parental peut être dangereux pour plusieurs raisons.

  • Premièrement, cela rend le garçon émotionnellement rigide. Il commence à penser que les émotions naturelles qu’il ressent sont quelque chose qu’il est obligatoirement nécessaire de cacher.
  • Deuxièmement, cela lui donne une fausse perception de soi, et des autres gens. “Si les garçons ne pleurent pas, mais que moi, je le fais, ça veut dire que quelque chose ne va pas chez moi”.
  • Troisièmement, lorsqu’on dit : “Tu te comportes comme une fille”, nous inculquons à l’enfant qu’être une fille est quelque chose de honteux et que le sexe féminin est bien pire que le sexe masculin. Maintenant, quand le monde entier lutte activement contre le sexisme, de telles convictions peuvent rendre un très mauvais service au garçon.

Quand on les oblige à toujours céder aux filles

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Une autre erreur assez répandue est d’essayer de faire d’un petit garçon un véritable gentlemen par tous les moyens possibles, et ce, en mettant de côté ses besoins personnels, ses désirs, et même son sens de la justice qui est absolument naturel. L’enfant a du mal à comprendre pourquoi une personne d’un sexe a l’avantage sur celle d’un autre sexe. Surtout en prenant en compte qu’avant leur âge scolaire, les filles sont rarement moins fortes que les garçons. Leurs caractéristiques physiques sont à peu près identiques.

Quand on essaye de persuader le garçon de faire un bisou à grand-mère ou de faire un câlin à grand-père

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Il est tout à fait compréhensible que les parents âgés soient extrêmement heureux de faire un câlin à leur petit-enfant ou de recevoir un bisou de sa part. Mais rappelle-toi de ton enfance : la plupart d’entre nous n’aimaient pas vraiment recevoir de tels signes de tendresse de la part de personnes âgées. C’est une chose quand l’enfant prend lui-même l’initiative, mais c’est tout autre chose quand on le force à le faire, en lui disant qu’autrement, il contrarierait sa grand-mère. Qui voudrait gâcher l’humeur de sa grand-mère bien-aimée ?

Mais l’aversion n’est pas le seul problème qui résulte des situations pareilles. Selon les psychologues, un tel comportement des personnes âgées envers l’enfant peut amener ce dernier à se faire une fausse idée de ses limites personnelles, ce qui pourrait causer des problèmes dans sa vie future.

Mettre des vêtements flambant neufs pour aller se promener dehors

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

L’objectif principal des promenades est de laisser l’enfant relâcher toute son énergie, se dégourdir les jambes, satisfaire sa curiosité et respirer de l’air frais. Bien qu’il puisse respirer en restant assis sur le banc ou en marchant sur le chemin du terrain de jeu, les premiers trois points peuvent être assez sales.

C’est exactement pour ça qu’il ne faut pas seulement penser à ce que diront les autres mères concernant l’apparence de ton fils, mais aussi te rappeler des propres besoins de ce dernier. Mieux vaut mettre de vieux vêtements et permettre au garçon de jouer dans le sable en y cherchant des insectes, de donner des coups de pied au ballon en tombant dans l’herbe, ou de s’amuser sur le toboggan (oui, même s’il s’agit d’un vieux toboggan qui laisse des traces de rouille sur les shorts), que de l’habiller comme un dandy et le priver de tous ces plaisirs.

Quand on dit que les garçons doivent être sevrés de la poitrine de leur mère le plus tôt possible

Même les parents les plus progressifs font parfois ces 8 erreurs dans l’éducation de leurs enfants. Faites attention !

Il arrive souvent que les personnes qui s’inquiètent pour la santé mentale des garçons conseillent à leur mère de commencer le sevrage dès que l’enfant est capable de marcher. À partir de ce moment, il commence soi-disant à tout comprendre, et continuer l’allaitement risque de faire de lui un homme trop intéressé par le corps féminin.

En fait, il n’y a aucune preuve scientifique qui soutient cette théorie. Par contre, il existe de nombreuses études qui confirment que l’allaitement est extrêmement bénéfique pour les bébés et qu’il n’y a rien de honteux à ne l’arrêter qu’après que l’enfant atteigne l’âge de 2 ans (peu importe le sexe du bébé).

Quels mythes concernant l’éducation des enfants rencontres-tu le plus souvent ? Qu’aurais-tu changé ou refusé dans la manière dont tes parents t’ont éduqué ?