Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

15+ Histoires vraies pour lesquelles un scénariste de thrillers aurait vendu son âme au diable

“Le seul moyen que j’ai pour me débarrasser de mes peurs est de faire des films à leur sujet”, a dit Alfred Hitchcock, le gourou des thrillers. On dirait que les personnages de notre article avaient le même objectif quand ils ont décidé de raconter leurs histoires étranges aux internautes. Leurs confidences nous donnent des frissons.

Сhez Sympa, nous aimons bien vous raconter des histoires qui donnent la trouille. Mais attention, si vous vous préparez à aller au lit, cet article est à éviter. En bonus, vous pourrez vous retrouver dans un film d’horreur.

Ma fille était somnambule. La nuit, je me réveillais et je la voyais debout devant la porte de la chambre, silencieuse. “Chérie, qu’est-ce qu’il y a ?” Pas de réponse. Une fois, ma femme et moi étions sur le point de dormir, quand tout à coup, on a entendu des pas : notre fille est entrée aux toilettes et a fermé la porte. On a attendu. Rien ne bougeait. Comme si elle s’était endormie à l’intérieur. “Qu’est-ce qu’elle fait, elle dort là-bas ?” a dit ma femme. Je me suis levé pour la réveiller. Je suis entré dans les toilettes : il n’y avait personne. Ma fille dormait dans son lit. J’étais vraiment mal à l’aise. Ce n’était pas la première fois, on ne s’est endormis qu’à moitié après cela. Je l’ai entendue parler à quelqu’un. Impossible de comprendre ce qu’elle disait. Elle s’est levée et a marché comme si quelqu’un la tenait par la main. Elle discutait. Elle est passée devant notre chambre, elle a marché le long du couloir. Je me suis précipité vers elle mais je n’ai pas pu la rattraper. Elle est arrivée au bout du couloir et là elle s’est réveillée et s’est mise à hurler : “Papa ! Papa !”. Puisqu’il faisait sombre, on ne voyait rien. J’ai essayé d’aller vers elle, mais mes pieds ne voulaient pas bouger. Comme s’ils étaient cloués au sol. Bref, on a gardé notre fille avec nous au lit jusqu’au matin. Une histoire de fous. Chaque fois que j’y pense, j’ai des frissons. © Vladyko1974 / Pikabu

  • J’ai un petit job d’étudiante : je prends des photos des couples d’amoureux ou des mariages. Une fois, j’étais en train de trier mes archives des deux derniers mois et sur plusieurs photos, j’ai remarqué une silhouette floue en arrière-plan. C’était un garçon de ma fac. Avant le début des cours, je suis allée le voir avec une question tout à fait légitime : pourquoi me poursuivait-il ? Il a répondu en plaisantant que j’étais trop belle et qu’il fallait me surveiller pour que personne ne me kidnappe. Récemment toute l’université a été choquée d’apprendre sa mort. Mais hier, en regardant mes dernières photos, j’ai de nouveau aperçu son visage. © “Palata № 6” / VK
  • Première année de la fac. C’est le chaos dans le campus. Trop d’étudiants à installer. Nous étions tassés à cinq dans une seule grande pièce, on nous a promis que plus tard, on serait logés correctement. Une fois, en pleine nuit, et à moitié endormi, j’ai entrouvert les yeux et j’ai vu la porte d’entrée s’ouvrir. Tout le monde dormait. À travers la porte, j’ai cru voir une silhouette soit d’un vieillard bossu, soit d’un singe ébouriffé. Tout à coup, ce vieillard-singe est entré dans la chambre et a sauté d’un bond sur le lit superposé et est retombé sur un garçon qui dormait en haut. J’ai été réveillé par un hurlement ! J’ai ouvert les yeux et je me suis rendu compte que je dormais et que j’ai vu un rêve. Et c’est le garçon du lit superposé qui était en train de hurler. Je me suis levé en sursaut, je l’ai secoué : “Reveille-toi, qu’est-ce qui t’arrive ?” Et là, il me répond que quelque chose de lourd l’avait écrasé, il ne pouvait ni respirer, ni bouger. © Amir88 / Pikabu
  • Ma copine et moi sommes venues rendre visite à une amie. À l’entrée de l’immeuble, une vieille concierge nous a prévenues qu’un des deux ascenseurs était en panne et que l’autre était en train de rendre l’âme ; il fallait faire très attention. Ma copine s’en foutait complètement. De toutes ses forces, elle a appuyé sur le bouton “15”. Les portes se sont refermées et l’ascenseur est parti du rez-de-chaussée... vers le bas. Nous étions tétanisées. Enfin l’ascenseur s’est arrêté. J’ai appuyé le plus délicatement possible sur le bouton “15” et l’ascenseur est reparti vers le haut. Quand notre amie a vu à quel point nous étions horrifiées, elle a tout compris tout de suite. Elle a dit : “Alors, vous avez fait un aller-retour vers l’enfer en ascenseur ?” © “Palata № 6” / VK
  • Mes copines et moi avons rencontré un groupe de mecs à une soirée. Ils nous ont invitées à un pique-nique en pleine nature. Pendant tout le trajet vers le lieu du rendez-vous, j’avais des visions d’une fille. Au début, je pensais que c’était à cause de la chaleur et je n’y prêtais aucune attention. Mais quand je me suis arrêtée pour refaire mes lacets, j’ai revu cette fille, son image lumineuse, et elle m’a dit de ne pas y aller et de rentrer vite chez moi. J’ai eu peur, j’ai essayé d’en parler à mes copines, mais elles se sont moquées de moi. Elles n’ont pas voulu m’écouter. Sous le prétexte d’un mal de tête, je les ai laissées et je suis rentrée. Plus tard, j’ai appris que ces mecs, qu’on connaissait à peine, ont dévalisé mes copines et les ont abandonnées seules dans les bois. © “Palata № 6” / VK
  • Je me suis bien occupée de l’éducation de ma chatte. Elle avait un petit bouton avec une sonnerie. Quand elle avait faim, elle appuyait dessus. Cette nuit, je me suis réveillée, car ça sonnait très-très longtemps, en continu. J’ai trouvé cela étrange, car d’habitude le chat dort avec moi. Ensuite, j’ai entendu quelqu’un essayer de forcer ma porte d’entrée. J’ai crié que j’allais appeler la police et les visiteurs nocturnes se sont enfuis. Plus tard, je me suis rendu compte que personne n’avait appuyé sur le bouton, il s’était juste coincé, je ne sais pas pourquoi. Mon chat est mort il y a 15 jours. © “Palata № 6” / VK
  • Quand j’avais 11 ans, j’ai fait un rêve : je suis au rez-de-chaussée d’un immeuble et je vois ma mère et sa copine sortir de l’ascenseur. La copine porte un tailleur rose clair, une énorme rose sur sa veste. Elles passent devant moi, maman se retourne et me dit quelque chose. Au réveil, je viens voir maman, très contente de lui raconter mon rêve. Elle est assise sur le canapé, le regard figé. Je lui raconte mon rêve, et j’apprends que sa copine est morte ce jour-là. © “Palata № 6” / VK
  • J’ai pris un petit chaton. Bien évidemment, c’était un vrai voyou. Un jour, j’étais au bureau, le petit chat était à la maison... Tout à coup, un flash bizarre me passe par la tête, on m’appelait au secours, désespérément : “Maman !!!” J’ai été très étonnée, que se passait-il : je ne suis la maman de personne, bref, c’était étrange. Quand je suis rentrée chez moi, tout était tranquille... Je suis entrée dans la cuisine... Là, j’ai tout compris. Au-dessus de la table, j’avais une étagère avec une vieille chaine stéréo, très encombrante. Au-dessus de l’étagère, des fleurs artificielles étaient suspendues. Les branches se balançaient doucement, ça faisait rêver mon petit bandit. Alors, il est monté sur cette étagère fragile qui n’a pas supporté le poids de son petit corps. Mon bébé rouquin a fait un joli vol. Apparement, c’était ce cri mental désespéré que j’avais entendu au bureau. © Ekaterina Slouguina / Facebook

  • En face de mon lit, il y a une armoire avec une porte miroir ; je dors les pieds vers l’armoire. On dit qu’il est mauvais de dormir comme ça. Je ne croyais pas du tout en ce genre de bêtises mystiques ou autres superstitions. Mais une fois, je me suis réveillé en pleine nuit et j’ai vu mon reflet dans le miroir : j’étais assis au pied du lit et j’avais des trous d’ombres noires à la place de mes yeux. J’ai sursauté, mais quand j’ai cligné des yeux, j’ai vu que le miroir était de nouveau comme avant, je ne voyais que mon visage sidéré. Cette nuit, je n’ai pas pu me rendormir. Je cacherai ce miroir avec de la tapisserie collée dessus, ce sera mieux... © “Podsloushano” / Ideer
  • Cette histoire a été racontée par ma belle-mère qui ne croit pas au surnaturel. Mon beau-père était en voyage dans une autre ville, elle est restée toute seule à la maison. Le soir, elle s’est lavée dans son sauna et elle est partie se coucher sans éteindre la bombonne de gaz. Elle s’est endormie et a rêvé de son père, décédé il y a longtemps. Elle a rêvé qu’il s’est lavé dans le sauna et qu’en sortant il lui a dit : “Natalya, tu devrais éteindre la bombonne, elle a déjà surchauffé, on pourrait avoir un problème”. Ma belle-mère s’est réveillée, elle s’est précipitée vers le sauna. Une heure plus tard, il y aurait eu un accident grave. Voilà comment nos parents défunts prennent soin de nous. © “Podsloushano” / Ideer
  • Nous sommes une jeune famille. Une fois, nous sommes venus passer quelques jours chez la mère de mon mari. La nuit, j’ai fait un rêve très désagréable. J’ai rêvé que je me suis levée du canapé où je dormais avec mon mari, que je me suis approchée du miroir dans le couloir et que j’ai vu une femme aux cheveux blancs qui riait d’un rire méchant. Cela m’a coupé le souffle, je ne pouvais plus respirer. Quand je me suis réveillée, j’ai tout de suite vu ce miroir. J’ai eu peur, je me suis collée contre mon mari, j’ai même voulu le réveiller. Le lendemain, je lui ai tout raconté. Je pensais qu’il ne prêterait aucune attention à mon histoire, c’est un sceptique. Mais il m’a cru. Il m’a raconté que sa mère rêvait souvent d’une femme aux cheveux blancs. Bref, je ne veux plus revenir dormir dans cette maison. © “Podsloushano” / Ideer
  • J’étais chez moi, j’écoutais de la musique avec mes écouteurs. Tout à coup, j’ai cru entendre quelqu’un frapper à la porte. J’ai enlevé les écouteurs. Non, je ne me suis pas trompée, on frappe à la porte, assez fort. Je m’approche, je regarde dans le viseur, je demande qui est là. J’entends la réponse, très distinctement : “C’est ta maman, qui d’autre ça peut être !” J’ai été étonnée que maman ne m’ait pas prévenue qu’elle venait. J’ai ouvert la porte : personne. J’ai appelé ma mère, elle était chez elle. On a frappé à la porte encore et encore. Personne dans le viseur. J’ai eu peur. © “Podsloushano” / Ideer
  • Mon père travaillait dans un magasin de jouets. Il était gardien de nuit. Il se passait toujours des choses louches dans ce magasin. Des objets tombaient de sur les rayons, de petites lumières clignotaient. Parfois, mon père entendait des bruits à l’autre bout de la salle. Un jour, il a dit à haute voix : “S’il y a un fantôme ici, que la boule rouge du centre du plafond éclate”. La boule a explosé avant même qu’il ne termine sa phrase. Mon père a allumé toutes les lumières et a passé le reste de la nuit le plus près possible de l’entrée. © KINGCOOVER / Reddit
  • Une drôle d’histoire. Une fois, j’étais dans ma cuisine. Soudainement, tous les couteaux fixés à un aimant sur le mur sont tombés. Mais l’aimant était très puissant. Même quand il fallait décoller un seul couteau, il fallait faire un effort. Je suppose que c’était de l’énergie nerveuse. En ce moment là, je me sentais irrité, agité. Même les équipements tombent en panne à cause d’une mauvais humeur. © Anton Rojine / Sympa
  • Pendant une certaine période, j’ai travaillé dans un centre de rééducation pour adolescents. Au bout de ma première semaine, j’ai appris l’histoire d’Amanda. Elle est venue se faire soigner ici il y a dix ans, mais la fin de son histoire a été tragique. Selon mes collègues, la nuit, on pouvait entendre le fantôme d’Amanda pleurer, et on pouvait parfois la voir à côté de son ancienne chambre. J’écoutais mes collègues, mais j’étais sûr que c’étais juste une histoire pour faire peur aux nouveaux. Un soir, deux mois après mon arrivée, je faisais le tour des chambres pour vérifier si tous les enfants dormaient bien. J’ai aperçu une jeune fille assise dans un coin du couloir. Elle saisissait ses genoux avec ses bras et elle avait l’air très triste. J’ai entendu un bruit, j’ai regardé derrière moi et quand je me suis retourné, la fille n’était plus là. © WE_Coyote73 / Reddit

  • Quand j’étais jeune, j’examinais des caméras, ça faisait partie de mon travail. Une fois, à trois heures du matin, j’ai vu quelqu’un portant le masque du film “Scream”, la personne était debout, immobile, et regardait dans la caméra. Quand je me suis approché de la porte arrière et que j’ai regardé par une fente de la porte, il n’y avait plus personne. © Phantom_61 / Reddit

  • Quand j’étais enfant, nous habitions dans un petit appartement. Souvent, on entendait des bruits, comme si quelqu’un frappait soit dans le plafond, soit dans le mur. Nous étions au dernier étage et avions un seul mur commun avec des voisins. Mais on entendait le bruit dans des pièces différentes. Quand j’étais toute petite, je demandais à ma mère ce que c’était. Elle me répondait que les voisins étaient en train d’accrocher un tableau au mur. Quand j’ai grandi, j’ai commencé à comprendre que les voisins ne pouvaient pas accrocher des tableaux pendant la nuit et, en plus, il n’y avait pas de voisins du côté où on entendait des bruits. Aussi, il était impossible d’accrocher autant de tableaux aux murs, durant toutes ces années, il n’y avait pas assez de murs pour cela. J’avais 16-17 ans. Un copain est venu chez moi. Et on a entendu le même bruit. Il m’a posé la même question : “Qu’est-ce que c’est ?” J’ai répondu : “J’entends quelqu’un frapper ici depuis toujours”. Il m’a dit : “Tu veux que ça s’arrête ?” J’ai dit : “Oui, je veux bien”. Il a levé le bras et dessiné un triangle sur le plafond et c’est tout. C’était vraiment fini ! Nous sommes restés dans cet appartement une autre quinzaine d’années, on n’a jamais plus entendu de bruits. Et le garçon, je ne l’ai jamais revu. © Tatyana Pissaréva / Sympa

  • Avant, je ne croyais pas en ce genre d’histoires. Mais voilà ce qui m’est arrivé. Mes parents ont loué un appartement. À l’époque, j’avais 22 ans, j’étais étudiante. Je ne voulais pas y emménager. L’énergie de cet appartement était lugubre, presque morte. Nous nous sommes installés, mes parents dans une chambre, moi, dans l’autre. Une fois, ma mère m’a réveillée au milieu de la nuit en hurlant que j’étais en retard. J’ai regardé l’heure et je lui ai dit qu’il faisait encore nuit, qu’elle s’était trompée. Elle m’a regardée d’un air méchant, ses yeux étaient JAUNES COMME DES YEUX DE CHAT. Et elle râlait pourquoi je ne me levais pas. Le matin, je me suis plainte à ma mère, elle avait l’air choquée : “Alors, tu l’as vue aussi, ELLE ?” “Qui ça, ELLE ?”. Bref, toutes les deux, nous avons vu le même être. Et c’était une femme. © Vera Salyaka / Sympa
  • Quand j’étais enceinte de mon fils, j’ai fait un rêve : j’étais en train de marcher sur un pont qui était en bois et sous lequel il y avait un torrent. Je regardais ma main, j’avais une bague en or avec deux diamants. Tout à coup, un des deux diamants est tombé et a roulé sur le pont. J’ai essayé de le rattraper, mais je n’ai pas réussi : le diamant est tombé dans l’eau, il a disparu pour toujours. Au réveil, j’ai perdu mon calme. Je savais que je portais un seul enfant, pourquoi ce rêve ? Puisque moi-même, j’avais une sœur jumelle, j’ai déduit que j’avais un bébé de plus dans mon ventre. Mais l’échographie et tous les autres examens ne montraient qu’un seul fœtus. Mais à l’accouchement, on a compris qu’à l’origine, j’avais deux fœtus. Mais un des deux ne s’est pas développé depuis le début de la grossesse. Ce rêve est gravé dans ma mémoire, même après 23 ans.© Fotima Saliéva / Facebook
  • À l’époque, ma famille habitait à Bakou, la capitale d’Azerbaïdjan, à proximité d’un aéroport en cours de construction. Avant l’aéroport, à cet endroit, il y avait un petit champs et un petit bois. Ma mère était ado, elle sortait le soir et revenait la nuit. La maison se trouvait derrière le petit bois. Pour arriver plus vite à la maison, il fallait traverser le bois. Un jour, maman se préparait à sortir. Son arrière grand-mère habitait aussi avec eux. Elle a dit à maman : “Petite-fille, aujourd’hui c’est la fête de la Saint-Jean, au retour ne te retourne pas si quelqu’un t’appelle”. Maman a rigolé en partant. Au retour, elle s’est sentie mal à l’aise, elle avait l’impression d’être observée par quelqu’un. Mais elle a continué sa route. Et tout à coup, juste à un mètre derrière, elle a entendu des pas comme si quelqu’un faisait exprès de faire du bruit en marchant. Et ce quelqu’un l’appelait par son prénom, mais elle ne reconnaissait pas la voix, et il était impossible de comprendre si c’était un homme ou une femme. Maman s’est mise à courir, sans répondre, sans se retourner. Elle a dit qu’elle n’a jamais couru comme ça de toute sa vie. En arrivant à la maison, elle a tout raconté à sa famille. Son grand-père a dit qu’il lui était arrivé la même chose une fois, le jour de la Saint-Jean, en rentrant à la maison. Mais il ne s’était pas retourné, il avait juste craché sur le côté et les bruits de pas s’étaient arrêtés. © Rouslan Rosnov / Facebook
  • Je suis agent de sécurité, je travaille au terminal de surveillance. Une alarme s’est déclenchée dans un supermarché en pleine nuit. J’ai envoyé une équipe mobile sur place pour une vérification. L’équipe m’a informé qu’il n’y a pas eu d’infraction, ni de dommages, mais que par la fenêtre, ils voient des canettes d’une boisson énergisante par terre. Je regarde les enregistrements de la caméra : on voit très clair des caisses en plastique avec des canettes tomber et s’éparpiller sur le sol, sans aucune explication. En 5 ans et demi de métier, je n’ai jamais vu des choses pareilles. © Natalya Nikiforova / Facebook
  • Quand j’étais en CM1, j’ai été hospitalisé avec une hépatite. C’était à Tashkent, à la fin des années 80, en hiver. Je me suis réveillé au milieu de la nuit car quelqu’un frappait à la fenêtre au-dessus de ma tête. La fenêtre donnait sur une chambre voisine. Je me suis mis debout sur le lit pour mieux voir, car je pensais que c’était le patient à côté qui frappait. Par la fenêtre, je ne voyais qu’une main, et j’ai vu que mon voisin dormait tranquillement, les deux mains posées sous sa nuque. La main était suspendue en l’air et continuait à frapper. Le lendemain matin, j’ai raconté ce qui s’était passé à tout le monde, mais personne ne m’a cru. Deux jours plus tard, le soir on se préparait pour aller au lit quand on a eu une coupure de courant. L’infirmière qui est entrée dans la chambre voisine a vu une ombre sur la fenêtre. Elle a pensé que c’était le patient, mon voisin et lui a dit de se coucher. Mais quand elle s’est approchée de l’ombre, elle s’est mise à crier, effrayée. Après cet incident, tout le monde a cru en mon histoire. Les rumeurs couraient que cet hôpital a été construit sur le terrain d’un ancien cimetière. © Temur Davronov / Facebook

Bonus : “Silent Hill Local”. Dans une ville de Clartown, état de Pennsylvanie, il y a un sentier où il est interdit de passer. Mais il paraît que Google a un laisser-passer... Faites un seul pas et vous vous retrouverez à Lincoln Way, une rue-fantôme.

“Les contrevenants seront punis”

Vous pouvez faire une balade dans cette rue abandonnée.

Et toi, tu crois en tout ce qui est surnaturel ? Raconte ton histoire qui donne des frissons.

Partager cet article