Sympa
Sympa

Quatre erreurs des femmes qui essaient de devenir des mères parfaites

Le fait que chaque mère insiste pour avoir le meilleur pour son enfant et qu’elle essaie de tout faire " bien et correctement " est devenu une chose commune. C’est surtout vrai quand il s’agit du premier-né, mais en essayant sans cesse d’atteindre l’idéal, la femme s’oublie. Marina Melia, un professeur de psychologie, et l’auteur des best-sellers sur la psychologie du succès et sur les parents responsables, sait bien que parfois, il est très difficile d’être mère. En regardant sa photo, il est dur de croire que Marina a 72 ans, que sa fille a 35 ans, et ses fils, 44 et 48 ans. L’année prochaine elle va célébrer avec son mari, leur quarantième anniversaire de mariage.

Chez Sympa, on admire cette famille heureuse et unie, et on attend avec impatience des conseils sur les problèmes actuels auxquels fait face chaque mère. On a hâte d’apprendre comment agir pour ne pas se perdre soi-même et rester une bonne mère. Il s’est avéré qu’il y a des erreurs typiques qu’il vaut mieux savoir d’avance pour ne pas permettre à sa vie de tomber en mille morceaux.

Erreur № 1 : Essayer d’être parfaite

Il ne faut pas essayer d’être exemplaire. Sois fidèle à toi-même et suis ta ligne de conduite. Donald Woods Winnicott, un pédiatre britannique et spécialiste en psychanalyse des enfants, lance l’idée d’une good enough mother (“mère suffisamment bonne” en anglais). Quelle est la différence entre une mère idéale et une autre “suffisamment bonne” ?

  • Une mère " suffisamment bonne " est attentive aux désirs de son enfant, elle essaie de faire tout son possible pour qu’il se sente bien, elle comprend ce dont il a besoin en ce moment. Si on parle de bébés, il faut trouver le juste milieu entre " trop peu " et beaucoup trop de soins. Chaque enfant a besoin d’une approche individuelle et non pas d’une méthode qui soit décrite dans les livres de psychologie.
  • Elle ne cherche pas à satisfaire les besoins de l’enfant immédiatement et en toutes circonstances, elle ne cède pas à ses caprices. Elle n’est pas au service de son enfant ; elle l’aime, passe du temps avec lui, mais sans oublier ses propres affaires et intérêts, ainsi que ceux des autres membres de la famille. Elle est capable de donner au fur et à mesure plus de liberté à son enfant, de tolérer des pauses entre le cri du bébé et sa réaction à ce cri, parce qu’elle sait qu’à partir d’une étape définie, cela est aussi nécessaire pour son développement.

Quand on n’essaie pas d’être une mère parfaite, mais au contraire, on accepte l’idée d’être une mère " suffisamment bonne ", on n’est plus si stressée et on se sent plus libre.

Erreur № 2 : S’occuper uniquement de son enfant et ne pas avoir de temps pour soi

Je suis cycliste, cinq fois championne de l’URSS. C’est pourquoi, après la naissance de mon premier enfant, je le prenais avec moi dans les camps sportifs. Quand mon deuxième enfant est né, j’étais en train d’écrire ma thèse, et je prenais les deux enfants au travail avec moi. J’étais toujours occupée, parce que j’étais persuadée que les parents doivent montrer à leurs enfants le modèle de réussite dans la vie.

  • Consacre-toi entièrement à l’enfant seulement la première année de sa vie car elle est particulièrement importante. C’est pendant cette période que se forment les bases de tout ce qui va influencer sa vie : capacités intellectuelles et communicatives, capacités de résistance. C’est à ce moment-là que l’enfant a besoin d’une mère attentive et aimante pour qu’il puisse se développer et être ouvert au monde. La première année lui donne une marge de sécurité pour toute sa vie.
  • Trouve la possibilité de vivre ta vie. Les enfants ont besoin que la mère leur donne un exemple à suivre, un modèle de comportement et de vie pour réussir. Ils veulent voir une femme contente, soignée, qui a du succès, et non une personne épuisée qui se plaint toujours de sa vie. On entend souvent dire que les enfants d’aujourd’hui n’ont pas besoin d’autorité. Ce n’est pas vrai. Ils grandissent, se développent, donc ils ont besoin de suivre l’exemple de quelqu’un, de demander conseil quand ils ne savent pas quelle décision prendre.

Erreur № 3 : Essayer de tout faire

De nos jours, on exige trop des mères : elles doivent avoir un bon travail, être au courant de la vie culturelle, communiquer avec leurs amis, maintenir une bonne forme physique, avoir des hobbies, bref, être trendy. En même temps, elles doivent rester de bonnes mères. En essayant de tout faire, il est facile de s’épuiser, parce qu’il est impossible de tout réussir. Tout cela provoque un sentiment de culpabilité, de la fatigue, et rend irritable. Mais comment aimer un enfant si tu n’as pas le temps ni la force ? L’amour envers un enfant doit être " efficace " : l’essentiel n’est pas la quantité du temps consacré à l’enfant, mais la qualité de votre communication.

  • Personne n’a besoin de préoccupation " dévorante “. La responsabilité des parents est d’apprendre à l’enfant à tout faire soi-même : préparer son sac scolaire et son repas, repasser ses vêtements. De cette façon, on pourra élever une personne sans aucun infantilisme, sûre d’elle, prête à prendre ses propres décisions. Ce qui est vraiment important, ce n’est pas de passer chaque minute avec son enfant, mais de lui accorder un peu de temps qui n’appartienne qu’à lui, et l’enfant doit le sentir. Et on peut consacrer le temps qui reste à soi-même, à son perfectionnement, son travail ou ses hobbies. ⠀
  • Oui à la responsabilité, non à la surprotection. Il arrive que les mères ­accompagnent partout leurs enfants, ce qui les met dans une situation embarrassante. Il faut trouver le juste milieu pour être au courant de ce qui se passe et pouvoir intervenir ou s’écarter en fonction de la situation.
  • Respecte ton enfant. Ne crie pas, ne l’humilie pas, sois calme, traite-le comme un égal, n’essaie pas d’imposer ton opinion et de le soumettre à ta volonté, refuse la manipulation.
  • Fais confiance à ton enfant. Plusieurs parents veulent tout savoir sur leurs enfants : ils lisent leurs messages privés ou écoutent leurs conversations téléphoniques. Ma première question est la suivante : ” Pourquoi avez-vous décidé de vous en mêler ? " Les parents ne doivent savoir que ce qui est vraiment nécessaire et important : si leur enfant se sent bien ou mal, et pourquoi. Il faut aller au fond des choses, et non tout contrôler. D’ailleurs, cela vous permettra de trouver du temps pour vous.

Erreur № 4 : Consacrer sa vie aux enfants

Il ne faut jamais consacrer sa vie à personne. Ni à son mari, ni à ses enfants... à personne ! C’est mauvais non seulement pour toi, mais aussi pour celui à qui tu consacres ta vie. Tu l’obliges à porter un fardeau trop lourd, et c’est injuste, surtout s’il s’agit de ton enfant.

  • Consacre ta vie à toi-même. Alors, les enfants pourront voir un modèle à suivre dans leur vie. C’est beaucoup mieux que toute méthode d’éducation.
  • Ne demande pas la gratitude. Ne reproche pas à tes enfants ce que tu as dû refuser pour eux. Les phrases du genre : " Je t’ai donné toute ma vie “, ” Si je ne t’avais pas mis au monde, j’aurai fait (...) " sont horribles.

Une mère calme et heureuse peut donner à l’enfant l’essentiel dont il a vraiment besoin, surtout pendant les premiers mois de sa vie : le sentiment de sécurité, l’attention, l’amour.

Es-tu d’accord avec ces conseils ? Quel est le rôle d’une mère, selon toi ? Est-il possible de rendre heureux quelqu’un d’autre si tu n’as pas ton propre espace vital ? Partage ton opinion dans les commentaires.

Partager cet article