Sympa
Sympa

L’Inde actuelle dans l’objectif d’une photographe biélorusse

= Cet article est sponsorisé par Depositphotos =

Anastasiya Dubrovina se sert d’un objectif depuis 11 ans. Sa carrière a commencé par de petits projets commerciaux et des photos de mariage dans des villes biélorusses. Aujourd’hui, la photographe vit à Moscou, documente la vie d’une galerie d’art contemporain et crée des projets artistiques dédiés à la Russie actuelle, à la mémoire et à l’enfance. Elle combine ces activités avec des voyages à travers le monde, la photographie avec son appareil sans miroir et l’entretien de son portfolio sur Depositphotos.

Les images qui suivent ont été prises par Anastasiya Dubrovina lors de son premier voyage à l’étranger en tant que photographe.

" Je ne peux absolument pas partir sans faire de photos, probablement car je veux explorer, sauvegarder et ramener avec moi le plus d’endroits fascinants possible ", nous dit l’artiste.

Le premier appareil professionnel d’Anastasiya était un Canon d400. Avec ce matériel, elle a photographié les divers produits de ses premiers clients : gâteaux, bouquets de fleurs, échantillons de sol, etc. Actuellement, la photographe préfère un appareil sans miroir Fuji. Pour elle, c’est un matériel parfait pour les voyageurs.

L’Inde était destinée à devenir un moment clé dans la vie de Dubrovina. " Ces photos étaient ma première série d’images de voyage. Après, j’ai eu une idée plus exacte de ce que je voulais photographier en voyage, de ce dont j’avais besoin pour ça et de l’organisation ", nous a-t-elle indiqué.

Le séjour de notre photographe en Inde a duré environ deux semaines. Il a commencé dans le sud, au Kerala, et s’est poursuivi au nord dans des villes comme Delhi, Agra, Jaipur, Jodhpur, Varanasi, Sarnath et Khajuraho.

Selon Anastasiya Dubrovina, l’Inde n’est pas seulement une destination importante pour les photographes, mais aussi pour les esprits curieux.

" Varanasi est la ville dans laquelle je veux retourner encore et encore, même si j’y suis déjà allé deux fois. C’est plein de chaos, mais c’est un autre monde en même temps. Les pèlerins affluent ici pour mourir et sortir de la roue du Samsara par la crémation sur les rives du Gange ", nous a expliqué la photographe.

Pour une photographe de voyage biélorusse, les Indiens et leur vie quotidienne peuvent être fascinants. " Des pseudo-sadhus assis sur le sol, des vaches omniprésentes, des tuk-tuks pressés, des temples cachés, des bûchers funéraires et une gamme d’odeurs," font partie des souvenirs forts d’Anastasiya.

Dans les petites villes indiennes, les gens suivent encore le système des castes. Dans la ville de Varanasi, le rituel funéraire sacré a lieu tous les jours. Les rues centrales de Delhi incarnent l’idée du chaos absolu. Et les bidonvilles de Mumbai sont beaux, mais négligés. Anastasiya a admis que ces aspects étaient les plus surprenants lors de son voyage en Inde.

" Je décrirais la palette des couleurs indiennes comme de l’ocre et de l’orange, mais dans la poussière et le smog. Comme la couleur des épices, qui se mélangent à la poussière des rues et s’élèvent dans les airs avec le mouvement des tuk-tuks ", nous a raconté la photographe.

Anastasiya Dubrovina nous a conté l’histoire d’un de ses clichés préférés en Inde : " J’adore ce cliché de Jaipur, une ville rose construite en pierre colorée. Sur la photo, vous voyez des embouteillages, le soir. Après une longue marche dans la ville, je suis monté sur le toit d’un immeuble au hasard pour faire une pause. Il y avait un temple miniature sur le toit. Un homme avec un bandeau sur la tête priait sans bouger et j’ai, moi aussi, essayé de ne pas déranger sa prière."

La composition est d’une grande importance dans les images d’Anastasiya. Elle utilise le rythme visuel, des zones de couleur, des compositions symétriques et la règle des tiers pour raconter les histoires de ses personnages. " En termes de composition, je pratique la symétrie et le minimalisme", nous a-t-elle déclaré. " D’abord, l’œil attrape le personnage principal du cadre, et tout le reste est construit autour."

Anastasiya Dubrovina a rapidement trouvé une entente avec les personnes qu’elle a rencontrées en Inde. Pour elle, il est important de faire preuve de gentillesse et de respect lorsque vous êtes en relation avec vos modèles potentiels. " En Inde, négocier avec les gens n’était pas un problème. Tout le monde est ouvert d’esprit, amical et veut apprendre à vous connaître ", se souvient-elle.

Même si Anastasiya se positionne comme une photographe privée et crée des séries artistiques, elle est heureuse d’actualiser son portfolio sur Depositphotos avec des portraits tendance et des clichés de voyage exclusifs.

Découvrez encore plus d’images inspirantes de terres lointaines sur Depositphotos.

Photo de couverture Depositphotos.com
Partager cet article