Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

17 Faits sur le film “Autant en emporte le vent” dont le tournage a été plus passionnant que l’histoire elle-même

Le roman de Margaret Mitchell Autant en emporte le vent est un grand classique et une œuvre inoubliable. Ceci est également vrai pour son adaptation cinématographique, sortie en 1939 et devenue culte. Pourtant, peu de gens savent que ce long-métrage a connu un tournage mouvementé et que de vraies passions bouillonnaient dans les coulisses.

L’auteur de Sympa a pris plaisir à revoir ce beau film et a décidé de te révéler les détails de sa création turbulente.

  • Les scénaristes avaient une tâche très difficile : transformer l’œuvre magistrale de Margaret Mitchell de plus de 1000 pages en un film d’une durée acceptable. Avec le scénario de départ, le film aurait duré six heures. Réalisant que c’était loin d’être le seul problème du script, un groupe de travail s’est enfermé dans un bureau pour une semaine afin de le peaufiner. Le producteur David Selznick, persuadé que les repas empêchaient la créativité, avait imposé des restrictions sur la nourriture. Au cinquième jour, en mangeant une banane, épuisé, il a perdu connaissance. Et au sixième jour, un vaisseau a éclaté dans l’œil d’un des réalisateurs, Victor Fleming.
  • La création du script d’Autant en emporte le vent était si tourmentée qu’elle a servi de base à une pièce de théâtre appelée Autant en emporte l’argent (Moonlight and Magnolias).
  • Au total, 15 personnes ont contribué à créer le scénario du film, dont le célèbre écrivain Francis Scott Fitzgerald.
  • Au moins 1 400 actrices ont été auditionnées pour le rôle de Scarlett, et Vivien Leigh ne faisait pas partie des favorites. Le tournage a commencé alors que l’interprète du personnage principal n’était pas encore choisie. Selon des rumeurs, c’est lors du tournage des scènes d’incendie d’Atlanta, que Vivien Leigh a été présentée au réalisateur comme la future Scarlett O’Hara. Le cinéaste a tout de suite vu que l’actrice correspondait au profil de l’héroïne de Margaret Mitchell et a invité Vivien à passer des essais.
  • Vivien avait certes remporté le rôle tant convoité, mais ce n’était pas gagné. En fait, son accent britannique embarrassait le réalisateur : l’actrice était née en Inde, de parents anglais. Le fait qu’une étrangère interprète une vraie fille du sud américaine irritait le public qui voulait voir dans le rôle de Scarlett “une jolie femme sudiste”, comme le personnage. Elle a donc failli être renvoyée à deux reprises, pour cette raison.
  • L’acteur Gary Cooper, qui a refusé le rôle de Rhett Butler, ne croyait pas au succès du film. Il a déclaré : “Ce film sera le plus grand flop de l’histoire d’Hollywood. Je suis content que ce soit Clark Gable qui se prenne une gamelle et pas moi.”
  • Lorsque Victor Fleming a remplacé George Cukor au poste du réalisateur, Vivien Leigh n’était pas du tout ravie. Elle apportait sur le plateau le roman de Mitchell pour montrer au réalisateur que son interprétation n’était pas à la hauteur de l’original. D’après Vivien Leigh, le producteur du film lui aurait même dit de “jeter ce foutu bouquin”.
  • La production était incroyablement difficile et le film a changé trois fois de réalisateurs. Le deuxième, Victor Fleming, a avoué à un ami qu’à “un moment, il a eu envie de se jeter d’une falaise en voiture”. Finalement, il a été obligé de prendre un congé, s’écroulant de fatigue, et c’est Sam Wood qui a terminé le tournage.
  • L’interprète du rôle d’Ashley, Leslie Howard, n’était pas content non plus. Voici la lettre qu’il a écrite à sa fille : “Je déteste ce rôle. Je ne suis pas suffisamment beau et jeune pour Ashley, et j’en ai marre qu’on me rectifie pour rendre plus attirant.”
  • Clark Gable était furieux que le script l’oblige à pleurer devant la caméra. Il a même menacé de quitter le tournage si l’on continuait à insister. Alors, le réalisateur a triché et a tourné deux versions de la scène : avec et sans larmes. Plus tard, il a convaincu l’acteur que les larmes allaient plus séduire le public.
  • Ce n’est pas la première fois que Hattie McDaniel, comédienne qui a prêté ses traits à Mamma, travaillait avec Clark Gable et les acteurs sont devenus amis. D’ailleurs, Clark n’a pas manqué d’occasion pour faire des farces à son collègue. Ainsi, il a un jour remplacé son thé, qu’on utilise normalement dans les scènes avec de l’alcool, par une véritable boisson forte.
  • Mais à part des blagues, il a aussi fait preuve d’une véritable amitié. L’acteur était scandalisé lorsque Hattie McDaniel n’a pas été autorisée à assister à la première du film à Atlanta en raison de la couleur de sa peau. Il a menacé de boycotter la projection, mais Hattie elle-même est venue le convaincre de se rendre tout de même à l’évènement.
  • Les officiels n’ont pas pu empêcher Hattie McDaniel d’apparaître à la cérémonie des Oscars (elle a reçu la statuette de la meilleure actrice dans un second rôle). Mais elle était assise à l’écart des autres stars.
  • L’ampleur du tournage dépassait les capacités des studios de l’époque. Ainsi, la scène avec les soldats blessés a nécessité 2 500 figurants. Or, la réserve de l’Actors Guild était limitée. Le réalisateur a dû utiliser environ 1 000 mannequins pour que cette séquence soit suffisamment impressionnante.
  • Vivien Leigh détestait les scènes où elle devait embrasser Clark Gable. Elle n’aimait pas sa mauvaise haleine, car d’après des rumeurs, l’acteur avait des problèmes avec son dentier causés par le tabagisme. Mais Gable la provoquait ouvertement, car avant de tourner les scènes communes, il mangeait parfois des plats avec de l’ail.
  • Si l’on prenait en compte l’inflation, Autant en emporte le vent serait le plus gros succès cinématographique de tous les temps. En 2012, les recettes atteindraient plus de 4 milliards de dollars.
  • Le film a été nominé aux Oscars dans 13 catégories et a décroché 8 statuettes.

Et toi, aimes-tu cette adaptation cinématographique ? Que penses-tu de l’œuvre de Margaret Mitchell ? N’hésite pas à donner ton avis dans les commentaires !