Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Voici l’histoire de Grace Kelly qui a souffert dans une cage dorée tout en continuant à sourire en public

1-2-
11k

Elle fut l’une des plus grandes stars de son époque. D’après une légende, Charles de Gaulle qui, en 1962, était irrité contre Monaco et pensait à annexer le célèbre Rocher aurait finalement renoncé, par peur de rivaliser avec la popularité de Grace Kelly — et de perdre. Elle eut une rose à son nom et Hollywood à ses pieds, elle fut actrice, princesse, mère. Le destin incroyable de cette Américaine ressemble à un véritable conte de fées et continue encore aujourd’hui à émouvoir des gens dans le monde entier.

Sympa a décidé de revenir sur l’histoire de cette femme exceptionnelle et a été surpris de constater que tout n’avait pas été toujours aussi parfait dans la vie de Grace que sur les images des magazines.

Vilain petit canard

Grace a grandi dans une famille aux mœurs austères. Sa mère avait été un mannequin à succès dans sa jeunesse, puis elle était devenue une célèbre entraîneuse sportive. Son père était entrepreneur dans le secteur de la construction et également un athlète, puisqu’il avait remporté trois médailles olympiques, notamment en aviron. Mais la jeune Grace s’est distinguée des autres membres de sa famille presque depuis sa naissance. Contrairement à ses deux sœurs et à son frère, elle était timide, un peu maladroite et dodue. Ses parents, très sportifs et beaux, la trouvaient sincèrement laide et pensaient qu’elle ne pourrait jamais se marier avec un bon parti. Ils ont donc placé tous leurs espoirs en leurs deux autres filles et en leur fils. Voici ce qu’a raconté une amie de la famille sur l’apparence de Grace à cette époque-là : “Nous n’avions aucune idée qu’elle était si belle. Elle portait toujours un bandana, des lunettes et un pull, rien de spécial.”

L’échec de la future star aux épreuves d’admission à l’université a une fois de plus convaincu ses parents qu’il n’y avait rien à attendre d’elle. Cependant, la jeune fille a annoncé qu’elle souhaitait étudier à l’American Academy of Dramatic Arts et même si au début son père s’y est opposé, plus tard, il a accepté cette décision. Alors qu’à ce moment-là, les inscriptions à l’Académie étaient déjà terminées, l’oncle de Kelly, dramaturge célèbre et influent, l’a aidée à y entrer.

Vouée à devenir une star

Il faut dire que vers 18 ans, d’une adolescente maladroite, Grace s’est transformée en une très jolie jeune femme, et à son arrivée à New York, la blonde grande et mince s’est logiquement rendue dans une agence de mannequins pour devenir modèle. Très bientôt, des agents de magazines de mode se sont mis à la courtiser pour l’inviter à des séances photo.

En parallèle, Grace auditionnait pour de nombreux rôles dans diverses pièces de théâtre et, finalement, elle a réussi à se frayer un passage à Broadway. Deux ans plus tard, à l’âge de 20 ans, elle a pour la première fois obtenu un petit rôle dans un long-métrage. Des réalisateurs célèbres ont immédiatement repéré la sublime actrice et ont commencé à lui proposer des rôles dans leurs films.

Pour sa prestation dans Mogambo, Grace a été nominée pour l’Oscar du meilleur second rôle féminin. Cependant, elle n’a reçu la récompense très attendue qu’un an plus tard, pour son rôle dans le film Une fille de la province.

Bientôt, c’est le légendaire Alfred Hitchcock qui a remarqué Grace Kelly, et elle a enchaîné trois films sous la direction du réalisateur. Deux d’entre eux, Fenêtre sur cour et Le Crime était presque parfait sont considérés comme les meilleures œuvres du Maître.

La carrière cinématographique de Grace Kelly n’a pas été longue, elle n’a duré que 4 ans, de 1952 à 1956. Cela n’a pas empêché l’American Film Institute d’attribuer à l’actrice la treizième place dans la liste des plus grandes stars du cinéma. Ce classement comprend 50 vedettes de légende hollywoodiennes — 25 hommes et 25 femmes.

La rencontre qui a fait basculer son destin

Le prince Rainier III de Monaco et Grace ont fait connaissance à Cannes, lors du festival de cinéma. Le protocole prévoyait une séance de photos commune pour un magazine : des témoins ont raconté que l’actrice voulait rayer ce point de son agenda surchargé.

Il semble que ce jour-là, tout s’opposait à leur rencontre. Grace ainsi que le prince, ont été coincés dans un embouteillage à cause d’une grève des ouvriers. Par conséquent, elle était mécontente de son apparence et lui est arrivé au rendez-vous de mauvaise humeur. Cependant, quand Rainier a vu la jeune femme répéter une révérence devant un miroir, il a été ébloui.

Par la suite, ils ont entretenu une correspondance passionnée et six mois plus tard, le prince amoureux est allé aux États-Unis demander la main de Grace à ses parents. Il l’a demandée en mariage la veille de Noël et lui a offert une modeste bague de fiançailles, qu’il a cependant remplacée au bout d’un mois par une bague mythique ornée d’un diamant de 10 carats.

Bien évidemment, le mariage a attiré toutes les curiosités. Il faut savoir qu’à l’époque, en 1956, la principauté de Monaco était loin d’être le lieu prestigieux et le paradis des millionnaires qu’elle est aujourd’hui. À l’époque, c’était un tout petit état, pas très riche et peu populaire auprès des touristes. On plaçait donc de grands espoirs dans le nouveau souverain et sa splendide épouse. L’un des amis de Rainier III, le milliardaire Aristote Onassis, lui a dit un jour que le meilleur moyen d’attirer l’attention serait de se marier avec Marilyn Monroe ou Grace Kelly. Onassis n’a pas eu tort : ce mariage a vraiment fait de la publicité pour Monaco pour plusieurs décennies à venir. Les touristes ont afflué dans la principauté et les milliardaires se sont mis à y acheter des biens immobiliers.

Il n’est donc pas étonnant que des rumeurs aient affirmé que le prince avait fait un mariage de raison résultant d’une stratégie bien pensée pour attirer des investissements vers Monaco.

Pour les parents de Grace, ce mariage a également été très payant, car il leur a ouvert la voie à la haute société new-yorkaise. En guise de dot, les parents de la mariée ont versé environ 2 millions de dollars. Parallèlement, la future princesse, conformément au protocole, a été soumise à un test de fertilité.

Princesse Grace

L’union de Grace Kelly et Rainier III a été à juste titre qualifié de mariage du siècle. Selon certaines estimations, les festivités qui ont duré une semaine ont même dépassé le mariage de la reine Élizabeth avec le duc Philip en termes de dépenses et d’ampleur.

La mariée a atteint les rives de la principauté à bord d’un paquebot luxueux. Quand elle a mis pied à quai et a rejoint son fiancé, une pluie d’œillets rouges et blancs les a accueillis. La célébration aurait coûté, d’après diverses sources, entre 45 et 55 millions de dollars, la plus grande partie des frais étant pris en charge par les studios MGM avec lesquels Grace était sous contrat. La même société a retransmis la cérémonie à la télévision. 30 millions de personnes l’ont regardée.

La légendaire robe de mariée en dentelles de Bruxelles vintage rebrodée de perles a coûté environ 300 000 dollars. Or, la mariée était mal à l’aise face à toute cette attention : “C’était le jour le plus terrible de ma vie. Il y a eu, bien sûr, plusieurs moments qui m’ont profondément touchée. Mais sinon, j’étais tellement fatiguée d’être dans le collimateur des journalistes que pendant toute une année, je n’ai lu aucun article sur mon mari et moi” : c’est en ces termes que Grace a évoqué le jour de son mariage.

Pour pouvoir mener une vie royale, Grace a été obligée de consentir des sacrifices et de renoncer à jamais à la carrière d’actrice. À partir de ce moment-là, elle n’a dû incarner qu’une seule image, celle de l’épouse du souverain de Monaco. Son ami de longue date, Alfred Hitchcock, a dit alors qu’il était “très heureux que Grace ait trouvé un si bon rôle pour elle”.

Cependant, quelques années plus tard, lorsque Alfred Hitchcock lui a offert un rôle dans son prochain film, la princesse a voulu déroger à cette contrainte. Son époux était sur le point de donner son accord, mais les habitants de la principauté s’y sont absolument opposés, estimant que “notre princesse ne peut et ne doit pas jouer dans des films comme une simple actrice !” En fin de compte, Grace s’est inclinée à la volonté du peuple. Selon des proches, après cet événement, elle a sombré dans la déprime et n’a pas quitté sa chambre pendant une semaine. L’impossibilité de retourner dans l’univers artistique qu’elle aimait tant a été vécue comme une véritable tragédie.

Par la suite, la princesse s’est ressaisie et a réussi à gagner l’amour du peuple monégasque. C’est elle qui a lancé la tradition d’organiser des fêtes de Noël pour tous les enfants : elle a carrément redonné la vie à cet état.

Cage dorée

Sur le papier, tout était parfait. Lui était un monarque reconnu et un homme courtois. Elle était une ancienne star oscarisée d’Hollywood et une vraie beauté. Cependant, il s’est avéré plus tard que l’union solide de Grace et Rainier était surtout une image de papier glacé. Surtout, elle oppressait Kelly car sa nouvelle maison n’est pas devenue pour elle un paradis, mais plutôt une cage dorée. En plus de l’interdiction de poursuivre sa carrière, les films avec sa participation n’ont pas été autorisés à Monaco. La princesse a alors cherché du bonheur dans la maternité et a donné naissance à trois héritiers : Caroline Louise Marguerite, prince régnant de Monaco Albert II et Stéphanie Marie Élizabeth.

Au début, pour dissimuler sa première grossesse aux photographes envahissants, la princesse s’est servi d’un volumineux sac Hermès posé sur son ventre. Par la suite, la maison de luxe a rebaptisé l’accessoire indispensable des tenues de Grace, et lui a donné le nom “Kelly”.

On dit que l’actrice adorait ses enfants et, apparemment, elle les a beaucoup gâtés. Ils ont grandi en étant assez rebelles et ont souvent fait des crises de colère. Le comportement des filles à l’adolescence rappelait celui de Grace du temps de sa jeunesse : elles n’obéissaient guère à leurs parents et avaient des fréquentations douteuses.

La vie de Grace Kelly avec son mari n’était pas non plus si sereine. Au fil du temps, il est devenu évident qu’ils étaient tout à fait différents. Beaucoup de gens considéraient Grace Kelly comme une femme calme, voire froide, mais cette image a été créée beaucoup plus tard, lorsque la jeune femme a intégré la famille royale. Avant, elle était assez passionnée. Hitchcock l’a même appelée un “volcan sous la neige qui peut exploser à tout moment”. Alors que Rainier était plutôt casanier et tranquille. Il s’ennuyait donc souvent lors des réceptions qu’elle organisait et se moquait de ses centres d’intérêt. En outre, l’image de son épouse exemplaire et adorée accablait Rainier de plus en plus. Peut-être, était-il jaloux de sa popularité. La princesse se sentait de plus en plus inutile et avait peur de la vieillesse.

On prétend que c’est à cette époque-là qu’un ami intime est entré dans sa vie ‒ un réalisateur autrichien nommé Robert Dornhelm, de 18 ans son cadet. Vers la fin de sa vie, Grace vivait de plus en plus souvent à Paris, loin de son époux. Elle ne pouvait pas divorcer, car elle risquait de perdre ses enfants.

Accident de voiture

Le 13 septembre 1982, la princesse de Monaco était à bord de sa voiture en compagnie de sa fille Stéphanie. On dit qu’elles se seraient disputées, suite à quoi Grace, qui était au volant, aurait subi un accident vasculaire cérébral. Le véhicule a quitté la route dans un lacet et a plongé dans le vide. Stéphanie a eu de nombreuses ecchymoses et une grave fracture cervicale, mais a survécu. Les blessures de la princesse ont été mortelles. Malgré les efforts des meilleurs médecins, il a été impossible de la sauver.

La mort de Grace Kelly a été un coup terrible pour tout le monde. Elle n’avait que 52 ans. On a vite vu naître des rumeurs affirmant que l’accident de voiture avait été arrangé exprès, elles n’ont pourtant jamais trouvé de confirmation.

Des millions de personnes ont rendu hommage à la princesse et de nombreuses célébrités européennes et américaines ont assisté aux obsèques. Le prince Rainier ne s’est jamais remarié. Après la mort de Grace Kelly, il a fondé à Monaco une roseraie ouverte à tout le monde, en hommage à l’amour que la princesse portait aux fleurs. Aujourd’hui, dans la roseraie se dresse sa statue, entourée de 4 000 roses. Le prince Rainier III, lui, est décédé à l’âge de 81 ans.

L’histoire de leur amour a inspiré plusieurs films, car elle ressemblait vraiment à un conte de fées, même si elle n’a pas eu de fin heureuse.

Et toi, qu’en penses-tu, c’était un mariage de raison ou une belle histoire d’amour ? Renoncerais-tu à ce que tu aimes pour ta famille ? N’hésite pas à donner ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture AFP / EAST NEWS, EAST NEWS
1-2-
11k