Sympa
Sympa

7 preuves qu’une véritable catastrophe est en train de toucher les plages du monde entier

De nos jours, la quantité de déchets plastiques a atteint des proportions catastrophiques. On compte désormais 8,3 milliards de tonnes de cette matière sur notre planète. Et plus de la moitié de ces déchets n’ont pas été recyclés. Le plastique, trouvé dans l’océan et rejeté par les vagues vers les plages du monde entier, tue les créatures marines, nuit à l’environnement et risque d’affecter notre santé. Cependant, les déchets ne sont pas les seuls à détruire les plages et à mettre la nature en danger. Des algues nocives se multiplient rapidement, et le réchauffement climatique et la pollution entraînent des extinctions massives de poissons.

Chez Sympa, nous adorons la nature et voulons la protéger, et c’est pourquoi nous avons décidé de te parler des désastres écologiques qui se sont produits cet été sur les plages du monde entier, afin de t’encourager à être plus respectueux de l’environnement !

1. République dominicaine

En juin 2018, les plages paradisiaques du sud de la République dominicaine sont devenues une décharge de plastique. Tous ces déchets ont été apportés par le courant en provenance de Saint-Domingue et des provinces environnantes. Environ 10 millions de dollars ont été dépensés pour un nettoyage d’urgence de la côte. Des centaines de travailleurs et de bénévoles se sont joints à la lutte contre la pollution.

“C’est quelque chose qui arrive très souvent, surtout après de fortes pluies torrentielles et des tempêtes. Tout le monde utilise la rivière et la plage comme un dépotoir. Tout ce que vous voyez sur la photo, ce sont des substances toxiques”, explique Cyrill Gutsch, créateur de l’organisation Parley for the Oceans. Le plastique sur le littoral de la République dominicaine n’est qu’un petit symptôme de la masse des problèmes à l’échelle mondiale.

2. Guadeloupe

En mai 2018, la Guadeloupe a de nouveau été attaquée par les algues marines appelées Sargasses. Elles forment ce que l’on appelle des “radeaux”, où des centaines de créatures marines et de poissons se retrouvent piégés et meurent. En stagnant à un endroit, cette plante aquatique met en danger les fonds marins. Les vagues les rejettent à terre et elles se mettent à dégager une odeur désagréable et à sécréter du sulfure d’hydrogène. “Nous sommes face à une catastrophe écologique”, déclare Sylvie Gustave Dit Duflo, vice-présidente de la région et présidente de la commission de l’environnement.

Les gaz inhalés pendant une longue période de temps, en plus de détériorer la qualité de vie de la population locale, font courir un risque pour la santé humaine en général. La croissance de la “mer jaune” perturbe la mobilité des bateaux, les sites “paradisiaques” disparaissent, et les touristes comme les locaux ne sont plus autorisés à y nager. De nombreux écologistes ont lié la croissance active de ces algues aux problèmes écologiques au Brésil.

3. Sotchi, Russie

Au fil des années, les grandes plages de Sotchi, sur les rives de la mer Noire, sont devenues inaptes au tourisme balnéaire. Auparavant, la largeur de la plage d’Imeretinsky était d’environ 100 mètres, et à l’été 2018, elle était réduite à 50 cm par endroits, et un mètre dans les zones les plus épargnées. Cette catastrophe est due à la construction du village olympique et du port situés directement à l’embouchure de la rivière Mzymta, grâce à laquelle cette plage s’était formée.

La construction a bloqué le courant de pierres et de sable, qui était le matériau de composition de la plage d’Imeretinsky. Désormais, la mer emporte les cailloux de la côte, formant un vide et détruisant la plage. “Si rien n’est fait dans les cinq à dix prochaines années, la côte pourrait être perdue à certains endroits, car elle serait emportée par la mer ”, affirme Victor P., chercheur au Centre de Recherche Scientifique des Côtes Marines de la ville de Sotchi.

4. Bali, Indonésie

Ces dernières années, la côte dorée de Bali a lentement disparu sous une pile d’ordures en raison du problème croissant des déchets plastiques. L’Indonésie, archipel de plus de 17 000 îles, est devenu le deuxième pays le plus pollué du monde en matière de quantité de déchets après la Chine. “Nager dans les ordures est désagréable”, raconte la voyageuse autrichienne Vanessa Moonshine, “Les vagues rejettent du plastique sur le rivage tous les jours. C’est vraiment horrible”. Mais les ordures ne gâchent pas seulement la vue sur les plages paradisiaques : le plastique empoisonne les poissons, et s’ils sont ensuite consommés, ils peuvent causer des problèmes de santé, y compris le cancer.

L’Indonésie est l’un des 40 pays qui participent à la campagne “Nettoyons la mer” de l’ONU, qui vise à stopper le flux de déchets plastiques qui polluent les océans. Dans le cadre de ce programme, le gouvernement indonésien s’est engagé à réduire les déchets plastiques marins de 70 % d’ici 2025.

5. Floride, États-Unis

Au cours de l’été 2018, deux épisodes de croissance d’algues à grande échelle se sont produits en Floride, tuant les poissons, la vie marine et mettant en danger la santé de la population. Le long de la côte sud-ouest s’est produite l’une des plus grandes marées rouges de l’histoire du pays, affectant plus de 160 kilomètres de plages. “Il n’y a plus d’eau bleue et verte. Désormais, l’eau est d’un bleu profond. La plage est pleine de poissons morts en raison des mauvaises conditions de l’eau”, raconte Andrea Henderson sur Twitter.

En même temps, les rejets d’eau douce polluée du lac Okeechobee et les eaux usées des bassins hydrographiques de Sainte-Lucie et de Caloosahatchee ont provoqué la croissance d’algues bleu-vert dans les estuaires inférieurs des deux côtes. Les épisodes de reproduction d’algues sont causés par des niveaux élevés d’azote et de phosphore, qui sont libérés dans l’eau à partir des terres agricoles et qui s’écoulent dans les fosses septiques et les drainages d’engrais.

6. Gabès, Tunisie

Début août, les pêcheurs de la région de Gabès ont été surpris par le grand nombre de poissons morts rejetés sur la plage. Selon les dires du correspondant de Mosaïque FM à Gabès, cela s’est produit à cause d’un empoisonnement à l’ammoniac, aux phospholipides et aux résidus de la production de phosphate. Comme l’a rapporté le journaliste, des milliers de tonnes de ces substances toxiques sont rejetés dans l’océan par une entreprise de chimie. Le rejet dans la mer de niveaux élevés de phospholipides et de déchets nocifs est, non seulement, nuisible pour l’environnement et l’océan, mais fait aussi peser un risque de maladies oncologiques sur la population locale.

7. Anapa, Russie

Au cours de l’été 2018, de plus en plus de touristes se sont plaints de la grande quantité d’algues dans la mer Noire à Anapa. L’algue “cladophora” y pousse naturellement, et en raison des températures élevées en été, elle se reproduit plus rapidement que pendant l’hiver. Mais cette année, sa croissance a battu tous les records. “L’eau est très sale, sent très mauvais, et elle ressemble à une sorte de soupe d’algues. Or, les enfants nagent et jouent dans ces eaux. Bref, c’est un endroit terrible”, raconte une visiteuse d’Anapa.

L’eau ressemble à un marécage, et quand on est dans le sable, les algues commencent à sentir mauvais et à sécréter du sulfure d’hydrogène. Auparavant, la plage était alimentée avec du sable propre, mais récemment, on a décidé d’utiliser du sable contenant des particules de cladophora. Et cela a accéléré la reproduction des algues.

Utilises-tu encore des sacs en plastique, ou essaies-tu de réduire leur utilisation ? Quelles autres initiatives mets-tu en œuvre pour contribuer à la préservation de l’environnement ? Raconte-nous dans les commentaires !

Sympa/Développements/7 preuves qu’une véritable catastrophe est en train de toucher les plages du monde entier
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire