Sympa
Sympa

20+ Particularités de la vie au Japon dont les étrangers ont du mal à s’habituer

Ce n’est un secret pour personne que le Japon est un pays unique dans lequel les technologies de pointe s’allient harmonieusement avec les traditions séculaires. Des millions de touristes sont fascinés par les choses qu’ils découvrent durant leur voyage. Et pourtant, ceux qui résident au Japon depuis plus d’un an savent que tout ce que les visiteurs voient n’est qu’une enveloppe alléchante, et que la vraie vie est loin d’être aussi confortable et aisée qu’elle ne paraît.

Sympa a creusé dans divers forums, a lu les opinions des Japonais et des gens qui ont choisi de s’installer dans l’Archipel, et a découvert des facettes pas si agréables du mode de vie japonais.

  • Le Japon est un petit pays, mais en même temps, les montagnes occupent environ 73 % de son territoire. Le reste abrite 126 millions de personnes. Pour faire simple, l’espace libre vaut littéralement de l’or. Pour cela, tout est minuscule : les appartements, les véhicules, les parkings, les restaurants, les rues, etc.
    Les gens qui arrivent au Japon s’aperçoivent qu’ils développent une légère claustrophobie. “Ce sentiment me suivait partout au Japon, où que j’aille”, a admis un résident étranger.
  • Plus de 90 % des Japonais vivent dans des villes. Voilà pourquoi les foules et les files d’attente sont courantes presque partout. Cela sans compter des millions de touristes qui visitent chaque année le pays du soleil levant. D’ailleurs, où que tu ailles, tu dois sans cesse dire “sumimasen” (“excusez-moi”), car les bousculades sont inévitables.
  • Il est difficile de qualifier les villes japonaises de pittoresques. Il va sans dire, elles sont plus ou moins propres, les infrastructures de transport sont top, mais les atouts s’arrêtent là. Les immeubles sont gris, la plupart des rues ne sont pas séparées en zones piétonnes et automobiles, les espaces verts sont considérés par les autorités comme un problème. En gros, l’aménagement des villes est strictement utilitaire, avec des quantités impressionnantes d’acier non dissimulé et de béton dans l’architecture.

Un étranger au Japon éprouve une certaine difficulté à se faire accepter par les Japonais. Même s’il y vit depuis des décennies, qu’il est naturalisé et qu’il a fondé une famille avec un habitant local, il restera toujours un étranger.
Voici ce que raconte un Australien qui vit au Japon depuis plus de 30 ans : “Ce qui me met mal à l’aise, ce sont ces moments où, par exemple, je fais les courses avec ma femme. Les vendeurs ne s’adressent qu’à elle et ne me regardent pas. Même quand je règle les achats, ils la regardent, elle, et lui disent merci. Lorsqu’on achète des vêtements, ils ne me parlent même pas (alors que je parle japonais). C’est comme si je n’existais pas.”

  • Si tu es un étranger, rien que pour cette raison le propriétaire peut refuser de te louer l’appartement.
  • Les systèmes et les exigences obsolètes sont encore en vigueur, la bureaucratie est un mode de vie. Ainsi, jusqu’à récemment, les étrangers étaient obligés de faire réécrire leur prénom en langue locale (les caractères latins n’étaient pas acceptés) et de se procurer un sceau pour ouvrir un compte bancaire.
  • Au Japon, il est rare de voir des gens se balader tranquillement dans un parc ou lire sur une terrasse. De nombreux Japonais sont tout simplement surchargés de travail et il leur reste peu de temps à consacrer à la famille, sans parler des hobbies, des rendez-vous romantiques, des loisirs et de farniente.
  • Le sens de l’humour des Japonais est différent de celui des Occidentaux. Un homme qui vit au Japon depuis 10 ans confie : “Dans mon pays d’origine, au lycée, j’ai toujours fait rire tout le monde. Une fois au Japon, personne ne comprenait mes blagues. En revanche, quand les Japonais riaient de leurs plaisanteries, je pouvais à peine sourire. Oubliez l’ironie et le sarcasme, considérés de mauvais goût. Au mieux, l’interlocuteur prendra vos blagues au sérieux.”
  • Les démonstrations d’affection en public ne sont pas bienvenues. Les amoureux et les couples mariés s’embrassent rarement en dehors de chez eux, même lorsqu’il n’y a personne à côté.
  • On utilise une quantité inimaginable d’emballages en plastique, et cela saute aux yeux quand tu viens dans le pays. Lorsque tu achètes, par exemple, un paquet de crackers ou d’autres snacks, tu auras à l’intérieur un emballage en plastique qui contient à son tour, des portions individuelles du produit emballé dans du plastique.
  • Détrompe-toi, les Japonais ne mangent pas sain. Il y a tellement d’additifs dans les produits qu’il est difficile de s’y repérer. Si tu es allergique à un ingrédient, comme les œufs, tu auras vraiment du mal, car on en ajoute presque à tous les aliments.
  • Les habitants du pays bénéficient de 10 jours de congés payés en moyenne. Or, les Japonais utilisent rarement la totalité d’un coup. Ils ne prennent des congés payés que pour des occasions spéciales comme les mariages et pour leurs besoins immédiats, comme visite de parents, ou pour faire un bilan médical.
  • Le déplacement en vélo dans les rues japonaises est complètement chaotique. C’est dangereux, mais personne ne semble s’en soucier. La police peut t’interpeler si les éclairages ne sont pas allumés, mais en même temps, ils ne réagissent pas si tu ignores un feu de circulation.
  • Les Japonais aiment avoir un agenda et planifier tous les événements futurs. Ils ne sont pas spontanés. Ainsi, si tu appelles tes amis japonais et proposes d’aller dans un restaurant un de ces jours, il est fort probable qu’ils refusent. Et cela, parce qu’ils programment même les événements mineurs deux semaines à l’avance et en fonction de leur emploi du temps.
  • Il n’y a quasiment pas de poubelles dans la rue. Il faut donc garder ses déchets avant de les jeter dans des conteneurs conformément aux règles du tri.
  • Les toilettes publiques, par exemple dans les centres commerciaux, ne mettent pas à disposition les serviettes papier pour s’essuyer les mains. Chacun devrait avoir une petite serviette à ces fins.
  • Dans la plupart des habitats, les toilettes sont équipées de siège chauffant et de bidet. De nombreux appartements pas chers sont tout petits et ont des cloisons fines. On profite alors jour et nuit des bruits de la rue et des discussions des voisins. De plus, dans certains immeubles, l’isolation thermique et le chauffage central ne sont pas prévus, et en hiver, il fait assez froid à l’intérieur, en particulier dans les régions du nord du pays.
  • Le Japon manque de garderies pour enfants. Les municipalités, sont bien évidemment en mesure d’en construire. Et pourtant, elles ne le font pas, car la plupart des riverains qui habitent à proximité des terrains qu’on pourrait utiliser pour ouvrir ces lieux d’accueil des petits s’y opposent : “Parce que les enfants font trop de bruit.”
  • Parler au téléphone dans les transports en commun est très mal vu (en principe, toute conversation haute est considérée comme impolie et agaçante). Ceux qui dérogent à la règle se font prier avec insistance de ne pas faire de bruit, voire se font mettre “poliment” dehors. “C’est arrivé à mon ami australien”, a partagé un utilisateur de Reddit.
  • Les touristes et les expatriés s’aperçoivent de l’obsession bizarre des Japonais de diffuser de la musique dans les commerces et les sites de production. Un de ceux qui habitent au Japon écrit : “Dans l’épicerie du quartier, ce sont les fanfares qui servent de musique de fond, et ce sans arrêt. Je ne plaisante pas.”
  • Au Japon, les hommes (le plus souvent les étrangers) ont du mal à trouver des chaussures de pointures supérieures au 43. Il est également difficile d’acheter les chaussures féminines ayant une pointure supérieure au 40. Ceux qui ont de grands pieds selon les standards japonais sont obligés de se rendre dans des boutiques spécialisées ou de commander leurs chaussures sur internet.
  • Dans les petites villes où il n’y a pas de boulangeries très variées, il est difficile de trouver le pain que nous avons l’habitude de consommer en Europe. Les produits locaux sont trop aérés et moelleux.
  • Au Japon, manger en public ne fait pas partie du bon usage, bien qu’il existe des exceptions à cette règle. Ainsi, manger de la crème glacée ne pose pas de problèmes. Il est également admissible de grignoter dans les trains, à condition de le faire très discrètement, en se mettant à l’écart et en évitant d’exhiber sa nourriture. On la consomme à petits morceaux, en faisant froufrouter lentement les emballages et en baissant timidement la tête.
  • Les recettes traditionnelles de plats japonais ne mentionnent presque jamais de tomates parmi les ingrédients. En fait, on a commencé à les cultiver partout au Japon seulement au début du XXe siècle.

Alors, quel fait sur la vie au Japon a été une véritable révélation pour toi ?

Sympa/Endroits/20+ Particularités de la vie au Japon dont les étrangers ont du mal à s’habituer
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire