Sympa
Sympa

11 Personnages célèbres incarnés par différents acteurs et actrices dont la performance divise toujours le public

Certains personnages marquent tellement les réalisateurs et le public qu’on les fait revenir à l’écran encore et encore, à chaque fois sous les traits d’un nouvel acteur. Les avis sont souvent divisés sur la performance des interprètes, et les fans se démènent à défendre leur préféré. Souvent, quand on parle d’un personnage on pense de suite à quelqu’un en particulier, mais il n’est pas rare que d’autres acteurs apportent une nouvelle dimension au rôle.

Chez Sympa, nous souhaitons aujourd’hui comparer pour toi les différentes versions de célèbres personnages. Le bonus t’apprendra que les disputes commencent parfois avant même la sortie du film en salles.

Dame Jessica Atréides dans Dune

Le roman de Frank Herbert a été adapté à l’écran pour la première fois en 1984. Le long-métrage a été réalisé par David Lynch qui n’avait jamais travaillé dans la science-fiction avant ça. Le résultat est singulier. Même si la production a des fans, les critiques et le public ont pour la plupart été déçus. Cependant, la prestation de Francesca Annis dans le rôle de Jessica Atréides a reçu un accueil globalement favorable. Un critique a même remarqué que la manière d’Annis de chuchoter ses répliques fascine et détourne ainsi l’attention des décors prétentieux.

L’adaptation de Denis Villeneuve, sortie en 2020, a généré une réaction plus enthousiaste du public. Les critiques recueillies sont majoritairement positives et on salue surtout le visuel et la bande originale. D’après certains critiques presse, Rebecca Ferguson tire le meilleur parti de son rôle.

Estella dans De grandes espérances

“Les Grandes Espérances” est l’un des romans les plus célèbres de Charles Dickens. Il a été porté à l’écran pour la première fois en 1917. En 1998, Alfonso Cuarón offre sa propre adaptation et le film reçoit un avis mitigé. Alors que le rendu est captivant et que les personnages touchent le public, le scénario manque de profondeur. Dans le même temps, le jeu de Gwyneth Paltrow a plu aux critiques et aux spectateurs.

Le choix de Vanessa Kirby pour la série dramatique sortie en 2011 s’est avéré très judicieux. Elle a parfaitement incarné la froide et calculatrice Estella, privée de tout romantisme. Son demi-sourire et son visage de marbre confèrent une crédibilité indéniable à son personnage.

María dans West Side Story

La version cinématographique de la célèbre comédie musicale a vu le jour en 1961 et est devenue l’un des plus grands films de l’histoire du cinéma. Natalie Wood, qui incarnait la belle et rebelle María, a été très convaincante dans ce rôle. On considère que c’est l’une de ses meilleures prestations.

En 2021, Steven Spielberg a présenté sa version de cette histoire romantique. Même si le film a séduit les critiques, le box-office n’a pas été au rendez-vous. María a été portée à l’écran par Rachel Zegler, pour qui c’était un premier rôle au cinéma. La jeune actrice a été à la hauteur, elle a remporté plusieurs récompenses et a recueilli beaucoup de critiques et avis favorables.

La jeune chanteuse dans A Star Is Born

La poignante histoire d’amour entre une artiste en herbe et un chanteur fatigué et désillusionné a été portée à l’écran à quatre reprises. Ainsi, en 1976, c’est Barbra Streisand qui s’est glissée dans la peau de la jeune femme surdouée. Ce fut un désastre. L’actrice a interprété ses chansons avec brio, mais son jeu n’était pas plausible. Son héroïne était trop calculatrice, sûre d’elle et forte d’esprit, tandis que l’alchimie entre les personnages principaux était plate.

En revanche, Lady Gaga a su apporter de la fraîcheur et du renouveau à cette histoire bien connue. Elle est sublime et très naturelle dans le rôle de la chanteuse débutante. Sa manière de montrer sa confiance en son talent et sa timidité sur scène sont bluffantes. D’après les critiques, Lady Gaga a réussi à faire ressortir la vulnérabilité touchante de son personnage. Quant à son interprétation des chansons, c’est à couper le souffle.

L’agent Smith dans la saga Matrix

Hugo Weaving, interprète de l’agent Smith dans les trois premiers épisodes, n’a pas pu reprendre son rôle dans le quatrième volet. Hélas, il était déjà pris par d’autres projets, et son agenda était très chargé. Sa magnifique prestation a cependant marqué les esprits. Agent froid et impitoyable, c’était un vrai méchant aux capacités intimidantes, un adversaire digne de son nom.

Dans le dernier film, Matrix : Resurrections, ce personnage est campé par Jonathan Groff. L’acteur s’est préparé avec sérieux pour le rôle, a étudié le style de jeu de Weaving, même si le réalisateur lui avait permis de créer un antagoniste tout à fait différent. Résultat, on a parfois l’impression que Groff ne fait que copier le méchant, en imitant sa manière de prononcer les répliques.

Fagin dans Oliver Twist

Le roman “Oliver Twist” a connu de nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision. Certaines hantent encore les mémoires, d’autres ont été vite oubliées. En 2005, Roman Polanski dévoilait sa version de l’œuvre. Le principal antagoniste Fagin est loin d’être un méchant par excellence. En effet, il utilise ses jeunes élèves, mais il n’est pas du tout de nature cruelle. Ben Kingsley joue un vieil homme grotesque qui peut parfois être gentil avec les garçons et prendre soin d’eux à sa manière.

Dans la récente adaptation intitulée Twist, l’action se déroule à notre époque et Fagin est interprété par Michael Caine. Les critiques admettent à regret que l’acteur aurait dû choisir une autre adaptation du roman. Ce n’est pas parce que Caine joue mal, c’est juste que, dans l’ensemble, il n’a rien à dépeindre dans ce film sans profondeur ni fraîcheur.

La fille dans Freaky Friday : Dans la peau de ma mère

Le premier film inspiré du livre pour enfants de Mary Rogers est sorti en 1976. Dans cette version, la mère et la fille qui échangent leurs corps sont interprétées par Barbara Harris et Jodie Foster. Les critiques ont salué la performance de Jodie, convaincante dans la peau d’une femme qui se retrouve dans le corps d’une adolescente. La jeune et talentueuse actrice a en effet toujours parfaitement réussi à interpréter des personnages confiants et vite devenus adultes.

En 2003, Jamie Lee Curtis et Lindsay Lohan ont pris le relais. Le jeu de Lindsay lui a valu des éloges car elle a su incarner à l’écran une femme sérieuse et recueillie, qui se cache derrière l’apparence d’une adolescente. Une réponse très digne à Jodie Foster.

Mattie Ross dans l’adaptation de True Grit

Lorsque le film Cent Dollars pour un shérif, adaptation du roman “True Grit” est sorti en 1969, tout le monde était ravi de la prestation de Kim Darby. L’actrice de 22 ans était époustouflante dans le rôle d’une jeune fille têtue de 14 ans qui cherche à venger son père et se tourne vers un vieux cow-boy pour obtenir de l’aide. Kim a composé ce personnage avec une sincérité saisissante et l’a rendu crédible et vif.

Près de 40 ans plus tard, les frères Coen se chargent de l’adaptation de la même œuvre. Dans True Grit, Mattie Ross est incarnée par la jeune Hailee Steinfeld. Selon certains critiques, elle a même surpassé la précédente interprète et a livré une meilleure performance. Même les répliques les plus sophistiquées semblent naturelles dans sa bouche. La confiance en soi et la fierté du personnage conquièrent les cœurs.

L’ex de l’homme invisible

Même si le protagoniste dans le roman de H. G. Wells n’avait pas de relation romantique, dans la première adaptation de l’œuvre au cinéma, sortie en 1933, l’homme invisible se dote d’une petite amie. En 2000, Hollow Man : L’Homme sans ombre est sorti, signé Paul Verhoeven. Dans le film, Elisabeth Shue incarne l’ancienne petite amie du scientifique capable de se rendre invisible. Personne ne doute du talent de l’actrice, mais les critiques conviennent qu’elle n’avait pas grand chose à jouer : les effets spéciaux étaient incroyables, alors que le scénario et les personnages n’étaient pas aussi impressionnants.

En 2020, une nouvelle adaptation du roman voit le jour. Les créateurs n’ont pas mis au centre de l’histoire le savant fou, mais la jeune femme poursuivie par son ancien amant. Elisabeth Moss y est magistrale. Sincère et authentique, elle a su montrer la rage et le désespoir de la personne persécutée que même les proches ne croient pas.

La nouvelle Mrs. de Winter dans Rebecca

Rebecca d’Alfred Hitchcock est encore aujourd’hui considéré comme l’une des meilleures adaptations du célèbre roman à succès de Daphné du Maurier. Joan Fontaine, qui interprétait le rôle-titre, a exprimé de manière très juste la vulnérabilité et la fragilité du personnage. Elle était tout simplement bluffante dans des scènes dramatiques où elle devait manifester la peur. Elle était parfaite dans son rôle d’innocente victime d’intrigues mystérieuses.

En 2020, une nouvelle interprétation de l’œuvre sort sur les écrans. Les critiques ont signalé de nombreuses imperfections dans la version moderne. Lily James, qui a endossé le rôle de la nouvelle Mrs de Winter, a parfaitement transmis la force et la détermination de l’héroïne dans la deuxième partie du film. Or, au début, lorsque la jeune femme devait être peu sûre d’elle et effrayée, elle a échoué. Hélas, l’actrice n’est pas authentique dans la peau de ce type de personnage.

Benedict dans Beaucoup de bruit pour rien

Cette célèbre pièce de Shakespeare a séduit plus d’un réalisateur. La première version anglaise a vu le jour en 1913. Cependant, le film de Kenneth Branagh, sorti en salles en 1993, reste l’adaptation la plus célèbre. C’est un véritable classique qui a été tourné en Toscane. Branagh est superbe dans la peau de Benedict et sa relation avec Béatrice, sous les traits d’Emma Thompson, fait littéralement des étincelles.

En 2012, nous avons eu droit à une nouvelle version. Le réalisateur Joss Whedon l’a fait se dérouler de nos jours. Le résultat n’en perd pas une once de charme. Alexis Denisof est génial dans le rôle de Benedict. Il semble que l’acteur ignore que son héros a été conçu par Shakespeare comme un personnage secondaire. Denisof incarne un homme sarcastique et indépendant qui lutte désespérément avec ses sentiments pour Béatrice. Leurs joutes verbales sont fascinantes et la déclaration d’amour réciproque ne laisse personne indifférent.

Bonus : Gellert Grindelwald dans Les Animaux fantastiques

Parfois, des débats houleux sur le choix des acteurs pour un rôle commencent avant même la sortie du film en salles. On peut citer là le principal méchant de la série Les Animaux Fantastiques, Gellert Grindelwald. Dans les deux premiers volets, c’est Johnny Depp qui a prêté ses traits au perfide méchant. Cependant, la studio a décidé de remplacer l’acteur et le choix s’est porté sur Mads Mikkelsen. Les fans de la saga sont divisés dans la question de savoir lequel des deux acteurs correspond le mieux à ce rôle. Le nouveau volet n’est programmé que pour avril 2022. Entre-temps, Mikkelsen a fait savoir qu’il essayait de créer sa propre version de Grindelwald, car copier le jeu de Depp serait une pure folie.

Selon toi, y a-t-il des personnages qui ont été si bien composés par leurs interprètes qu’aucun autre acteur ne pourra les détrôner ?

Sympa/Arts/11 Personnages célèbres incarnés par différents acteurs et actrices dont la performance divise toujours le public
Partager cet article