“Je suis passé de la meilleure journée de ma vie à la pire qui soit” : Un père élève ses quadruplés après la mort tragique de sa femme

Gens
Il y a 2 mois

Erica et son mari, Carlos Morales, attendaient avec impatience et excitation la naissance de quadruplés, trois filles et un garçon. Ils voulaient tellement être parents qu’ils avaient suivi un traitement de fertilité et le jour était sur le point d’arriver. À l’époque, ils ne pouvaient même pas imaginer qu’une telle joie pouvait être ternie en une seconde et que tout s’écroulerait à jamais. Nous te racontons ici l’histoire de Carlos, pour qui même le prix du meilleur papa du monde ne signifierait rien.

Carlos Morales et sa femme Erica étaient impatients d’accueillir leurs quadruplés. Avant qu’Erica n’accouche, Carlos l’a embrassée et lui a redit combien il l’aimait, pensant que ce serait le début des moments les plus heureux de leur vie.

Cependant, cette scène idyllique s’est transformée en une tragédie irréparable. Dans une interview, Carlos a déclaré que c’était le dernier moment où il a vu sa femme qu’il aimait tant, en vie : " Le meilleur jour de ma vie s’est transformé en mon pire cauchemar ".

Le 15 janvier 2015, Erica a commencé à accoucher. Elle était enceinte de 7 mois et avait 36 ans. Les médecins ont opté pour une césarienne afin de garantir la sécurité de l’accouchement.

Son mari raconte : " Nous étions très enthousiastes à l’idée de fonder une famille, mais tout s’est effondré ". Les quatre bébés, trois filles et un garçon, sont nés sans complications. Cependant, après l’accouchement, Erica a subi un choc hypovolémique, une situation d’urgence caractérisée par une perte de sang massive. Tragiquement, elle est décédée vers 2 heures du matin le 16 janvier, avant d’avoir eu la chance de tenir ses enfants dans ses bras.

Une histoire d’amour sans limites

Carlos et Erica se sont rencontrés pour la première fois dans une boîte de nuit de Scottsdale, en Arizona, en 2006. À l’époque, Carlos parlait à peine l’anglais et Erica ne connaissait pas un mot d’espagnol. Il raconte en riant : " Malgré la barrière de la langue, j’ai osé l’inviter à danser et, à ma grande surprise, elle a accepté ".

Cependant, Carlos a découvert plus tard qu’Erica avait perdu le morceau de papier avec le numéro de téléphone qu’il lui avait donné ce soir-là. Heureusement, le destin est intervenu et, grâce à des amis communs, Carlos et Erica se sont retrouvés. Cette fois, ils ne sont plus séparés.

L’année suivante, ils se sont mariés à Las Vegas et ont commencé à essayer d’avoir un enfant. La tâche n’a pas été facile : Erica a fait une fausse couche et ils ont ensuite décidé de suivre un traitement de fertilité. C’est ainsi qu’Erica est tombée enceinte. Mais, à leur grande surprise, la première échographie a révélé qu’ils n’attendaient pas seulement un bébé, mais quatre.

" Le médecin a conseillé à Erica de se détendre “, explique Carlos. ” Et c’est exactement ce qu’elle a fait ". Il l’a soutenue à fond et, pour la laisser se reposer, il a pris en charge les tâches ménagères. En outre, la mère d’Erica avait emménagé avec eux pour les aider.

Les médecins ont suivi de près toute la grossesse, qui s’est déroulée sans problème jusqu’au 12 janvier, date à laquelle Erica a été hospitalisée pour hypertension. Trois jours plus tard, Erica écrit à Carlos au travail pour l’informer que les médecins envisagent de déclencher l’accouchement. Le moment était venu.

Comme tous les futurs parents heureux, le couple a pris des photos avant d’entrer dans la salle d’accouchement, a filmé des vidéos et a discuté des prénoms. Ils ont choisi Carlos Jr. pour le garçon et Tracey et Paisley pour les deux filles. Erica n’a pas réussi à choisir un prénom pour le dernier bébé. " Nous pourrons y réfléchir après leur naissance “, se souvient Carlos.

Lorsqu’ils sont enfin nés, ce fut le moment le plus heureux de sa vie : ” J’avais oublié à quel point il pouvait être difficile d’élever quatre enfants “, dit-il. ” Je ne pensais qu’à Erica et aux bébés en bonne santé. J’étais tellement excité par notre avenir ". Erica, qui sortait d’un sommeil provoqué par l’anesthésie, serra la main de son mari, toujours incapable de parler. Il s’est assis à leur chevet, avec leurs nouveau-nés dans la pouponnière, un étage plus haut.

" Le meilleur jour de ma vie est devenu le pire. Mes quatre enfants sont nés et ma femme est décédée. Tout allait bien, jusqu’à ce que les choses se gâtent. Les machines ont commencé à vibrer, les infirmières sont entrées, le médecin aussi et m’a dit que je devais partir, qu’ils allaient procéder à une opération urgente parce qu’elle perdait beaucoup de sang l’intérieur. À une heure et demie du matin, ils m’ont demandé d’appeler ses parents parce que la situation n’était pas très bonne et quelques minutes plus tard, ils m’ont annoncé qu’elle n’avait pas survécu “.

” Erica avait écrit sur son iPad des objectifs qu’elle aimerait que les enfants atteignent, comme apprendre l’anglais et l’espagnol, aller à l’école et à l’université, et je vais faire tout ce que je peux pour que ses souhaits se réalisent ".

Ses quatre moteurs

Carlos pleure chaque jour la perte d’Erica. Mais il ne pouvait pas se permettre d’arrêter, ses quatre enfants avaient besoin de lui plus que n’importe qui d’autre et il devait se montrer à la hauteur à chaque fois. Il a pris des cours de puériculture, a appris à les nourrir, à les laver, à gérer leur sommeil...

Il les a élevés avec l’aide de sa famille et de ses amis, qui ont même créé une page GoFundMe où les gens pouvaient faire des dons et aider Carlos à réaliser tous les souhaits d’Erica.

Tout excité, Carlos se souvient du moment où il a tenu ses quatre bébés pour la première fois, et il est maintenant certain qu’elle les regardait à ce moment-là. " Je me souviendrai toujours de sa danse joyeuse, et je sais qu’elle dansait à côté de moi à ce moment précis ". Le temps a passé et les enfants ont été élevés avec amour et tendresse par leur père, qui leur parlera certainement de leur mère tous les jours de leur vie.

Être parent isolé est sans aucun doute une expérience unique et titanesque. Socialement, nous sommes plus habitués à entendre l’expression “mère célibataire” en référence aux femmes qui élèvent seules leurs enfants. Mais il y a bien sûr des parents qui, pour diverses raisons, doivent se débrouiller seuls pour élever leurs enfants, et ils le font à merveille.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes