Sympa
Sympa

18 Histoires de patrons qui pourraient facilement gagner le titre de “Patron de l’année”

La relation entre les supérieurs et les subordonnés peut être décrite à l’infini dans les livres de psychologie. On a de la chance si le patron est une personne compétente qui apprécie le travail et essaie d’être sur la même longueur d’onde que les employés. Cependant, ce n’est pas toujours le cas, et il y a des personnalités assez originales.

Chez Sympa, nous avons observé ce que les internautes disent de leurs patrons. Et parmi ces histoires, nous avons sélectionné les meilleures.

  • Je travaillais dans un institut de recherche. Mon patron avait un trait particulier : à 9 h 02, il passait dans les bureaux et vérifiait qui était là et qui ne l’était pas. Il faut noter que ma ville est grande, il y a du trafic, et le métro n’est pas à proximité. D’habitude, tous les employés arrivaient vers 9h00-9h15. Mais le directeur pensait que c’était un scandale et exigeait des notes explicatives. Le plus intéressant est que pendant 40 minutes, tout le monde buvait du thé ou du café et parlait. Seulement ensuite, on se mettait au travail. L’une de mes collègues a répondu à cette plainte par une phrase mélancolique : “Le tapis roulant de la pensée scientifique ne démarre-t-il pas sans moi ?”. © Victoria Semenzul / Facebook
  • Je travaille à distance, mais un jour j’ai été appelé au bureau. Je m’attendais à ce qu’on me gronde pour mon mauvais travail. Mais en réalité, le chef de service qui était revenu d’Indonésie m’a offert une grenouille en peluche en guise de porte-bonheur et il a engagé une conversation du type : “Mon Dieu, j’aimerais observer les terrariums maintenant, au lieu de tout ça”. © ferdalangurin / Twitter
  • Je pense à démissionner. Il est impossible de travailler avec le PDG, il rejette la faute sur tout le monde. Chaque jour, il vient juste dans mon bureau et commence à exiger que je fasse toutes sortes de bêtises. Par exemple, payer les factures de téléphone, tenir la comptabilité, passer toutes les commandes, travailler tard tous les jours et les week-ends. Et je suis un ingénieur mécanique. Tout cela est demandé pour une rémunération médiocre et sous le prétexte : “Nous sommes une start-up ”. Nous avons 18 ingénieurs et techniciens, mais pas un seul administrateur“. © LigitBoy / Reddit
  • J’ai obtenu un emploi pour une période d’essai dans une entreprise. On a décidé que je travaillerais sans être employé officiellement, juste au cas où nous ne serions pas en accord et pour éviter les tracasseries administratives. Puis, le jour de paie est arrivé. Mon patron m’a appelé dans son bureau. J’ai couru, avec joie, chercher mon “million”. Mais ça ne s’est pas passé. Le patron a pris une calculatrice, a multiplié le montant fixé par 0,87 et a dit : “C’est l’impôt sur le revenu. Et peu importe que vous ne soyez pas employé, vous êtes tout de même imposable”. © l3ovan / Pikabu
  • Quand j’étais à l’université et que je travaillais dans une pizzeria, ma grand-mère est décédée. J’ai dit à mon patron que j’avais besoin d’un congé vendredi et samedi, car je devais me rendre à un enterrement. Il a présenté ses condoléances et a ensuite demandé : “Quel âge avait-elle ?” Quand j’ai dit 75, il a répondu : “Tout ce qu’on vit après 60 ans est du temps supplémentaire. Tu n’as donc pas besoin de prendre des congés pour lui dire adieu”. Je l’ai regardé dans les yeux et lui ai dit que je partais et que je rendrais mon uniforme la prochaine fois. Quand je suis parti, il m’a crié : “Quoi ? Tu n’as pas le sens de l’humour ?” © Daniel Ruck / Quora
  • Le patron a remonté le moral de toute l’équipe en annonçant que nous allions tous recevoir une prime intéressante à partir du mois prochain. Tout le monde a pensé à une augmentation de salaire, mais il s’est avéré que notre patron n’était pas si simple que ça. Il a annoncé que nous aurions désormais du pilaf gratuit du restaurant d’à côté tous les jeudis. Cela peut paraître très étrange, mais vous auriez dû voir nos visages heureux. Ce restaurant proposait un pilaf très savoureux, tout simplement légendaire, auquel chacun consacrait un bon pourcentage de son salaire. Voilà pourquoi le “jeudi du pilaf” était un vrai bonheur ! C’est ce que signifie une bonne communication entre le patron et le personnel. © Palata n° 6 / Vk
  • J’avais un entretien d’embauche à 15h, et j’étais tellement occupée à la maison que j’ai oublié. J’ai mis ma veste et mes bottes et je suis sortie rapidement. Je me suis aperçue, déjà au bureau, que chez moi, je portais un T-shirt blanc sans soutien-gorge, et que j’étais arrivée dans les mêmes vêtements. Je cherchais rapidement un moyen de me sortir de cette situation, et mes yeux sont tombés sur la veste de la secrétaire. J’ai surmonté la honte et la gêne, et j’ai demandé de l’emprunter à cette gentille femme. La solidarité féminine a joué en ma faveur, et je suis allée voir le patron comme j’aurais dû le faire. Après quelques questions, il m’a dit : “Vous êtes embauchée. Je vois que vous avez déjà rejoint l’équipe, donc je vous attends au travail demain”. Il a fait un signe de tête à ma veste et a rigolé. Et alors que je sortais, il a ajouté : “Ah oui, j’ai oublié de vous dire : on ne donne pas d’uniformes, prenez le vôtre”. Je travaille depuis six mois et le patron est toujours le même homme avec beaucoup d’humour. © Palata n° 6 / Vk
  • J’adore mon patron ! Il a inventé la méthode “tomate” et me fait travailler selon cette méthode. Par exemple, si c’est l’heure de ma pause, le patron s’assure que je ne pense pas au travail et que je me détends vraiment. L’autre jour, il m’a vue assise devant mon ordinateur portable et travaillant au lieu de déjeuner. Il s’est approché et a dit : “Anna, je vais te licencier si tu ne vas pas déjeuner, au moins pour une demi-heure !” C’est grâce à des gens comme lui que j’aime mon travail. © Palata n° 6 / Vk
  • Ma supérieure dans l’organisation à but non lucratif avait deux ans de plus que moi. Pendant les six mois au cours desquels j’y ai travaillé, elle n’a même pas pris la peine de m’attribuer un ordinateur de travail. Je travaillais le matin et elle se présentait à l’heure du déjeuner pour me dire que je pouvais utiliser son ordinateur, ce qui était assez ennuyeux en soi. Mais le plus souvent, elle arrivait environ une heure avant mon départ et se tenait juste au-dessus de ma tête, en train de finir son déjeuner, et me regardait travailler à son bureau. J’ai dit : “Je vais chercher un autre endroit pour travailler”. Ce à quoi elle a répondu : “Non, non, c’est bon” et a continué à se tenir au-dessus de moi. © retrouvailles26 / Reddit
  • J’ai appris que le restaurant où je travaillais a viré le plongeur. C’est arrivé parce que l’un des cuisiniers a paniqué et a jeté une assiette à travers la cuisine. Elle s’est cassée et le propriétaire est arrivé quelques secondes après. Sans autre question, il a simplement licencié la personne chargée de faire la vaisselle. © romcore / Reddit
  • Mon chef de service m’a envoyé un courriel disant qu’il réduisait mes heures de travail, mais que mon salaire restait le même. Parce qu’il voit la valeur de mon travail et que je dois m’y consacrer davantage. Les anges nous entourent tous les jours. © thandoau / Twitter
  • Nous avons reçu nos bonus au travail le lendemain de la fête. Ces bonus étaient petits, seulement 100 euros chacun. Et aujourd’hui, j’ai appris de la part de la femme du patron qu’aucune prime salariale n’avait été attribuée aux employés. Il a sacrifié de l’argent de son salaire pour que nous ne soyons pas privés de bonus à l’occasion de Noël. © jakob.tee / Pikabu
  • J’avais un patron qui aimait arriver tôt au travail et organisait généralement des réunions à 6h30 du matin. Il envoyait souvent un message à ce sujet à 23h la veille, alors que nos contrats stipulaient clairement que le travail devait commencer à 9h. © revmatty / Reddit
  • Cela s’est passé il y a deux ans. Je venais de louer une chambre dans un appartement en colocation. Bref, je suis allé au magasin après le travail pour acheter des provisions. J’ai pris deux paquets de nouilles instantanées, des biscuits, des saucisses et du pain. Je me suis rendu à la caisse, j’ai étalé les produits et j’ai vu mon patron, qui était déjà en train de tout payer. Je suis sorti du magasin et il m’a demandé :
    — Pourquoi tu manges des nouilles ? Et pourquoi n’as-tu pas acheté des pommes de terre ? Des œufs ?
    — Eh bien... Je viens de m’installer dans ma chambre, je n’ai encore rien acheté. De tous les appareils ménagers, il n’y a qu’une bouilloire, une assiette et un verre.
    — Eh bien, écoutez. Il faut bien manger.
    Et il est parti. Je suis revenu le jour suivant au travail et il y avait un nouveau micro-ondes, une poêle à frire, une couverture et un oreiller dans la pièce du fond. Je l’ai appelé et il a dit : “C’est juste un cadeau, prends-le et ne pose pas trop de questions”. © AlexRomanovvvvv / Pikabu
  • La compagnie où je travaillais était en faillite, les ventes étaient en baisse, donc je ne gagnais pas beaucoup d’argent. Mon directeur général a dit à tout le monde lors d’une réunion : “S’il y a des gens mécontents parmi vous, vous devriez trouver un autre emploi”. C’est ce que j’ai fait. Mon chef de service, par contre, était formidable. J’ai l’impression qu’il est coincé là. © beelz-a-bub / Reddit
  • J’entends encore ces mots dans ma tête : “On est venu te chercher, on t’a trouvé un bon emploi, et tu es ingrate, car tu veux deux semaines de vacances ! Qui êtes-vous pour dire tout haut ce que vous pensez ?”. On aurait pu croire que j’étais un moins que rien et que je n’avais pas 13 ans d’expérience avec une bonne réputation dans l’usine. Et exiger deux semaines de vacances au lieu d’une (alors que j’avais droit à un mois) était certainement le sommet de l’insolence. J’ai posé ma démission. Mais maintenant, j’ai le genre de patron dont on ne peut que rêver ! © Elena Kachan / Facebook
  • Ma première patronne était la pire qu’on puisse imaginer. Elle avait l’habitude de m’appeler au milieu de la nuit (entre 23 h et 3h) pour se plaindre de choses qui pouvaient bien attendre les heures de travail. © allonsy90 / Reddit
  • Mon ancien patron se mettait en colère lorsque les clients se plaignaient des prix. Presque chaque fois que cela se produisait, il augmentait le prix de ce produit en disant : “Moins je vends, plus je dois obtenir de revenus pour chaque article afin de rentabiliser tout cela. Les acheteurs ne devraient pas être aussi avares”. © Unknown author / Reddit

Les relations entre les supérieurs et les subordonnés sont compliquées. Certains ont plus de chance que d’autres. Et toi, as-tu eu de la chance avec tes supérieurs ? Peut-être y a-t-il eu un incident particulièrement mémorable ? N’hésite pas à partager tes histoires dans les commentaires !

Partager cet article