Sympa
Sympa

15+ Règles de l’école japonaise qui font grogner même les locaux

Le Japon est un pays de surprises qui ne manque jamais d’impressionner les étrangers. Même l’éducation au pays du soleil levant ne commence pas en automne : les étudiants japonais commencent en avril et terminent l’année scolaire en mars. Mais ce n’est pas le seul aspect fascinant de l’éducation japonaise.

Chez Sympa, nous avons décidé d’en savoir plus sur la façon dont la vie japonaise est organisée. Et à la fin, il y a un bonus qui prouve que ce pays a beaucoup de règles scolaires atypiques.

  • Pendant six ans, les élèves portent tous les mêmes sacs à dos appelés randoseru. Dans les écoles les plus conservatrices, toutes les filles portent un randoseru rouge et les garçons un noir. Mais cette règle de couleur n’est pas suivie partout.
  • Selon les habitants, de nombreux élèves de première année portent des chapeaux jaunes afin que leur entourage puisse les repérer de loin.
  • Dans certains établissements, les élèves sont responsables de la propreté de l’école. Après les heures de cours, chaque groupe nettoie ses salles de classe, et il y a des enfants chargés de nettoyer les toilettes et les cours de récréation.
  • En entrant dans l’école, les élèves laissent leurs chaussures d’extérieur dans les casiers et portent des uwabaki, des chaussons blancs spéciaux portés par tous, sans distinction d’âge ou de sexe.
  • Si les parents viennent à l’école, ils doivent également enlever leurs chaussures et mettre les chaussons de l’établissement. Même s’il fait chaud et sec dehors.
  • Après la sixième année d’études, les élèves passent à l’école secondaire, qui dure trois ans. C’est à ce stade que la grande majorité des élèves japonais commencent à porter l’uniforme obligatoire.
  • Certaines écolières japonaises ne sont pas autorisées à porter des collants même en hiver, car beaucoup d’écoles exigent que les filles ne portent que des jupes avec des chaussettes. Une élève s’est même plainte de cette règle injuste auprès de l’administration de son école. Les responsables lui ont répondu qu’ils étaient sensibles à son opinion, mais qu’elle devrait être patiente pendant un certain temps puisqu’elle allait être bientôt diplômée.
  • Les écoles japonaises ont des exigences strictes concernant l’apparence des élèves. Par exemple, la plupart des écoles interdisent aux garçons de se raser les tempes. Seuls les enseignants sont autorisés à porter de telles coupes de cheveux dans l’enceinte de l’école.
  • De nombreuses écoles interdisent aux filles de se maquiller. Certaines écoles ont même une bouteille d’eau micellaire dans chaque classe. Si les enseignants remarquent qu’une élève porte du maquillage, ils lui demandent de se nettoyer le visage.
  • Près de la moitié des écoles exigent que les filles portent les cheveux noirs et raides. Si les cheveux ne répondent pas aux normes, l’élève devra prouver qu’elle ne les a pas colorés ou permanentés. Il faut pour cela un “certificat de cheveux naturels” signé par les parents et des photos de l’enfant.
  • Dans l’enseignement secondaire supérieur, les élèves étudient de la 10e à la 12e année. Les élèves doivent passer un examen d’entrée pour accéder à la 10e classe.
  • L’emploi du temps d’un lycéen typique comprend des matières obligatoires et optionnelles. Les matières obligatoires comprennent un cours d’économie domestique d’une année, qui prépare les jeunes à la vie de famille. Les élèves apprennent à cuisiner, à gérer leur budget et discutent de l’importance de la famille.
  • Parmi les matières optionnelles, on trouve parfois la pêche et l’agriculture.
  • En plus des cours obligatoires, près de la moitié des lycéens suivent des cours préparatoires pour entrer à l’université.
  • Dans presque toutes les écoles, il y a une assemblée matinale mensuelle au cours de laquelle le directeur prononce un discours. Autrefois, les élèves écoutaient la cérémonie debout, maintenant ils le font assis par terre dans une certaine posture.
  • Certains enseignants japonais évaluent non seulement la connaissance de la matière mais aussi la manière dont les élèves prennent leurs notes et la qualité de celles-ci. Le problème est que les élèves doivent écrire les informations données par l’enseignant presque mot pour mot. Et en général, les enseignants n’attendent pas les élèves qui prennent du retard.

Bonus : Même une gomme peut causer des problèmes

"Ma fille a acheté une gomme dans une papeterie, mais l’école japonaise ne l’a pas laissée l’utiliser parce qu’elle n’était pas blanche.

Quelles règles penses-tu que notre système scolaire pourrait apprendre du Japon ?

Photo de couverture cowardlion / Depositphotos.com
Sympa/C’est curieux/15+ Règles de l’école japonaise qui font grogner même les locaux
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire