Sympa

Des jeunes femmes font découvrir les spécificités de la vie en Islande ainsi que les traditions locales fascinantes

Une personne lambda ne connaît généralement pas grand chose sur l’Islande, à part que c’est l’une des îles les moins peuplées du monde et d’autres banalités barbantes tirées d’un manuel d’histoire-géo. Et on est sûr que tu ne savais pas que l’Islande avait une “loi sèche” (une loi qui interdit la vente d’alcool) jusqu’en 1989 et qu’il était strictement interdit de se déplacer en dehors des sentiers et des routes balisées.

Sympa a consulté les quelques rares blogs consacrés à cette île nordique. On a également interrogé Anastasía Andreeva et plusieurs autres influenceuses voyage pour découvrir le mode de vie sur cet oasis de glace.

  • En 1908, les Islandais ont voté l’interdiction de la vente d’alcool, et sept ans plus tard, la loi est entrée en vigueur. Au fil du temps, cette interdiction s’est légèrement assouplie, mais il était toujours aussi difficile de se procurer une bonne mousse. Le 1er mars 1989, une nouvelle loi concernant les bières “fortes” (avec un taux d’alcool supérieur à 2,25%) a été votée. Depuis lors, le 1er mars est devenu la journée de la bière. Les bars sont ouverts jusqu’au petit matin et les fêtards doivent boire jusqu’à ne plus en pouvoir.
  • Le hákarl est un plat traditionnel islandais à base de chair fermentée de requin du Groenland (qui est toxique). On dit qu’il a “le même goût que la mort”. Cela s’explique par le fait que ce poisson n’a pas de reins. Le requin est enfoui dans le sol pendant 6 à 12 semaines puis on le laisse sécher à l’air libre pendant deux mois environ.
  • Le nom de famille de l’enfant en Islande commence par le nom du père, suivi du suffixe “-son” (qui signifie “fils”) s’il s’agit d’un garçon ou du suffixe “-dóttir” (“fille”, en islandais) s’il s’agit d’une fille. Donc dans une même famille, une sœur et un frère auront deux noms de famille différents.
  • À Reykjavik, les transports en commun sont très ponctuels et respectent parfaitement les horaires. Les bus circulent jusqu’à une heure du matin en semaine et jusqu’à trois heures du matin pendant les weekends. Un ticket de bus intramuros coûte environ 3,4€. Et si tu veux régler en espèce mais que tu n’as pas le change exact, il est préférable d’acheter ton ticket sur l’application dédiée aux transports en commun.
  • Il n’y a pas de McDo en Islande. La fameuse chaîne de restaurants rapides existait à Reykjavik jusqu’en 2008. Mais après la crise économique, elle a pris la décision de quitter le pays. Donc les chaînes locales et les concurrents mondiaux plus vifs ont pris le relais.
  • Le seul et unique musée phallologique du monde se trouve à Reykjavik. Il regroupe les organes génitaux de tous les mammifères d’Islande. La collection comprend aussi des spécimens de pénis allant de la souris à la baleine bleue. Et depuis 2011, un “modèle” humain fait partie de l’exposition.

Un petit mot sur les idées reçues (malheureusement) bien répandues :

  • “En Islande, tout le monde se connaît. Donc les habitants laissent souvent leur clef sur le contact de leur voiture et ne ferment jamais à clef la porte de leur maison”. Cette maxime ne concerne certainement pas Reykjavik. Les personnes malhonnêtes existent partout. Et depuis un bon moment, les islandais verrouillent les portes de leur domicile et de leur voiture. En général, les gens sont devenus moins naïfs. On ne va pas se mentir, le taux de criminalité est bien inférieur en Islande comparé à celui des autres pays de l’Union européenne. Mais personne n’est à l’abri d’une escroquerie. Dans mon quartier, de nombreux appartements se sont fait cambrioler. Les voleurs étaient à la recherche d’objets de valeur. Ils ont même volé des coraux dans l’aquarium d’un habitant. Bref, c’est une fable bien sympathique mais qui n’est plus du tout en phase avec la réalité.
  • On ne peut pas planter sa tente n’importe où. Il existe des campings spécialement dédiés à cet effet, le camping sauvage est interdit. Sauf si tu fais un trek à pieds ou en VTT et tu n’arrives pas à atteindre à temps le prochain camping. Ici, toutes les terres ont un propriétaire et il faut impérativement demander la permission à l’agriculteur si tu souhaites passer une nuit sur son terrain, à proximité de son logement.
  • “Les elfes et les trolls ! La majorité des islandais croient à l’existence des créatures mystiques et consultent des mages avant de construire une route ou une maison !” Sérieusement, les gars ? Bon, il existe sûrement des personnes quelque part au fin fond de la cambrousse qui croient à ce genre d’histoires mais on peut les compter sur les doigts d’une main. Si tu demandes à un islandais lambda ce qu’il pense des lutins et autres gnomes, il va très probablement te rire au nez.

Si tu planifies un voyage en Islande, s’il te plaît, apprends les règles de conduite et de politesse locales. Par exemple, un blogueur a encore enfreint les règles en question :

  • En Islande, il est strictement interdit de rouler hors des routes et des pistes balisées, et plus spécifiquement dans les hautes terres. Imagine, tu longes la côte sud, tu repères un magnifique désert de sable noir et tu es pris d’une envie de rouler dessus avec ta voiture de location. Oublie tout de suite cette idée ! Si tu te fais surprendre, tu t’exposes à une amende de 150 000 couronnes islandaises (1 100€) minimum.

  • Il est interdit de marcher sur les mousses et les lichens. Ils se régénèrent très lentement en cas de dommage physique. Dans certains cas, cela peut prendre des décennies ! Bref, ne succombe pas à ton désir de sauter sur la mousse d’Islande qui a l’air très moelleuse.

  • Pendant longtemps, on croyait qu’il existait seulement deux saisons en Islande : l’hiver et l’été. Bon, dans un sens, c’est totalement vrai quand on regarde la météo locale. Et l’une des idées reçues concerne la météo islandaise. Tous mes amis qui viennent me rendre visite en Islande ont l’impression qu’il fait toujours froid et gris et qu’il pleut à longueur de journée. Mais en réalité, il y’a autant de soleil qu’ailleurs sur le continent européen.
  • Et si tu vas régulièrement à la piscine par temps ensoleillé, dès la mi-mai, tu peux avoir un petit bronzage sympa en prévision de l’été. L’Islande dans le brouillard et la pluie rend très bien sur les photos. Mais qu’est-ce que c’est bon quand l’été arrive enfin !
  • Si tu veux être tranquille et profiter d’une retraite paisible sans touristes même en été, cap sur les fjords de l’Ouest ! C’est ici que vont les locaux (bon, ils vont également dans les fjords de l’Est car c’est là qu’il fait le plus chaud en été). J’adore les fjords de l’Ouest ! Sûrement parce que c’est la première chose que j’ai visitée lorsque je suis venue m’installer en Islande il y’a quatre ans de cela.
  • Voici Grotta, le phare le plus accessible de Reykjavik (ou plutôt devrais-je dire de Seltjarnarnes, qui pour une raison que j’ignore ne fait pas partie de Reykjavik et constitue une municipalité à part). C’est ici qu’arrivent tous les cars de touristes pour admirer les aurores boréales. Ce spot permet de les observer sans quitter la ville.
  • Je vais te donner un conseil. Si tu es à Reykjavik et que tu souhaites profiter des aurores boréales sans être entouré d’un million de touristes, prends ta voiture et roule jusqu’au terrain de golf qui se trouve de l’autre côté de la presqu’île avec le phare. Il fera suffisamment sombre et il y aura beaucoup moins de monde. Et après le spectacle de Mère Nature, tu pourras rentrer tranquillement chez toi en évitant tous les bouchons.
  • Les piscines thermales extérieures sont la fierté des Islandais. Ils en raffolent. Chaque quartier de Reykjavik a sa propre piscine. Ma préférée est Vesturbaejarlaug. Là-bas, tout est parfait : les bains chauds, les massages et la piscine en elle-même. La plus grande piscine de Reykjavik est Löygardalsleug. On y trouve des lignes d’eau de 50 mètres, un bassin pour enfants, des toboggans et un bain d’eau de mer chauffé.
  • Mention spéciale pour la plage thermale à proximité de la capitale. Tu pourras te baigner dans l’océan et profiter des sources chaudes naturelles. Elle est équipée d’un sauna, de vestiaires et de douches. Attention, les islandais respectent scrupuleusement les consignes d’hygiène. Avant de se baigner, il faut impérativement prendre une douche et laver minutieusement toutes les zones indiquées sur l’image. Avant de retourner aux vestiaires, il faut parfaitement se sécher avec sa serviette.
  • La phrase “Ce weekend, on va à la campagne !” sonne vraiment bizarre en Islande. À la campagne ne signifie pas se rendre dans une maison secondaire de luxe, c’est la vraie campagne ! Les toilettes sont dehors et il n’y a pas d’eau courante. Cependant, à la nuit tombée, on allume les bougies et on fait un puzzle tous ensemble (car il n’y a pas d’internet, pas de signal de téléphone et il faut bien s’occuper pour ne pas mourir d’ennui).
  • Si Reykjavik est une ville globalement calme (bien plus calme que certaines capitales européennes) alors à la campagne, c’est le silence absolu. Et c’est magnifique. On entend les rares voitures qui passent au loin et les pleurs des cygnes sur le lac. Ces maisons secondaires rustiques sont équipées avec le bric-à-brac qui encombrait à un moment les appartements urbains. On tombe donc régulièrement sur de petites choses toutes mignonnes.
  • Tous les ans, le 24 octobre, les femmes de Reykjavik quittent leur travail à 14h55 pour prendre part à une manifestation en faveur de l’égalité salariale hommes-femmes. Même si l’Islande est un pays modèle en ce qui concerne l’égalité des sexes, les femmes islandaises sont quand même payées 15 à 20% de moins que les hommes.

Et toi, comment imaginais-tu l’Islande et ses habitants ? Est-ce que ta représentation de ce pays coïncidait avec les éléments de notre article ?
N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience dans les commentaires !

Photo de couverture 2hungrymamas / Instagram