Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Si tu as toujours voulu rendre visite aux dragons de l’île de Komodo, fais-le vite, car ça ne sera bientôt plus possible

5-16
634

Les dragons de Komodo sont une espèce unique de reptiles originaire d’Indonésie, et ils sont si célèbres qu’une des îles composant le parc national de Komodo porte également le nom de cet animal. Ces reptiles géants sont l’une des principales attractions pour les touristes qui visitent cette partie de l’Indonésie, mais après le vol de plusieurs dragons, les directeurs du parc et le gouvernement ont décidé de fermer temporairement l’accès de l’île aux touristes.

Sympa va t’en dire plus sur ce problème qui a alerté les autorités indonésiennes, les défenseurs de la nature et le reste du monde.

Des dragons dans la vraie vie

Les Varanus komodoensis, connus dans le monde entier sous le nom de dragons de Komodo, sont des lézards géants. Leur taille est telle qu’ils sont les plus grands lézards vivants sur la planète. Ils mesurent jusqu’à trois mètres de long et pèsent jusqu’à 90 kg. Pour cette raison, et du moment que leurs 60 dents mesurent chacune en moyenne 2,5 cm de long, ils sont classés comme les super-prédateurs de leur écosystème.

Lorsqu’ils vivent à l’état sauvage, ils possèdent une salive toxique qui peut occasionnellement être accompagnée de sang, car leurs gencives sont souvent blessées lorsqu’ils mâchent leur nourriture. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, c’est une espèce de reptiles unique et vulnérable.

Produits de contrebande

Ces reptiles sont de plus en plus petits, parce qu’à cause du braconnage, il y a de moins en moins de cerfs à manger. Mais le plus triste, c’est que les dragons sont eux-mêmes devenus des produits de contrebande, car on a découvert que leur sang pourrait être utilisé à des fins médicinales. Étant donné ses composés antimicrobiens, certaines personnes pensent qu’il pourrait agir comme un antibiotique.

Bien sûr, cette utilisation du sang de dragon de Komodo n’a pas été scientifiquement prouvée, mais beaucoup de personnes riches ont tendance à gaspiller leur argent n’importe comment, quel que soit l’impact environnemental.

Plus de 40 dragons ont été volés

Neuf personnes liées à la contrebande d’espèces sauvages, telles que des oiseaux menacés, des chats sauvages, et environ 45 dragons de Komodo, ont été arrêtées par la police indonésienne. Les contrebandiers auraient déjà vendu au moins 40 de ces lézards géants pour environ 35 000 $ chacun. La police a retrouvé cinq dragons, ainsi que des pangolins, un chat sauvage, et quelques oiseaux tropicaux comme des cacatoès.

La loi de ce pays condamne à 10 ans de prison et une forte amende ce type d’actes, considérés comme du trafic d’animaux en voie d’extinction. Les autorités affirment également que les voleurs utilisaient les réseaux sociaux pour promouvoir la vente de ces espèces, et que malgré les sanctions qui pourraient être appliquées, le commerce d’animaux sauvages continue d’être pratiqué dans certaines parties de l’archipel indonésien.

Parc National de Komodo

Ce superbe parc se trouve dans l’archipel indonésien. Il a été fondé dans le but de préserver le dragon de Komodo, une espèce qui ne vit que dans cette région, ou en captivité. Le parc national se compose essentiellement de trois grandes îles : Komodo, Rinca et Padar, ainsi que de plusieurs petites îles.

Le tourisme promu dans ce lieu est l’écotourisme, car le parc est classé comme l’une des sept merveilles naturelles du monde, et a été déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO. En plus de pouvoir observer les dragons de près, on peut faire des promenades guidées afin de découvrir d’autres espèces, observer la vie marine, faire de la plongée, de la randonnée ou du kayak vers des îles plus petites. Pour les amateurs de photographie ou de dessin, les paysages que l’on peut observer depuis les hauteurs sont aussi un point important du parc de Komodo.

Moyens de prevention

La fermeture de l’île de Komodo est prévue pour janvier 2020, et durera une année complète au cours de laquelle il sera interdit aux touristes d’approcher l’une des trois îles du parc national de Komodo.

L’intention du gouvernorat de la province de Nusa Tenggara Orientale est d’initier un plan ininterrompu de rétablissement de l’espèce et de l’écosystème de l’île. Cette décision tient compte du fait que la présence de plus de 10 000 visiteurs par mois pourrait non seulement favoriser la contrebande, mais aussi la pollution des îles. Les voyageurs qui souhaitent toujours visiter le parc national de Komodo pourront se rendre dans le reste du parc, à l’exception de la partie fermée au public.

Il y a encore de véritables dragons en Indonésie. C’est dommage que le trafic d’espèces sauvages l’ait rendu vulnérable. Que penses-tu de la fermeture de ce parc pour une année entière ? Crois-tu que ces majestueux lézards vont pouvoir se remettre ? Laisse ton avis dans la section commentaires, et partage cet article avec les personnes de ton entourage !

Photo de couverture 5477687 / Pixabay
5-16
634