10+ Ethnies qui se moquent des scientifiques en leur donnant de plus en plus d’énigmes à résoudre

Au XXIe siècle, la science a tout étudié et on a l’impression qu’il n’y a plus de mystères. Les généticiens sont venus en aide aux ethnologues et ont éclairci l’histoire de la provenance de nombreuses ethnies, mais ils ont également ajouté de nouvelles énigmes. Par exemple, comment se fait-il que les Indiens soient arrivés en Europe avant que les Européens ne découvrent le Nouveau Monde ?

Chez Sympa, nous aimons fouiller dans tout ce qui est mystérieux, c’est pourquoi nous avons aujourd’hui dressé une liste des peuples dont l’origine est toujours un mystère pour les scientifiques.

Les Islandais

Il semblerait que tout soit clair quant à l’origine de ce peuple : au IXe siècle, l’Islande a commencé à se peupler de Normands venus de Norvège, et l’île avait également des liens étroits avec le Danemark. Cela signifie que les Islandais sont issus de ces populations Nordiques. De nombreuses études génétiques confirment cette conclusion, ajoutant que les fondateurs de l’Islande comprenaient également des personnes originaires d’Irlande et d’Écosse.

Mais une autre recherche menée par des généticiens a révélé d’autres ancêtres : les Amérindiens. Selon l’investigation de chercheurs espagnols et islandais, le premier Amérindien arrivé en Europe pourrait être une femme amenée en Islande par des Normands il y a plus de mille ans. Elle y a laissé une descendance, et certains des autochtones de l’île sont porteurs de son ADN.

Les Arméniens

Les Arméniens sont considérés comme l’une des plus anciennes ethnies vivantes. Selon la théorie la plus répandue, les Arméniens en tant que groupe ethnique se sont formés entre le XIIIe et le XVIe siècle avant J.-C. sur le territoire du haut-plateau arménien, et leurs ancêtres étaient des habitants du royaume d’Ourartou et des Hourrites. Selon une autre version, la langue arménienne est apparentée aux langues grecque et indo-iranienne, ce qui signifie qu’il existait une communauté arméno-grecque-indo-iranienne unique. Les adeptes de cette hypothèse pensent que le haut plateau arménien serait le berceau de la langue proto-indo-européenne, dont sont issues la plupart des langues modernes.

Les Berbères

Les Berbères sont un groupe ethnique vivant en Afrique du Nord, notamment au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Libye. Beaucoup d’entre eux ont la peau claire et les yeux bleus, et les chercheurs se demandent depuis la nuit des temps comment ces tribus sont arrivées sur le continent africain.

Selon certaines versions, les Berbères sont d’origine européenne. Cette idée est étayée du fait que leur langue est similaire aux langues du groupe celtique. Les généticiens confirment que les premiers colons qui ont occupé l’Irlande sont génétiquement identiques aux Berbères. Ainsi, ces deux peuples apparemment différents ont probablement des racines communes.

Les Guanches

Les Guanches sont les populations autochtones de Tenerife. Aujourd’hui, il ne reste de ce peuple que le nom de famille Guancha, courant sur l’île. À la fin du XVe siècle, ce peuple avait en partie été exterminé et en partie mêlé aux Espagnols.

Selon les colons européens, les aborigènes de Tenerife avaient la peau claire, parfois des yeux gris ou bleus et des cheveux bruns ou roux. La science moderne pense que les Guanches sont apparentés aux Berbères, un groupe de peuples qui habitaient l’Afrique du Nord. Mais voici le mystère : les Canaries sont situées à environ 100 kilomètres de l’Afrique du Nord, et les Guanches n’ont pas du tout développé la construction navale. On ignore toujours comment ils ont réussi à se rendre à Tenerife.

Les Tatars

Toutes les tribus nomades et sédentaires qui ont envahi la Rusʹ de Kiev sont inscrits comme ancêtres des Tatars. Parmi eux, on trouve les Polovtsiens, les Pincenates, les Proto-Bulgares, les Khazars et, bien sûr, les Tatars-Mongols. Les généticiens doutent beaucoup de ce dernier peuple dans la liste : ils ont trouvé très peu de gènes de la Horde parmi les Tatars modernes.

En général, l’analyse de l’ADN montre que les principaux groupes régionaux de Tatars (ceux de la région de la Volga, de la Sibérie et de la Crimée) n’ont pas d’ancêtres communs, c’est-à-dire qu’il s’agit en fait de peuples différents. Par exemple, l’élément finno-ougrien est très répandu dans le sang des Tatars de la région de la Volga, et les Tatars de Sibérie ont trouvé des parents parmi les peuples du Caucase occidental et même du Grand Nord.

Les Parsis

Cette ethnie vit dans l’ouest de l’Inde et pratique le zoroastrisme. Ils constituent la communauté la plus riche et la plus éduquée du pays. Les Parsis ont créé la première bourse, la première aciérie, la première université, le premier hôpital public, le journal, l’imprimerie et même le studio de cinéma en Inde.

Selon les légendes, ce peuple a fui l’Iran parce qu’on lui interdisait de pratiquer sa religion. Les Parsis ont été autorisés à rester en Inde à trois conditions : ils devaient parler la langue locale, observer les coutumes matrimoniales du pays et ne pas porter d’armes. Dès lors, les Parsis se sont intégrés assez harmonieusement dans la communauté des Indiens, mais ils se distinguent par leur religion et leurs traditions particulières.

Les recherches généalogiques sur l’origine des Parsis ont donné des résultats contradictoires. L’une de ces études suggère que ces peuples ont pu conserver leurs racines perses en évitant les mariages mixtes avec la population locale. Une autre affirme qu’il y a beaucoup plus d’indien que d’iranien dans leur ADN. Une étude de 2017 a d’ailleurs révélé que les Parsis sont génétiquement plus proches des Iraniens néolithiques que des Iraniens modernes.

Les Houtsoules

La signification du mot “houtsoul” fait encore l’objet de discussions. Certains spécialistes pensent que l’étymologie du mot remonte au moldave “gots” ou “houts”, qui signifie “brigand”. D’autres suggèrent qu’il est lié au slave “kochoul”, qui signifie “chevrier”. Selon le spécialiste des sciences culturelles Oleg Gutsulyak, l’ethnonyme de ce peuple dérive de l’ossôte (sarmatien) “gytssyl” — “petit, jeune”.

Les origines des mystérieux Houtsouls étourdissent les scientifiques. Selon l’une des versions les plus répandues, ce peuple descend des Croates blancs, une tribu slave orientale qui vivait dans la région des Carpates. Cependant, les Houtsouls sont si différents des autres peuples slaves que l’on est tenté de chercher leurs origines ailleurs. Ainsi, il existe une théorie selon laquelle ils ont des racines roumaines ou même turques. Selon une autre version, ce peuple vient des Goths et des Sarmatiens, donc les parents des Houtsouls pourraient bien être les Ossètes.

Les Bourouchos

Les Bourouchos, également appelés peuple de l’Hunza, vivent dans les territoires du nord du Cachemire. Il existe un mythe selon lequel ils vivent plus de 100 ans et ont une santé remarquable. En fait, ces rumeurs sont propagées par le dirigeant local. L’espérance de vie moyenne des Bourouchos n’est que d’environ 50 ans et, malheureusement, ils ne peuvent pas se vanter d’avoir une santé de fer.

Néanmoins, le peuple de l’Hunza a attiré l’attention des scientifiques de tous les continents. Le fait est que leur langue ne ressemble à aucune autre dans le monde. Les chercheurs ont trouvé certaines affinités entre les dialectes des Bourouchos et celles des Сaucasiens ; des similitudes avec le français dans les systèmes de comptage et de numération, ainsi qu’un certain nombre de noms de famille et de mots rappelant le hongrois. Il existe même une théorie selon laquelle les Bourouchos et les Hongrois sont apparentés : tous les deux pourraient descendre des Huns.

Les Youkaghirs

L’un des plus anciens peuples de Russie vivant sur les rives du fleuve Kolyma pose beaucoup de questions ethnologiques. Premièrement, ils ont deux langues, et elles sont si différentes que leurs locuteurs natifs ont peu de chances de se comprendre. Deuxièmement, ces langues n’appartiennent pas au même groupe et les linguistes supposent qu’il existait une famille Oural-Youkaghir. En d’autres termes, il y a une théorie selon laquelle les Youkaghirs sont apparentés aux locuteurs des langues ouraliennes, qui comprennent les peuples finno-ougriens, dont les Hongrois.

Les Britanniques

Avec les Britanniques, tout semble évident : ils descendent des Celtes, des Vikings, des Romains, des Anglo-Saxons et des Normands. Mais il y a encore la toute première population des îles britanniques, dont on ne sait presque rien. Le généticien médical Stephen Oppenheimer a suggéré que les ancêtres communs des Britanniques sont arrivés d’Espagne il y a environ 16 000 ans et parlaient à l’origine une langue proche du basque. En tout cas, ce sont leurs gènes qui sont les plus forts chez tous les habitants de l’Albion Brumeux. Les résultats des études génétiques montrent par ailleurs que les Anglais, les Gallois, les Écossais et les Irlandais sont largement identiques dans leur génotype.

Les Ewenkis

Les habitants du nord de la Sibérie, dont beaucoup pratiquent encore l’élevage de rennes, suscitent de vifs débats chez les ethnologues. Selon une version, les Evenkis étaient à l’origine des agriculteurs et vivaient beaucoup plus au sud, en Mandchourie. C’est ce qu’indique notamment l’ophiolâtrie, très répandu chez les peuples du Sud. D’autres pensent qu’il est plutôt illogique que des habitants sédentaires du sud migrent soudainement vers le nord, beaucoup moins confortable, et maîtrisent l’élevage de rennes.

Les Gagaouzes

Les Gagaouzes sont un peuple turcophone vivant au cœur de l’Europe, dans les Balkans. Les scientifiques n’arrivent toujours pas à comprendre qui ils sont exactement et comment ils sont arrivés là. Certains chercheurs pensent que les Gagaouzes sont des descendants des Pincenates, d’autres les considèrent comme des ancêtres des Turcs seldjoukides, et d’autres encore comme des Bulgares. Certains admettent que la langue turque a été empruntée, et que les ancêtres de ce peuple sont indigènes aux Balkans. Les généticiens ne savent pas non plus éclaircir ce mystère : dans un échantillon, on a découvert que les Gagaouzes avaient des gènes balkaniques, et dans d’autres, des racines turques.

Les histoires d’origine de tous ces groupes ethniques sont assez alambiquées et étonnantes. Quelle est, à ton avis, la nation la plus mystérieuse de la planète ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Partager cet article