Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Vêtements que les parents avertis n’achèteront jamais à leur enfant

Aujourd’hui, les parents sont certains de tout savoir sur les vêtements pour enfants, et même plus. Si c’est du coton, alors on veut seulement du cent pour cent ; pour les synthétiques, on dit “Non, merci.” Le style doit être à la mode, la couleur pertinente, et l’apparence harmonieuse. Hélas, parfois, même des habits attrayants et de bonne qualité peuvent cacher de gros inconvénients, que les parents ne connaissent pas au moment de l’achat.

Chez Sympa, nous souhaitons nous rendre utile à nouveau ; nous avons donc dressé une liste de vêtements qui ne devraient pas faire partie de la garde-robe d’un enfant.

1. Vêtements avec des boutons décoratifs, des paillettes et des perles

Les vêtements pour enfants ne doivent pas être chargés d’éléments décoratifs. L’enfant curieux peut les arracher, les mettre dans son nez, dans ses oreilles ou les avaler, car ces éléments attirent son attention par leur brillance et leur couleur. Par ailleurs, les boutons les plus courants peuvent constituer un danger pour l’enfant. Cousus à l’usine, souvent, ils ne tiennent pas très bien et on doit toujours vérifier les nouveaux vêtements après l’achat.

  • J’ai été choquée récemment lorsque j’ai trouvé un petit bouton de chemise dans la couche de mon bébé. Nous n’avions pas remarqué que notre fille l’avait avalé. On aurait été fous d’inquiétude. C’est bien que le bouton soit sorti tout seul ! Je me reproche encore de ne pas avoir été assez vigilante. © Amina / V-dome-deti

2. Écharpe longue

L’écharpe d’un enfant, inoffensive à première vue, représente un danger potentiel pour ceux qui sont agités. Sur une aire de jeux, en présence de toboggans, escaliers et autres structures d’escalade, l’enfant peut en un rien de temps s’accrocher avec son écharpe sur l’une des structures. Il lui sera difficile, voire impossible, de s’en sortir sans l’aide d’un adulte. Dans certains pays, il est même interdit aux parents de mettre des écharpes à leurs enfants lorsqu’ils fréquentent les établissements scolaires.

Bien que nous vivions dans le nord, je ne mets pas d’écharpe à mon bébé. Cela ne m’est jamais venu à l’esprit. Pour un enfant plus grand, ce n’est pas commode non plus, car il peut s’accrocher avec. Il est préférable de choisir des vêtements d’extérieur avec un col qui couvre bien ou, si besoin, rajouter un tour de cou, pour que tout soit fermé. Je me souviens à quel point j’étais toujours mal à l’aise avec mon écharpe lorsque moi-même j’étais petite, mais il m’était interdit de l’enlever ! © Grajdanka / Deti.mail

3. Cols roulés trop serrés

Le col roulé est un habit polyvalent et pratique, mais il a aussi ses inconvénients. Il n’est pas facile à enfiler : la tête passe difficilement, l’enfant est irrité et éprouve des sensations désagréables. En conséquence, on a un enfant énervé et ses parents le sont également. Par ailleurs, un col étroit peut provoquer des maux de tête, si le sang a du mal à circuler, ou une irritation due au contact étroit de la peau délicate avec des tissus, en particulier avec des synthétiques de mauvaise qualité.

  • Mon enfant a peur d’enfiler des vêtements par en-haut, en particulier les cols roulés. Elle en devient hystérique. Si tout à coup, la tête ne passe pas tout de suite et elle reste coincée pendant une seconde, elle panique, cherche à arracher le vêtement et se met à pleurer. Il nous faut une séance de méditation à voix haute avant de commencer à s’habiller. © Lélka / Otvet.mail

4. Vêtements sombres sans éléments réfléchissants

Souvent, les parents optent pour des vêtements de couleur foncée, moins salissants et pratiques, mettant ainsi en danger la sécurité de leurs enfants. Non seulement on peut facilement perdre de vue son enfant dans la foule, mais les automobilistes aussi peuvent ne pas remarquer le petit piéton dans le noir. Donc, plus il y a d’éléments réfléchissants sur ses vêtements, mieux c’est.

Chez nous en Estonie, des contrôles ont lieu aux abords des écoles et des collèges : le matin, alors qu’il fait encore noir, les représentants de la police vérifient avec leur lampe de poche la présence d’éléments réfléchissants sur chaque enfant. Ceux qui en ont sont félicités, ceux qui n’en ont pas, en reçoivent gratuitement. Il est dangereux ici de se trouver dans la rue sans de tels dispositifs, on ne le dira jamais assez. C’est tout à fait compréhensible : la nuit tombe tôt, les hivers sont enneigés, et il fait très sombre. © Ninaninja / Pikabu

5. Chaussures “stylées” qui pèsent lourd ou chaussures plates

Les chaussures à la mode et colorées peuvent s’avérer lourdes et pas très confortables. Les fabricants peu scrupuleux accordent souvent la priorité à l’apparence de leurs produits et ignorent les besoins anatomiques du pied de l’enfant. Les baskets lourdes avec une semelle épaisse sont peu confortables pour courir et pour jouer, et l’enfant lui-même se fatigue plus vite quand il les porte.

Les baskets et autres chaussures en tissu à semelles plates en caoutchouc sont également à risque. L’absence de talon et de soutien de la voute plantaire augmente la probabilité de développer le pied plat plus tard.

  • Je vais te dire comment j’appelle ces chaussures. " Footkiller " (qui tue les pieds). J’ai porté les mêmes au collège. Un an m’a suffi pour toute la vie. Maintenant, j’ai des palmes à la place des pieds. © Peshkom4ever / Pikabu

6. Manteaux et doudounes à capuche volumineuse et fourrure épaisse

Les capuches volumineuses rendent le champ de vision limité et peuvent provoquer une tragédie. L’enfant n’est pas capable d’évaluer correctement la situation, ce qui est extrêmement dangereux, en particulier lorsqu’il traverse la route ou marche dans l’obscurité. De plus, comme dans le cas de l’écharpe longue, la capuche du manteau peut facilement s’accrocher à tout et n’importe quoi sur le terrain de jeux.

  • J’espère que tu es conscient à quel point cette capuche est dangereuse pour l’enfant ? On n’entend ni ne voit absolument rien avec. Les enfants sont inattentifs, et c’est aux parents de faire mieux qu’eux. J’ai moi-même un manteau avec une capuche comme celle-ci, alors c’est mon mari qui m’aide à traverser la route, car je ne vois que devant moi. © Bella.Lestrange / Pikabu

7. Vêtements trop “adultes”

Ils ont l’air chics et stylés, mais peu confortables à porter. Les vêtements trop serrés, ainsi que ceux du style oversize, rendent difficiles les mouvements et ne sont pas commodes pour jouer ou courir. Essaie de battre un copain à la course lorsque tu portes un manteau chic ou un pantalon skinny, ou de jouer dans le bac à sable avec un jean aux genoux déchirés.

  • Les talons hauts et les T-shirts décolletés m’ont l’air horribles, et la plupart des hauts se font maintenant trop courts. Personnellement, je pense que les vêtements de l’enfant doivent correspondre à son âge : ils doivent être pratiques, confortables et faciles à porter. Les enfants doivent pouvoir jouer et se salir à volonté, au moins jusqu’à l’entrée au collège. © Anne-Marie Foster / Quora

8. Chaussures orthopédiques à talon dur

Il n’y a pas si longtemps, les pédiatres conseillaient aux parents de mettre à leurs enfants des chaussures avec un fond dur renforcé, un soutien pour la voute plantaire et un talon biseauté dès les premiers pas hésitants du bébé, et cela, même à l’intérieur. Ces chaussures orthopédiques sont plus hautes, plus rigides et plus lourdes et elles étaient la cause d’une gêne et de souffrances inutiles. Aujourd’hui, les bébés aux pieds bien formés n’ont pas besoin de chaussures orthopédiques ; elles sont achetées exclusivement sur prescription du médecin. Un autre type de chaussures est la chaussure à structure anatomique : elles sont plus légères et plus souples, et sont conçues pour empêcher le développement de pieds plats. Tout enfant peut les porter.

9. Vêtements avec une étiquette qui gêne

Si un enfant fait une crise de colère à la vue d’un T-shirt ou d’un pull, devient nerveux, se comporte d’une manière étrange en le portant, les parents devraient regarder de plus près ce vêtement. Ce n’est peut-être pas du tout la mauvaise humeur de l’enfant ou la qualité du tissu qui en est la cause, mais l’étiquette de marque ou celle avec des informations sur l’entretien. Ces éléments sont souvent d’une taille disproportionnée, leur tissu est rigide et les coins rugueux.

Je coupe toutes les étiquettes et élimine les restes. Personnellement, je suis gênée par le frottement, et je pense que le bébé en a besoin encore moins que moi. © natulika / Babyblog

Je déteste les étiquettes, je n’en laisse sur aucun de mes vêtements ! Avec mon attitude maniaque, je fais ceci : je les coupe soigneusement au ras, puis avec une aiguille et une pince à épiler, je retire ce qui reste par petits bouts, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien. © Olga / Babyblog

10. Bonnets serrés

Il est préférable d’acheter un bonnet qui correspond exactement à la taille de la tête de l’enfant. Un bonnet trop grand glisse et l’empêche de bien voir, tandis que celui trop serré frotte contre la peau délicate et laisse des marques sur le front, pouvant causer des maux de tête. Dans un bonnet synthétique trop petit, l’enfant va transpirer plus et pourra avoir des irritations.

  • Le bonnet de notre enfant était un bonnet coupe-vent, en matière synthétique, il transpirait énormément dedans. C’était comme l’effet de serre. Il vaut mieux en choisir un fait en tissu naturel, qui laisse passer l’air. © Mama / Baby

Quels types de vêtements ton enfant déteste-t-il porter et pourquoi ? N’hésite pas à nous laisser tes commentaires.

Partager cet article