Pourquoi les Avions n’Ont pas de Clés

C’est curieux
Il y a 5 mois

Cela paraît étrange qu’un avion commercial n’ait pas de clé pour activer le contact, hein ? Mais le processus est un peu plus compliqué que de simplement tourner une clé, tu sais. Au lieu de cela, il y a toute une série de boutons et de cadrans sur le tableau de commande qui activent des processus sophistiqués. Une batterie chargée par un petit générateur électrique situé dans la queue du jet fournit l’énergie à l’avion. Le flux d’air entre et se déplace dans les moteurs du jet pour les garder au frais. Une puissance de réserve réchauffe ensuite les turbines en les faisant tourner lentement jusqu’à ce qu’elles commencent à s’activer au bon rythme. Ensuite, les moteurs peuvent être allumés, un par un. Avec parfois quatre moteurs sur un avion commercial, ce processus complet peut prendre jusqu’à 90 minutes !

Les avions n’ont pas non plus de clés pour verrouiller leurs portes. Mais lorsqu’ils sont stationnés, les jets sont surveillés en permanence par des agents de sécurité. Et même si quelqu’un parvenait à les déjouer, il ne pourrait pas s’enfuir rapidement ! Lorsque l’on entre dans l’avion, le capitaine surveille de près le processus d’embarquement. Il est non seulement aux commandes du poste de pilotage, mais aussi de la cabine des passagers. Pour devenir pilote commercial, il faut avoir une vision de loin d’au moins 20/20. Mais selon les compagnies aériennes, il est parfois acceptable que les pilotes se fassent un peu aider par des lunettes.

OK, il est temps de trouver une place dans l’avion. Tu t’es déjà enregistré en retard par le passé, et tu as déjà vécu cette expérience désagréable de ne pas pouvoir embarquer sur ton vol. En effet, les compagnies aériennes font exprès de surbooker leurs vols, au cas où il y aurait des défections ou des annulations. Cette fois, tu n’as donc pas pu choisir ton siège. Tu passes devant les sièges avant avec jalousie. Ce sont les sièges qui sont toujours pris beaucoup plus rapidement, car tout le monde veut quitter l’avion le plus vite possible après son atterrissage. Mais si tu préfères la sécurité à un départ rapide, sache que c’est à l’arrière qu’il faut s’installer. On estime que la sécurité est de 40 % plus élevée à l’arrière de l’avion.

Peut-être que tu préfères prendre la voiture plutôt que l’avion ? Les chances que quelque chose de dangereux arrive à un avion pendant un vol sont de 1 sur 11 millions. À titre de comparaison, la probabilité d’un accident de voiture est de 1 sur 5 mille ! Tu as été placé à la sortie de secours, excellent, il y a plus d’espace pour les jambes ! Au cours des 30 dernières années, l’espace pour les jambes n’a cessé de diminuer d’année en année, jusqu’à 12 cm sur certaines compagnies aériennes ! Non, ce n’est pas toi qui as grandi. C’est juste que plus il y a de passagers, plus la compagnie aérienne gagne de l’argent. Les compagnies ne construisent pas leurs propres avions mais achètent des avions fabriqués en usine. Ensuite, chaque compagnie aérienne détermine sa propre structure et organisation des sièges. Voilà pourquoi les sièges ne sont pas toujours alignés sur les fenêtres.

Mais ce n’est pas grave, tu as la meilleure place ! Même si c’est toujours un peu angoissant d’être assis à côté d’une porte de secours. Que se passe-t-il si l’on y touche accidentellement en dormant et qu’on l’ouvre ? Relax, il est en fait impossible d’ouvrir ces portes en vol. La pression de l’air à l’intérieur exerce une pression sur chaque centimètre carré de la cabine. Sur la porte elle-même, cette pression équivaut à 454 kgs de pression — c’est beaucoup ! Ainsi, même si tu développais la force d’un Hulk dans ton sommeil, tu ne pourrais toujours pas ouvrir cette porte, car elle est verrouillée par une série de dispositifs électriques et mécaniques. Ces mesures supplémentaires sont importantes parce que si la porte s’ouvrait, la température de l’ensemble de la cabine chuterait rapidement. Et le changement radical de pression affaiblirait la structure de l’avion.

C’est l’heure du décollage, et on t’a demandé d’éteindre ton téléphone. Faut-il vraiment le faire ? 10 % des gens admettent qu’ils ne parviennent pas à éteindre leur téléphone et qu’ils ne le mettaient même pas en mode avion ! Les téléphones portables peuvent causer des problèmes, mais ils ne perturbent pas réellement l’électronique comme on pourrait le croire. Mais, oui, il existe une réelle inquiétude quant au fait que ton téléphone puisse recevoir des signaux de plusieurs tours au sol, ce qui distrait fortement les pilotes. Alors, facilitons spontanément leur travail en éteignant nos appareils. L’avion a atteint 12 000 mètres, tes oreilles se sont débouchées et le signal de ceinture de sécurité est éteint. L’hôtesse de l’air marche dans l’allée, les bras tendus vers l’extérieur. Le personnel navigant marche de cette façon pour garder l’équilibre dans un couloir si petit. Ils essaient d’éviter de perturber les passagers, donc ils n’utilisent pas l’appui-tête des sièges. Et en cas de turbulence soudaine, il existe des emplacements spéciaux pour s’agripper sous la soute à bagages, si nécessaire.

On estime qu’un demi-million de personnes volent dans le ciel à chaque instant. En ce moment, tu fais donc partie de ce groupe spécial qui représente 0,1 % de la population mondiale. Tu regardes par la fenêtre et tu admires les ailes blanches. Les avions sont peints en blanc et dans d’autres couleurs plus claires pour aider à réfléchir le rayonnement solaire.

Cela permet d’éviter les dommages causés par le soleil en réduisant la quantité de chaleur reçue par l’avion. Mais au loin, des nuages sombres s’approchent, et l’avion se dirige vers un orage ! Puisqu’il est fait de métal, ce doit être un gros conducteur électrique, pas vrai ? Heureusement, les avions à réaction sont équipés d’une coque en aluminium qui conduit parfaitement l’électricité. L’intérieur de la cabine est complètement protégé de la foudre, ce qui protège les systèmes électriques et nous préserve, nous, les mammifères constitués de carbone ! L’avion est si parfaitement conçu pour résister aux orages électriques que c’est l’un des endroits les plus sûrs où se trouver. Il n’y a pas eu d’incident majeur dû à un orage depuis les années 1960 !

Tu as soif, et tu sais bien que tu aurais dû apporter ta propre eau ! Lorsque les avions atterrissent quelque part, ils remplissent leurs réserves d’eau. La qualité de l’eau dans un avion dépend donc de l’endroit où ils ont recueilli le précieux liquide. De nombreux éléments contribuent à la qualité de l’eau de chaque aéroport : les citernes à eau, les camions, les chariots et les tuyaux sont tous susceptibles de répondre à des normes différentes. En 2019, une étude sur l’eau des compagnies aériennes a révélé que la plupart d’entre elles ne fournissaient pas d’eau de qualité. La recommandation générale est ainsi de ne boire que de l’eau dans une bouteille scellée et d’éviter même le thé. Mais la nourriture est tout à fait correcte !

En te rasseyant, tu remarques que la cabine est froide, très froide même, pour être honnête. Elle est intentionnellement réglée à environ 21 degrés Celsius pour une excellente raison. Quand les gens sont susceptibles de s’évanouir, c’est parce qu’ils ne reçoivent pas assez d’oxygène. Et quand il y a de l’air chaud mélangé à une forte pression dans la cabine, l’évanouissement devient plus courant. Alors, oui, l’air frais est vraiment utile, mais en attendant, on t’a fourni une couverture pour ton confort !

Réchauffé par la couverture, tu remarques que l’air sec qui passe par ton nez déshydrate tes lèvres et tes yeux. Mais ne t’inquiète pas, l’air est totalement sans danger et très propre. 40 % de l’air est recyclé et passe par un système de nettoyage complet pour éliminer toute la poussière et les bactéries en suspension dans l’air.

Et les 60% restants proviennent de l’extérieur. Mais les niveaux d’humidité dans l’air sont très bas, et c’est pourquoi tu ressens une telle gêne. Il fait maintenant nuit dehors alors que l’avion commence sa descente vers l’atterrissage, et les lumières sont tamisées. Ces lumières éteintes ne sont pas destinées aux pilotes, à l’équipage ou aux personnes présentes à l’aéroport. Non, elles sont pour toi ! Si quelque chose ne va pas lors de l’atterrissage dans l’obscurité, il faudra lancer une procédure d’urgence. Les lumières tamisées sont là pour aider tes yeux à s’adapter et pour que tu puisses te diriger plus facilement vers la sortie dans l’obscurité. Mais heureusement, aujourd’hui, ce ne sera pas nécessaire, car ton voyage est arrivé à son terme.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes