Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

30+ Faits sur Mata Hari, courtisane et espionne qui a fait tourner la tête à beaucoup d’hommes, mais qui n’a jamais connu le vrai bonheur

Il y a 144 ans, le 7 août 1876, naissait Mata Hari, l’une des plus mystérieuses femmes du XXe siècle. Elle fut danseuse, courtisane, espionne et aussi traîtresse, mais personne n’a jamais véritablement su qui était en réalité cette grande séductrice. La vie de Mata Hari, une femme qui n’était pas vraiment belle mais très attirante, charismatique et séduisante, a rassemblé autour d’elle des centaines de mythes qui bouleversent, excitent et intriguent toujours les esprits des passionnés et de beaucoup de chercheurs.

Chez Sympa nous avons essayé de découvrir et de clarifier certains faits de la véritable biographie de l’incroyable et mystérieuse Mata Hari.

  • Margaretha Geertruida Zelle dite Grietje Zelle, qui plus tard prit le pseudonyme de Mata Hari, est née dans la petite ville néerlandaise de Leeuwarden. Elle était l’aînée et la seule fille des quatre enfants de Adam Zelle, et de Antje van der Meulen. D’ailleurs, la famille était assez aisée, le père était un riche marchand et possédait une boutique de chapeaux et de capes et faisait des investissements dans l’industrie pétrolière.
  • Dans son enfance Margaretha fréquentait une école pour la haute société et elle était à l’abri du besoin. Cependant, son père a fait faillite et ses parents ont divorcé. Sa mère est morte lorsqu’elle n’avait que 15 ans et sa famille fut totalement détruite.
  • Le père de Margaretha a envoyé sa fille chez son parrain dans une autre ville où elle a commencé à apprendre le métier d’institutrice d’école maternelle. Cependant, au bout de quelque temps, un incident s’est produit : le directeur de l’école a commencé à flirter ouvertement avec la fille, et c’est pourquoi son parrain se sentant offensé, a retiré immédiatement la jeune femme de cet établissement. Et quelques mois plus tard, elle s’est enfuie chez son oncle à la Hague.
  • Elle s’est mariée à l’âge de 19 ans avec un officier écossais Rudolph MacLeod âgé de 39 ans. Il a publié une annonce dans un journal dans laquelle il indiquait chercher une femme. La fille qui voulait tellement devenir indépendante et s’émanciper de la tutelle de ses parents a répondu à cette annonce. Et voilà comment le couple qui se connaissait à peine s’est marié. Il ne s’agissait évidemment pas d’un amour passionné, ce mariage était simplement utile pour les deux parties.
  • Rapidement, les époux ont déménagé sur l’île de Java (l’Inde néerlandaise, l’Indonésie d’aujourd’hui) où Margaretha a donné naissance à un fils et une fille. Néanmoins le mariage était très malheureux. Rudolph buvait beaucoup et faisait retomber tout le mécontentement de sa vie et de sa position sur sa jeune femme. De plus, il fréquentait ouvertement une maîtresse, ce qui à l’époque n’était pas interdit aux Indes orientales.
  • Margaretha, vexée et déçue, décide de quitter son mari, d’ailleurs elle a, elle aussi, eu une relation intime avec un autre officier néerlandais. Et c’est à cette même époque qu’elle a commencé à apprendre les traditions indonésiennes et surtout les danses. C’est alors que la jeune femme a rejoint un groupe de danse local et a pris le pseudonyme de Mata Hari, soleil en indonésien (littéralement " œil du jour ").
  • Malgré la rumeur répandue selon laquelle Mata Hari aurait eu des racines indonésiennes, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que son origine asiatique ou du Moyen-Orient est un mythe inventé par la jeune femme elle-même.
  • Malgré la mauvaise relation qu’elle avait avec son mari, Mata a cédé et est revenue dans la famille, mais le comportement agressif et violent de son mari n’avait pas changé. C’est pourquoi la jeune femme s’évadait de son quotidien pesant en continuant à apprendre la culture locale.
  • En 1899 une tragédie est venue heurter leur famille. Leur jeune fils est décédé. En plus, les parents affirmaient que le garçon avait été empoisonné par leur servante. Rudolf avait vexé cette dernière et la domestique pour se venger aurait empoisonné les enfants. Toutefois si cela avait été réellement le cas, les deux enfants auraient dû mourir, mais la fille allait fort heureusement bien.
  • 4 ans plus tard, la famille est revenue aux Pays-Bas et les époux ont finalement divorcé. Elle obtient la garde de sa fille et une pension alimentaire, qui ne lui sera jamais versée. Mais Rudolf finit par enlever sa fille, jugeant son ex-femme indigne et dangereuse à élever sa fille qui d’ailleurs est morte à l’âge de 21 ans.
  • Se retrouvant sans moyens, Margaretha a déménagé à Paris. Là, elle a trouvé un travail dans un cirque et elle participait au spectacle comme cavalière sous le nom de Lady McLeod, mais plus tard, elle a décidé de se focaliser sur les danses orientales.
  • Rapidement, elle est devenue une danseuse célèbre de style oriental, et elle montait sur scène sous le pseudonyme de Mata Hari. Et selon l’opinion de nombreuses personnes, c’est elle qui serait à l’origine du strip-tease, qui pour l’époque était un comportement très courageux. Pendant ses performances, elle se débarrassait de ses vêtements et restait presque nue, couverte avec des pétales de roses. C’était une véritable originalité et sa marque de fabrique.
  • D’ailleurs, malgré ses danses explicites, Mata Hari ne s’est jamais montrée totalement nue. La danseuse avait honte de ses petits seins et c’est pourquoi à la fin de ses performances, elle était toujours habillée d’un soutien gorge de pierres précieuses ou d’un gros collier.
  • Il existe également une version selon laquelle, pour ses représentations devant le grand public, la danseuse portait un fin costume en tricot de couleur chair, qui à distance, créait l’illusion d’un corps nu.
  • Pour rendre son image plus mystérieuse et énigmatique, Mata Hari s’est entourée de nombreuses légendes. Par exemple, elle racontait avoir été élevée dans un monastère oriental, où elle avait appris les danses sacrales. En plus, elle affirmait être une princesse exotique issue d’une relation du roi Edouard VII avec une princesse indienne.
  • Mata Hari disait qu’elle se déshabillait lors de ses danses, car c’était le désir du Dieu Shiva. La jeune femme est tombée juste au bon moment, car à l’époque, beaucoup de gens de la haute société étaient enchantés et fascinés par l’Orient et la danse, surtout grâce aux performances d’Isadora Duncan. Et Mata Hari est arrivée à réunir ces deux passions pendant ses représentations, en y ajoutant un peu d’érotisme.
  • Rapidement, la jeune femme est devenue très célèbre et pas seulement à Paris, mais aussi dans d’autres capitales européennes. Les journaux de l’époque la décrivaient comme une femme mince ayant une grande souplesse, la grâce d’un animal sauvage, des cheveux couleur bleu nuit, et un visage qui donnait une impression étrange et bouleversante.
  • C’est aussi à ce moment là que son nom est apparu sur des boîtes de gâteaux (cookies) néerlandais, sur des cartes postales où elle posait en tenues légères. Et son père appauvri, bénéficiant de la popularité de Mata Hari, a décidé d’écrire un livre sur elle dont le titre est “Mme M.G. MacLeod Zelle, la biographie de ma fille et ses griefs contre son ex mari (Mevrouw M.G. MacLeod Zelle, de levensgeschiedenis van mijn dochter en mijn grieven tegen haar vroegere echtgenoot).” Son père, l’auteur a reçu un cachet considérable, et le livre donna encore plus de gloire à Mata.
  • Pourtant un jour, malgré son succès phénoménal, elle a dû arrêter sa carrière de danseuse, qui fut très courte, pour devenir courtisane, car elle avait pris du poids en raison de son âge. En effet, elle est devenue danseuse assez tardivement, et elle avait plus de 30 ans au sommet de sa carrière.
  • Cette femme ne charmait pas les hommes par sa beauté mais plutôt par sa sensualité. Elle a eu des liaisons avec de grands fonctionnaires et militaires et aussi avec d’autres personnalités influentes. Parmi ses amants multiples, on cite souvent le compositeur Giacomo Puccini et le baron Henri de Rothschild.
  • La danseuse avait des résidences à Paris, à la Hague, elle était toujours couverte de cadeaux chers, néanmoins elle avait constamment des problèmes financiers. Il est très probable qu’elle ait dépensé tout son argent en jouant aux jeux de cartes. C’était une véritable passion pour Mata.
  • Tout a changé au début de la première guerre mondiale. Si avant la guerre Mata était juste considérée comme une artiste, représentante du mouvement artistique bohème et des mœurs libres, à l’apparition des premiers actes de guerre, beaucoup de gens ont commencé à penser que la danseuse était une dangereuse séductrice.
  • En effet, en ayant beaucoup d’amants et en étant citoyenne d’un pays neutre comme les Pays-Bas, elle voyageait souvent et beaucoup, partout en Europe. Cela a alerté l’attention des services secrets français et allemand.
  • En 1916, elle a rencontré un jeune capitaine russe, Vadim Maslov, dont elle est tombée amoureuse. Hélas, le militaire a dû très vite partir au front où il perdit un œil. Et, selon certaines informations, c’est à ce moment là que la danseuse a accepté d’espionner pour le compte des services secrets français contre l’Allemagne, pour voir encore une fois l’homme qu’elle appelait “l’amour de sa vie”. En effet, les officiers du contre-espionnage français lui auraient dit qu’un rendez-vous avec Maslov serait possible si elle réussissait à collecter les informations qu’on lui demandait d’obtenir. Pendant cette opération la femme reçut le nom de code d’agent H-21.
  • Mata Hari avait décidé de séduire le prince allemand, Guillaume de Hohenzollern pour lui soustraire les informations nécessaires. À la fin de l’année1916, elle s’est rendue à Madrid où elle a rencontré l’attaché militaire d’Allemagne et lui a demandé de lui organiser un rendez-vous avec le prince. Et c’est à ce moment-là que les Français ont reçu des informations indiquant que Mata Hari serait un agent double. Les services secrets ont prétendu avoir intercepté un message des services secrets allemands selon lequel la célèbre danseuse travaillait depuis longtemps pour l’Allemagne.
  • On ne sait toujours pas si Mata Hari a réellement été une espionne et un agent double, ou si les services secrets d’Allemagne qui auraient appris qu’elle était une espionne française auraient décidé de la piéger et de lui faire payer son jeu de dupe. En tout cas, elle a été arrêtée en 1917 à l’Élysée Palace, un hôtel des Champs-Élysées. Elle a comparu devant la justice accusée d’espionnage et d’intelligence avec l’ennemi, l’Allemagne en l’occurrence, et d’être responsable de la mort de plusieurs divisions de soldats.
  • En même temps, Margaretha jurait aux enquêteurs qu’elle avait toujours été fidèle à la France. Et c’est même là qu’elle aurait prononcé sa célèbre phrase : “Une prostituée ? Oui, mais une traître, jamais !” et elle a ajouté qu’elle avait toujours vécu pour l’amour et le plaisir.
  • Le lendemain Margaretha Zelle a été reconnue coupable, et elle a passé les derniers jours de sa sa vie en cellule. Son avocat lui a proposé de tenter de duper les autorités et de faire croire qu’elle était enceinte, mais Mata Hari a formellement refusé de mentir.
  • Après l’exécution de Mata Hari, aucun de ses proches n’a réclamé son corps. C’est pourquoi celui-ci a été transféré à la faculté de médecine de Paris. Pourtant, en 2000, les archivistes se sont rendu compte que les restes de son corps avaient disparu. Peut-être cet événement aurait eu lieu pendant le déménagement des nouveaux locaux de la faculté. De toute façon, cette nouvelle a fait naître beaucoup de rumeurs.
  • Il est surprenant d’apprendre que tous les documents concernant l’affaire Mata Hari regroupant un ensemble de 1275 pages n’ont été déclassifiés par les autorités françaises qu’en 2017, soit 100 ans après son exécution.
  • Bien sûr, le destin et la vie de cette femme hors du commun a inspiré beaucoup de réalisateurs qui ont tourné des films et des séries sur elle, et son nom est devenu le symbole et l’incarnation de la femme fatale ultime.

Et toi, connaissais-tu l’histoire de Mata Hari ? Peut-être as-tu regardé des films sur elle, ou bien lu des livres ? Partage avec nous ton expérience et tes opinions sur cette femme à la vie tragique et extraordinaire dans les commentaires.

Photo de couverture East News, East News
Partager cet article