Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

8 Caractéristiques corporelles que tous les chirurgiens ne prennent pas le risque de modifier

De nos jours, il est de plus en plus difficile d’être surpris par les miracles de la chirurgie esthétique. On pense souvent qu’à l’aide de quelques coups de bistouri, il est possible de corriger ces petits détails que nous n’aimons pas chez nous, voire de changer complètement d’apparence. Mais en fait, beaucoup d’entre nous ont certaines caractéristiques génétiques qu’aucun chirurgien plasticien ne peut changer. Si tu fais partie de ceux ou celles qui pensent encore qu’il existe des shampooings permettant d’augmenter la densité capillaire, alors lis cet article.

Sympa va te dire aujourd’hui dans quels cas la chirurgie esthétique ne sert à rien.

1. Hanches

La forme et la taille des hanches sont déterminées par la largeur des côtes et des os du bassin, ainsi que la distance les séparant, par la constitution du corps, et l’angle “épigastrique”. Par conséquent, si par nature, une femme a un physique de forme “rectangulaire”, aucun régime ou entraînement épuisant ne l’aideront à avoir une taille de guêpe.

Afin d’obtenir une silhouette galbée, certaines femmes subissent des interventions chirurgicales très lourdes, en se faisant retirer des côtes, mais cela peut entraîner d’importantes complications comme un affaissement rénal, une bronchite chronique, ou une pyélonéphrite. Il est donc préférable de s’accepter tel qu’on est et d’apprendre à choisir une garde-robe mettant l’accent sur les avantages propres à chacun.

2. Vergetures

L’état de notre peau dépend également grandement de nos facteurs génétiques. Le niveau d’hydratation, la quantité et la production de collagène et d’acide hyaluronique, qui rendent l’épiderme plus doux, clair et élastique, sont en effet héréditaires. C’est pourquoi certaines filles ont des vergetures, et d’autres pas.

Tout le monde sait très bien qu’il faut prendre soin de sa peau, manger sainement et boire suffisamment d’eau. Et d’un autre côté, les cosmétologues n’ont pas inventé de crèmes anti-vieillissement vraiment magiques ! Mais il n’y a rien de mal à avoir des vergetures, huit personnes sur dix en ont !

3. Groupe sanguin

Le groupe sanguin est transmis par les parents et ne change jamais au cours de la vie. Les personnes de groupes sanguins différents ont leurs propres caractéristiques. Les scientifiques japonais ont déterminé à quelles maladies étaient prédisposées les personnes ayant différents groupes sanguins. Par exemple, les personnes de groupe A auraient un faible taux de coagulation sanguine. Les personnes de groupe B seraient moins sujettes au rhume. Les personnes de groupe O seraient résistantes à plus de virus, mais seraient en revanche plus sensibles aux otites et aux cystites. Les personnes du groupe AB, le plus rare (seulement 3 % de la population mondiale) tomberaient plus souvent malades que les autres en raison d’un système immunitaire plus faible.

Parfois, des accidents peuvent survenir lors de transfusions sanguines, car malgré les procédures strictes concernant un tel acte, des erreurs médicales peuvent arriver. C’est pourquoi des scientifiques américains ont commencé à développer une méthode permettant de changer de groupe sanguin, et ils ont même annoncé les premiers résultats en 2018. Toutefois, le recours à cette pratique est encore loin d’être généralisé.

4. Grains de beauté / Taches de rousseur

L’apparition de grains de beauté ou de taches de rousseur est associée à un gène responsable de la coloration des cheveux et de la peau. Ces taches n’apparaissent pas à la naissance, mais un peu plus tard, lors des premières expositions au soleil. Beaucoup de gens qui ont de nombreux grains de beauté ou taches de rousseur n’apprécient pas cette caractéristique, et rêvent de s’en débarrasser une bonne fois pour toutes. Cependant, la cosmétologie moderne n’est pas en mesure de les faire disparaître complètement, juste de les éclaircir un peu. Et ce qui est drôle, c’est que pendant que certaines personnes cherchent des moyens de s’en débarrasser, d’autres utilisent le henné (ou même se font tatouer) pour dessiner des taches de rousseur sur leur peau.

5. Forme de la tête

Les scientifiques de l’Imperial School of London ont identifié quels traits du visage dépendent le plus des gènes. Parmi les premiers se trouvent la forme et la circonférence de la tête, et de la pointe du nez. Ces dernières années, la cranioplastie a gagné en popularité car elle permet d’augmenter la taille du front à l’aide d’implants. Mais il est encore impossible de changer complètement la forme ou la taille d’un crâne. Une telle chirurgie est trop compliquée, et risquerait de mener à de lourdes complications telles que des migraines chroniques, des vertiges ou des œdèmes cérébraux.

6. Structure des cheveux

La texture et la densité des cheveux dépendent de l’hérédité génétique et du diamètre du bulbe pileux. À la naissance, chaque personne possède un nombre prédéfini de follicules pileux, et il est impossible de changer ce nombre à l’aide de simples médicaments et shampooings miracles. Les produits cosmétiques qui promettent de modifier la structure des cheveux ne produisent en fait qu’un effet visuel de volume.

7. Symétrie du visage

Nous allons te révéler quelque chose qui va te faire plaisir : dans la nature, il n’y a aucun homme ou femme ayant une symétrie absolue dans le visage. C’est d’ailleurs grâce à ça que chacun d’entre nous est unique. La chirurgie moderne peut corriger de petites imperfections d’apparence, telles qu’une malocclusion ou un recouvrement de la paupière, mais elle ne peut toujours pas modifier par exemple la distance entre les yeux ou leur emplacement.

8. Espérance de vie

Ce n’est un secret pour personne que l’espérance de vie de chacun dépend énormément de notre bagage génétique. Si tu as des aïeux ayant vécu très vieux, tu as de fortes chances d’avoir une longue vie. Récemment, des biologistes américains ont découvert que l’hérédité génétique n’affectait que de 10 à 15 % des gens, le reste étant déterminé par le mode de vie et l’environnement. De leur côté, les scientifiques de l’Université de Vanderbilt pensent que l’espérance de vie d’une personne dépend avant tout du nombre de neurones présents dans son cerveau. Mais en tout cas, pour le moment, l’espérance de vie ne peut pas être allongée grâce à la médecine.

Alors, que penses-tu de cet article ? Aimerais-tu changer quelque chose dans ton corps ? Peut-être même as-tu déjà subi une intervention chirurgicale ? Laisse un message dans les commentaires, et bien entendu, n’hésite pas à partager cet article avec les personnes de ton entourage, surtout si certaines d’entre elles ont du mal à s’accepter !

Photo de couverture Eastnews, Gone With the Wind / MGM