Sympa
Sympa

16 Principes de savoir-vivre à table que l’on ignore souvent alors qu’ils simplifient pas mal la vie

Mâche la bouche fermée, ne mets pas tes coudes sur la table... Rares sont ceux qui ignorent ces consignes de base de la bonne conduite à table. Pourtant, parmi ces grandes règles de l’étiquette, il y a aussi des nuances, car chaque plat nécessite une conduite particulière. Ainsi, il existe des règles pour déguster non seulement des mets exotiques comme les rāmen ou les dimsums, mais aussi pour une vulgaire banane, qui, on le découvre, se mange en fait avec un couteau et une fourchette.

Chez Sympa, nous nous penchons aujourd’hui pour toi sur les subtilités que requièrent certains plats. Nous espérons que nos conseils t’aideront à les consommer avec classe et habileté.

Ne cherche pas à attraper les olives avec ta fourchette

Il y a différentes façons de manger les hors-d’œuvre. Par exemple, on prend les olives dans la coupelle avec ses doigts et on les porte à la bouche. Pour les bâtonnets de concombre, on se sert de sa fourchette pour en piocher et mettre dans son assiette. Quant aux accompagnements épais, comme la sauce salsa, on se sert de la cuillère de service, on en met dans son assiette pour ensuite consommer les aliments avec sa fourchette.

Ne retourne pas le poisson servi entier

Lorsque l’on nous sert des filets de poisson, cela pose rarement problème : on les mange simplement avec un couteau et une fourchette. Mais comment faire quand on a dans son assiette un poisson entier avec les arêtes, la queue et même la tête ?

Selon les traditions asiatiques, la chair se consomme avec une fourchette à poisson, en allant de la tête vers la queue. Quand tu as fini de manger la moitié supérieure, surtout ne retourne pas le poisson. Il faut soulever la colonne vertébrale avec son couteau à poisson, la libérer de la chair et pousser les déchets dans un coin de l’assiette. Au restaurant, évite de toucher à la tête et à la queue.

La banane, la pastèque et le kaki se mangent avec des couverts

Lorsque tu prends une banane, une pastèque ou un kaki, évite de les porter à ta bouche tout de suite. Pour la banane, par exemple, il est d’usage de la peler d’abord et de poser la peau sur le bord de l’assiette. Ensuite coupe quelques tranches avec un couteau et mange-les avec ta fourchette. Entre amis, on enlève la peau et on déguste avec les mains.

C’est plus délicat pour le kaki. Souvent, il a une peau amère qu’il vaut mieux ne pas consommer. Pour cela, on coupe le kaki en deux et on mange la pulpe avec une cuillère. On peut également placer le fruit dans l’assiette, la tige en bas, et le couper en quatre. Ensuite on coupe chaque quartier en petits morceaux et on les déguste avec le couteau et la fourchette.

La pastèque, elle aussi, se mange avec une fourchette. Entre amis, tu as droit d’y mordre dedans directement. Dans les événements d’affaires, on commence par retirer les graines avec sa fourchette et on les met dans un coin de l’assiette. Après, tu peux couper un morceau avec la pointe de ta fourchette et la porter à la bouche également à l’aide du couvert.

Prends une tasse de thé avant de déguster les dimsums

Le dimsum est tout un ensemble de mets. Il ressemble à plusieurs préparations garnies, à peine plus grosses qu’une bouchée. Il peut s’agir de boulettes aux crevettes, de petits pains farcis de porc et cuits à la vapeur ou encore de boules recouvertes de sésame. Même si les plats varient, il y a une seule et même façon de les consommer.

Avant de déguster des dimsums, il faut boire une tasse de thé. D’après la tradition, le thé devrait te préparer à savourer le goût unique du plat. N’oublie pas qu’il doit s’accorder avec les dimsums. Cela vaut le coup de demander conseil au serveur si tu ne sais pas quel thé choisir.

Сes mets se mangent avec des baguettes. Toutefois, si tu as du mal à les manier, tu peux utiliser une fourchette. Si le panier avec les dimsums est de l’autre côté de la table, tu dois te lever, aller vers la personne assise à côté et lui demander de te le passer. De plus, tu peux consommer du riz doux entre différentes variétés de dimsums, car cela “nettoie” les papilles.

Ce repas doit être dégusté tant qu’il est chaud. Attention, n’en mange pas trop ! Le nom de ce plat signifie “toucher le cœur”. Les portions sont si petites pour en savourer le goût, pas pour se rassasier.

N’hésite pas à toucher les moules avec tes mains

On sert les moules de différentes façons, parmi les plus populaires les moules vapeur dans un bouillon. Les moules se mangent avec les doigts, une fourchette et une cuillère. Dans un bon restaurant, le plat est accompagné d’un récipient pour jeter les coquilles et d’un bol pour se rincer les doigts.

Tiens la coquille avec une main, la fourchette avec l’autre. Tu peux retirer la chair avec la fourchette, la tremper dans le bouillon et la mettre dans la bouche. Tu peux consommer le bouillon avec une cuillère ou y tremper des morceaux de pain, piqués sur la fourchette. Pense à aussitôt déposer la coquille dans le récipient prévu à cet effet.

D’ailleurs, il est de coutume de manger les huîtres de la même manière. Dans un cadre décontracté, tu peux porter le fruit de mer à la bouche et boire le jus directement à la coquille, sans faire trop de bruit. Mais lors d’un repas protocolaire, c’est inacceptable.

Si tu as des fèves edamames en amuse-gueule, mets les baguettes de côté

Les fèves de soja edamame sont depuis longtemps allées au-delà de la cuisine asiatique traditionnelle et sont devenues un apéritif populaire dans le monde entier. Et pourtant, nous sommes nombreux à commettre l’erreur de les consommer avec des baguettes. Devant une assiette d’edamames, saupoudre généreusement les fèves de sel. Prends-en une avec tes doigts et porte-la à la bouche.

Pousse les fèves hors de la cosse directement dans la bouche. Ainsi, tu auras un peu de sel à chaque bouchée. L’edamame se déguste aussi bien froid que chaud. C’est une collation très saine !

En dégustant les rāmen, n’hésite pas à aspirer bruyamment

Non, ce n’est pas une blague ! Tu as sans doute entendu dire que les Japonais font du bruit en mangeant pour faire savoir au chef cuisinier qu’ils apprécient le repas. Cependant, dans la culture occidentale, faire pareil n’est pas très bien vu. Donc, aussi amusant que cela puisse paraître, il faut apprendre à réguler tes bruits de bouche en fonction de la situation.

Les subtilités pour consommer les rāmen ne s’arrêtent pas là. Il est important de savoir que cette soupe se consomme rapidement. Mieux vaut se dépêcher pour que les nouilles ne ramollissent pas dans le bouillon chaud. Si tu sens des gouttes de sueur sur ton front ou que ton visage devient rouge, c’est que ton rythme est bon.

On commence toujours par le bouillon. Les Japonais le boivent en portant le bol à la bouche et en écartant les nouilles avec une baguette. Mais si tu ne souhaites pas procéder ainsi, tu peux tout à fait utiliser une cuillère. Elle est normalement fournie avec le plat.

Après avoir dégusté le bouillon, passe aux nouilles. À l’aide des baguettes, attrape autant de nouilles qu’il t’est possible d’avaler. Si jamais tu as du mal à tout mettre dans ta bouche du premier coup, n’hésite pas à te servir des baguettes pour ramener les nouilles qui pendent dans ta bouche.

L’épi de maïs se consomme dans le sens des aiguilles d’une montre

Non, ce n’est pas une blague. Il existe vraiment une technique pour manger le maïs ! Les gens consomment du maïs en épi depuis des siècles. Pour le faire avec un maximum d’élégance, on a même inventé des ustensiles.

Au fil des années, on est arrivé à la conclusion qu’il est plus pratique de manger le maïs avec les mains. Cependant, certaines règles sont indispensables. Par exemple, évite de beurrer tout l’épi ou de le saupoudrer d’épices. Cela se fait à plusieurs reprises, en les mettant sur quelques rangées de graines uniquement.

Idéalement, le maïs se sert sur une pique à brochette, mais si ce n’est pas le cas, attrape l’épi aux extrémités. On mange quelques rangées à la fois, en allant de gauche à droite. Le tout, proprement et sans faire trop de bruit.

Après avoir reposé l’épi dans ton assiette, pense à t’essuyer la bouche avec une serviette. Assure-toi que tes mains sont propres avant de toucher d’autres objets sur la table. Évite d’enlever les résidus de maïs de tes dents devant tout le monde.

Ne tripote pas la queue de la crevette avec le couteau et la fourchette

Les crevettes se présentent de différentes façons. Par exemple, il existe des cocktails de crevettes servies dans un verre avec de la sauce. Dans ce cas, elles se mangent avec une fourchette à fruits de mer. Tu es libre de t’y attaquer comme tu veux : couper la crevette avec fourchette et couteau, la manger en plusieurs bouchées en la trempant dans de la sauce ou simplement mettre la crevette entière dans la bouche.

Pourtant, avec des crevettes frites, tout n’est pas permis. Le plus souvent, elles sont servies avec la queue, qu’il faut prendre à la main pour mordre la partie pelée de la crevette.

Les crevettes servies sur un cure-dent en apéro ne posent pas de problème. Tu peux prendre le cure-dent, tremper la crevette dans de la sauce et la porter à la bouche.

Lorsque tu presses du jus de citron sur les crevettes, pense à couvrir le citron avec ta main pour éviter d’éclabousser tes voisins. Si tu partages la saucière avec un autre convive, n’y trempe pas tes crevettes déjà entamées, c’est impoli et peu hygiénique. Dans ce cas, tu peux récupérer de la sauce dans la saucière à l’aide d’une cuillère et la mettre dans ton assiette.

Les crevettes non décortiquées sont les plus salissantes. Il faut attraper le crustacé avec les doigts, puis détacher la tête et la queue. Ensuite, on introduit l’ongle du pouce sous la carapace et on en retire la chair. Au restaurant, tu auras à ta disposition un récipient séparé pour jeter les carapaces.

Coupe les sandwichs et les hamburgers pour simplifier leur consommation

Te voilà devant un club sandwich géant et tu réalises que ta bouche n’est pas assez grande pour le mordre directement. Pas de panique. Retire le cure-dent servant à retenir le sandwich. Enlève le dessus et place-le sur le bord de l’assiette. Prends un couteau et une fourchette et mange morceau par morceau.

On peut commencer par couper le burger en deux et consommer chaque moitié avec ses mains. Parfois, on les coupe en quartiers, cela dépend de la taille.

De plus, tu peux utiliser la fourchette pour retirer les ingrédients qui posent problème. Par exemple, une tomate sur le point de tomber. Dépose-la sur le bord de l’assiette et mange-la à la fourchette et au couteau.

Commence par les fromages mous du plateau de fromages

En général, le fromage se mange avec du pain, tout en se rappelant que c’est le fromage qui est la star. Ne fais pas de sandwichs avec des tranches de pain épaisses, coupe-le plutôt en petits morceaux. On prélève d’abord le fromage mou sur le plateau, on le met sur une bouchée de pain qu’on mange avec ses doigts. Quant aux fromages à pâte dure, ils se piquent et se mangent à la fourchette ou également à l’aide du pain, à la main.

Il faut commencer par les fromages les plus doux et passer progressivement aux plus odorants. Les fromages à pâte persillée sont les plus forts en goût et en odeur, à consommer donc en dernier. Si tu commences par ce type de fromage, tu ne pourras pas pleinement profiter du goût des variétés douces et crémeuses.

Pas besoin de peler les pommes de terre, sans pour autant manger la peau

Il y a plusieurs façons de consommer les pommes de terre au four. La plus courante consiste à couper la patate dans le sens de la longueur avec un couteau et d’écraser l’intérieur de chaque moitié avec une fourchette. Si tu souhaites ajouter du beurre ou des épices, tu dois également les écraser dans le chair. Ensuite, on prend des bouchées de pomme de terre de la peau avec une fourchette.

Cela dit, manger des patates avec la peau n’est pas nécessaire. Tu peux prendre la chair avec une fourchette dans ton assiette et seulement ensuite l’assaisonner ou la beurrer. Il suffit de repousser la peau sur le bord de l’assiette. Souviens-toi qu’on beurre les pommes de terre à la fourchette, pas au couteau.

Coupe les pommes, les pêches et les poires en morceaux

Les pommes, les pêches et les poires se mangent avec les mains. Sauf que quand on connaît l’étiquette, on les découpe d’abord. Mordre directement dans le fruit serait un faux pas.

On coupe la pomme en quatre et on enlève les pépins de chaque quartier. La même tactique s’emploie pour les poires. Les pêches se coupent en deux, puis on retire le noyau et on mange les moitiés avec les mains.

Ne touche pas la fourchette avec tes lèvres lorsque tu manges une fondue au fromage

Comme la fondue est toujours servie dans un récipient collectif, on n’y trempe jamais les morceaux déjà entamés. Ce plat se savoure à l’aide d’une pique ou d’une fourchette à fondue avec un long manche. Puisque tu trempes la fourchette plusieurs fois dans le caquelon, il ne faut pas qu’elle entre en contact avec tes lèvres ou ta langue. Tu dois planter tes dents dans le pain et le retirer de la fourchette sans la toucher.

Après avoir plongé le pain dans le fromage, ne le retire pas aussitôt. Cela permet d’enlever l’excédent et évite de salir la table. Ne tiens pas trop longtemps ton bout de pain plein de fondue. Tu peux toujours le déposer dans ton assiette et le manger après.

Le pain se déguste de différentes façons

Le pain est un aliment aux multiples facettes qui se mange de différentes façons. Le pain mou, comme les petits pains et les cakes, se coupe en deux. On coupe de petits morceaux de la taille d’une bouchée de ces moitiés. Le pain dur, comme le pain grillé, se coupe avec un couteau en deux ou en quatre et se mange avec les mains.

Le pain chaud doit être tenu par les bords. Pas besoin de le casser en morceaux et en beurrer chaque bout, comme c’est le cas avec du pain froid. Tu peux étaler du beurre sur toute la tranche de pain chaud et la manger avec tes mains.

Les gressins sont également badigeonnés de beurre sur toute la longueur. Pour faire le moins de miettes possible, on casse le bâtonnet en deux avant de le croquer. Par ailleurs, mieux vaut ne pas prendre les croûtons gras avec les mains. Ils sont servis déjà beurrés, on les pose donc sur les aliments avec une cuillère.

Vérifie la profondeur de l’assiette avant de t’attaquer aux pâtes

Cela peut surprendre, mais le choix des couverts pour les pâtes ne dépend pas de leur forme, mais de l’assiette dans laquelle elles sont servies. Si les pâtes sont servies dans une assiette plate, comme c’est le cas des spaghettis, alors tu dois utiliser une fourchette. En revanche, les raviolis, servis dans une assiette creuse, se dégustent à la cuillère.

La forme détermine si l’on enroule les pâtes ou si l’on les coupe. On enroule les pâtes fines autour des dents de la fourchette. On prélève quelques pâtes de sorte qu’elles ne pendent pas de la fourchette et que tu puisses les mettre proprement dans ta bouche. Les pâtes larges ou volumineuses, comme les lasagnes ou les raviolis, doivent être coupées en petits morceaux avant de les consommer.

Quel plat commandes-tu le plus souvent au restaurant ? Sais-tu le manger correctement ?

Sympa/Conseils/16 Principes de savoir-vivre à table que l’on ignore souvent alors qu’ils simplifient pas mal la vie
Partager cet article