Pourquoi la Lune a une queue ?

C’est curieux
Il y a 4 mois

Notre Soleil est incroyablement massif ! Tu en veux une preuve ? Eh bien, 99,86% de toute la masse du Système solaire correspond à la masse du Soleil — en particulier l’hydrogène et l’hélium dont il est composé. Les 0,14% restants correspondent principalement à la masse des huit planètes du Système solaire. La Terre n’est peut-être pas la seule planète du Système à avoir une activité tectonique... Les astronomes ont repéré des reliefs ressemblant à des falaises sur Mercure ! Si c’est le cas, l’activité tectonique pourrait expliquer le rétrécissement rapide de la planète rouge.

Dans la plupart des films de science-fiction sur l’espace, le personnage principal se retrouve dans une ceinture d’astéroïdes et doit s’efforcer d’éviter les innombrables rochers qui menacent d’endommager son vaisseau spatial. Désolé de te décevoir, mais cela n’a rien à voir avec la réalité. La seule ceinture d’astéroïdes que les astronomes connaissent est située entre Mars et Jupiter. Il y a des milliers d’astéroïdes dans cette région, mais ils sont tellement espacés que les chances de collision sont quasi nulles.

La vallée connue sous le nom de Valles Marineris, sur Mars, est plus de 10 fois plus grande que le Grand Canyon. Et c’est un énième sujet qui intrigue les astronomes — car après tout, Mars n’est pas une planète avec une tectonique des plaques active !

À la surface de Jupiter se trouve une région bizarre qu’on appelle la Grande Tache Rouge. Récemment, les astronomes ont conclu que cette tache est en fait une tempête, qui fait rage sur la planète depuis des siècles. Mais il y a environ 20 ans, les scientifiques ont remarqué que cette zone rouge avait commencé à rétrécir. Aujourd’hui, elle ne fait plus que la moitié de sa taille d’antan. Et pourtant, la tache est toujours une fois et demie plus grande que la Terre...

En regardant les étoiles par la fenêtre de ta cuisine, tu te demandes : pourrais-tu envoyer une pizza dans l’espace ? Et plus important encore, pourrais-tu encore la manger si elle revenait ? Ce sont des questions très importantes.

OK, concentrons-nous. Comment allons-nous envoyer cette pizza dans l’espace ? Étant donné que la première navette spatiale de la NASA a coûté environ 49 milliards de dollars, ils ne nous permettront sans doute pas d’emprunter une fusée pour la journée, car ils ont peut-être des choses plus importantes à faire. Sans notre fusée, nous ne pourrons pas faire monter la pizza aussi haut ni voyager à une si grande vitesse. OK, ils peuvent garder leur fusée, nous avons à notre disposition un ballon météo qui nous permettra quand même de faire un tiers du chemin vers l’espace, en nous amenant dans la zone connue sous le nom de “Limite de l’Espace”. Étant donné que l’atmosphère là-haut est très fine, environ 1% de la pression au niveau du sol, ce n’est clairement pas un si mauvais substitut de l’espace réel pour ce test.

Pour être sûrs de pouvoir retrouver la pizza une fois qu’elle aura atterri, nous lui avons attaché des émetteurs radio avant le lancement. Ceux-ci enverront un signal avec une position GPS au sol, qui sera ensuite placée sur une carte pour que nous puissions la suivre, ce qui nous donnera une bonne idée de l’endroit où la pizza se trouvera ! Vive la technologie ! Et juste comme ça, le moment est arrivé. Nous avons trouvé notre pizza intacte, et après quelques moments de câlins passionnés et de caresses affectueuses, nous sommes prêts à en prendre une bouchée ! Alors, l’attente en valait-elle la peine ? Quel est le goût de la pizza ? Et peux-tu la manger ? Oui, tu peux, mais le goût ? Pas très bon, en fait, et nous avons oublié d’apporter notre micro-ondes. La croûte a été gelée, à cause des températures extrêmement froides qu’elle a connues pendant son voyage...

Et quand on dit gelée, même le centre de la pâte est glacé ! Mais avant même de pouvoir le découvrir, nous remarquons que lorsque nous voulons arracher un morceau de la pizza, il ne se déchire pas comme d’habitude. Au contraire, il se détache comme si on venait de casser un morceau de brindille. On peut même entendre un craquement ! Adieu pâte chaude et moelleuse ! Il vaudrait mieux garder ça pour le dessert, au cas où tu manquerais de glace. À bien y réfléchir, jetons-la tout simplement à la poubelle. Malgré tout, c’est plutôt incroyable que nous ayons pu envoyer cette pizza au Bord de l’Espace et que nous ayons quand même fini par la manger, non ?

Nous savons tous que la Terre a une lune. Mais il y a 2 autres astéroïdes, 3753 Cruithne et 2002 AA29, qui sont en rotation synchrone avec notre planète. Le premier ne tourne pas vraiment autour de la Terre, mais suit une sorte d’orbite synchronisée avec la planète. C’est pourquoi on dirait qu’il suit la Terre sur une orbite stable, alors qu’en réalité, il a sa propre trajectoire spécifique autour du soleil. L’autre suit une orbite en fer à cheval autour de notre planète. Sa trajectoire spécifique rapproche cet astéroïde de nous tous les 95 ans.

Pourquoi l’atmosphère de notre planète ne s’évapore-t-elle pas dans le vide de l’espace ? Même si nous ne pouvons pas les voir, les molécules de gaz et de vapeur dont se compose notre atmosphère ont toutes une masse. En tant que telles, toutes ces molécules ressentent l’attraction gravitationnelle de la Terre, tout comme nous. Elles pourraient s’échapper, c’est vrai, si elles avaient assez d’énergie. Par exemple, si notre planète était plus proche du soleil, l’atmosphère serait plus chaude et ses molécules pourraient s’échapper plus facilement. Mais la Terre, heureusement, est juste à la bonne distance du Soleil et a exactement assez de masse pour que son atmosphère reste en place.

Une étude récente affirme que la Lune a une queue ! Et chaque mois, elle s’enroule autour de notre planète comme un foulard ! Une queue fine, composée de millions d’atomes de sodium, suit le satellite naturel de la Terre. Et notre planète la traverse régulièrement de part en part. Les collisions avec les météorites arrachent ces atomes de sodium de la surface de la Lune et les envoient plus loin dans l’espace. Pendant plusieurs jours chaque mois, la Lune reste entre le Soleil et notre planète. C’est à ce moment-là que la gravité de la Terre récupère cette queue de sodium. Notre planète l’entraîne dans une longue bande qui s’enroule autour de son atmosphère. Cette queue lunaire est totalement inoffensive. Elle est aussi invisible pour l’œil humain — 50 fois plus faible que ce qu’il peut percevoir. Mais pendant ces rares journées, les télescopes puissants peuvent repérer sa faible lueur jaunâtre dans le ciel. La queue ressemble à une tache brillante, dont le diamètre est cinq fois supérieur à celui de la pleine lune.

Tu ne vas pas le croire, mais la Lune semble être en train de rétrécir. Notre satellite naturel est aujourd’hui 35 mètres moins large qu’il ne l’était il y a des centaines de millions d’années. La raison de ce phénomène pourrait être le refroidissement des entrailles de la Lune. Cela pourrait aussi expliquer les séismes qui secouent sa surface.

Il s’avère que beaucoup de planètes dans l’Univers — et même dans la Voie lactée — ont de l’eau liquide ou gelée. La plus proche se trouve dans notre système solaire : il s’agit d’Europe, l’une des lunes de Jupiter. Les scientifiques sont presque sûrs que, sous sa surface gelée, il y a un véritable océan d’eau. Mais il est trop tôt pour s’emballer au sujet d’une éventuelle vie sur de tels mondes : l’eau liquide n’est qu’un des nombreux éléments qui doivent être réunis pour que la vie apparaisse sur une planète.

En 2019, l’atterrisseur InSight de la NASA, dont le but était d’étudier l’intérieur de Mars, a enregistré le tout premier “tremblement de Mars”. Ces séismes arrivaient rapidement — environ deux fois par jour, et la plupart d’entre eux étaient minuscules. Tu ne les sentirais même pas s’ils se produisaient sur notre planète. Jusqu’à présent, plus de 300 tremblements de Mars ont été détectés. Ce sont les premiers séismes sur un corps spatial autre que la Terre et la Lune. Un autre phénomène mystérieux découvert par la mission était des impulsions magnétiques bizarres. Elles se sont produites chaque jour à minuit autour de l’atterrisseur. On ne sait toujours pas ce que sont ces impulsions.

Notre Lune pourrait receler beaucoup plus de poches d’eau que ce que les scientifiques pensaient. Sa surface présente ce qu’on appelle des pièges à froid. Ce sont des zones qui sont dans l’ombre en permanence. Si tu te tenais près de l’un des pôles de la Lune, en particulier le pôle sud, tu verrais de telles ombres partout. Il y a de minuscules pièges à froid ; et il y en a des centaines beaucoup plus grands. Ces régions se trouvent dans une obscurité éternelle et pourraient même être restées sans le moindre rayon de soleil pendant des milliards d’années. Et aujourd’hui, les scientifiques pensent qu’elles cachent bien plus de choses que ce que nous pensions, y compris de petites plaques de glace, pas plus grandes que des pièces d’un centime, mais tout de même assez pour que les astronautes puissent s’abreuver ou l’utiliser pour le carburant de leur fusée.

La majorité de l’eau pourrait être stockée dans du verre ou quelque part entre des grains de la surface lunaire. Selon une théorie, une énorme partie de la surface de la Lune pourrait être en mesure de stocker de l’eau. Mais il semble impossible de le prouver tant que personne ne s’y rend physiquement, ou tant que l’on n’envoie pas de rovers qui creuseraient sous la surface...

La Lune n’est pas entièrement blanche, ni dépourvue de couleur. Les astronautes d’Apollo qui y ont atterri en 1969 ont dit que la Lune était un peu “brunâtre”. Des études ultérieures ont montré que certaines zones lunaires sombres présentaient des nuances de brun et de bleu.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes