Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

16 Personnes qui voient le bon côté des choses quelle que soit la situation

Si ta mère ou ton père sont des optimistes, il est fort probable que tu le sois toi aussi. Des études montrent que ce trait est transmis dans 25 % des cas. Mais même si la disposition à l’optimisme n’est pas dans tes gènes, tu peux facilement le cultiver en cherchant à prendre les choses du bon côté, en relativisant et en prenant tes distances avec les événements malheureux et les gens qui abordent la vie de façon négative.

Sympa ne sait pas si les personnes de notre compilation sont des optimistes-nés ou si elles ont développé cette attitude au fil des ans. Mais une chose est sûre : leurs histoires méritent ton attention.

  • À l’époque où je sortais avec mon futur mari, nous sommes allés à une foire. Nous avons acheté deux énormes saucisses sur bâtonnets et avons voulu ajouter de la moutarde. J’ai appuyé sur la pompe doseuse, mais il ne s’est rien passé. J’ai appuyé de nouveau. La moutarde a jailli trop fort et m’a éclaboussée de la tête aux pieds. Il y en avait partout, même sur mes cheveux, mais pas sur la saucisse. Complètement dégoûtée, je me suis tournée vers mon copain, il m’a regardée, a souri et a trempé sa saucisse dans la moutarde. Puis il l’a essuyée sur sa chemise et a dit : “Voilà, maintenant, on va bien ensemble.” © Onlyifwe / Reddit

  • Il y a trente ans, mon voisin s’est fait poser son premier stimulateur cardiaque. Il partageait sa chambre à l’hôpital avec un papi de 90 ans qui devait subir la même opération. Son médecin est venu lui expliquer qu’au bout de 10 ans la procédure devait être renouvelée car les piles et l’appareil ne duraient pas éternellement. En gardant tout son sérieux, le papi a fait part de son indignation :
    — Donc vous me dites que je dois revenir tous les 10 ans ?! © Simplygreat / Pikabu

  • Il y a environ un an, j’avais un colis urgent à poster, donc je me suis rendue dans un bureau de poste. Il y avait une file d’une douzaine de personnes. Il faisait trop chaud, des bébés criaient dans leurs poussettes en attendant que leurs mamans récupèrent leurs commandes internet, des mamies venaient retirer des allocations sociales, des secrétaires envoyaient des dizaines de lettres à la fois. Après une heure d’attente, j’ai enfin été prise en charge, et au moment de repartir j’ai entendu la femme qui était derrière moi dire à la guichetière :
    — Je voudrais seulement une carte de vœux.
    Patienter dans une telle file d’attente pour une carte, voilà un bon exemple d’optimisme. C’est inimaginable pour moi. © klashka007 / Pikabu

  • Cette histoire a eu lieu dans ma jeunesse. La bande de mes amis s’était rendue à la maison de l’un des gars pour faire la fête. La soirée avait dû être mouvementée car ils ont mis le feu au pavillon. Le lendemain matin, les parents de ce copain l’ont appelé. Il a à peine ouvert les yeux et lorsque son père a demandé : “Ça a été ? On peut rentrer ?”, il a seulement dit : “Il n’y a pas le feu.” © IamLie / PIkabu

  • Mon grand-père travaillait dans une usine de transformation de viande, il y avait donc souvent d’énormes morceaux de viande ou des abats dans notre frigo. En Irlande, il est de coutume de préparer de la viande pour Noël, et cette année-là, nous avions un gros jambon. Mais nous avons constaté que toutes nos marmites étaient trop petites pour le faire cuire. Aller demander une casserole aux voisins n’était pas la solution, car tout le monde préparait le réveillon. Ce petit obstacle n’a aucunement déstabilisé ma grand-mère. Elle a fait cuire le jambon dans la machine à laver à chargement par le haut. © Roibaird O Rian / Quora

  • J’ai 26 ans. Il se trouve que ma génération était la dernière dans notre maison. Les gamins ne courent plus dans la cour, tout le monde est parti pour les grandes villes. En revanche, toutes les cerises du jardin sont maintenant à moi seul. © Подслушано / Vk

  • Je revenais de chez un ami qui habite loin et j’ai vu un gars avec un sac à dos marcher le long de la route. J’ai proposé de le déposer. Sur le chemin, il m’a parlé du voyage qu’il avait commencé à l’autre bout du pays, à pied et sans argent. J’écoutais d’une oreille distraite jusqu’à ce qu’il mentionne ma ville d’origine, une très petite ville. Je n’arrivais pourtant pas à me souvenir de ce type. Et puis j’ai eu un déclic :
    — André ?
    Il m’a regardé avec surprise.
    — Nous étions dans la même classe en CE1.
    C’est ainsi que j’ai rencontré mon premier ami. À cause des problèmes dans sa famille, on l’avait inscrit dans un internat à l’école primaire. Sa vie a été dure, mais il ne s’en plaignait pas et restait positif. À la gare, je lui ai donné de l’argent, comme à un vieil ami, pour qu’il puisse rentrer chez lui. Il m’a prouvé qu’il ne faut jamais baisser les bras. © BardyEdwards / Pikabu

  • On nous a offert un service à thé pour notre mariage. J’allais bientôt accoucher et j’ai décidé de l’ouvrir plus tard, surtout que la vaisselle ne nous manquait pas. Puis je l’ai un peu oublié avec les couches, la crèche, etc. Et enfin, son heure a sonné ! Je me suis souvenue de ce cadeau et c’est avec lui que j’ai trinqué à mon divorce. Rien à dire, les tasses sont magnifiques. © laborotioriya135 / Pikabu

  • J’ai vu une scène amusante l’autre jour. En rentrant du travail, je passais en voiture devant la maison où vit un couple âgé. Ils s’étaient fait livrer un gros tas de bois de chauffage. La vieille dame les mettait dans un chariot, les amenait un peu plus loin et le monsieur les rangeait. Visiblement, la tâche les avait un peu fatigués et ils ont décidé de se distraire. Le papi a mis sa femme dans le chariot et l’a fait rouler sur la pelouse. Elle faisait semblant de le gronder, tout en hurlant de rire. J’ai ralenti pour les regarder. Voir ces vieux si joyeux et gaillards, toujours jeunes dans leur cœur, m’a vraiment fait du bien. © mamakerova / Pikabu

  • J’ai un camarade dont j’admire sans cesse l’optimisme et l’amour de la vie. À l’âge de 12 ans, il a été amputé de la main. Mais il n’arrête pas de faire des blagues sur sa particularité. Un matin, après une soirée entre amis, le propriétaire de l’appartement s’en est pris à ses potes pour avoir mis trop de bazar. Mon ami l’a aussitôt rassuré : “Samuel, ne t’inquiète pas, toi et moi, avec nos trois mains, on va tout ranger, vite fait bien fait.” © Bulbul82 / Pikabu

" Je travaille comme instructeur de parachutisme. Aujourd’hui, j’ai vu le tatouage de l’un des parachutistes : “Vous n’avez pas idée de l’altitude à laquelle je peux voler.” "

  • Je travaille dans une pharmacie. J’ai une cliente fidèle qui vit à proximité, et comme elle est mère d’une famille nombreuse, elle vient très souvent. Elle est toujours souriante, et son mari est plutôt cool : il lui arrive de venir chercher des tampons ou de débarquer tard dans la nuit pour acheter un médicament pour les enfants. Un jour, elle vient et me dit : “Donnez-moi un test de grossesse et des tampons.” Je vérifie si elle en est sûre. Elle répond : “Tout à fait. Je vais penser positif et attirer le résultat”. Et elle rit. Une heure plus tard, elle revient. En attendant dans la file, elle roucoule au téléphone et promet à son mari de faire son gâteau préféré. Quand c’est enfin son tour, elle lance : “Ça ne marche pas, cette matérialisation des désirs ! Donnez-moi de l’acide folique et des vitamines pour les femmes enceintes !” © Подслушано / Ideer

  • Il y a peu, j’ai embauché un nouvel employé pour mon atelier. Un mec bien qui sait tout faire et comprend vite. Cerise sur le gâteau, pendant la pause déjeuner, je l’ai vu remuer le sucre dans son thé avec le tournevis qu’il venait d’utiliser. Là, j’ai réalisé que nous allions faire une excellente équipe. © Arafel / Pikabu

  • Quand je travaillais dans une station-service, nous avions un employé qui avait été maître de conférences dans son pays d’origine, l’Égypte, mais qui n’avait pas pu intégrer aucune université de mon pays. Il a alors trouvé un autre travail. Il a dit : “Les gens me snobent parce que je suis un immigré et que je travaille dans une station-service. Or, je suis devenu manager en six mois et je gagne 40 000 dollars par an. Tu sais comment ?”. J’ai fait non de la tête. “Je considère chaque job comme une carrière jusqu’à ce que je trouve une nouvelle carrière.” Ces mots m’ont frappé. J’ai accepté ce boulot parce que, comme lui, je n’avais rien trouvé ailleurs. Mais ce qu’il a dit a changé ma vision des choses. Je ne vais pas passer ma vie ici, mais tant que je suis là, je dois en profiter au maximum. © charlottedhouse / Reddit

  • Ma voisine a plus de 70 ans et même si elle a du mal à marcher, elle a beaucoup d’énergie. Elle a eu besoin d’installer un crochet dans un mur et ses amies ont mis du temps à la persuader de m’appeler pour me de demander de venir avec mon perforateur. J’ai tout fait rapidement, et j’étais déjà sur le point de repartir quand j’ai remarqué un vieux ciseau à froid et un marteau sur la table. Lorsque les perceuses n’existaient pas encore, on utilisait ces outils pour faire manuellement des trous dans les murs. Un travail infernal et vraiment morne.
    — Vous alliez faire quoi avec ça ?
    — Je voulais tout faire moi-même, pour ne pas vous déranger ...
    Quand je lui ai fait remarquer que la tâche était trop dure pour elle, elle a répondu, l’air blessé (!) :
    — Mais si, j’ai bien mangé avant de commencer ! © EdwardKim / Pikabu

  • Ces deux semaines ont été magnifiques. Pas de stress, pas d’insomnie, pas de besoin de me dépêcher. Ma peau sans maquillage et mes yeux sans lentilles ont bien récupéré. Chaque jour, plein de choses agréables comme des massages, et beaucoup de temps libre. Ne pensez pas que je parle d’une station balnéaire. Non, je viens de sortir de l’hôpital. Mes proches se montrent bien sûr compatissants et s’inquiètent pour moi, mais je suis tout simplement heureuse ! © Подслушано / Vk

  • Lorsque mon frère a démarré son travail en tant que policier, il a découvert qu’il devait passer beaucoup de temps tout seul dans sa voiture de patrouille, et que des heures d’ennui succédaient à de véritables moments de peur. Et puis un jour, alors qu’il était en train d’y penser, il a vu un sans-abri très sale, allongé par terre. Il est allé vérifier s’il respirait encore. L’homme a eu du mal à ouvrir ses yeux ternes. Mon frère lui a demandé si tout allait bien. Le sans-abri a ricané. Mon frère allait partir, mais il s’est arrêté pour demander : “Pour quoi vivez-vous ? Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ?”. L’homme a essayé de s’asseoir, sa mâchoire bougeait alors qu’il réfléchissait à la réponse. Il a finalement dit : “Demain sera un autre jour. Quelque chose de merveilleux peut arriver.” © Jay Bazzinotti / Quora

“C’est une minuscule forêt tropicale.”

Et toi, connais-tu des personnes vraiment positives ? Selon toi, comment un pessimiste peut-il devenir optimiste ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Partager cet article