Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

15 Questions dont tu devrais connaître les réponses avant de sauter le pas de la chirurgie esthétique

1-15
774

Réaliser une opération de chirurgie plastique pour des raisons esthétiques et non médicales n’est pas une décision à prendre à la légère. Même si cette pratique est devenue de plus en plus courante, celui ou celle qui décide d’effectuer ce type de changement sur son corps a besoin d’être parfaitement informé auparavant, car bien souvent, il s’agit d’un processus irréversible et s’il est mal effectué, cela peut avoir des conséquences graves, voire permanentes, sur la santé.

C’est pour cette raison que Sympa a rassemblé 15 questions que tu dois te poser en connaissance de cause si tu penses à réaliser un jour une opération de chirurgie esthétique.

1. Par quelle institution le médecin de ton choix est-il agréé, et où ?

Avant toute chose, demande à ton chirurgien ses diplômes. N’aie pas peur de lui demander où il a étudié et à quelles associations, conseils ou ordres nationaux il appartient. En général, chaque pays compte un organisme qui régule et certifie les médecins. Cela aide non seulement à ce que les professionnels restent vigilants quant aux avancées médicales, mais aussi à ce qu’ils maintiennent un standard élevé du service qu’ils proposent et de leur formation. Si tu veux aller plus loin, dans certains pays, comme au Mexique, tu peux consulter l’agrément professionnel ou le numéro de licence juste avec le nom de ton praticien : une ressource gage de sécurité.

2. Est-il membre d’une association internationale de chirurgiens ?

En plus de t’assurer que ton chirurgien est diplômé du pays dans lequel il exerce et de l’avoir cherché parmi les membres de l’association des chirurgiens plastiques de ton pays, il existe des organismes internationaux qui t’aident à choisir un bon praticien pour ton opération. Deux des plus importantes sont la Société International de Chirurgie Plastique Esthétique (ISAPS) et la Société Américaine des Chirurgiens Plastiques (ASPS).

Ces deux associations regroupent des membres provenant du monde entier, et chacune comporte des critères de qualité et de standardisation pour offrir un répertoire de professionnels capables et dotés d’une grande expérience pratique. Grâce à leurs sites, tu pourras chercher différentes options pour l’opération que tu souhaites réaliser, et tu pourras aussi comparer les différents docteurs.

3. Combien d’années a exercé un chirurgien plastique ?

En France, on requiert sept années d’études en médecine générale, suivies de deux autres en chirurgie générale puis une spécialisation de quatre ans en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. La théorie s’associe alors à la pratique. De plus, certaines associations telles que l’ASPS demandent à leurs membres internationaux au moins trois années continues d’expérience, ce qui peut te donner une référence à l’heure de sélectionner ton médecin.

4. Le chirurgien a-t-il une grande pratique de la zone que tu souhaites opérer ?

Cette question est plus ou moins reliée à la question précédente car, comme l’explique le Conseil Américain de la Chirurgie Plastique, tous les chirurgiens ne sont pas experts dans toutes les zones du corps, et bien souvent, ils se spécialisent sur une en particulier. C’est pour cette raison qu’il est important de demander son expérience quant à la zone que tu veux faire retoucher. Tu peux même lui demander des photos de son travail avec une comparaison “avant-après”.

5. En plus de la chirurgie, existe-t-il des alternatives cosmétiques pour ce que je souhaite modifier ?

Tout ce que tu souhaites changer de ton apparence n’a pas à passer par le bistouri. Ton médecin a l’obligation de t’indiquer s’il existe ou non des alternatives, qu’elles soient dermatologiques (par le biais d’un médicament) ou qu’il s’agisse d’un simple régime alimentaire. De cette manière, tu pourras envisager les options les moins agressives avant de prendre une décision aussi importante.

6. Avec le temps, comment va évoluer la zone que tu souhaites changer ?

Il s’agit d’une question aussi délicate qu’importante, car même si le résultat immédiat te plaît, il se peut qu’en quelques années, la région que tu as décidé d’opérer vieillisse mal. Cela peut arriver quand on réalise de la chirurgie sur une zone qui est susceptible de subir des changements, comme le visage, sur lequel on recommande des interventions après la cinquantaine, grâce à des processus comme le lifting.

7. Quel type de matériel est utilisé ?

La chirurgie esthétique a beaucoup évolué, et aujourd’hui, en plus des simples injections classiques de silicone, il existe d’autres matériaux et styles, comme l’eau saline ou le “gummy bear” et sa texture similaire aux petits ours en gélatine. Comme l’expliquent les spécialistes, chaque technique a ses avantages et ses inconvénients, raison pour laquelle tu dois prendre le temps de parler avec ton chirurgien pour choisir la meilleure option pour ton corps.

Il en va de même pour les opérations sur le visage, car en plus du fameux botox, il existe d’autres options qui fonctionnent différemment et que tu devrais étudier avant de prendre la bonne décision.

8. Quels sont les éventuels risques et les complications ?

Toute opération de chirurgie comprend des risques et il est important de bien les connaître avant de pousser la porte du cabinet de ton chirurgien. Parmi les problèmes les plus connus et les plus courants, on retrouve la déshydratation, la coagulation sanguine, l’embolie graisseuse, les infections post-opératoires ou le rejet de l’implant par le corps, ce qui pourrait te valoir un détour à l’hôpital.

9. Quel type d’anesthésie est la bonne pour cette intervention ?

Toutes les opérations de chirurgie esthétique n’ont pas besoin d’anesthésie générale ; par exemple, le lifting du visage ou les petites liposuccions. Cependant, il en existe d’autres qui l’imposent et il est alors important de le savoir, car chaque organisme réagit différemment aux substances utilisées et c’est une donnée que tu devrais garder à l’esprit avant de te lancer dans le processus.

10. Quel est le pourcentage de ratés ?

Si tu as déjà choisi ton praticien certifié, qu’il t’inspire confiance et qu’il t’a démontré qu’il a de l’expérience, les possibilités pour que quelque chose tourne mal sont peu nombreuses, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a aucun risque, et les connaître t’aidera à prendre une décision éclairée. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dans les pays en développement, la mortalité à la suite d’une opération de chirurgie de n’importe quel type va de 5 à 10%, et la plupart du temps, c’est à cause d’une faute commise par le spécialiste.

11. Quel est le temps de récupération ?

Même si le chirurgien te dit qu’après l’opération, tu peux rentrer chez toi, il faut prendre en compte le temps que tu devras mettre pour pouvoir reprendre ta routine, et bien souvent, il faut compter des semaines avant que le patient ne soit capable de porter des objets lourds ou de faire du sport comme avant. De plus, il faut que tu saches dans combien de temps tu verras les résultats, car, par exemple, une liposuccion peut tarder jusqu’à six mois pour faire effet à 100%.

12. Comment va se dérouler la récupération ?

La question que beaucoup de gens ont peur de se poser est la suivante : “Pendant combien de temps vais-je avoir mal ?”. Pourtant, mieux vaut être préparé à la douleur et le plus important, savoir à quoi ressemblera son corps immédiatement après l’intervention et les jours suivants. Cela te donnera une idée des semaines à venir pour retrouver ta routine, mais aussi à identifier toute anomalie que tu devrais reporter à ton médecin.

13. Combien de fois faut-il se voir après l’opération ?

L’une des opérations chirurgicales qui requiert le plus d’attention et de soin est celle des fessiers. Pour commencer, tu ne pourras pas t’asseoir durant les dix premiers mois et tu devras constamment consulter ton chirurgien afin qu’il s’assure que tout va bien, car il s’agit d’une zone que tu ne peux pas contrôler toi-même. Savoir combien de fois tu devras te rendre chez ton chirurgien après l’opération peut être un bon indicateur pour comprendre le niveau de complexité de l’opération. De plus, cela t’aidera à mieux calculer le coût total de l’intervention — ce qui nous amène à la prochaine question.

14. Quel est le coût total de la procédure ?

Bien entendu, le coût total de l’opération varie d’un pays à l’autre, et chaque médecin a sa gamme de prix, mais il ne faut pas oublier les autres intervenants, comme par exemple, l’anesthésiste et les infirmières. D’ailleurs, il est possible que tu doives payer non seulement l’opération, mais aussi le matériel utilisé avant, pendant et après la chirurgie, et bien entendu, les médicaments pour la convalescence. Si tu inclus le tout dans ton budget, tu ne devrais pas avoir de surprise concernant la somme finale.

15. Alors, es-tu prêt(e) à sauter le pas ?

C’est certainement l’une des questions les plus importantes. Selon la psychologue Vanessa Nahoul, de l’Institut de Recherche en Psychologie Clinique et Sociale, le patient doit être certain de sa décision, car si ce n’est pas le cas, il se peut qu’il ne soit pas satisfait du résultat. “Quand il s’agit d’un défaut imaginaire, ou plutôt, d’une nécessité psychologique, les probabilités pour que le patient ne soit pas content de l’opération sont très grandes. Ces patients sont ceux qui deviennent par la suite, de manière compulsive, des “chercheurs’ de défauts”, confie-t-elle.

As-tu déjà fait de la chirurgie plastique ? Oserais-tu le faire un jour ? Raconte-nous dans les commentaires !

1-15
774