Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

12 Phrases qui peuvent être nocives pour ton enfant, et 12 choses que tu peux dire à la place

4-26
135k

Les mots ont énormément de pouvoir. Les choses que nous entendons de la bouche de nos parents en tant qu’enfants peuvent rester gravées dans nos mémoires pour toujours. Les mots d’amour et de sagesse nous aident à devenir de meilleures personnes, tandis que les mots dits avec colère et méfiance nous font douter de nous. Il se trouve que même une phrase très courante qui a pourtant l’air saine, anodine et innocente pourrait blesser l’amour-propre d’un enfant et lui faire perdre confiance en lui.

Chez Sympa, nous avons découvert quelles sont, selon des experts, les 12 phrases que nous devrions éviter de dire à nos enfants, et les affirmations que nous devrions dire à la place.

Évite : “Je suis si fier de toi !” ou “Bon travail !”.

Essaie : “Tu dois être fier de ton travail !” ou “Tu as résolu cette énigme si vite !”

La première phrase semble innocente, mais elle prête à confusion. Quand les parents récompensent leurs enfants pour la moindre petite chose, que ce soit terminer son assiette ou faire un dessin, la récompense perd de son sens. Au lieu de cela, essaie de récompenser les événements et les actes qui sortent de l’ordinaire pour encourager ton enfant à utiliser son sens critique et pour qu’il soit fier de ce qu’il a accompli.

Évite : “Attends que ton père/ta mère rentre à la maison !”

Essaie : “S’il te plaît, ne refais plus ça. Cela me contrarie vraiment parce que...”

Quand tu dis la première phrase, tu “repousses” les conséquences du mauvais comportement de ton enfant, et les chances pour qu’il ait oublié ce qu’il a fait avant que l’autre parent ne rentre sont importantes. De plus, tu effraies ton enfant en lui faisant comprendre que son autre parent va le gronder, et tu en fais donc un “méchant flic” et tu diminues ta propre autorité. Essaie de résoudre le problème par toi-même et explique à ton enfant pourquoi tu es mécontent de son attitude.

Évite : “Comment s’est passé ta journée ?”

Essaie : “Quelle a été la meilleure partie de ta journée ?”

“Comment s’est passé ta journée ?” est en fait une question vide qui implique une réponse de quelques mots seulement. Si tu veux vraiment savoir comment s’est passé la journée de ton enfant, pose des questions spécifiques qui l’encouragent à donner des réponses longues et détaillées.

Évite : “Pas de dessert avant que tu aies fini ton assiette”.

Essaie : “D’abord, on mange la soupe, et ensuite, on passe au dessert”.

En disant la première phrase, tu augmentes la valeur de la récompense et tu diminues la joie du repas lui-même. En modifiant légèrement ta phrase, la soupe et le gâteau ont tous les deux l’air bons, mais comme on le sait, on devrait respecter un certain ordre.

Évite : “Dépêche-toi !”

Essaie : “Dépêchons-nous” ou “Qui sera le premier à mettre ses chaussures ?”

Quand tu pousses ton enfant à faire les choses plus vite, tu augmentes son niveau de stress et tu lui fais craindre d’être en retard ou de manquer quelque chose. Essaie de tourner la phrase de manière à ce qu’il sente que tu es dans la même équipe.

Évite : “Laisse-moi tranquille !”

Essaie : “Que s’est-il passé ?” ou “S’il te plaît, donne-moi une minute pour finir ça, et après, on parle, d’accord ?”

Si tu repousses toujours ton enfant, il commencera à croire qu’il n’a pas intérêt à te demander de l’aide ou un service, car tu es toujours occupé. Quand on ne donne pas assez de soutien aux enfants, il est peu probable qu’ils partagent leurs émotions et leurs pensées avec leurs parents une fois adolescents ou adultes. Si tu ne peux pas donner toute ton attention à ton enfant dans l’immédiat, demande-lui d’attendre patiemment pour que tu termines ce que tu es en train de faire.

Évite : “Tu me fais honte !”

Essaie : “Ce que tu as fait me contrarie beaucoup, car...”

Ton enfant est peut-être trop petit pour comprendre l’émotion de la honte. Cette phrase vide ne permet pas à l’enfant de comprendre ce qu’il a fait de mal. De plus, une étude a démontré qu’humilier son enfant peut le rendre plus agressif. Essaie de lui expliquer ce qui ne va pas dans son comportement et comment l’éviter dans le futur.

Évite : “Ne pleure pas !”

Essaie : “Que s’est-il passé ?” ou “Qu’est-ce qui t’a mis dans cet état-là ?”

Pleurer est tout à fait normal et naturel, même si la raison pour laquelle ton enfant pleure ne te semble pas si importante. En disant “Arrête de pleurer !”, tu imposes des limites aux sentiments de ton enfant et tu l’empêches de s’exprimer, et cela lui donne l’impression que ses émotions ne sont pas importantes. Au lieu de cela, tu devrais essayer de montrer de l’attention et une volonté d’aider.

Évite : “Il n’y a pas de quoi avoir peur !”

Essaie : “Si tu as peur, je suis là avec toi”.

Il est très peu probable que la première phrase réconforte ton enfant s’il ou elle a déjà peur. Et, là encore, cela véhicule à ton enfant le message selon lequel ses sentiments n’ont pas d’intérêt et ne comptent pas. Au lieu de cela, laisse ton enfant parler de ses sentiments et discute avec lui de ses peurs et de leurs causes.

Évite : “Parce que je l’ai dit !”

Essaie : “Il est temps d’éteindre la télévision et de commencer à faire tes devoirs”.

La première phrase ne permet pas à ton enfant de comprendre pourquoi il devrait arrêter ou commencer à faire quelque chose que tu n’as pas envie qu’il fasse. Au lieu de cela, il pourrait comprendre qu’il n’a aucun droit, et que tu as toujours le contrôle sur tout. Essaie de donner de simples instructions et d’expliquer brièvement les raisons derrière tes phrases.

Évite de dire : “Je pouvais faire ça quand j’avais ton âge !”

Essaie : “Laisse-moi te montrer comment faire !”

Tous les enfants se développent différemment et à différents rythmes, et comparer ton enfant aux autres n’est vraiment pas la meilleure des idées. Au lieu de cela, essaie d’enseigner à ton enfant comment apprendre quelque chose qu’il ne sait pas encore faire.

Évite : “Tu me déçois !”

Essaie : “Ce que tu as fait me chagrine, parce que...”

La phrase : “Je suis déçu” résonne comme “Tu me déçois” dans l’esprit d’un enfant, et cela peut lui donner l’impression qu’il ne répond pas à tes attentes. Essaie d’expliquer comment les actions de ton enfant te font te sentir sans utiliser les mots “déçu” ou “décevoir”.

As-tu des enfants ? Y a-t-il des phrases à éviter que tu aimerais ajouter à cette liste ou d’autres que tu conseillerais aux autres parents de dire à leurs enfants ?

Illustré par : Alena Sofronova pour Sympa
4-26
135k