Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

8 Héroïnes de romans que nous avons lu dans notre jeunesse qui sont inspirées de personnes réelles

-11-
317

Nous adorons les livres dans lesquels une héroïne forte et courageuse n’hésite pas à braver les interdits sociaux, à aller à l’encontre des circonstances et de ses propres sentiments. Une femme au destin compliqué, c’est toujours une histoire spéciale qui suscite beaucoup d’intérêt et une réelle sympathie. Certains des personnages n’ont pas été complètement inventés et les auteurs se sont inspirés des personnes réelles pour écrire leurs romans.

Chez Sympa, nous avons bien étudié les livres et avons retrouvé les personnes réelles dont le destin a servi d’inspiration pour les histoires littéraires connues. Regarde à quoi ressemblaient not héroïnes préférées dans la vraie vie.

Marguerite de Valois (La Reine Margot, Alexandre Dumas père)

L’union de la princesse française Marguerite de Valois, sœur du roi Charles IX, et du huguenot Henri de Navarre a été conclue pour des raisons politiques. Il devait servir à réconcilier les catholiques et les protestants. Cependant, des péripéties amoureuses, des intrigues de palais et des complots sanglants ont apporté quelques modifications à ces projets pratiques.

Alexandre Dumas père avait très bien décrit le destin difficile de la reine Margot, et son histoire a été plusieurs fois représentée dans des films. Dans l’un d’eux, Isabelle Adjani a brillamment interprété le rôle de Margot.

Joan Madou (Arc de Triomphe, Erich Maria Remarque)

Ingrid Bergman a prêté ses traits à la belle et rebelle chanteuse Joan Madou dans le film l’Arc de Triomphe de Remarque. L’écrivain a été passionnément amoureux de Marlene Dietrich, dont il s’inspire dans son roman. Leur passion fugace et dramatique a été prise pour base de la relation entre le chirurgien allemand Ravik et la chanteuse Joan.

La sultane Hürrem (Roxelane, Pavlo Zahrebelnyï)

Hurrem Haseki ou la sultane Hürrem (connue aussi sous le nom de Roxelane) a été d’abord l’esclave
puis l’épouse du Sultan ottoman Suleiman I le Magnifique. Selon l’une des légendes, Roxelane est une femme d’origine slave, et son vrai nom est Alexandra Lisovska. Les contemporains de l’époque ne pouvaient expliquer la disposition particulière du sultan envers Hurrem par autre chose que la sorcellerie à laquelle elle aurait eu recours pour fortifier sa relation avec Suleiman. C’est peut-être la raison pour laquelle l’historiographie européenne a gardé de Roxelane l’image d’une femme insidieuse et avide de pouvoir.

Roberta Olden (Une tragédie américaine, Theodore Dreiser)

Grace Brown était une jeune Américaine dont la mort a été orchestrée par son petit ami à Big Moose Lake après qu’il a appris sa grossesse. Le procès du suspect a été largement médiatisé dans la presse. Theodore Dreiser a écrit un roman basé sur cet événement en 1925, et a appelé son héroïne Roberta Olden. Par la suite, le livre a été adapté à l’écran.

Wu Zetian (Impératrice, Shan Sa)

Dans son roman, Shan Sa lève le voile sur les secrets des palais de l’Orient. Wu Zetian a été la seule femme au pouvoir en Chine, et ce, pendant 40 ans. Le chemin difficile de Wu Zetian, d’esclave à impératrice, a été perçu de manière très contrastée par ses contemporains : certains la considéraient comme cruelle et pécheresse, d’autres, sage et juste.

Emma Bovary (Madame Bovary, Gustave Flaubert)

Delphine Delamare (Couturier) a servi de modèle pour Emma Bovary : une jeune femme qui avait du mal à accepter la vie bourgeoise et ennuyeuse auprès de son mari. Flaubert a bien étudié son histoire et a minutieusement décrit le caractère de la protagoniste. Parfois, il mettait des semaines, voire des mois, pour finir certains épisodes particuliers.

“Ses cheveux, dont les deux bandeaux noirs semblaient chacun d’un seul morceau, tant ils étaient lisses, étaient séparés sur le milieu de la tête par une raie fine, qui s’enfonçait légèrement selon la courbe du crâne ; et, laissant voir à peine le bout de l’oreille, ils allaient se confondre par derrière en un chignon abondant, avec un mouvement ondé vers les tempes, que le médecin de campagne remarqua là pour la première fois de sa vie. Ses pommettes étaient roses.”

Grace Marks (Captive, Margaret Atwood)

Le livre se base sur des faits réels. En 1843, la servante Grace Marks a été accusée d’avoir tué son employeur. Contrairement à son complice, Marks a échappé à la peine capitale. Elle a été condamnée à la prison à perpétuité, mais après 30 ans d’emprisonnement, elle a été graciée et libérée.

“Les épaules sont enveloppées dans une étole ; les bords du bonnet forment un nimbe sombre autour de la tête. Un nez droit, une belle bouche, une expression de visage qui pourrait être considéré comme langoureuse : une image typique d’une Madeleine pensive, ses grands yeux se perdant dans le vide.”

Catherine Barkley (L’Adieu aux armes, Ernest Hemingway)

Agnès von Kurowsky était infirmière à l’hôpital de la Croix Rouge Américaine à Milan pendant la Première Guerre Mondiale. Elle avait soigné Hemingway blessé et lui avait promis de l’épouser. Cependant, elle est tombé amoureuse de quelqu’un d’autre ensuite et a refusé de suivre l’écrivain aux États-Unis. “Blonde à la peau dorée et les yeux gris”, elle est restée pendant longtemps dans le cœur d’Ernest Hemingway. Dans le roman L’Adieu aux armes ! Agnès apparaît dans le personnage de Catherine Barkley.

D’après toi, lesquelles de ces héroïnes ressemblent le plus aux personnes réelles ? Laisse-nous ton avis dans les commentaires !

-11-
317
Partager cet article