Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

8 Pays qui ont octroyé des droits aux animaux afin de les protéger juridiquement

1---
990

Pendant de nombreux siècles, les animaux ont été considérés comme des biens matériels. En 2019, certaines personnes continuent de les traiter de la sorte, et il n’existe pas de lois qui encadrent leurs droits. Toutefois, des pays ont mis en place des lois de protection animale pour qu’ils soient traités comme des êtres vivants et non pas comme une simple propriété de leurs maîtres...

Chez Sympa, nous souhaitons parler de 8 pays où les animaux ont des droits et sont protégés par la loi contre tous types de maltraitance. Certaines mettent l’accent sur le soin des animaux domestiques, tandis que d’autres protègent l’intégrité des animaux sauvages et du bétail.

Le Royaume-Uni, le premier pays à condamner la maltraitance animale

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, la couronne britannique a interdit les combats de chiens qui, à cette époque, étaient relativement répandus au Royaume-Uni. La loi Martin a vu le jour, basée sur la jurisprudence du XVIIIe siècle qui protégeait les droits des chevaux et le bétail en général, complétant la loi de protection des animaux domestiques de 1900.

En 1979, les cinq libertés basiques des animaux ont été promulguées pour garantir leur santé, leur alimentation et leur bien-être. Et en 1996, la loi des mammifères sauvages a été mise en place, interdisant de battre ou de mutiler les animaux, ainsi que la chasse illégale d’animaux sauvages.

La Suisse, un pays où les chats possèdent des avocats

Bien que la protection des animaux soit régie par la loi dans différents pays, il est rare que l’animal puisse disposer de son propre avocat. En Suisse, le gouvernement octroie lui-même un avocat aux félins pour qu’ils puissent faire entendre leurs droits en tant qu’êtres vivants.

Cette initiative est soutenue par les lois spéciales du pays, comme la Tierschutzgesetz, établie en 1978 dans le but d’interdire la maltraitance animale, sous peine de sévères amendes allant jusqu’à 20 000 CHF (francs suisses), en fonction de la gravité de chaque cas. De plus, il est interdit d’utiliser des chats pour réaliser des spectacles ou une quelconque activité qui les fasse souffrir.

En France, les animaux sont considérés comme des “êtres vivants et sensibles”

En suivant les mesures de protection établies au Royaume-Uni, le gouvernement français a élaboré une loi en faveur des chats et des chiens, qui les reconnaît comme des êtres vivants et sensibles qui méritent d’être bien traités.

Cette loi condamne les personnes qui maltraitent leurs animaux, sous peine d’un an de prison au minimum, dépendant du niveau de maltraitance subie par le chien ou le chat. Concernant une séparation, si un couple adopte un animal et divorce, cette information sera prise en compte pour établir sa garde par l’un de ses propriétaires.

L’Australie reconnaît les sentiments des animaux

Comme la France, l’Australie reconnaît à travers une loi que les animaux ont des sentiments. Si un individu ose maltraiter son animal, il peut être condamné à une peine allant jusqu’à deux ans de prison. L’auteur des faits devra s’acquitter d’une amende entre 32 000 et 48 000 dollars, dépendant du niveau de cruauté de l’acte.

La loi ATC de protection animale autorise également à un tiers de rentrer dans une propriété qui n’est pas la sienne si un animal est enfermé ou s’il remarque une blessure importante causée par la maltraitance de son propriétaire. Dans le cas où un conducteur trouve un animal estropié sur une route, il doit l’amener directement chez le vétérinaire, qu’il soit ou non l’auteur de l’accident.

L’Allemagne, un pays où la dignité de tout être vivant est respectée

Les animaux comme les humains méritent d’être traités correctement. Dans sa Magna Carta, le Parlement allemand a approuvé une loi qui stipule que ce sont des êtres vivants qui doivent être respectés. De cette façon, l’État se tient pour responsable de la protection de la vie des animaux et des fondements naturels de la vie.

En exécutant la loi du bien-être animal, les autorités allemandes sont contraintes d’implanter des cliniques vétérinaires et des centres de soins pour animaux dans chaque région du pays. Elles limitent également les tests réalisés sur les animaux, comme ceux qui sont utilisés pour les cosmétiques ou les analgésiques.

L’Autriche se soucie du bien-être légal des animaux

En 2015, le bien-être des animaux est devenu une affaire d’État en Autriche. Elle prend en considération la protection des animaux présents dans les fermes comme les chevaux, les vaches, les moutons, les oiseaux domestiques et les poissons d’élevage, en réglementant les exigences minimales pour leur élevage et leurs conditions de vie.

À ce sujet, le gouvernement fédéral doit promouvoir le bien-être des animaux en condamnant les propriétaires maltraitants avec des peines allant jusqu’à un an de prison. De plus, la détention d’animaux sauvages est formellement interdite, nécessitant un traitement particulier à cause des caractéristiques de ces espèces non domesticables.

Au Portugal, un droit de visite est établi pour les couples séparés

Bien que les animaux soient toujours soumis au droit de propriété, ils sont considérés comme des êtres vivants sensibles et autonomes selon les lois en vigueur au Portugal. Par conséquent, le propriétaire d’un animal est obligé de veiller à son bien-être et d’éviter de lui infliger de la douleur ou quelconque type de maltraitance.

Dans le cas où les couples sont confrontés à une séparation, l’animal adopté pendant leur vie commune doit être soumis à un juge pour décider qui va conserver la garde, comme pour des enfants mineurs lors d’un divorce. À ce moment-là, les revenus de chaque propriétaire sont pris en compte pour définir qui le prendra en charge.

L’Italie, le pays qui protège les animaux domestiques

En 1991, le gouvernement italien a élaboré une loi qui régule les droits et les devoirs des animaux domestiques, elle porte le nom de “Constitution des animaux”. Parmi ces droits, nous retrouvons le registre civil des chiens et des chats. Les habitants qui ne respectent pas ou ne traitent pas bien leurs animaux sont condamnés à payer de fortes amendes selon la gravité du cas.

Récemment, un projet de loi a été adopté pour que les animaux domestiques soient considérés comme des êtres sensibles, afin d’augmenter les sanctions à l’encontre des personnes qui malmènent les animaux. À l’avenir, le pays espère interdire les tests, leur exploitation dans l’agriculture, ainsi que la chasse des animaux sauvages.

Penses-tu que tous les pays devraient créer une loi de protection pour les animaux ? Quelles mesures peuvent être adoptées pour diminuer la maltraitance animale ? N’hésite pas à partager ton avis dans les commentaires !

Illustré par Olet Guta pour Sympa
1---
990