Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

16 Expatriés qui parlent des choses introuvables à l’étranger pour lesquelles ils donneraient tout l’argent du monde

La plupart des gens qui partent en vacances à l’étranger sont tout d’abord dans un état euphorique. Ils découvrent volontiers une nouvelle culture et goûtent à la cuisine locale, avant de rentrer à la maison et de replonger dans leur quotidien quelques jours ou semaines plus tard. Ils gardent en général de bons souvenirs de leurs voyages et y repensent avec le sourire aux lèvres. Pour les émigrants, c’est une toute autre histoire. Ce ne sont plus des touristes, mais on ne peut pas non plus dire qu’ils sont totalement intégrés dans la société locale.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui compilé pour toi des histoires des gens qui, au fil du temps qu’ils vivent à l’étranger, deviennent très nostalgiques de leur pays natal.

  • Je viens d’Allemagne, mais je vis à l’autre bout du monde. C’est incroyable, mais pendant longtemps j’ai dû moi-même fabriquer mon pain. Il m’a fallu quatre ans pour dénicher un boulanger capable de faire un bon pain aux céréales complètes. © Schlitzi / Reddit

  • Je vis à l’étranger, c’est pourquoi j’ai raté tous les mariages de mes amies proches. Toutes mes copines qui se mariaient étaient très agacées par mon absence, et j’ai dû me résigner et l’accepter. Cela m’a vraiment manqué, l’ambiance du chaos d’un mariage indien. © Sagarika Somasundaram / Quora

  • On m’a demandée de ramener un hippopotame gonflable d’Allemagne. J’ai dit ok, pas de problème. En plus, ils ont voulu que j’en prenne un des plus horribles. J’ai cru qu’ils voulaient faire une blague aux enfants. Mais il s’est avéré que ce n’était pas pour les enfants, mais pour effrayer les corbeaux. Oh, comme je me suis énervée. © A.Nekrasova / Pikabu

  • J’ai quitté la France pour Shanghai il y a environ trois ans. Mon plus grand souci était lié à la nourriture. À l’époque, je ne savais tout simplement pas où aller pour faire mes courses, car je n’avais pas encore trouvé ces endroits merveilleux où je me rends aujourd’hui. Je n’étais pas non plus au courant de l’existence des applications qui proposaient des produits aussi bien chinois qu’européens. Ma première année en Chine, j’ai beaucoup grossi à cause des mauvaises habitudes que j’avais prises. Je mangeais beaucoup de nourriture pas saine du tout, ainsi que des plats chinois, très gras mais tellement bons ! © Dimitri Vallette / Quora

  • Cela me manque de ne pas pouvoir aller à la pharmacie et acheter de la lotion pour le visage ou des cosmétiques sans me soucier des produits cosmétiques sans me soucier des ingrédients chimiques qui blanchissent la peau qu’ils contiennent. Quand j’ai emménagé à Phnom Penh (Cambodge), j’ai pris avec moi une valise pleine de produits de beauté. Je ne veux même pas imaginer ce que je vais faire quand je n’en aurai plus. © OurDearLadyExpat / Reddit

  • Vivant au Japon depuis trois ans, loin de ma maison en Inde, je comprends que vivre à l’étranger est une expérience incroyable qui a malheureusement beaucoup d’inconvénients. L’un des plus difficiles pour moi est le mal du pays. Quand je suis en vacances à la maison, je me réveille au bruit des motos et aux cris des enfants qui jouent dans la rue, et puis ma mère m’appelle pour le petit déjeuner. En vacances dans mon internat au Japon, ma journée commence par le son d’une alarme, et si je me réveille un peu tard, je rate le petit déjeuner et je dois attendre le déjeuner pour avoir quelque chose à manger. © Abha Awasthi / Quora

  • En tant que Norvégien, il me manque souvent une chose à laquelle j’étais habitué : les montagnes. Je ne me sens pas dans mon assiette quand je ne peux voir que l’horizon au-dessus des plaines et que rien n’obstrue la vue. Il n’y a rien de plus apaisant pour moi que le vent froid et la silhouette d’une montagne qui se dessine au loin. © Wvreb / Reddit

  • Cela me manque de ne plus pouvoir aller faire mes courses 24h/24, 7j/7. Quand à trois heures du matin tu n’as plus de chips et que tu descends simplement à l’épicerie pour en racheter. Ici, il n’y a tout simplement pas de magasins ouverts. De plus, il est difficile de trouver des vêtements pour les personnes mesurant plus d’1,50 m. Je suis au Guatemala, et les seules personnes de grande taille ici sont des étrangers. © lazyjayn / Reddit

  • J’ai vécu la plus grande partie de ma vie au Pakistan. Mais maintenant, ce qui me manque ce n’est pas tant le pays lui-même, mais mes proches qui y sont restés. Les vidéoconférences sont ma seule solution, mais dans cela je perds l’essentiel : le contexte. Je ne peux pas voir les émotions de ma famille derrière un écran, et cela me manque de les voir physiquement, dans la réalité. En passant autant de temps à l’étranger, j’ai peur que mes petits frères et sœurs grandissent et oublient le temps qu’on a passé ensemble et que je fais partie de leur vie. Tu sais, quand tu rentres chez toi, tu voudrais croire que les choses et les gens restent les mêmes, comme dans tes souvenirs, comme au moment où tu les as laissés, mais c’est impossible. Et c’est le prix à payer pour avoir accès à l’université, à l’emploi ou à la vie de tes rêves. © Shahan A. Memon / Quora

  • J’habite en Pologne. Il y a très peu de poissons de rivière. Il n’y a des carpes qu’avant Noël. Les autres poissons sont soit chers, soit dans un tel état qu’il y a plus de glace que de poisson. © Regardez000 / Pikabu

  • Je vis au Royaume-Uni depuis trois ans déjà, mais je n’ai toujours pas développé la capacité à réagir de façon automatique et appropriée dans diverses situations du quotidien. Je me retrouve encore trop souvent à être “cet étranger trop bruyant” ou “trop calme” simplement parce que je n’arrive pas à comprendre comment je dois répondre exactement pour que ce soit socialement acceptable. © bfp / Reddit
  • J’ai vécu dans neuf pays différents et j’ai constaté que le plus difficile était de conserver les compétences et les qualités développées par le passé. Après tout, chaque nouvel endroit nous oblige à travailler constamment sur nous-même et notre caractère, et les traits que nous avons développés auparavant peuvent ne plus nous servir. © Chris Ebbert / Quora

  • Apparemment, l’aneth est une plante commune qui pousse partout sur le terrain de mes parents, presque comme une mauvaise herbe. Et ici, au Brésil, il est difficile d’en trouver. J’ai trouvé quelque chose de similaire à l’aneth, qui s’appelle “endro” en portugais. Mais le goût et l’odeur ne sont quand même pas comparables. J’ai tellement envie de manger des pommes de terre à l’aneth ! J’en ai pris chez moi, et je l’utilise parfois. Mais l’odeur n’est pas du tout la même qu’à la maison. Je voulais en faire pousser dans notre appartement, mais mon mari est contre cette idée. © Esmys / Pikabu

  • Ma femme est un jour partie rendre visite à une amie à l’étranger. Elle a émigré 15 ans auparavant. Elle y travaille 24h/24 et 7j/7 et y a ouvert deux cafés. Ma femme lui a demandé avant d’y aller si elle voulait un petit quelque chose qui lui manquait de son pays natal. Je me souviens encore de sa réponse : elle a demandé de lui ramener deux ceintures en poils de chien contre le mal de dos et un kilo de graines de tournesol. © KostaGrass / Pikabu

  • Je lis les commentaires et je suis à deux doigts de pleurer de nostalgie. Je veux un bon morceau de pain noir avec une tranche de fromage de Dublin. À Vancouver, je dois aller dans une brasserie hyper chère pour pouvoir manger un bon sandwich au jambon. © unknown author / Reddit

Et toi, vis-tu ou as-tu déjà vécu à l’étranger ? Qu’est-ce qui te manque ou te manquait le plus de ton pays natal ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires !

Partager cet article