Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

19 Personnes qui ont eu affaire à de vrais radins

C’est bien d’être pragmatique et de savoir faire des économies, mais parfois, les gens dépassent les limites de la bienséance et se comportent comme de vrais radins. Certes, chacun fait ce qu’il veut, mais tout de même, une telle attitude peut sérieusement nuire aux autres.

Chez Sympa, nous ne sommes avides que de l’attention de nos lecteurs et aujourd’hui, nous t’invitons à lire des histoires de personnes qui ont des oursins dans les poches.

  • Mon chef m’a surpris aujourd’hui : pendant la réunion, il a dit que mon salaire était trop élevé. À son avis, les tâches que j’effectuais en plus de mes responsabilités habituelles ne faisaient que m’empêcher de bien travailler et je ne méritais donc pas mon supplément de salaire. Après la réunion, je suis allé voir le directeur général. Je lui ai expliqué en détail ce que je faisais pour l’entreprise. Il a tout compris et maintenant, il veut parler à mon chef. © pohabovandrey / Pikabu
  • Ma collègue a perdu la clé de sa case de vestiaires et m’a demandé de casser le cadenas. J’ai dit que ce n’était pas un problème, mais que le cadenas serait détruit. Elle a répondu : " Tant pis, on parle de cinq euros ". D’accord. J’ai pris mes outils et ai démonté le cadenas. Ma collègue était toute contente. Mais le lendemain, elle est venue me voir pour exiger de lui rembourser les cinq euros. Je me suis étonné et ai refusé. Alors, elle a piqué l’un de mes outils en disant qu’elle le rendrait en échange de cinq euros. Sinon, elle porterait plainte à la police contre moi pour le fait d’avoir cambriolé sa case. Mais l’outil n’est pas à moi, en fait. Il est à mon chef et je lui ai tout raconté. © Enot22rus / Pikabu
  • Parfois, j’ai l’impression d’être entouré de radins et d’être radin moi-même. Puis je me souviens de mon mariage : un couple nous a offert un cadeau joliment emballé et accompagné d’un joli mot. C’était un cadre photo basique de 13×18 cm. © AlexandrRayn / Pikabu
  • Le mari de l’amie de ma femme m’a demandé de réparer son ordinateur. Puisqu’il s’agissait de sa meilleure amie, j’ai accepté. En récupérant son ordi, le gars a promis de m’apporter une bonne bouteille. Quelques jours plus tard, il est revenu. Pensez-vous que c’était pour me donner une bouteille ? Pas du tout. Il m’a tendu un autre ordinateur ! J’ai souri et dit que la période d’essai était finie. © AxlR / Pikabu
  • J’ai compris ce qu’était la vraie radinerie à mon travail précédent. Ils achetaient le papier toilette deux épaisseurs qu’ils divisaient pour en faire deux rouleaux. Ils disaient qu’ainsi, il y en avait plus. © unknown author / Bash
  • Mes amis ont déménagé en Israël. Un jour, ils sont allés au supermarché pour s’acheter quelque chose pour le déjeuner. Ils étaient pressés, mais à la caisse, il y avait un monsieur âgé qui demandait d’encaisser chaque article séparément. Quand il a enfin terminé et est parti, mes amis ont demandé à la caissière pourquoi il faisait ça. Elle a répondu que c’était leur client habituel et qu’il a toujours fait ça pour que le montant s’arrondisse en sa faveur sur chaque article et non sur le total. © Simplygreat / Pikabu
  • Nous cherchions un appartement à acheter dans un quartier particulier. Nous avons donc trouvé une annonce pour un T4 qui était exactement comme les autres apparts du coin, mais son prix était plus élevé. Curieux, nous sommes allés le visiter. Il était propre, mais il n’y avait pas eu de travaux depuis une quinzaine d’années et il fallait tout refaire. À notre question “Pourquoi si cher ?”, les proprios ont répondu : “Parce qu’il y a une possibilité de démonter les murs pour en faire un grand studio. C’est très tendance en ce moment !” Nous avons dit que puisque cela n’avait pas été fait, il ne fallait pas inclure le coût de ces travaux dans le prix. Ils m’ont traité de radin. © unknown author / Bash
  • Mon ex était fou de régimes et moi, je mangeais tout dont j’avais envie. Le pire, c’est que sous prétexte de penser à ma santé, il ne m’achetait jamais de chocolats ni de glace mais voulait toujours goûter les miens. © unknown author / Bash
  • — Une fois, quand j’étais petite, je ne suis pas allée à un anniversaire parce que je voulais garder le cadeau pour moi. C’était un ourson. J’ai tellement pleuré...
    — À cause de la honte ?
    — Non, la joie de l’avoir gardé. © unknown author / Bash
  • Je travaille au marché. Près de l’entrée, il y a une pièce de 20 centimes coincée entre les pavés. Tous les jours, il y a une dizaine de radins qui s’arrêtent pour essayer de la récupérer. © unknown author / Bash
  • J’habite à 3 500 km de chez mes parents et je viens les voir une fois tous les trois ans. Récemment, mon père m’a appelée pour me demander de passer un test ADN. J’ai rigolé en pensant qu’il plaisantait, mais il a dit que c’était important, qu’il voulait être sûr. J’ai téléphoné à ma sœur : papa ne l´avait pas appelée. Il s’est avéré qu’il devait partager l’héritage de ma grand-mère et espérait garder ma partie. Il ne s’est toujours pas excusé. C’est ma mère qui m’a envoyé un message en demandant de le pardonner. © Podsluchano / Ideer
  • J’ai 28 ans. J’habite dans l’appartement que j’ai hérité de ma grand-mère. Mes voisines étaient ses amies et quand j’ai décidé de me débarrasser de ses vieux meubles, elles m´ont demandé de les leur donner. Surtout la voisine de l’appartement d’en face qui suppliait de lui laisser la table de chevet. J’ai accepté et ai commencé à y sortir les affaires de mamie. La voisine était là et ne cessait de répéter : " Ne t’embête pas, il n’y a que de vieux journaux, je les jetterai moi-même ". Mais parmi ces vieux journaux, j’ai trouvé une liasse de billets : 2000 dollars. La voisine a juré et est partie. Depuis, elle ne me parle plus. © Podsluchano / Ideer
  • Un jour, quand je travaillais en tant que serveuse, nous avons reçu un de nos clients habitués. Il est venu avec une femme. C’était moi qui servais leur table. Tout s’est bien passé et le monsieur m’a laissé un pourboire très généreux. Avant de partir, il est allé aux toilettes et pendant qu’il n’était pas là, sa compagne m’a appelée et a demandé de lui rendre le pourboire. J’ai dit " ok “, mais ai décidé d’attendre le retour du monsieur qui avait payé. Quand il est revenu, je lui ai rendu l’argent en expliquant la situation. Le client n’a rien compris et n’a pas pris l’argent. La femme est devenue rouge comme une tomate et en partant, elle m’a dit : ” Utilise cet argent pour aller te faire de la chirurgie esthétique “. © Podsluchano / Ideer
  • J’ai prêté un livre de maths à une bonne amie de mon père. Il était signé par l’auteur et avait une valeur sentimentale pour moi, mais sa fille en avait besoin et je suis quelqu’un de généreux. Vu que cinq ans sont passés depuis, je me dis : soit la pauvre fille n’arrive toujours pas à passer son Bac, soit elles ont décidé de s’approprier mon livre. © myafli / Twitter
  • J’ai reçu une enveloppe de ma grand-tante. Je pensais que c’était de l’argent. Mais non. Elle m’a donné trois photos de trois mecs différents et m’a dit de choisir celui avec qui je voulais un mariage arrangé. © unknown author / Reddit
  • Je connais une fille (on va l’appeler Hélène) qui a une belle-mère super radine. Le mari d’Hélène a travaillé dans l’entreprise de sa mère pendant un moment mais a fini par démissionner. Quand ils ont eu leurs jumeaux, les anciens collègues ont décidé de leur offrir de l’argent, une somme assez importante : près de 1000 euros. Ils ont demandé à la chef de passer le cadeau à son fils. Elle a dit à Hélène : je vous donnerai cet argent quand nous irons faire du shopping pour les petites.
    Elles sont donc allées faire les magasins tous ensemble. Elles ont pris plein de choses : des petits vêtements, des jouets et tout ça. À la caisse, la belle-mère a annoncé, mine de rien : ” Ah, j’ai oublié de vous dire : j’avais dépensé votre argent. J’en avais besoin. Mais tenez, je vous donne 50, non 30 euros comme cadeau de ma part ! ". © Yulia-Pilulia / AdMe
  • J’ai fait une pièce montée pour l’anniversaire de la voisine de ma mère. Elle n’a pas pu assisté à la fête, mais a offert le gâteau. Le soir, sa voisine l’a appelée en larmes : " On m’a volé le gâteau !! " Il se trouve qu’elle avait invité deux copines. Au moment de passer au dessert, elle a coupé trois quarts du gâteau et en a laissé un quart au frigo pour le faire goûter à son fils et à sa belle-fille. Les copines ont goûté le dessert et l’ont adoré, mais comme il est impossible de manger trois quarts de gâteau à deux, elles ont décidé de récupérer les restes. La voisine de ma mère n’a même pas eu le temps de se servir une part. Puis l’une des invitées a ouvert le frigo et y a sorti le reste du gâteau. À la question " Qu’est-ce que tu fais ? " elle a répondu : " Tu nous as invitées, tu dois donc tout partager. Moi, j’ai des petits enfants à la maison ". © Baranka / AdMe
  • Un jour, j’ai mis une annonce pour donner des livres. Comme c’était la saison des pommes, j’ai demandé un kilo en échange. Une fille est arrivée avec un sac, elle a vite pris les livres et est partie. En ouvrant le sac, nous avons trouvé des pommes toutes pourries, sûrement ramassées par terre, qui n’étaient pas plus grandes qu’une cerise. © Sola / AdMe
  • Je ne me suis jamais embêtée pour la cuisine. D’habitude, je déjeunais à la cantine de l’entreprise et le soir, je mangeais un yaourt, ça me suffisait. Puis, je me suis mise en couple avec un gars et nous avons emménagé ensemble. Il ne cessait de me répéter que les repas faits maison était meilleurs pour la santé et j’ai fini par commencer à cuisiner entrée-plat-dessert tous les jours. C’est seulement quand nous avons rompu que j’ai compris qu’il n’avait rien à faire de ma santé, c’est juste que c’était bien pratique pour lui d’avoir une femme qui cuisine. Heureusement que cela n’a pas duré longtemps : le resto a vite fermé. © Irina / AdMe

As-tu une histoire sur un sacré radin à partager avec nous ? N’hésite pas à le faire dans les commentaires.

Partager cet article