L’histoire d’une femme qui pense que la solitude est normale mais son entourage la trouve folle et lui cherche un mari

Bien-être
Il y a 4 mois

Il y a fort à parier que toute femme célibataire a au moins une fois entendu des affirmations sur son statut. Après tout, de nombreuses personnes pensent qu’elles devraient se marier (et avoir des enfants) avant 30 ans. Mais qu’en est-il lorsqu’une femme a déjà plus de 30 ans, voire plus de 40 ans, et qu’elle est bien seule ? Notre héroïne a été confrontée à des regards de travers à cause de cette position “hors norme” et nous raconte aujourd’hui son expérience.

À la fin de l’article, tu trouveras des histoires heureuses d’internautes qui ont consciemment décidé de mener une vie de célibataire.

J’ai délibérément rompu après une longue relation

Depuis le lycée, j’ai un amoureux. Nous sommes sortis ensemble pendant longtemps et nous étions follement attirés l’un par l’autre. Peu à peu, nos sentiments se sont apaisés, mais nous avons continué à être ensemble par habitude. À 25 ans, nous nous sommes même mariés pour une raison que j’ignore. Cela semblait une étape logique. À la fin, nous avons quand même trouvé la force d’admettre que nos routes s’étaient éloignées depuis longtemps et nous nous sommes séparés.

Après une relation aussi longue, il était difficile de se réadapter et de réaliser qu’il fallait désormais vivre différemment. Pourtant, j’ai traversé cette période de rupture avec une relative sérénité. Après tout, je le répète, nous n’avions plus de sentiments profonds.

Je me suis également rendu compte que j’en avais assez d’être toujours avec quelqu’un d’autre et que je voulais enfin vivre pour moi-même. Les choses qui étaient auparavant reléguées au second plan sont soudain devenues plus importantes pour moi : j’ai commencé à consacrer plus de temps à mon éducation personnelle et à ma carrière. Et j’ai enfin trouvé le temps de m’adonner à des passe-temps : j’aimais tellement tricoter.

Je ne cacherai pas qu’il m’a parfois manqué. Pas vraiment lui mais plutôt ce que nous faisions ensemble : les dîners, les promenades et même le ménage. Mais dans l’ensemble, j’étais satisfaite de mon nouveau mode de vie. Jusqu’à ce que des étrangers commencent à s’immiscer dans ma vie.

J’aimais être seule mais mes proches ne me soutenaient pas

Au début, les copines de ma mère ont commencé à lui demander quand j’allais enfin avoir un fiancé. Pour une raison qui m’échappe, ma mère m’a transmis leurs opinions. Puis mes amies ont commencé à insinuer qu’il était étrange de ne pas avoir au moins un petit ami à 30 ans. L’une d’entre elles, qui s’est mariée à 19 ans, a eu un bébé immédiatement, a abandonné l’université et s’est enfermée entre quatre murs, a commencé à se moquer de moi. Elle disait que je ne pensais qu’au travail et au divertissement mais “quand vas-tu fonder une famille ?”

Ma mère a fini par me comprendre. Quand j’étais enfant, elle m’a toujours dit : “D’abord les études, ensuite les garçons.” Et puis soudain, elle a adopté une position complètement différente (probablement inspirée par ses amis). Aujourd’hui, elle soupire régulièrement en regrettant que je n’aie pas de mari et d’enfants.

Un jour, elle est venue me rendre visite. Je faisais la vaisselle, et c’est alors que ma mère a commencé à dire : “Il est temps de te marier et d’avoir un bébé”. Je lui ai demandé : “Et si je ne veux pas ?” Elle m’a répondu d’un air narquois : “Ce n’est pas normal. Et en général, une femme ne se réalise que dans un enfant.” Je n’en pouvais plus, j’ai jeté l’éponge et je l’ai coupée : “Je me suis déjà réalisée : j’ai obtenu un diplôme dans l’une des meilleures universités, je travaille dans une entreprise cool et j’ai un salaire décent. Et je te demande vraiment de ne pas dévaloriser mes succès”.

La conversation s’est interrompue pendant un certain temps, puis a repris. Mes arguments précédents ne fonctionnent plus. Selon ma mère, l’éducation et la carrière ne suffisent pas pour que je sois considérée comme une personne complètement autonome.

En raison des pressions sociétales, la peur de la solitude est ancrée en moi

Involontairement, j’ai commencé à ressentir le vide, non pas autour de moi, mais en moi. C’était comme si l’on m’avait inculqué que sans un mari et des enfants, je n’étais pas complète. Ma peur a fait que j’ai inconsciemment commencé à chercher une relation. Toute nouvelle connaissance était perçue comme un partenaire potentiel.

C’était très perturbant. Imaginez la situation : on vous présente un nouveau collègue et, au lieu de vous contenter de travailler avec lui, vous vous demandez si vous ne devriez pas l’inviter à prendre une tasse de café. Même si vous n’aimez pas du tout cette personne. Mais vous vous persuadez de prêter attention à quelqu’un. Après tout, on vous a fait croire que chaque chance d’avoir une relation sérieuse pourrait être la dernière.

J’ai fini par essayer de sortir avec un homme. Mais cette prétendue histoire d’amour s’est soldée par un échec. J’ai alors acquis la conviction que les relations devaient être construites par amour, et non par désespoir. Nous nous sommes séparés sans rancune. Et j’ai continué à vivre, déchirée entre deux sentiments : l’angoisse d’une éventuelle vieillesse solitaire et le refus d’entamer une relation pour le plaisir d’une relation.

Peu à peu, je me suis rendu compte que j’avais d’autres priorités à ce stade de ma vie

J’ai compris qu’il était inutile de poursuivre une relation et que je devais y mettre fin. J’ai essayé d’écouter ma voix intérieure et de comprendre pourquoi je voulais être en couple. Et après avoir remis les choses à leur place, j’ai réalisé que je n’avais pas du tout ce désir. Cela paraît évident mais à cause des inquiétudes farfelues, je ne comprenais pas : en fait, j’étais juste convaincue qu’il fallait que je trouve d’urgence l’âme sœur.

C’est ainsi qu’en faisant un peu attention à moi, j’ai fini par sortir de l’hypnose des conseillers qui m’entouraient. Ensuite, j’ai décidé d’aborder la question de manière pragmatique : j’ai dressé la liste des avantages et des inconvénients de la vie célibataire et de la vie en couple. Il s’est avéré que la période pendant laquelle une personne vit seule est une ressource énorme que nous n’apprécions pas à sa juste valeur.

Par exemple, on peut s’occuper de son éducation et de sa carrière autant qu’on le souhaite. Après tout, je n’ai pas besoin de consacrer du temps à ma famille. Je n’ai pas besoin de cuisiner et je me contente de repas simples. Lorsque je suis fatiguée ou de mauvaise humeur, je ne me tourmente pas et je ne me force pas à rencontrer quelqu’un. Je ne me maquille et ne m’habille que lorsque je le souhaite. J’ai tout le temps de regarder, de lire, d’apprendre un tas de choses nouvelles. Je ne parle pas du fait que je n’ai pas à m’adapter à une autre personne, à faire des concessions qui ne sont pas toujours acceptables pour moi, à partager le budget, etc.

Tout le monde ne sera pas d’accord pour dire que ce qui précède procure un sentiment d’euphorie plus grand que le bonheur de retrouver l’être aimé. Mais j’ai été à la fois dans l’équipe des célibataires et dans le camp des “opposants”. Et je peux dire que l’attention que je porte à mes propres besoins et désirs est beaucoup plus importante pour moi.

Ma conclusion est que les femmes, à tout âge, ont le droit de ne pas vouloir un mari ou même simplement un partenaire

Après avoir vécu une expérience douloureuse, je suis arrivée à une conclusion : une femme devrait décider elle-même quand et avec qui elle veut lier sa vie et si elle a besoin d’un mariage et d’enfants en principe.

Il me semble insensé qu’au XXIe siècle, il y ait encore des gens qui définissent l’autosuffisance des femmes par la présence d’un mari et d’enfants. Bien que nous puissions atteindre des sommets de carrière sur un pied d’égalité avec les hommes, nous ne sommes pas souvent admirées pour nos succès, mais nous recevons même des commentaires désapprobateurs. Certains plaignent également les “pauvres femmes” qui rentrent le soir dans un appartement vide, où il n’y a pas de mari qui attend le dîner et d’enfants qui font des bêtises.

Bien sûr, je ne suis pas contre le fait de fonder une famille et d’avoir un enfant. Mais vivre avec un partenaire, et plus encore élever des enfants, est une énorme responsabilité. Et l’assumer sans amour et sans y être pleinement préparé est au moins étrange.

C’est pourquoi je réprime désormais toutes les tentatives visant à me plaindre, moi qui suis une “misérable” célibataire. Oui, j’ai plus de 30 ans et mes projets pour l’avenir proche n’incluent pas la création d’une famille. De plus, je risque de supposer que même à 40 ans, je ne trouverai peut-être pas un homme que j’aimerai vraiment. Mais même dans ce cas, je ne vais pas épouser n’importe qui juste pour être mariée. Les relations amoureuses ne sont qu’une des nombreuses facettes de la vie. Alors, vais-je vraiment m’y attarder et ne pas découvrir ce que les autres ont à m’offrir ?

Bonus : histoires de femmes qui ont volontiers choisi d’être célibataires

  • Tous mes camarades de classe rêvaient de terminer leurs études, de se marier et d’avoir des enfants. Sans blague. Tous. Parmi eux, j’étais comme un corbeau blanc qui voulait aller à l’université, trouver un emploi bien rémunéré et voyager beaucoup. D’une certaine manière, c’est ce qui s’est passé. Ensuite, tout le monde s’est moqué de moi, et maintenant, à chaque réunion de mes camarades de classe, je vois des femmes divorcées fatiguées avec des poches sous les yeux, des enfants et beaucoup de problèmes, et même quelque part, il est gênant de se vanter d’un nouveau voyage à la montagne. Eh bien, comme on dit, à chacun son métier, et l’essentiel est de ne pas avoir peur de faire ce qu’on veut. © Chamber № 6 / VK
  • J’ai divorcé il y a un an et demi. Et tout le monde me plaint quand ils en entendent parler : ils baissent les yeux, soupirent, s’apitoient. Allô, j’ai moi-même demandé le divorce ! C’était ma décision consciente et un choix sensé ! Parce que mon mari ne s’occupait pas de notre enfant, ne faisait rien à la maison mais aimait manger pour trois personnes, juger mon travail, ma voiture, ma famille, mon apparence. J’ai repris le travail tôt, quand ma fille avait un peu plus d’un mois, parce que j’avais besoin d’argent. Grâce à ma grand-mère qui a gardé son arrière-petite-fille pendant que je cumulais deux emplois. Quant à mon mari, il allait à la salle de sport et au billard avec des amis le soir et jouait aux jeux vidéo le week-end. Avant la naissance de l’enfant, il n’était pas parfait mais s’impliquait dans la vie de famille, et lorsqu’il a réalisé que j’avais accouché j’étais devenue dépendante de lui, il a montré ses tripes. Mais je l’ai fait ! J’ai pris un appartement. Oui, petit mais deux pièces, juste pour moi et ma fille. Jardin dans la cour, travail à 10 minutes en voiture et une demi-heure à pied. Mes parents et ma grand-mère, qui m’aident beaucoup, sont également à cinq minutes en voiture. Je m’en sors très bien : je vis dans le plaisir, je rencontre mes amis, je passe mes soirées avec ma fille sans attendre la venue de mon mari et sans ses conversations ennuyeuses. J’ai changé de coiffure, j’ai acheté beaucoup de nouveaux vêtements, des produits de beauté. Mais je suis toujours désolée pour moi : je suis restée sans épaule masculine forte... © Overheard / Ideer
  • Je suis si heureuse de m’être débarrassée du fardeau du mariage ! J’ai divorcé à 43 ans. Avec des scandales. Le soi-disant conjoint faisait des millions de reproches : je m’habillais mal, je cuisinais mal, je ne faisais pas assez le ménage et je ne lui consacrais pas 24 heures par jour. Il pouvait appeler pour une raison idiote afin de demander une confrontation. Un jour, je déjeunais au bureau quand mon mari m’appelée. Nous nous sommes longuement disputés. Soudain, il s’est écrié : “Tu te rends compte que tu es seule ? Comment vas-tu vivre ? Tu devrais faire des efforts pour garder ton mec.” J’ai failli m’étouffer avec ma soupe. Mais j’ai pris une grande inspiration et j’ai répondu : “À qui dois-je m’accrocher ? Toi ou quoi ? Tu es un homme qui a oublié ce que c’est que de s’occuper de sa femme ! Et de toute façon, je ne suis pas un camion pour tenir la remorque”. Bref, je l’ai envoyé balader une fois pour toutes. Cela fait maintenant trois ans, et pour la première fois depuis 20 ans, je suis heureuse.

Il s’avère qu’être célibataire n’est pas si terrible que ce que l’on nous décrit. Ici, nous te proposons de découvrir sept mythes sur la solitude.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes