12 Faits anciens sur l’éducation des enfants qui montrent à quel point la manière dont nous nous occupons de nos enfants a évolué

Comme le dit un dicton africain : “Il faut tout un village pour élever un enfant”. Il est vrai que s’occuper d’un enfant tout en sachant que ce petit être est totalement dépendant, semble parfois assez lourd, n’est-ce pas ? Alors d’accord, les recommandations des proches, les livres et les experts sur le sujet ne manquent pas, mais comme nous finissons souvent par le constater, toutes ces méthodes ont évolué depuis ces dernières décennies, voire ces derniers siècles.

Qu’il s’agisse de baigner les nouveau-nés dans de la graisse de porc ou de leur permettre de boire du café dès l’âge de six mois, chez Sympa, nous avons compilé 12 faits, idées et conseils aussi anciens que farfelus concernant l’éducation et le soin des enfants, et nous allons maintenant les partager avec toi.

1. Les bébés apprenaient à aller sur le pot peu après leur naissance

Au début du XXe siècle, les parents étaient encouragés à commencer l’apprentissage de la propreté à leurs enfants à peine âgés de quelques semaines, de sorte qu’au moment où ils étaient capables de s’asseoir, ils pourraient aller aux toilettes tout seuls plus facilement.

Les couches jetables ont eu une influence significative sur le retardement de l’âge de l’apprentissage de la propreté, car auparavant, en raison de l’utilisation des couches en tissu, cette phase commençait lorsque les bébés avaient entre 12 et 18 mois. Il convient de noter que l’on a retrouvé des pièces et des dessins montrant l’utilisation de pots dès la Grèce antique.

2. Les nouveau-nés étaient baignés dans de la graisse de porc

Dans un livre de conseils aux mères publié au milieu du XIXe siècle, on recommandait de baigner les nouveau-nés pour retirer la substance pâteuse qui recouvre leur peau, appelée vernix caseosa. Après que le corps ait été bien enduit et doucement frotté avec de la graisse de porc ou de l’huile, le bébé était lavé avec une éponge, du savon et de l’eau chaude.

Aujourd’hui, la recommandation est de baigner les bébés seulement 24 heures après leur naissance, afin de maintenir leur température corporelle le temps que la mère puisse commencer l’allaitement. En plus, cette substance qui recouvre le corps du bébé ne doit pas être retirée, car elle sert de couche de protection.

3. Les recommandations pour l’heure du coucher ont radicalement changé

Dans le même livre, il était recommandé de coucher les enfants à 18 heures en hiver et à 19 heures en été. Selon l’auteur, s’ils se couchaient plus tard, les enfants vieilliraient précocement et “sèmeraient les graines de la maladie”. Il était également recommandé de les faire courir pendant une demi-heure avant de les mettre au lit, afin de leur réchauffer les pieds, et ainsi éviter les engelures et pour qu’ils dorment mieux. Désormais, on dit aux enfants de se détendre quelques heures avant le coucher pour se préparer à dormir.

4. Les bébés étaient en contact direct avec de l’arsenic, sans qu’on le sache

À l’époque victorienne, la mode était à une teinture artificielle donnant un beau vert émeraude, qui attirait bien l’attention. Elle s’est retrouvée dans une variété d’articles tels que les papiers peints, les robes, les fleurs artificielles et même les poussettes pour bébés. Le problème était que la matière première de cette teinture était l’arsenic, une substance hautement toxique.

5. Avant, l’allaitement était mal vu, et on avait des idées quelque peu “différentes” de celles d’aujourd’hui sur le sujet

Durant la Renaissance, il était rare que les femmes de l’aristocratie allaitent leurs bébés, car cela était considéré comme démodé. Elles craignaient également de déformer leur silhouette, de ne plus avoir de vie sociale et de ne pas pouvoir porter les vêtements de l’époque. Par conséquent, elles employaient généralement une nourrice pour effectuer cette tâche, car il était plus économique d’avoir quelqu’un pour s’occuper des enfants plutôt que de remplacer la maîtresse de maison dans toutes ses fonctions.

Même au début du siècle dernier, on pensait que si une mère allaitait alors qu’elle était inquiète ou en colère, cela pouvait provoquer des coliques, des convulsions ou d’autres maladies chez l’enfant.

Dans un autre texte datant de la fin du XIXe siècle, contenant des conseils pour les jeunes épouses, il est conseillé aux mères de ne pas prolonger l’allaitement au-delà de neuf mois, car cela risquait de provoquer des maladies du cerveau chez les enfants et la surdité ou la cécité chez les mères.

6. On leur badigeonnait les doigts de quinine

La quinine est un médicament toxique, désormais uniquement utilisé dans le traitement du paludisme. Mais il semble qu’en 1911, cela était encore inconnu, car un livre suggérait de badigeonner le bout des doigts des bébés avec ce médicament pour les empêcher de sucer leur pouce ou de se ronger les ongles.

7. Il fallait éviter d’être trop affectueux avec les enfants

Un livre publié en 1928 par le célèbre psychologue John B. Watson comportait un chapitre intitulé “Les dangers de l’amour maternel excessif”. Il donnait des conseils assez directs, notamment celui de ne jamais embrasser ou serrer les enfants dans ses bras. À l’époque, on pensait que si on aimait trop un bébé, on le gâterait, et il ne parviendrait pas à se forger correctement un caractère.

8. On incluait la nourriture solide dans l’alimentation quelques semaines, voire quelques jours après la naissance

Une étude sur l’alimentation des nourrissons durant l’après-guerre recommandait aux mères de commencer à donner des aliments solides à leurs enfants dès l’âge de six semaines, et de combiner le lait maternel avec des aliments préparés.

Dans un autre livre publié au début des années 60, un médecin suggère de donner des céréales aux bébés dès l’âge de deux jours, et il recommande également de leur donner des “boissons pour adultes” telles que le thé ou le café à partir de six ou sept mois, afin qu’ils s’habituent à la nourriture familiale ordinaire.

9. Ils ne pouvaient pas être gauchers

Au début du XXe siècle, les enfants, voire les nourrissons qui montraient des signes qu’ils étaient gauchers étaient contraints d’utiliser leur main droite pour des activités telles que manger et écrire. On pensait que si un enfant choisissait d’utiliser sa main gauche, c’était le reflet d’une personnalité provocante, chose qui pouvait être corrigée de force. On les menaçait même de punition, par exemple en leur attachant la main gauche dans le dos lorsqu’ils essayaient de l’utiliser.

10. En voyage, il était conseillé de transporter les bébés dans un panier ou dans une sorte de hamac pour véhicule

Les sièges auto pour bébés sont relativement récents, il n’est donc pas surprenant que dans les années 30, on conseillait aux parents de transporter les bébés dans un panier de marché, ce qui était (selon la brochure) le moyen de transport en voyage le plus confortable et le plus sûr pour un bébé. Dès les années 60, un catalogue a même fait la publicité d’une sorte de plate-forme suspendue permettant de placer le bébé sur la banquette arrière d’une voiture, afin qu’il puisse bouger et jouer librement.

11. Il y avait des dispositifs spéciaux pour suspendre les bébés aux fenêtres, pour qu’ils prennent des bains de soleil

Au début du XXe siècle, en raison de la tuberculose, il était conseillé aux mères de mettre leurs enfants dans des endroits ouverts, aérés et ensoleillés le plus longtemps possible. En réponse à cela, des cages à bébés ont été développées pour les familles vivant dans les immeubles. Ces dispositifs permettaient de quasiment suspendre les enfants aux fenêtres afin qu’ils puissent prendre des bains de soleil et l’air frais.

12. On faisait dormir les bébés sur le ventre

Dans les années 70 et 80, les spécialistes de l’éducation des enfants recommandaient de faire dormir les bébés sur le ventre, affirmant que c’était la position la plus sûre pour eux. Mais ils ignoraient que cette position de sommeil pouvait entraîner la mort subite du nourrisson. À partir de 1994, une campagne a été lancée pour renverser littéralement la tendance et encourager les parents à coucher leurs bébés sur le dos, ce qui a permis de réduire le nombre de cas de mort subite du nourrisson de plus de 50 %.

Avais-tu déjà entendu parler de ces anciennes pratiques ? Suis-tu personnellement des habitudes d’éducation qui pourraient interpeler certaines personnes ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires, et si tu as appris quelque chose grâce à cet article, envoie-le aux personnes de ton entourage !

Partager cet article