Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

18 Personnes qui se sont retrouvées dans des situations tellement gênantes qu’elles ont du mal à en parler

113-
916

Chacun d’entre nous a déjà vécu une situation dont il ne parle à personne, tellement il en a honte. Nous gardons ce genre d’histoires pour nous, jusqu’au jour où nous rencontrons quelqu’un de très proche, à qui nous pouvons tout dire sans craindre le ridicule.

Chez Sympa, nous souhaitons à chacun de nos lecteurs de trouver une personne en qui ils pourraient avoir totalement confiance. En attendant, nous avons publié des histoires de gens qui se sont complètement ridiculisés, mais qui n’ont pas honte d’en parler sur internet.

  • Un collègue et moi étions à une conférence. Nous étions assis au premier rang, en train d’écouter un discours ennuyeux et monotone ... Il était tôt le matin, les rayons de soleil qui passaient à travers la fenêtre donnaient une sensation de chaleur et de confort. Soudainement, j’ai entendu quelqu’un me dire dans l’oreille : " Tu vas bien ?" Je me suis réveillée en sursaut et j’ai réalisé que pendant tout ce temps, je dormais sur l’épaule de mon collègue avec un grand sourire aux lèvres. Je rêvais que j’étais avec mon mari. Silence radio dans la salle, tout le monde me regardait. En plus, ce collègue venait d’avoir un bébé. Du coup, aux yeux des autres, j’avais l’air vraiment ridicule. © Snail / AdMe

  • C’était une de ces visioconférences particulièrement ennuyantes sur Zoom. J’ai commencé à chanter en même temps que la musique que j’écoutais sur Spotify. Je pensais que mon micro était coupé, mais, hélas, il ne l’était pas. J’avais tellement honte que j’avais envie de me cacher dans un trou et ne plus jamais en ressortir. © farts_n_darts / Reddit

  • Il y a très longtemps, quand j’étais enceinte, je suis allée avec mon mari dans une petite poissonnerie sur la côte. Là-bas, j’ai vu une raie magnifique : elle était énorme et coûtait un bras. J’en ai eu vraiment envie. Du coup, j’ai pris mon mari dans mes bras et lui ai murmuré à l’oreille : “On peut la prendre ?” C’est là que j’ai réalisé que ce n’était pas mon mari. Il était un peu plus loin sur ma gauche, et je m’étais jetée sur un parfait inconnu. © Oxana Zveryanskaya / Facebook

  • Tous les matins, je cours pour ne pas rater le bus. Mais pour le prendre, il faut d’abord arriver jusqu’à l’arrêt. Un matin, en sortant de la maison, j’ai vu plusieurs voitures passer, dont une qui s’est arrêtée devant moi. J’ai cru que c’était un Uber, et j’ai commencé à ouvrir la portière pour monter dedans. Il faisait froid et les portes étaient gelées. Au bout de trois tentatives infructueuses, le conducteur m’a ouvert de l’intérieur. Je suis monté et je lui ai demandé combien cela allait me coûter pour aller jusqu’à l’arrêt du bus. Il m’a répondu : “Ok, je vous emmène, je vais de toute façon dans cette direction”. En effet, ce n’était pas du tout un Uber, il s’était juste arrêté et je suis monté dans sa voiture sans aucune gêne. © Swan.videos / Pikabu
  • Je vivais en Espagne et j’avais une voiture. Mais un jour, ma voiture était en panne, et j’ai dû prendre le bus. Je suis montée par la porte arrière, il y avait beaucoup de monde. Sur un siège à l’avant du bus, il y avait une petite place (environ 50 centimètres) à côté d’une fille. Je me suis assise là-bas. Nous étions très serrées, et pendant tout le trajet, je me suis dit qu’il était très impoli de la part de ma voisine de ne pas se pousser pour me laisser un peu plus de place. Les gens à côté nous regardaient et se disaient quelque chose à l’oreille. Quelques arrêts plus tard, ma voisine est descendue, et j’ai vu qu’elle aussi était assise sur une toute petite place. J’ai regardé en arrière pour comparer ce siège aux autres, et j’ai compris que nous étions sur un siège pour une personne ! Il était juste un petit peu plus large que ce type de sièges dans les bus en Russie. J’avais trop honte. © Iri Na / AdMe
  • J’avais cinq ans quand ma tante devait se marier. Je me souviens de ce jour : tout le monde courrait partout, et ma tante était très jolie. Le fiancé était un peu en retard, et on l’attendait. De temps en temps, j’entendais les adultes dire : “Quand est-ce qu’il arrivera enfin, ce Chevalier ?” Dans mon imagination d’enfant, je voyais un beau chevalier médiéval, vêtu de son armure sur un cheval blanc. Je n’étais même pas étonnée que ma tante puisse épouser quelqu’un venu du passé. J’attendais, tout simplement, dehors avec les autres. Finalement, quand son cortège est arrivé, j’ai couru à l’appartement à toute vitesse en gueulant : “Youpi ! Le Chevalier est arrivé !” J’étais très déçue de découvrir que le fiancé n’avait pas d’armure, ni de cheval, au contraire, il avait l’air tout à fait banal. Trente ans plus tard, je me rappelle encore de cette histoire. Le nom de famille de mon oncle est Chevalier. © Nataliya Litvinova / Facebook

  • Une fois sur l’escalator au métro, j’ai senti que quelqu’un m’a un peu poussée dans le dos. J’ai tout de suite pensé qu’ils voulaient ouvrir mon sac. Et lorsque je me suis retournée, j’ai vu un mec qui était en train de vider mon portefeuille ! Il n’y avait que de petites pièces dedans, mais quand même ! J’ai vite arraché le portefeuille de ses mains, et là, j’ai vu qu’il me regardait avec un air apeuré. C’était, en effet, son portefeuille qui ressemblait beaucoup au mien ... J’avais tellement honte que, j’ai juste bafouillé “excusez-moi” et j’ai très vite descendu l’escalator pour disparaître de sa vue. © Podslouchano / Ideer
  • Je me souviens qu’une fois, lors d’une conférence très sérieuse au sujet des finances internationales, j’ai perdu ma bretelle de soutien-gorge. Elle ne tenait pas bien, et finalement était tombée par terre. Elle était blanche avec de la dentelle, et on la voyait très bien sur la moquette grise. Quand tout le monde s’apprêtait à partir, j’ai fait semblant que ce n’était pas la mienne. Or, j’étais la seule femme à cette conférence. © Irina Bass / Facebook
  • À l’époque, nous avions une Hyundai blanche, et chaque fois, je montais dans n’importe quelle Hyundai qui ressemblait à la nôtre avec un air tout à fait sérieux (je n’arrivais vraiment pas à reconnaître la nôtre). J’ai vu beaucoup de réactions différentes : en partant d’un regard surpris, mais gentil jusqu’au “Mais t’es qui toi ? ” Quand plus tard, nous avons acheté une voiture noire, c’était exactement pareil. Jusqu’au jour où mon mari a pris une énorme bagnole de couleur orange. Celle-ci, je ne l’ai jamais confondue avec une autre. © Tatsiana Sg / Facebook
  • Dans une soirée d’anniversaire d’un ami, j’étais assise en face d’un mec avec un énorme tatouage sur le bras. C’était un portrait. Je n’arrivais pas à comprendre qui c’était et je lui ai demandé : “Wow, c’est joli. C’est Marilyn Manson ?” Il m’a répondu : “C’est ma mère”. © Elina Kalashnikova / Facebook
  • Une fois, dans un musée de cire, j’ai montré mon ticket à une statue à l’entrée. Ce n’est qu’après, que j’ai remarqué le regard affolé du contrôleur. Il était assis à côté. © Valeriia Zamishlyaeva / Facebook

  • J’ai essayé plein de chaussures dans une boutique avant de trouver, enfin, la bonne paire. J’ai rangé toutes les chaussures que j’avais prises à leurs places, mais il restait une paire de tong. J’ai passé énormément de temps à essayer de trouver d’où venaient ces tongs. Et ensuite, j’ai réalisé qu’elles avaient l’air un peu trop vieilles, et ne pouvaient pas être en vente dans la boutique. Oui, oui, j’ai piqué la chaussure d’une autre cliente. © purpleshirtbluepants / Reddit

  • Je parlais sur les réseaux sociaux avec le chanteur d’un groupe moyennement connu. Il m’a envoyé leurs chansons pour que je les écoute. Je n’ai pas aimé grande chose, sauf une chanson. Je lui ai dit en toute honnêteté, qu’à mon avis, ce n’était pas terrible, sauf l’une d’entre elles. Comme je l’ai appris plus tard, c’était la seule chanson que chantait quelqu’un d’autre, et non pas lui. © Léna Kisilieva / Facebook
  • Une fois, j’étais invitée à l’anniversaire de mon meilleur ami d’enfance, avec qui je n’avais pas parlé depuis un an. Juste avant cela, je m’étais séparée de mon copain, mais je lui avais déjà acheté un cadeau pour la Saint-Valentin : un cadre photo avec des cœurs. Je n’avais absolument pas d’argent pour acheter un cadeau à mon pote. Du coup, j’ai pris une photo de nous deux, et je l’ai mise dans ce cadre. J’ai également acheté une carte d’anniversaire où j’ai écrit à quel point je l’aimais (en tant qu’ami, bien-entendu).
    Quand je suis arrivée à la soirée, il m’a présenté sa copine. En voyant mon cadeau, tout le monde a cru que je lui faisais une déclaration. J’ai tout de suite senti que sa copine m’a haïe. Plus tard, ils se sont mariés, et mon ami ne sait toujours pas que je n’avais tout simplement pas d’argent pour lui faire un autre cadeau. Et moi, j’ai toujours honte. © Podslouchano / Ideer

  • En remplaçant un collègue-prof, je m’étais trompée d’étage. Lorque je suis entrée dans la salle, j’ai vu des étudiants et j’ai commencé mon cours, comme d’habitude. J’ai dit : “Cette matière est très importante, les résultats seront pris en compte dans votre diplôme”. Là, j’ai remarqué qu’ils me regardaient avec de gros yeux. Mais cela ne m’a pas arrêtée, et j’ai continué pendant encore 15 minutes à leur mettre la pression. Ensuite, j’ai vu que tout le monde avait l’air choqué et très apeuré. J’ai commencé à avoir des doutes et je leur ai posé plusieurs questions. J’ai appris que c’étaient des étudiants en première année, et que c’était leur tout premier cours. Moi, je croyais que c’était la classe du Master 2 ! Je suis partie en crabe, et je suis retournée voir les “habitués” qui n’ont plus peur de rien. © Julya Fedorchuk / Facebook

*Russian People under Earth — “des Russes sous terre”

  • Une fois dans la rue, j’ai vu une jeune femme avec une queue-de-cheval très haute. Sa coiffure était très jolie, mais on voyait que ce n’étaient pas ses vrais cheveux. Soudainement, elle s’est arrêtée et a éternué très fort. Et là, sa queue-de-cheval est tombée. Cela aurait pu passer inaperçu, mais le gars qui marchait à côté s’est mis à crier et il a même fait tomber son téléphone, tellement cela l’a surpris. J’ai eu peur et j’ai commencé à crier aussi. J’imagine comment la situation avait l’air horrible vue de l’extérieur. Avec cette queue-de-cheval par terre, en plus. © Yulia Romanova / Facebook
  • Quand j’avais 18 ans, nous étions en stage ma copine et moi, en tant qu’agents de train. Très vite, un groupe de jeunes gars ont essayé de nous aborder. Il y en avait un qui était particulièrement insistant. Il nous suivait partout dans le train. Finalement, j’ai perdu patience, et je lui ai demandé très sèchement de me laisser tranquille. À quoi il m’a répondu : “Mademoiselle, ce n’est pas vous, mais votre amie qui m’intéresse. Si elle a envie de me renvoyer, elle n’a qu’à le faire”. C’était un coup dur pour mon ego, un peu démesuré à l’époque. Maintenant j’ai appris ma leçon et j’en rigole. © Ella Bernstein / Facebook

  • Dans un supermarché, cela faisait cinq minutes que je mettais des articles sur le tapis, avant que je ne lève les yeux et que je réalise que ce n’était pas mon chariot que j’étais en train de vider. Il était à un monsieur que je ne connaissais pas, et qui me regardait avec de gros yeux. © Volto Servetta / Facebook

Et toi, as-tu des histoires drôles de comment tu t’es ridiculisé ? Raconte-nous tout dans les commentaires !

113-
916
Partager cet article