Sympa
Sympa

Ces 8 détails de la vie d’enfants élevés au sein d’une monarchie prouvent bien que grandir ainsi ne présente pas que des privilèges

Vue de l'extérieur, la vie "princière" semble luxueuse et insouciante. Mais il est aussi important de savoir que les contraintes sont très nombreuses. Les princes et les princesses des 28 royaumes que nous avons étudié pour cet article sont obligés de suivre à la lettre des traditions centenaires, voire millénaires, depuis leur naissance. Chaque journée est programmée, chaque geste est observé, et chaque mot est contrôlé. Il y a de nombreuses choses intéressantes à connaître dans cette longue liste de privilèges et de responsabilités qu'implique la vie d'héritier royal. Dans cet article, tu verras dans quel genre d'école maternelle est allée la future reine d'Espagne, quelle voiture Paul McCartney a donné au Prince George, et pour quelle raison on a offert un champignon à l'héritière du trône de Suède.

Sympa va donc aujourd'hui te dévoiler en quoi la vie d'un héritier de monarque diffère de celle d'un enfant ordinaire.

1. La naissance d'un enfant de "sang bleu"

Au Royaume-Uni, la reine doit toujours être la première personne informée de la naissance d'un héritier. Le Prince William a ainsi récemment informé pour la troisième fois sa grand-mère en l'appelant sur une ligne de téléphone spécialement cryptée. Seulement, il s'avère que le petit-fils et le premier arrière-petit-fils de la Reine Elisabeth II ne l'ont pas immédiatement appelée "grand-mère". En effet, lorsqu'il était enfant, le Prince William n'arrivait pas à prononcer le mot "Granny" ("grand-mère" en anglais), et la reine mère a dû longtemps répondre au surnom de "Gary". Plus tard, ce fut au tour du Prince George, qui, n'arrivant pas à prononcer certaines lettres complexes, appelait la reine "Gan-Gan."

Le duc de Cambridge étant très "normal" pour un membre de la royauté, il allait lui-même en voiture voir sa femme à l'hôpital. Les naissances royales sont généralement assistées par une équipe de médecins qui signe une clause de confidentialité. Et, bien que lorsqu'elle était enceinte, Kate pensait sérieusement accoucher à la maison, son second fils est quand même né entre les murs de l'hôpital St. Mary's. Petit détail : jusqu'en 1948, les rois et les princes n'étaient pas autorisés à voir directement les héritiers au moment de leur naissance. Mais de nos jours, les choses ont changées, et le Prince William a même pu soutenir sa femme pendant l'accouchement.

Les naissances d'héritiers au trône sont généralement célébrées d'une manière bien spéciale par leur familles, et les parrains et marraines ne sont pas toujours de simples mortels.

Par exemple, Jigme, le roi du Bhoutan, a ordonné la plantation de 108 000 arbres lorsque son fils est né en 2016, en l'honneur de l'histoire d'amour magique qu'il vit avec sa femme Jetsun. Et les parrain et marraine du jeune Prince Siméon, petit-fils du roi bulgare portant le même prénom, ne sont autre que le Roi du Maroc Mohamed VI et la Princesse de Grèce et du Danemark Irène.

2. D'où viennent les prénoms des héritiers des monarques ?

Généralement, les princes et les princesses ont entre trois et quatre prénoms, et au lieu d'un nom de famille, ils portent les noms de comtés leur étant attribués. Ainsi, le fils aîné du Prince William s'appelle George Alexander Louis de Cambridge, en Suède on appelle la jeune princesse "Son Altesse Royale Silvia Stella Eva Maria Bernadotte, Duchesse d'Östergötland", et à Monaco, le couple princier a nommé l'un de ses jumeaux Jacques Honoré Rainier Grimaldi.

Au Royaume-Uni, au moment de la naissance de l'héritier, une énorme foule se rassemble devant la clinique, et quelques pancartes apparaissent pour lancer les paris sur le prénom du bébé. La presse mondiale se rassemble devant la clinique en attendant l'apparition tant attendue du couple royal.

Le nom du troisième arrière petit-fils de la Reine d'Angleterre fut ainsi annoncé deux jours après sa naissance. Cette fois-ci, les paris penchaient pour les prénoms Arthur et James, mais le véritable prénom du petit prince fut finalement Louis Arthur Charles, même si le Prince William avait un jour déclaré qu'il aimerait appeler son fils Jack.

3. Cadeaux pour princes et princesses

En ce qui concerne les cadeaux, les plus belles surprises viennent généralement des membres de la famille. La Princesse d'Espagne, pour son 10ème anniversaire, a reçu de son père (le roi) le titre de "Dame des Chevaliers de l'Ordre Catholique de la Toison d'Or". Carole Middleton a offert à son petit-fils un zèbre et un ensemble complet d'équitation, alors que son grand-père, le Prince Charles, lui a offert un mobil-home d'une valeur de 18 000 livres, une cabane d'arbre magique dans le Gloucestershire, et une Aston Martin, rien que ça... En même temps, le parc automobile du Prince George est déjà bien fourni : une Volkswagen GTI offerte par son père, un Range Rover offert par la famille Beckham, la Jaguar Pippa offerte par sa tante, la Bugatti de Beyonce et Jay-Z, trois Rolls-Royce, l'une venant d'Hélène Mirren, la seconde d'Elton John, et la troisième de Paul McCartney, et diverses autres voitures offertes entre autre par Justin Bieber.

Bien sûr, la plus grande quantité de cadeaux est offerte aux enfants issus de la royauté lors de leurs anniversaires. Ainsi, le prince héritier de Bulgarie a soufflé sa première bougie sur un gâteau géant, et la Princesse Charlotte a reçu des cadeaux venant de 64 pays différents : elle a reçu une couverture brodée en laine mérinos de Tasmanie de la part de l'Australie, la Chine lui a envoyé un ensemble de diverses pièces de soie, et pour son baptême, Steven Kouston lui a offert un des exemplaires de l'affiche de Blanche-Neige et les Sept Nains de 1937, d'une valeur de 200 000 dollars.

Le "peuple" aussi aime parfois faire des cadeaux à ses monarques. Les habitants de Monaco ont par exemple collecté de l'argent pour offrir une belle broche et une montre Cartier aux jumeaux princiers. Les retraités de l'Hôpital Royal de Chelsea ont offert au fils du prince William une peluche en uniforme. Et les habitants de l'état d'Östergötland, dont la duchesse Estela est devenue la future reine de Suède, lui ont offert pour son anniversaire des pendentifs en or uniques ayant les formes de symboles régionaux : un cygne, un champignon et un brochet.

4. Comment doivent s'habiller les jeunes héritiers ?

La famille royale d'Espagne est un exemple d'élégance. Les Princesses Sofía et Leonor apparaissent souvent dans des robes, des costumes et des manteaux assortis entre elles, et leurs parents, le roi Felipe VI et la reine Leticia, ont toujours l'air impeccable. En revanche, pendant l'été et les vacances, toute la famille préfère les vêtements légers : robes, pantalons légers et shorts.

Le Prince George devrait théoriquement porter des "culottes courtes" jusqu'à l'âge de huit ans, mais en général, sa garde-robe ressemble plus à celle de son père : pulls-overs, chemises à carreaux et vestes à double boutonnage. Les tenues de la Princesse Charlotte et de sa mère sont souvent de couleur similaire.

De plus, sachant que de nombreux parents cherchent souvent à acheter les mêmes vêtements que ceux portés par ses enfants, Kate a tendance à privilégier des marques des vêtements que la plupart des Anglais pourront se permettre d'acheter. Pendant ce temps, de l'autre côté du monde, le petit-fils de l'empereur du Japon, le prince Hisahito, porte souvent des tenues traditionnelles spéciales, habituellement réservées aux cérémonies et rites d'initiations.

5. Quels types de jeux et loisirs préfèrent les héritiers ?

Dans les familles royales, la plupart des parents sont d'accord pour dire que des activités comme le sport ou la bicyclette profiteront plus à leurs enfants que des heures interminables d'utilisation d'appareils électroniques. Par exemple, les trois petites princesses hollandaises, Amalia, Alexia et Ariana, adorent se promener en famille sur la plage avec leurs chiens. Et la famille royale belge apprécie tout particulièrement les sports d'hiver.

Il y a peu de temps, on a même appris que l'une des règles les plus strictes de la famille des Ducs de Cambridge était l'interdiction absolue des tablettes.

Le Prince William et Kate, qui ont chacun reçu une éducation impeccable, accordent plus de confiance dans les jeux plus classiques qui développent l'imagination et la logique : petites voitures, poupées, jeux de construction, animaux en peluche... Et lorsqu'on lui a parlé du célèbre Monopoly lors d'une réception, le Prince Andrew a également déclaré que les enfants de la famille royale britannique n'avaient pas le droit de jouer à ce jeu de société.

Bien sûr, il y a toujours eu de nombreux jouets et jeux classiques à disposition dans la famille royale, mais ils sont tous conservés dans la collection d'Elisabeth II. Cependant, après la naissance de son arrière petit-fils bien-aimé, la reine mère a décidé de lui offrir un privilège extraordinaire, en donnant l'ordre de sortir un immense trésor de sa "caverne": les poupées personelles de la reine et la voiture du Prince Charles, qu'absolument personne n'avait le droit de toucher auparavant.

En revanche, de nombreux jeunes princes et princesses ont exactement les même habitudes que les enfants ordinaires : un simple jouet qui ne les quitte jamais. Ainsi, la princesse Ingrid de Norvège avait jeté son dévolu sur un ourson en peluche à longues pattes, la princesse suédoise Estela avait choisi un lion en peluche portant une couronne, et la fille aînée du roi d'Espagne emmenait partout avec elle un drôle de canard rose.

6. L'éducation moderne des futurs rois

La famille des Ducs de Cambridge bénéficie de la précieuse aide de la nounou espagnole Maria Teresa Borrallo. Cette dernière les accompagne lors de leurs voyages et réceptions afin de pouvoir prendre soin de leurs enfants dès que nécessaire. Contrairement à la tradition, les parents de Kate gardent souvent leurs petits-enfants. Et parfois, William permet à ses enfants de suivre les conseils ludiques de sa mère, la princesse Diana, qui leur disait "Soyez aussi espiègles que vous voulez, mais ne vous laissez pas attraper."

Récemment, le petit George a commencé l'école, et la petite Charlotte va dans une école maternelle située près de Kensington Palace où, en plus des jeux, de nombreuses activités inhabituelles comme des cours de poterie et de poésie l'attendent. La petite princesse a aussi une mini cuisine, qui se trouve dans la vraie cuisine, où sa mère adore préparer de bons petits plats, malgré le protocole devant théoriquement l'en empêcher. Lorsque les enfants jettent de la nourriture par terre, on leur demande d'aider le personnel à faire le ménage, et quand ils font des caprices, Kate leur chante des chansons ou mime leurs visages grimaçants. Ses enfants remarquent alors à quel point ils paraissent ridicules, et ils rient.

Après la naissance de ses jumeaux, la Reine Charlène de Monaco (ancienne nageuse de l'équipe nationale sud-africaine), a lutté pour passer avec eux le plus de temps possible, ne les laissant avec la baby-sitter qu'une fois de temps en temps. Elle voulait juste que ses enfants ressentent son amour maternel. Plus tard, le couple royal a envoyé ses enfants dans une école basée sur le développement, afin d'apprendre à communiquer avec d'autres enfants, et ou les enseignants aident les enfants à découvrir leurs talents créatifs et intellectuels.

Les familles royales passent généralement beaucoup de temps ensemble, ce qui renforce leurs liens. Les enfants lisent, visitent des expositions et vont au théâtre, ils suivent des leçons d'étiquette, mais à la maison, ils peuvent s'amuser comme ils le veulent. On leur apprend à respecter le travail des autres, même à la résidence familiale ou au palais, ils apprennent à ranger leurs jouets tout seuls, à faire leurs lits, et à aider les adultes. Ainsi, selon la tradition, la princesse Estelle de Suède aide chaque année sa maman et son papa à préparer des gâteaux de Noël.

Lorsqu'ils sont plus âgés, les enfants nécessitent une attention plus particulière. Chacun leur tour, les quatre héritiers du roi de Belgique ont passé un moment dans une école jésuite afin d'étudier les sciences en profondeur. Les princesses d'Espagne, en plus de leurs devoirs, suivent des cours particuliers avec des institutrices catalanes, galiciennes, basques, anglaises et chinoises. Leonor et Sofia suivent également des cours de musique, de danse et des leçons de bonnes manières.

En Norvège, les futurs dirigeants suivent des règles très strictes dès leur plus jeune âge. Ainsi, à l'âge de six ans, la princesse Ingrid a prononcé son premier discours en public, et à l'âge de 12 ans, elle s'est vu confier l'ouverture des Jeux Olympiques d'Hiver de la Jeunesse de 2016.

7. Futurs héritiers des couronnes de différents pays

Le droit à l'héritage représente parfois un problème tout spécial. Ainsi, parmi les princes jumeaux de Monaco, c'est le Prince Jacques qui a été reconnu comme héritier légitime, alors que techniquement, la princesse Gabriella est née juste avant lui, à la suite d'une césarienne. En revanche, parmi les héritiers du Danemark, le classement est à la fois plus juste et moins important, étant donné que les jumeaux occupent les 4ème et 5ème places de la liste : le Prince Vincent est prioritaire sur sa sœur, simplement parce qu'il est né 26 minutes avant elle.

Au Japon, c'est différent, les filles ne peuvent pas hériter du trône, ce qui fait que de tous les petits-enfants de l'empereur Akihito, le premier héritier légitime n'est autre que son petit-fils le plus jeune, le Prince Hisahito, âgé de 12 ans. En Espagne en revanche, on adore les princesses. C'est pourquoi Leonor de Bourbon de Ortiz a commencé à fréquenter l'école maternelle de la garde royale espagnole très petite. La Princesse Ingrid de Norvège, elle, héritera du trône après son père et grand-père. Et la princesse Duchesse de Brabant, Élisabeth de Belgique, ne peut pas voler avec son père dans le même avion, car elle est l'héritière direct du trône.

Hashim bin Abdullah, le prince de Jordanie, est non seulement l'héritier direct du trône, mais il est exactement le même jour que son père, le roi. Chaque année, ils soufflent donc ensemble les bougies d'un même gâteau. Le Prince George se classe au troisième rang sur la liste des héritiers, et après le nouvel amendement à la loi sur l'héritage de 2013, les garçons n'ont plus d'avantages sur les filles, ce qui veut dire que la princesse Charlotte est prioritaire sur son petit frère, le Prince Louis, en ce qui concerne la couronne d'Angleterre.

En passant, l'arrière-petit-fils chéri de la reine britannique a récemment montré un grand intérêt pour les forces de police. Il a même demandé une voiture de police comme cadeau de Noël. Bien sûr, il n'y a pas lieu de craindre que le Prince George, comme la princesse Mako du Japon qui a renoncé à son titre par amour, ne veuille réellement devenir policier. Mais les gardes de sécurité pourront certainement compter sur son soutien à l'avenir.

8. Accomplir son devoir royal dès le plus jeune âge

De manière générale, les princes et les princesses participent activement aux affaires de leur pays et à celles du monde dès leur plus jeune âge. Même si le futur prince de Monaco, Jacques, préférerait parfois sans doute rester jouer dans le bac à sable, il doit accompagner sa mère dans d'autres pays. Et le Prince Enrique, âgé de sept ans, a été chargé de l'ouverture du pavillon danois à Rio de Janeiro, en compagnie du prince héritier Federico. Moulay Hassan, le prince du Maroc, a assisté à des réunions officielles avec son père dès l'âge de dix ans, bien qu'il empêche encore les officiels venant voir son père d'essayer de lui baiser la main.

Les petits George et Charlotte ont, eux, beaucoup de chance. Ils ont eu l'occasion de faire face à leurs premières obligations diplomatiques lors de leurs visites en Pologne, en Allemagne et au Canada, en donnant la main à leurs jeunes parents.

Kate a toujours un mot réconfortant pour ses enfants qui ont peur de prendre l'avion, et leur papa trouve toujours du temps pour se reposer en famille. Apparemment, la petite famille a réussi à trouver l'équilibre parfait entre les protocoles officiels et l'une des règles les plus importantes des familles royales : la famille d'abord.

Que penses-tu de cet article ? Quels détails de la vie des petits princes et princesses t'ont le plus surpris ? Laisse un message dans les commentaires, et n'oublie surtout pas de partager cet article autour de toi !

Photo de couverture Jones/Eastnews
Sympa/Éducation/Ces 8 détails de la vie d’enfants élevés au sein d’une monarchie prouvent bien que grandir ainsi ne présente pas que des privilèges
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire