Sympa
Sympa

8 Preuves que le film “La Reine des Neiges” est beaucoup plus profond qu’on ne le pense

En 2013, La Reine des Neiges a conquis le cœur de nombreux spectateurs et a fait un carton au box-office, surpassant de nombreux autres films d’animation. Depuis sa sortie, toutes les petites filles chantent la célèbre chanson “Délivrée, libérée !”, et le battage médiatique a dépassé l’entendement. Si à première vue, ce film semble être une énième histoire de princesses qui chantent, lorsqu’on le regarde plus attentivement, il s’avère être mûrement réfléchi et bien ancré dans la réalité du monde actuel, ce qui en fait un véritable chef-d’œuvre.

Chez Sympa, nous avons fait quelques recherches sur ce film à succès, et nous y avons trouvé tellement de détails fascinants qu’il est impossible de ne pas en tomber amoureux sur-le-champ ! Attention spoiler alert !

1. Parfaitement imparfaits : les personnages prennent notre cœur en otage

Il est difficile de nier que les personnages de La Reine des Neiges ont des personnalités complexes. Tant mieux, car personne n’est parfait, et chacun des personnages combat ses propres démons et a des ambitions et des craintes différentes. C’est pourquoi on ne peut s’empêcher de s’identifier à eux.

Anna adore les sucreries et la nourriture en général, et elle est si drôle et maladroite qu’il est impossible de ne pas l’aimer. Elle ressemble tellement aux vraies petites filles de son âge que ces dernières peuvent s’identifier à elle. Ouverte d’esprit et attentionnée, elle maintient le lien qu’elle a avec sa sœur et croit en elle plus que quiconque.

Elsa a une personnalité très compliquée et elle a traversé beaucoup d’épreuves en essayant de vivre selon des règles auxquelles elle n’a jamais su se plier. On lui a fait voir ses forces comme des faiblesses, et son caractère unique comme quelque chose qui devait être caché, comme beaucoup de gens le pensent ou le font de nos jours.

C’est un personnage complexe qui a bien plus de poids sur ses épaules que n’importe quelle jeune femme ne pourrait le supporter. Le combat qu’elle mène contre elle-même et les autres lui a permis de prendre conscience qu’elle n’était pas seule au monde et qu’elle y avait sa place. Cette évolution, tout au long du film, est si touchante qu’elle demeure gravée dans nos cœurs.

2. Un manipulateur entre en scène et nous trompe tous !

Hans est un manipulateur typique qui “imite” chaque personne avec qui il parle ; il se comporte différemment selon les personnes qui se trouvent en face de lui. Avec Anna, il est drôle, loufoque et prononce exactement les mots qu’elle souhaite entendre ; avec les soldats, il est courageux et vaillant ; il est bon avec les citoyens et méchant avec le Duc de Weaseltown.

Le fait que Hans s’avère être un personnage maléfique n’est pas un renversement absurde de l’intrigue. Hans est mauvais et manipulateur dès le début du film ; il ne trompe pas seulement Anna, il nous induit tous en erreur.

Au fur et à mesure, de nombreux petits détails nous révèlent la vraie nature de Hans. En chantant les paroles “j’ai enfin trouvé ma place”, il ne parle pas d’être auprès d’Anna, mais du château d’Arendelle. Te souviens-tu du moment où Hans “sauve” Elsa à l’intérieur de son propre château ? Il veut lui faire croire qu’il l’a sauvée, mais avant de changer la direction de la flèche de l’arbalète pointée sur Elsa, il prend bien note de la position du lustre qui se trouve juste au-dessus d’elle ! Ainsi, il cherche à se faire passer pour un héros tout en la tuant de façon détournée.

3. Derrière la fameuse chanson “Délivrée, libérée!”, il y a une vraie leçon de vie

À l’origine, Elsa devait être diabolique, mais les producteurs ont complètement changé sa personnalité quand ils ont entendu la chanson “Délivrée, libérée !”. Ils ont vu le personnage sous un tout autre angle et ont tellement aimé la chanson qu’ils n’ont pas souhaité la modifier. C’est pourquoi ils ont choisi de modifier le personnage, et c’est grâce à cela que l’on connaît désormais notre Elsa telle qu’elle est.

Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle la chanson révèle la vraie nature d’Elsa — c’est aussi le moment qu’elle choisit pour devenir enfin elle-même. Auparavant, elle s’efforçait constamment d’être en accord avec le genre de fille que ses parents voulaient avoir — elle s’habillait et se coiffait de la même façon que sa mère. Mais quand elle s’échappe enfin, elle décide d’écouter son cœur et de s’affirmer vraiment.

Alors qu’elle se hisse au sommet de la montagne, elle se débarrasse petit à petit de ses gants et de sa lourde cape royale symbolisant son passé et les attentes que le monde extérieur faisait peser sur elle. Après cela, elle se dirige avec confiance vers “sa version future” ; elle change de robe, se fait sa propre coiffure, et puis, comme tout semble l’indiquer, un jour nouveau et tant attendu commence pour elle.

Les pouvoirs d’Elsa reflètent aussi ses différents états d’âme tout au long du film. Quand elle se fait confiance, tout est beau et elle est capable de créer des choses étonnamment magnifiques (y compris des bonshommes de neige vivants ou des châteaux et des robes...) ; quand elle a peur, ses pouvoirs magiques se transforment en jets de glace dangereux ; quand elle est perdue et désespérée, une tempête de neige se déclenche. À la fin du film, quand Hans annonce à Elsa que sa sœur Anna est morte, la tempête de neige cesse soudainement car Elsa ne ressent plus rien.

4. La Reine des Neiges va au-delà du conte de fées traditionnel et en brise les règles

La Reine des Neiges enfreint toutes les règles, y compris celles que Disney a toujours voulu conserver. Bien qu’il y ait quelques clichés “Disney” dans le film, beaucoup d’entre eux finissent par être contestés et sont finalement remis en question.

  • Le “prince parfait” (Hans) s’avère être un jeune homme maléfique, et c’est Kristoff qui s’affirme comme le vrai prince, alors qu’il est clairement loin d’être parfait.
  • Les personnages féminins prouvent être des personnes qui savent se défendre toutes seules !
  • Anna n’a pas la trempe d’une princesse. C’est une jeune fille ordinaire, tandis qu’Elsa claque littéralement la porte au concept de “princesse parfaite”, décidant d’être elle-même et de ne pas se résoudre à accepter les normes imposées par la société.

5. Une histoire de portes et de gants

On voit des portes dans de nombreuses scènes du film. Ce sont des barrières qui représentent l’isolement, l’enfermement et l’absence d’opportunités provenant de l’extérieur. Les portes apparaissent et sont mentionnées très souvent dans le film, et nous ne citerons que les plus importantes :

  • Tout d’abord, la porte de la chambre d’Elsa sépare les deux jeunes filles pendant des années et met fin à leur complicité.
  • Les portes du château enferment Anna en son for intérieur.
  • Elsa ferme la porte à la fin de “Délivrée, Libérée !”, et les portes du château se referment elles aussi devant Kristoff quand il ramène Anna, pensant qu’il la quitte alors pour toujours.
  • Hans ferme aussi une porte quand il laisse Anna mourir.

Il n’est donc pas étonnant qu’Anna soit prête à ouvrir toutes les portes ! Hans et son amour ont été la première “porte ouverte” qu’elle ait rencontrée sur son chemin de vie, ce qui explique pourquoi Anna est tombée amoureuse si vite. D’ailleurs, c’est exactement le titre de leur chanson en anglais : “Love Is an Open Door” (“L’Amour est une porte ouverte”).

L’autre symbole important, ce sont les gants. Ils apparaissent quand le père d’Elsa lui en donne une paire avec les mots : “Cache tes pouvoirs, cache tes sentiments et n’en parle pas”. Ceci est exactement la symbolique des gants : ils illustrent le fait que l’on cache souvent quelque chose aux autres ou à soi-même. Dans le cas d’Elsa, ce sont ses pouvoirs magiques qu’elle cachait, et par conséquent son être véritable. Elle portait en permanence des gants et essayait de s’intégrer en étant une gentille jeune fille jusqu’à ce qu’elle finisse par s’échapper. C’est alors qu’elle décide de ne plus se cacher et la symbolique tombe : elle jette ses gants.

Étonnamment, Elsa n’est pas la seule à porter des gants. Et celui qui en porte aussi n’est autre que... Hans !

Il en porte tout au long du film, illustrant le fait qu’il cache sa personnalité et ses intentions. Le seul moment où il les retire et qu’il révèle enfin sa vraie nature, c’est quand il avoue à Anna ses véritables intentions. D’ailleurs, avant de sortir de la pièce où il va laisser mourir Anna, il porte à nouveau ses gants.

6. Olaf n’est pas un bonhomme de neige simplet comme sa façon d’être tend à le faire croire

Anna et Elsa ont façonné Olaf toutes les deux quand elles étaient petites, et il est un symbole de leur amour fraternel et de leur innocence. C’est pourquoi il est si puéril et drôle ! Il se liquéfie quand Elsa touche accidentellement Anna avec ses pouvoirs magiques, et ceci symbolise la fin des temps heureux, temps qu’elles ont passés ensemble.

Toute la chanson “je voudrais un bonhomme de neige” évoque la façon dont Anna veut rétablir l’intimité qu’elle partageait avec sa sœur. Cela nous fend le cœur de savoir qu’Elsa voudrait refaire un bonhomme de neige pour sa sœur, mais qu’elle ne répond pas à son désir à cause de l’événement catastrophique passé. En s’échappant, ce sera la première chose qu’elle fera : construire le bonhomme de neige de toutes ces années perdues. Olaf est donc, à ce moment-là, le symbole de sa prise de liberté.

Il y a aussi un moment très important dans le film où Elsa aperçoit Olaf dans son château et réalise grâce à lui qu’elle est capable de créer quelque chose de bon, de drôle et de vivant.

7. Même les couleurs sont importantes et racontent une histoire à leur façon

Les couleurs reflètent la situation, la personnalité et les sentiments de chaque personnage. Par exemple, Anna a les cheveux roux et porte habituellement des couleurs vertes ou “chaudes”, tandis que les cheveux d’Elsa sont blancs et qu’elle s’habille toujours dans des tons de bleu “froid”. Les tenues royales des deux sœurs sont aux couleurs nationales d’Arendelle : le violet et le vert.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est le fait que le château de glace d’Elsa change de couleur en fonction de son ressenti. Il est bleu quand elle est calme et heureuse, rouge quand elle a peur, et jaune quand elle se met en colère.

8. Ces princesses qui chantent transmettent un message plus profond qu’il n’y paraît...

Oui, ce film évoque l’amour qui lie deux sœurs, mais La Reine des Neiges souhaite nous transmettre et nous faire décoder d’autres messages :

  • Kristoff et Anna nous montrent qu’il faut du temps et qu’il faut produire de grands efforts pour trouver l’amour, ce qui signifie que l’on doit surmonter les difficultés ensemble et se serrer les coudes dans les moments difficiles.
  • Avec Elsa, les problèmes de santé mentale sont abordés. Pendant le couronnement, ses mains tremblent et on comprend qu’elle souffre probablement de troubles anxieux et de crises de panique. Mais Elsa reste un exemple positif puisqu’elle fait de son mieux ; le film nous prouve ainsi que les individus atteints de troubles mentaux ne sont pas forcément “fous”.
  • Le film évoque aussi le thème de l’acceptation de soi en tant qu’individu à part entière et de l’importance d’être soi-même.

La Reine des Neiges II sort sur les écrans dans quelques jours, et une nouvelle vague médiatique s’apprête à déferler ; mais au vu de ces éléments, nous l’analyserons d’un point de vue différent. Qu’en penses-tu ? Donne-nous ton avis dans les commentaires.

Sympa/Arts/8 Preuves que le film “La Reine des Neiges” est beaucoup plus profond qu’on ne le pense
Partager cet article