Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Ce jeune homme de Podolsk, qui n’a pas pu intégrer une école d’art, dessine maintenant pour Hollywood

1-15
571

Une grande majorité de personnes se plaignent car elles ont besoin d’un certain nombre de conditions favorables pour progresser. Mais Maxime Kostenko de Podolsk, qui a déjà parcouru un long chemin depuis sa carrière d’emballeur d’usine jusqu’à celle d’illustrateur pour les plus grands studios hollywoodiens, n’est pas de cet avis.

Chez Sympa, nous avons été très touchés par l’histoire de Maxime, et nous te proposons maintenant de la découvrir et te rappeler qu’avec un peu de bonne volonté, tout est possible dans la vie.

Commençons par le commencement : l’illustrateur indépendant actuel de DreamWorks n’a pas de formation spécialisée en graphisme. Pendant de nombreuses années, la passion de Maxime pour le dessin est restée au stade de loisir. Après le lycée, le futur illustrateur a quand même tenté de s’inscrire à l’école de graphisme au sein de l’université locale, mais il a lamentablement échoué au concours d’entrée. Comme l’avoue Maxime lui-même, il n’avait pas les bases.

Il a donc intégré la fac de droit, mais cette formation ne lui procurait aucune joie : il y avait peu de place pour la créativité dans cette matière. En parallèle, il travaillait en tant qu’emballeur à l’usine et en tant qu’ouvrier sur un chantier de construction pour survivre. Mais même durant cette période, Maxime n’a pas abandonné le dessin et a commencé à s’initier seul à Photoshop. En fin de compte, son zèle et sa persévérance ont fini par payer : il a décroché un poste de graphiste dans un petite agence de publicité.

Les travaux de Maxime pour le film Les animaux fantastiques
(Fantastic Beasts and Where to Find Them, 2016)

Au fil du temps, l’ambition a conduit notre héros dans une agence de communication plus grande, où il a découvert la peinture numérique. Il se passionne pour cette discipline et commence à dessiner puis à mettre ses œuvres en ligne. Ensuite, l’artiste décide de se mettre à son compte mais il reçoit souvent des refus par manque d’expérience. Mais cela ne l’arrête pas et au contraire, le motive davantage.

L’illustrateur autodidacte a fini par se faire connaître dans le milieu, il a développé sa clientèle et a quitté l’agence de pub. C’était un acte audacieux mais, selon l’artiste — et même après dix années de travail à domicile — il n’a jamais regretté son geste. Car la longue liste de clients satisfaits (parmi lesquels figurent même Volkswagen et Mercedes-Benz) a mené Maxime aux sommets d’Hollywood.

Dans cette partie de l’article, de nombreux lecteurs auraient aimé trouver une longue histoire de la lutte de Max pour sa place sous le soleil d’Hollywood. Mais elle n’a pas lieu d’être. Il travaillait dur et trouvait toujours des clients intéressés. Après une série de commandes exécutées avec succès, un agent français a contacté Maxime directement, et l’a mis en lien avec plusieurs firmes multinationales. Par la suite, Maxime a trouvé tout seul de nouveaux agents aux États-Unis et en Grande-Bretagne et a atterri dans le milieu du cinéma.

Maxime dit : “Il n’y a pas de secret. Devenez expert dans votre domaine, et le travail vous trouvera tout seul”.

Les croquis et l’image finale du monstre dans le film Monster cars (Monster Trucks, 2016)

Sa première grande mission au cinéma était le film Monster cars. Au stade de développement du concept, le studio n’arrivait pas à trouver un illustrateur qui saisissait pleinement la pensée du réalisateur. L’une des dessinatrices du film s’est alors souvenue de Maxime et a suggéré de le contacter. Le jeune homme, qui n’avait aucune expérience dans le monde du cinéma, devait créer d’effroyables monstres qui seraient à la fois amusants pour les enfants et suffisamment “monstrueux ”. Et il a réussi ce pari !

“La création de personnages de cinéma est un milieu assez étroit où tout le monde se connaît. Donc si tu fais bonne impression, l’information se répand rapidement.”

La mission suivante du jeune illustrateur était de travailler sur le premier volet de la série de films sur Les animaux fantastiques. Et même si un grand département d’illustrateurs travaillait sur la conception des personnages, Maxime affirme que la plupart des créatures du film ont quelque chose de lui. En revanche, le demiguise, cette charmante créature magique est à 95% son bébé. Seul son nez a légèrement été modifié.

La conception et l’image finale du demiguise dans le film Les animaux fantastiques (2016)

Et plus encore : Maxime a été chargé du film Kong : Skull Island ainsi que le deuxième volet des Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald. Cette fois-ci, il a contribué à l’univers d’Harry Potter en créant le “chat” Zouwu car les dessinateurs n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur la forme à donner à la bête. Max s’est inspiré de la mythologie chinoise et son idée a été adoptée, même si par la suite, dans la version finale, le monstre a été modifié.

La conception et l’image finale du Zouwu dans le film Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald (Fantastic Beasts: The Crimes Of Grindelwald, 2018)

Récemment, Max a travaillé sur le film Pokémon Détective Pikachu (Pokémon Detective Pikachu) et a rendu visite au réalisateur de Pirates des Caraïbes, Gore Verbinski, en Californie pour développer de concert le projet de studio Paramount Pictures. Maxime propose également des cours en ligne et mène un blog. Bref, la vie de l’artiste bat son plein.

Maxime Kostenko et le réalisateur Gore Verbinski (Pirates des Caraïbes, Rango)

Selon Maxime, travailler à domicile avec des partenaires étrangers a de nombreux avantages : personne ne contrôle le processus de création, ne regarde par-dessus son épaule et ne fait de corrections incohérentes. Ils imposent des délais précis, offrent un bon salaire et font entièrement confiance à son expertise.

Mais il n’a jamais songé à déménager, même après son déplacement en Californie, cet État où le soleil brille toute l’année.

“J’étais un peu déconcerté car tout le monde a l’impression que dès que tu réussis dans un domaine, tu dois obligatoirement déménager ailleurs. Pour le moment, je n’ai aucune raison de fuir. J’ai toujours vécu à Podolsk, mes amis et ma famille sont ici. Je vis à côté d’une forêt, l’air est très pur. Et puis, tout me convient ici.”

Les travaux pour le film Pokémon Détective Pikachu (2019)

Pour finir, un dernier conseil de Maxime à ceux qui veulent conquérir Hollywood mais aussi à tous les autres :

“L’essentiel est de faire ce que tu aimes. Tu ne pourras pas être motivé par l’argent ou la carrière éternellement : tôt ou tard, quelque chose se brisera en toi”.

Et toi, accepterais-tu de quitter ton pays si tu exerçais un métier très prisé ? Et si c’est déjà fait, n’hésite pas à nous faire part de ton histoire dans les commentaires !

1-15
571