Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

15+ Faits sur l’Égypte antique qui pourraient te surprendre autant que la neige en juillet

2-1-
393

Lorsque l’on parle de l’Antiquité, l’on se représente l’image de gens incultes qui s’occupent de la récolte et croient aux mauvais esprits et malédictions. Cependant, ce ne sont que des stéréotypes qui se sont ancrés dans nos têtes. La vie des égyptiens était en réalité tellement mouvementée et intense que même nos contemporains pourraient l’envier.

Chez Sympa, nous avons épluché beaucoup d’encyclopédies afin de trouver des faits curieux sur les égyptiens que tu ne trouveras pas dans des manuels scolaires.

  • Il peut sembler que l’Égypte antique n’a duré que très peu de temps, car nous avions l’habitude de l’étudier très vite à l’école. Ce n’est pas vrai. La période préhistorique de l’Égypte commence bien 9000 ans avant notre ère. Les premières pyramides ont été bâties lorsque les mammouths peuplaient encore la Terre. L’État est tombé au VII siècle peu avant l’apparition des Vikings.
  • Il n’y avait pas de pharaons dans l’’Égypte antique. Le terme “pharaon” est apparu pour la première fois dans la Bible et se traduisait comme “palais”. Le souverain était appelé le roi ou le seigneur de Deux Terres. Le titre complet d’Antef Ier se lisait ainsi : “le prince héritier, le nomarque du nome de Thèbes, qui ravit le roi comme le gardien des portes du Sud, le grand pilier de celui qui fait vivre les Deux Terres.” La première apparition du titre “Pharaon” remonte à l’an 17 après J-C dans les annales sacerdotales.
  • Le record du règne le plus long est attribué à Pépi II. Il est peu probable que quelqu’un puisse le battre. Certains scientifiques affirment qu’il est resté au pouvoir durant 94 ans. Il a accédé au trône à l’âge de six ans et est décédé une heure avant d’avoir 100 ans.
  • Le pouvoir des souverains se transmettait de père en fils. Mais s’il n’y avait pas d’héritier mâle, la femme devenait le souverain. L’une des premières à accéder au trône a été Hatchepsout. Tout comme les hommes, elle devait porter la couronne, le sceptre, le fléau, la canne et une barbe cérémoniale. C’est pour cela que Hatchepsout est représentée le plus souvent avec une barbe.
  • Contrairement à la croyance populaire, les serviteurs, la femme et toute l’armée ne se faisaient pas ensevelir avec le souverain. Premièrement, les funérailles coûtaient très cher et, deuxièmement, les serviteurs vivants étaient beaucoup plus utiles que ceux qui seraient momifiés.
  • Dans sa tombe, le roi devait se sentir comme à la maison. Afin de rendre la vie après la mort confortable, tout le nécessaire était placé dans la tombe. Dans les fouilles, les archéologues ont retrouvé des bateaux, des trônes en or, des bijoux, parfums et produits cosmétiques à l’intérieur des pyramides. Vu qu’il fallait manger et boire quelque chose dans l’au-delà, on mettait aussi des boissons et des fruits dans la tombe avec le défunt. Et bien évidemment, chaque souverain qui se respectait devait avoir des toilettes dans son tombeau.
  • Les Égyptiens ont été parmi les premiers à domestiquer des animaux. Ils ont domestiqué la chèvre, la vache, l’âne, puis l’oie. Cependant, les chats tant adorés des Égyptiens ont commencé à vivre à côté des hommes pour la première fois à Chypre. Ils ont ensuite bougé et se sont installés avec les agriculteurs dans tout le Moyen Orient.
  • On n’organisait pas de célébrations grandioses le jour du mariage, on n’allait pas dans les temples, les jeunes mariés s’échangeaient simplement des cadeaux. Après cela, ils emménageaient le plus souvent dans la maison des parents de la mariée. Fonder une famille était économiquement avantageux. Le mariage aidait à avoir des promotions et à acquérir des biens.
  • Les Égyptiens ont été les premiers à porter les alliances à l’annulaire. Ils les fabriquaient en canne tissée et cuir. Les alliances symbolisaient la vie éternelle et l’amour.
  • Des contrats de mariage sont apparus dans l’Égypte antique. Ils devaient être approuvés par les monarques. D’après le contrat, le mari avait l’obligation de subvenir aux besoins de sa femme et, dans le cas d’un divorce, il devait lui rendre la dot.
  • À en juger par les films hollywoodiens, les Égyptiens ne se couvraient que de chiffons blancs. Mais les fouilles archéologiques parlent d’autre chose. Les tissus n’étaient le plus souvent pas teints, ils restaient en gris naturel. Et s’ils les teignaient, alors c’était en bleu et en vert. Les hommes portaient un pagne — chendjit, et vers les années 1420 avant notre ère, des tuniques sont apparues. Les vêtements des femmes se composaient d’une robe et d’un châle en lin. Elles étaient amples et cachaient toutes les courbes de leur corps. Le mari ne pouvait pas dicter à sa femme comment elle devait s’habiller.
  • La médecine égyptienne était à plusieurs égards plus avancée que la plupart de nos cliniques modernes. Chaque médecin était étroitement spécialisé et avait de très bonnes connaissances de l’anatomie. Ils momifiaient des corps tout de même. Les médecins enlevaient des tumeurs, savaient faire des pontages cardiaques et transplantaient des organes. La pose de prothèses était bien développée aussi. Les spécialistes fabriquaient des globes oculaires, des doigts, des dents et des membres artificiels. Les Égyptiens ont inventé les antibiotiques bien avant Alexandre Fleming. Ils utilisaient des compresses de miel en tant que pansements et désinfection.
  • La police est aussi une invention des Égyptiens. Elle est apparue pendant le Moyen Empire (environ 2050 — 1800 avant J-C.). La police se composait de guerriers et de mercenaires étrangers. Les policiers veillaient à l’ordre dans la ville, luttaient contre la fraude, recherchaient des criminels. Ils veillaient aussi à ce que les vendeurs ne trompent pas les acheteurs au poids, protégeaient les palais et les caravanes. Ils étaient accompagnés par des chiens de garde et des singes.
  • Pendant leur temps libre, les Égyptiens se détendaient avec des jeux de société. Le plus célèbre était Senet, l’ancêtre des échecs modernes. Ce jeu est apparu pendant la période prédynastique (environ 3500 ans avant notre ère). La légende dit qu’il a été créé par le dieu de la sagesse Toth pour sauver la déesse Nout de la malédiction du dieu Ra. Senet est une imitation de l’au-delà. Les règles précises du jeu ne sont pas connues, d’autant plus qu’elles ont changé avec le temps. Le but du jeu est de faire sortir tous ses pions du plateau avant son adversaire.
  • Dans les films sur les momies revenantes, on aime faire référence à la langue égyptienne ancienne. Cependant, elle n’existe pas en tant que langue. Il est bien évident que les Égyptiens conversaient, correspondaient, écrivaient des livres, des testaments, passaient des contrats. Néanmoins, dans les 40 siècles d’existence de l’État, la langue et l’écriture ont bien changé. En plus de la langue principalement utilisée, il y avait des dialectes. Les égyptologues parlent du moyen égyptien, du néo-égyptien et du démotique, ainsi que d’une langue très spécialisée utilisée dans les textes à l’intérieur des pyramides. La phonétique des Égyptiens n’a pas encore été assez étudiée. Un égyptologue moderne aura du mal à comprendre ce que lui raconte une momie revenue à la vie. Ne parlons même pas d’un bibliothécaire ou d’un militaire du début du XXe siècle.
  • Les Victoriens étaient très passionnés d’égyptologie. Ils organisaient même des fêtes, où ils enlevaient des morceaux de tissu des momies ou louaient des momies pour décorer la salle de réception.
  • Les archéologues modernes n’ont pas besoin d’ouvrir les sarcophages, de déballer les momies ou de les démembrer. Les recherches se font sur un tomographe. À l’aide de cet appareil, il est possible de connaître l’âge, le sexe, la position sociale, les maladies que la personne a eu de son vivant, la nourriture qu’elle a mangée et bien plus encore.

Aurais-tu aimé pouvoir te retrouver dans l’Égypte antique ? Qu’est-ce qui t’y aurais le plus intéressé ? Raconte-nous dans les commentaires.

2-1-
393
Partager cet article