Sympa

15 Secrets que les publicitaires préfèrent ne pas révéler au grand public

8-6-
279k

Nous avons tous, depuis longtemps, appris à séparer le bon grain de l’ivraie et à ne pas croire aveuglément aux promesses alléchantes des publicitaires. Cependant, certaines images continuent visuellement d’agir et nous influencent : par exemple, à la vue d’un hamburger fraîchement préparé, nous ressentons la faim, aux effluves de vapeur d’une tasse de café nous imaginons son arôme, et quant aux cheveux beaux et soyeux d’un mannequin d’une pub de shampoing, ils suscitent l’envie.

Chez Sympa, nous avons rassemblé les astuces que les publicitaires les plus populaires utilisent pour créer en nous des désirs et envies, auxquels même les plus sceptiques d’entre ne peuvent rester indifférents.

Les chaînes de restauration rapide consciencieuses mettent en scène de vrais hamburgers dans leurs publicités, mais...

...ils sont différents de ce que l’on peut recevoir dans leurs restaurants. Ils sont juste correctement “agencés” et “assemblés”. Pour une séance photo, un “Big Mac” de McDonald’s est réellement préparé en studio avec les mêmes produits de fabrication de ce sandwich que l’on peut retrouver dans n’importe lequel de leurs établissements. Le secret, c’est que les ingrédients sont disposés de manière à ce que tu puisses tous les voir. Pour y arriver, les petits pains sont placés un peu en arrière et si nécessaire, ils ajoutent du ketchup et font fondre les coins du fromage.

La styliste culinaire Mary Valentin affirme qu’il n’est plus d’actualité, et que c’est contraire à l’éthique, d’utiliser des substances non comestibles pour les photos publicitaires concernant la nourriture. De surcroît, de plus en plus de gens sont enclins à exiger que leur repas soit identique à celui qui apparaît sur la photo de la publicité.

Des produits non finalisés sont utilisés pour les photos des sandwichs de restauration rapide

Ellie Stern, une autre styliste culinaire dit qu’elle préfère utiliser des steaks insuffisamment cuits dans ses publicités pour hamburgers, car cela leur donne un aspect plus généreux.

La mousse de café est créée à l’aide d’un filtre d’aquarium

Beaucoup de gens ont certainement déjà entendu dire que la mousse des boissons dans les publicités est fabriquée à partir de choses non comestibles, tels que du liquide vaisselle ou encore de la lessive en poudre. Nous n’avons pas de données concernant la popularité de cette pratique, mais pour les publicités dans lesquelles les acteurs doivent boire une gorgée de café, nous ne pouvons que constater que cette pratique n’est clairement pas adaptée.

Dans ce cas précis, la mousse est constituée de café instantané, d’agent moussant alimentaire, et le tout est passé à travers un filtre d’aquarium. Ensuite, avec une seringue, ils éclatent les bulles inutiles ou bien les combinent entre elles. Un travail laborieux et fastidieux !

Le thé est coloré grâce à des colorants alimentaires et “infusé” dans de l’alcool

Ils placent les feuilles de thé sèches dans de l’eau bouillante et ajoutent du colorant alimentaire ayant des tons rouge-brun saturés. Ensuite, les feuilles de thé sont séchées à l’aide d’un sèche-cheveux et sont mises cette fois-ci dans de l’alcool. Les feuilles se débarrassent ainsi plus rapidement du colorant, ce qui crée un effet spectaculaire d’infusion, tandis que le beau vortex que l’on retrouve dans les théières ou les tasses est réalisé à l’aide d’une hélice spéciale placée dans le fond des récipients.

L’eau dans la casserole n’est pas vraiment bouillante

Si une publicité pour des soupes instantanées, des nouilles ou des pâtes utilisait une eau réellement bouillante, la caméra aurait fait de la brume. Il faut parfois faire de nombreuses prises et si c’est trop chaud, cela risque de provoquer des brûlures. Ainsi, l’eau “frémissante” dans les publicités est créée à l’aide d’un compresseur, qui envoie de l’air au travers de tubes reliés au fond de la casserole.

Les émanations de vapeur d’une assiette de nourriture sont créées à l’aide d’une machine à fumigène

Le fond d’une assiette est découpé. Puis ce qu’il en reste est placé sur un “socle” en plastique percé de trous, et à l’intérieur duquel se trouve une machine à fumigène. La nourriture est alors mise dans l’assiette. La fumée est donc commandée à distance et ajustée à souhait.

Il n’y a pas de viande dans les raviolis lors des tournages des annonces publicitaires

La farce de viande hachée transparaît à travers la pâte, donnant aux raviolis une teinte verdâtre peu attrayante. Alors, en lieu et place de la viande, une substance non comestible est en réalité ajoutée, peinte à l’iode ou colorée à la graisse mécanique.

Pour que la bouteille ait l’air embuée, ils lui pulvérisent du déodorant

À l’aide d’un pulvérisateur contenant de la glycérine on arrive à ajouter un aspect de condensation, tout en usant parfois aussi de la glace artificielle. Pour filmer une ouverture de bouteille, et lui donner de l’effet, on la fixe sur un trépied, car pour les besoins des gros plans, elle doit parfaitement rester immobile. Si la prise est loupée, ce n’est pas grave, la capsule de bouteille va être remise correctement à sa place à l’aide d’une capsuleuse.

Dans une publicité pour de la bière, il est nécessaire de montrer la mousse. On essaie au maximum de conserver la tendance naturelle de la bière à créer sa propre mousse, et de ne pas y ajouter des agents chimiques. Cependant, fouetter la mousse à l’aide d’un mélangeur à cocktail ou d’une simple cuillère, après y avoir ajouté une pincée de sel, est un procédé souvent utilisé pour donner une prestance et un caractère plus généreux à la bière.

Des robots spéciaux aident à filmer les publicités

15 Secrets que les publicitaires préfèrent ne pas révéler au grand public

Ils savent comment verser les boissons.

Ils réussissent à réunir plusieurs couches de sandwichs et de desserts.

Ils diffusent efficacement la moutarde, le ketchup, le lait et d’autres liquides.

Et étalent de la peinture et bien d’autres choses encore.

Dans les publicités pour shampoings, un beau mouvement de cheveux est créé à l’aide d’un fond vert et d’hommes vêtus d’une combinaison de la même couleur que le chroma-key.

Avec des bâtons spéciaux, ils soulèvent les cheveux du mannequin et, à l’aide d’un cerceau, créent un effet d’élasticité pendant la marche.

Les cheveux longs dans les publicités sont souvent faux

De beaux cheveux longs, dans la publicité, sont très probablement artificiels. En effet, une technique courante consiste à montrer une fille allongée ayant de belles boucles bien brillantes et ouvertes, mais en général, elles ne lui appartiennent pas. De plus, nous n’obtiendrons jamais un éclat aussi soyeux que celui qu’ont les filles dans les publicités de shampoings, car il ne s’agit en fait, que d’un agencement d’éclairage et de miroirs appropriés.

Pour vanter les qualités du produit, et pour créer un beau volume lors du tournage du shampouinage, des boules de mousse sont fixées sous les cheveux.

Les animaux, lors des répétitions, sont remplacés par des " doublures "

Il est très compliqué de filmer des animaux. Il existe des agences spécialisées qui font les castings des animaux domestiques pour les tournages et, habituellement, dans un souci d’efficacité, ils fournissent aussi un animal remplaçant. Toutes les répétitions sont faites sans la participation des acteurs à quatre pattes. Ils sont remplacés par des jouets ou des peluches.

Pour faire courir un chat dans la bonne direction, on utilise sa caisse de transport

Il est presque impossible qu’un chat puisse suivre des ordres. Dans la plupart des cas on use d’astuces. Par exemple, pour qu’un chat aille dans la bonne direction (vers un bol de nourriture) on place sa valise de transport derrière sa gamelle. De cette façon le chat, en apercevant sa maison, se précipitera vers son portage pour se sentir en sécurité.

Dans les publicités de voitures, on utilise des véhicules particuliers nommés Blackbird.

À l’aide des ordinateurs, on peut donner à ces voitures n’importe quelles caractéristiques. Ainsi, l’extérieur et l’intérieur peuvent être redessinés, l’empattement peut être raccourci ou rallongé, le champ de vision peut être augmenté ou réduit, et des roues de n’importe quel diamètre peuvent être recréées.

Les filles sont allongées dans des baignoires sèches

Le tournage d’une courte publicité peut prendre plusieurs heures. Si l’actrice est déshabillée et mise dans un vrai bain, elle aura froid et, de plus, la peau rougie ne sera pas aussi attrayante et la vapeur d’eau couvrirait de buée la lentille de la caméra. C’est pourquoi, il n’y a pas d’eau dans la baignoire.
En réalité, l’actrice ne dénude que ses épaules, et tout le reste est hermétiquement emballé dans un film plastique. On met dans le bain quelque chose de doux, et la fille est recouverte d’un tissu blanc. Ensuite, le bain est rempli de la mousse usée dans les soirées du même nom.

À ton avis, est-il judicieux d’utiliser de tels moyens dans la publicité, qui ne sont là en réalité que pour créer en nous des émotions et nous convaincre et nous influencer dans nos achats ? Penses-tu que cela soit nécessaire, ou tu préférerais que tout soit réel ou naturel ? Quelles sont les limites à ne pas franchir, dans la création d’une image visuelle pour telle ou telle marchandise ?

Photo de couverture SuaveBeauty / YouTube
8-6-
279k